Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 2 novembre 2006

Une vérité qui dérange

une vérité qui dérange


Hier soir, je suis allé voir le film d'Al Gore, "Une vérité qui dérange".

C'est vrai, j'en avais parlé sur Gaïa dès la sortie de sa bande-annonce (au mois d'avril), et dès sa sortie sur les écrans français (le 11 octobre), mais je n'étais encore pas allé le voir.

Alors bon, tout le monde y était allé : Betty, Philippe, et même Vincent, qui nous a gratifié à ce propos d'un podcast inaugural et humide. Mais moi, pas.

Je me disais, genre : "Pff ! Ce toutes façons, tout ce qu'il raconte, je l'ai déjà publié dans Gaïa, et puis, une conférence d'Al Gore, même bien filmée, ça doit être un peu rasoir ..."

Eh bien pas du tout ! J'ai appris plein de trucs. (Par exemple pourquoi la banquise arctique fond à une vitesse aussi extravagante) Et puis, je ne me suis pas ennuyé une seconde.

Et puis, à la fin, j'ai applaudi, comme beaucoup de spectateurs.

Non, bien sûr, on n'a pas tous applaudi debout pendant 24 minutes comme le jour de sa projection au festival de Cannes, mais quand même, la salle a applaudi. C'est pas si courant.

Et je suis ressorti de ce film à la fois terrifié et optimiste. Hein ? C'est pas banal, ça ?

Alors, je voulais le dire à tous ceux qui ne l'ont pas encore vu : courrez voir ce film !

Oui, toi aussi, Patrick ! Vas-y. Et après, on en reparle ...

Pour en savoir plus :
1. Une vérité qui dérange (site officiel)
2. Une vérité qui dérange (Gaïa - 11 octobre 2006)
3. An Inconvenient Truth (Gaïa - 20 avril 2006)

Les bloggeurs qui sont allé le voir :
1. Global Warming (Chez Moi, à l'Intérieur V2.1)

Crédit photo affiche : allociné

14 Comments:

Blogger Betty said...

Ah ben tu vois tout pareil que moi, et comme la grande majorité des gens. Tout le monde se dit que ça va être rasoir, déprimant et qu'en faite on sait déjà tout. Et bien non ! Le plus dur c'est de le faire admettre a ceux qui n'y sont pas encore allé !!.. mais après ils t'appellent tous pour te dire que tu avais raison !!! pfff...
Moi je ne suis pas sortie terrifiée, au contraire même, ça ma rassurée, j'avais une vue bien plus pessimiste avant !

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Axel said...

A la base je ne voulais pas vraiment regarder ce film (pourquoi, je sais pas, je le sentais pas trop).
C'est un exemple d'une excellente présentation, et n'importe quelle personne qui est amenée à faire des speechs et des powerpoints à gogo devrait le regarder juste pour avoir un exemple d'une présentation proche de la perfection. La forme est parfaite pour convaincre tout le monde.

Cependant sur le fond, gros problème pour moi.
Je ne suis pas spécialement "pro" ou "anti" réchauffement, mais j'ai vraiment du mal quand la mauvaise foi vient clairement se mêler à des arguments qui semblent valables, car au final j'en viens à douter sur chaque point qui est présenté.
On nous montre les neiges du Kilimandjaro qui disparaissent "preuve irréfutable que la terre se réchauffe". Oui mais, que je sache, la fonte du Kilimanjaro n'a rien à voir avec ça, c'est juste le climat autours qui est devenu sec, et qui offre donc moins de neige (en gros il fait aussi froid en haut, il neige moins, c'est tout), et j'avais compris que ca n'avait rien à voir avec le réchauffement.
Donc pareil, quand on me montre ensuite 500 inondations, je me demande "ouais mais attendez, là il nous a parlé du Kilimanjaro en racontant n'importe quoi, quid des inondations et tornades ??"


Al Gore nous montre plein de courbes, souvent sans nous parler de l'échelle utilisée .Pour le carbone, jamais Al Gore va prendre 10s pour nous expliquer qu'il nous parle en ppm, particle per million, et que passer de 300 à 500 ou 800 ppm, au final, sur un million de particules, ça fait pas lourd... Sur cette même courbe, il y a la température sur les derniers siècles, mais, manque de bol, au moment ou le carbone monte en flèche pour les 50 dernièeres années, Al Gore ne fait pas continuer la courbe de la température (quoi, il y avait corrélation entre le deux courbes avant, pourquoi il continue pas la courbe de la température, après tout c'est ZE argument non? Co2 = températures en hausses, bah ouais mais là non, Al Gore nous montre pas la courbe qui pourrait le prouver. Perso je suis pas expert, je ne sais pas si en effet les deux courbes restent en corrélations durant les 50 dernières années, mais le fait est que si on a 100% raisons, mieux vaut ne pas cacher des infos, ça fait louche.

Al Gore nous explique que, oui, on peut faire des choses, la preuve, la couche d'ozone est plus un problème (et hop, une petite courbe en pleine chute libre en fond, qui semble indiquer qu'un truc descend). Donc ouha, c'est cool. Oui mais la courbe qu'il nous présente, c'est la courbe d'émission des CFC. On en utilise plus, donc oui la courbe descend, logique. Mais il a été démontré il me semblait qu'en fait les CFC que nous utilisons n'affectent en rien notre couche d'ozone puisqu'ils mettent des centaines d'années avant d'atteindre ladite couche.
Je peux me tromper, mais il me semblait que la couche d'ozone était un faux problème (on a découvert le trou, tout le monde a eu peur, puis non, on a compris que le trou était là depuis longtemps, donc pas de problème). A ce sujet c'est marrant, Al Gore explique que le problème est réglé puis hier je passe devant la une d'un magazine qui nous montre "le trou de la couche d'ozone, plus grand que jamais !!" Hum Hum, cherchez l'erreur.

De plus, la façon dont Al gore se met en héro de l'humanité est assez dérangeante. Je fais ma présentation tout seul dans l'avion, dans ma chambre d'hotel, oui, je suis seul contre tous. Et puis, moi, du haut de mon hublot d'avion je regarde la terre et je constate que tout va mal, je suis un peu dieu. Grrrrrr... Je ne parle pas de sa vie d'enfance qu'il nous raconte, qui n'apporte rien au truc, juste pour nous faire passer le personnage comme bien sympathique, et quelqu'un de sympathique, ca ne peut qu'avoir raison (c'est con mais ça me fait penser à Le Pen, qui pendant la campagne de 2002, faisait des spots pour nous montrer son enfance, pour le faire passer comme un bon gars...) Al Gore a un bon fond, mais mêler sa propre personne à son argumentaire, ça tient pas la route pour moi.

Allez, encore un truc qui m'a ennuyé.
Al Gore nous explique l'effet de serre avec un schéma. Les rayons viennent du soleil, il rebondissent sur la terre, et il peuvant plus sortir à cause de la polution. Al Gore nous explique que c'est pas très clair, donc un petit dessin animé va mieux nous faire comprendre. Le dessin animé c'est un truc de Matt Groening (Simpsons, Futurama...), qui nous explique EXACTEMENT la même chose, mais avec des personnages marrants. En gros, si on présente un truc marrant, c'est qu'on a raison. Bof. A la limite il aurait pu faire faire toute sa présentation par Matt Groening, non ? puis si le mec des Simpsons dénonce un truc, c'est que ça doit être vrai (car dans les Simpsons, plein de trucs "vrais" sont présentés de façon marrante).

Au final, j'ai bien aimé quand même, mais c'est plus que frustrant de se retrouver à assister à une présentation à laquelle on ne peut pas poser de questions à la fin (cette histoire de courbe qui manque, ca m'a fait chier pendant le reste du film).
Puis c'est quoi en fait le message à la fin ? On peut régler le problème, on a toutes les technologies pour. Bon, bah... en gros j'ai rien à faire c'est ça, je peux attendre 20-30 ans et les technologies s'imposeront d'elles-même (genre dans 20 ans je vais pas rouler avec un V8 qui consomme 20l/100 que je sache). J'ai compris la fin comme ça, j'ai peut-être tord, mais bon... finir sur la note positive "vous en faites pas, vous pouvez régler le truc" ça incite un peu à attendre que son voisin règle le problème et basta.

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Axel said...

Juste encore un truc, Al Gore nous explique qu'on va régler le problème en faisant plein de petites économies, qui, cumulées, vont réduire nos émissions (rouler en voiture hybride si possible, utiliser un thermostat qui marche bien, utiliser des ampoules à faible consommation...). Très bien.

Mais on fait quoi des centrales à charbon en Chine qui balance du carbone à gogo, et qui, il me semble, polluent 50 fois plus que tout le monde réuni, et qui ne sont pas en passe de disparaitre ?
Ca serait pas plus simple de régler ce truc ?


Edit: Au sujet de la couche d'ozone: je me suis bien planté et il est avéré que les CFC ont un impact direct. Mais ça n'explique en rien qu'Al Gore nous dise que le problème est réglé alors qu'on vient d'avoir un "trou" record (google news: couche d'ozone). Donc y a un truc qui ne tient pas la route.

Pour le Kilimanjaro, là par contre on dirait qu'il y a pas vraiment débat, même au sein des "pro environnements", tout semble indiquer que ça n'a rien à voir avec un réchauffement (mais par contre, oui c'est très émouvant comme image la montagne qui n'est plus enneigée).

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Betty said...

@ Axel : tu n'as pas vraiment tord. Moi aussi j'ai eut ce sentiment. Mais au fur et à mesure j'ai quand même retrouvé dans ce film, des tas d'info que j'avais déjà lu ou vu ailleurs. Ensuite il apparatient à chacun de chercher à croiser les infos.
Moi je m'informe beaucoup sur Gaïa évidement ! mais pas que....
et le lis aussi les théses contraire. Sur la fonte des glaciers par exemple les avis divergent,
Il est toujours bon d'en débattre mais à trop "débattre" et polémiquer on risque de ne pas agir - Perso dans ce domaine je préfère avoir prit des mesures inutilement plutot que le contraire. Achacun sa logique.
Le probléme avec la thése du réchauffement climatique c'est que tout dans le détail peut être contestable mais tout cela mit bout à bout ça commence à faire beaucoup...
Bien sûr il manque de preuve absolue.. la preuve absolue quand on l'aura il sera trop tard pour agir (s'il fallait agir bien sûr).

PS : Et puis quand bien même il n'y aurait pas péril en la demeure, on ne va tout de même pas continuer à consommer et polluer comme ça ! (si ?)

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Non, non, même si vous avez pu y deviner mon style et même certains de mes points de vues, je n'écris pas sous le pseudo de "axel"...

@Betty : je suis d'accord avec toi, sur le plan individuel, il est tout à fait bien de respecter notre environnemment, réchauffement ou pas réchauffement. Ca a quelque chose à voir avec se conduire correctement en société. Ca ne fait aucun mal, que du bien. C'est une sorte de politesse envers les autres - et envers soi-même...

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Les Chinois, il y en a trop et en plus ils ont envie d'avoir le même niveau de vie que nous : c'est intolérable, je ne vois qu'une solution les ramener au néolithique.
Inconvenient : il va falloir qu'on se remette au boulot!

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Bon Patrick, c'est bien beau tout çà, mais on est les deux seuls à ne pas l'avoir vu ce film....

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

@axel : sur la question du trou, les CFC sont largement suspectés, mais sans qu'aucune preuve formelle n'ait jamais été apportée... A force d'évoquer la probable culpabilité des CFC, c'est devenu une "certitude" par le simple fait de la répétition. Genre : "c'est une certitude car tout le monde le dit, tout le monde sait ça". Et il se trouve aussi que ça a arrangé certains industriels producteurs de substituts de CFC - mais,bon, c'est une autre histoire. Quant au trou, il se fiche bien de nos élucubrations, il continue d'osciller gaiement au gré des saisons - comme il l'a sans doute (peut-être) fait depuis la nuit des temps...

On entend de plus en plus parler d'un nouveau suspect : le réchauffement climatique. Ben voyons ! Et aussi (plus inventif) les trainées de condensation des avions de ligne !

A propos, on est bien d'accord : il ne s'agit nullement d'un trou comme le suggèrent toujours les images alarmistes en fausses couleurs, mais simplement d'un déficit d'ozone d'environ 17 % dans certaines couches de la haute atmosphère (l'indice Dobson qui quantifie la colonne d'ozone au dessus d'un endroit donné passant de sa valeur standard de 300 partout ailleurs à environ 250 au dessus de l'antarctique).

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Jack, sur la question de voir le film, je ne suis pas du tout résolu.

Je sais que ce film est un film de propagande, qui n'a pas de valeur scientifique ou objective. Ca ne veut nullement dire que je me désintéresse du sujet.

J'ai à la maison des collections de revues scientifiques (notamment l'excellent "Pour la Science") qui traitent souvent de ces sujets et que je lis assidûment. J'ai acheté et lu le dernier livre de James Lovelock. Je surfe sur l'Internet et lis les différentes thèses. J'ai imprimé et lu et relu les 27 pages du résumé du rapport STERN. Etc. Je préfère me faire une opinion de la sorte plutôt que de m'exposer à du prêt à penser orienté et aux intentions cachées.

A vrai dire, j'ai horreur quand on utilise la science à des fins inavouées, comme c'est clairement le cas d'Al Gore. Pire encore quand on "manipule" la science ou les gens par la science.

Mais, bon, s'il est programmé au ciné de mon patelin, qui sait, un jour de pluie... Mais je sais déjà que j'en sortirai outré, et ça ne fera rien de bon pour ma santé...

vendredi, 03 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Craindrais-tu d’être influencé « à l’insu de ton plein gré » ?
« m’exposer à du prêt à penser », Patrick tu as de ces formules.
Un homme aussi éclairé que toi ne saurait s’exposer, ton sens critique est toujours en éveil, voyons !
S'il suffit d'un jour de pluie, c'est sûr tu vas le voir ;>)...

samedi, 04 novembre, 2006  
Blogger Vicnent 31415 said...

:-)

Et bravo Axel !!

Reste qu'applaudir 24 minutes, à 100 claquement par minutes (j'ai essayé...), ça va chercher dans les 24000 claquements de mains par personnes : ça a dû faire mal, non ?? :-)

samedi, 04 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Bon c’est fait : une lacune de moins dans ma culture d’écolo !
Alors puisque vous ne me demandez pas mon avis, je vais vous le donner.
Film très didactique fait par et pour les américains, il faut dire que pour eux il y a du boulot, quand il leur dit que d’ici une dizaine d’année ils pourraient produire des voitures aussi économes que les chinoises d’aujourd’hui, çà devrait les piquer au vif.
Je voudrais dire à Axel que les neiges du Kilimandjaro disparaissent par manque de précipitations ou directement à cause de l’élévation de la température, au final c’est encore et toujours de la glace en moins.
Je veux aussi te dire, qu’avec ton bagage scientifique, tu ne devrais pas ignorer que de parler de ppm de CO² ne doit pas te faire perdre de vue qu’il s’agit d’un doublement (au bas mot) et qu’il faut aussi se souvenir que les effets de seuil sont des phénomènes très couramment observables.
Notre système climatique fonctionne grâce à la physique de l’eau qui existe sous ses trois phases sur notre bonne vieille planète et que chaque changement de phase consomme ou libère énormément d’énergie, la glace et l’eau liquide sont deux formidables « tampons thermiques » avec lesquels il est dangereux de faire joujou.

Et aussi que même si les scientifiques ce sont plantés sur le trou d’ozone, les hommes ce sont montrés capables de se mettre d’accord et de baissé effectivement le taux de CFC global, démontrant qu’il est possible d’agir ensemble : ce qui n’est pas rien.

Les chinois sont en train d’émettre une pollution phénoménale en brûlant leur immense réserve de charbon, mais si les USA, ne montre pas le bon exemple, quelles normes sera-t-il possible d’imposer aux Chinois ?

Bon ce film ne m’a rein appris sur la gravité de la situation et les enjeux, mais il m’a semblé nécessaire, et si ce film a pour but de faire élire Al Gore, je n’y verrais rien à redire pourvu qu’il se rappelle sur quel programme il a été élu.

Laisser une planète vivable pour les générations futures me semble un beau programme, à moins de penser qu’il s’agit d’une belle utopie, dans les 2 cas çà vaut la peine d’essayer : c’est le message de Al Gore, et il me va bien mieux que celui de WB, ce crétin !
Lorsque je dis vivable, je ne pense pas qu’au seul CO², mais aussi à tous les autres risques que nous prenons pour les enfants à naitre.

samedi, 04 novembre, 2006  
Blogger Betty said...

@ Jack : comment tu fais pour dire aussi clairement des trucs tout embrouillés dans ma tête ! tes 2 derniers paragraphes c'est tout exactement comme ça que je voulais dire !!
;-)

lundi, 06 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Toujours aussi charmante...

lundi, 06 novembre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home