Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 25 novembre 2006

Les signes tangibles du réchauffement

Le 19 Novembre mon cerisier consent à mettre ses couleurs d'automne 10 jours avant ses feuilles s'entêtaient encore à garder leur couleur verte.



Cet après-midi une abeille, à l'évidence perdue, butinait les chrysanthèmes :



Nous sommes envahis de moucherons comme à l’époque des vendanges, sauf qu’elles sont terminées ici depuis 2 mois. Bref tout est complètement décalé.

Alors soit les astronomes ont oublié de nous signaler que la terre avait retardé sa ronde autour du soleil, mais vue les heures de levée et coucher du soleil, ce n’est pas le cas ; soit il y a bien réchauffement.

Je vous avais parlé de ma récolte trop précoce d’olives.

On annonce ce soir
St-Moritz: La descente et le combiné annulés
La descente et le super-combiné dames de Saint-Moritz, programmés les 9 et 10 décembre, ont été supprimés du calendrier par la Fédération internationale de ski (FIS) qui a constaté le manque d'enneigement de la station suisse.

Il n'y a pas de doute ça chauffe!
Chic on fait des économies de chauffage, mais pourvu qu'on n'attrappe pas le chikungunya ...

10 Comments:

Blogger Luc said...

@ Jack : Superbes, tes photos !

Moi aussi j'ai remarqué : 20°C le matin un 25 novembre, c'est quand même pas tout à fait normal, même en Provence ...

dimanche, 26 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

A tout prendre, je préfère nos 20°C aux -38°C qu'il fait en ce moment en Sibérie...

dimanche, 26 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Oui, Patrick et -20°c au Canada, où il est question de déplacer les épreuves de ski alpin dont il est question plus haut.
Tout le problème est de faire une moyenne représentative : ce qui est encore une porte ouverte aux "négationistes du réchauffement".
Dont tu fais parti Patrick ?

mardi, 28 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Négationniste ? Pas exactement.

J'accepte le fait que la terre est dans une phase de réchauffement, dont les effets sont - comme nous le disent les "scientifiques" * - de l'ordre de quelques centièmes de degrés par an. Mais certainement rien qui motive des phénomènes sensibles à tout un chacun. Par exemple le niveau des mers reste ce qu'il est à un ou deux millimètres près. Les calottes glaciaires fondent - elles fondent aussi sur la planète Mars... La terre a subi des périodes de réchauffement ou de refroidissent bien avant que l'homme s'y soit installé...

J'accepte le fait que la production de CO2 n'est pas une bonne chose. C'est du bon sens, de la gestion de bon père de famille. Et les mesures indiquent clairement que le taux de CO2 a beaucoup augmenté durant le siècle écoulé. Je suis donc tout à fait en faveur de mesures visant à réduire les émissions de CO2 dans l'atmosphère - et toutes autres mesures pour garder la terre "propre".

Mais le lien entre réchauffement et CO2 ne m'apparait aucunement établi.

Ce qui me semble patent, en revanche, c'est que ces deux sujets sont devenus le cheval de bataille d'une tendance sociologique lourde qui jusqu'à présent restait marginale - l'écologie *. Et les méthodes employées pour "prendre du pouvoir" sont les mêmes que celles, par exemple, du complexe militaro industriel mondial. La fin justifie les moyens. Par exemple la "fabrication" de preuves (si vous voyez ce que je veut dire)...

Mais je reviendrai bientôt plus en détails sur ce point de vue.

* Avez vous remarqué comme les "scientifiques" reviennent à cette occasion au devant de la scène. Rare sont les journeaux télévisés qui ne parlent pas des "scientifiques" à un moment ou à un autre. C'est très tendance. Les "scientifiques" sont en passe de devenir de nouveaux gourous... Je ne suis pas contre un peu de pub, si ça peut endiguer la chute des vocations scientifiques, et si ça peut donner un coup de pouce aux disciplines scientifiques au lycée... Mais transformer notre démocratie en scientocratie, non merci.

** Ou plutôt "l'écologie-bio-altermondialisme".

mercredi, 29 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Patrick : "le lien entre réchauffement et CO2 ne m'apparait aucunement établi." Je te l'ai déjà dit, mais bon, je suis bien obligé de me répéter : quand tu vois les deux courbes de CO2 et de température se corréler comme ça sur 420000 ans, tu as quand même du mal à affirmer que c'est complètement dû au hasard !

Un hasard qui s'obstine sur 420000 ans ...

jeudi, 30 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

La corrélation sur ces courbes est nette. Elle apparaît sur les campagnes de mesure dans les carotages des glaces de l'antarctique. Pas d'autre sources pour croiser ces données, à ma connaissance.

Quoi qu'il en soit, la corrélation ne distingue en rien la cause et l'effet. Il me semble très plausible qu'une élévation de température moyenne du globe ait des répercutions sensibles sur la composition de l'atmosphère, et notamment sur la concentration de CO2. Je crois me souvenir qu'à une certaine époque de l'ère primaire (Dévonien), la végétation était luxuriante (fougères et autres) sur toute la surface de la terre, que les températures étaient du genre tropicales partout, et que la concentration en CO2 était fort élevée. Mais rien ne suggère que c'est le CO2 qui a amené une élévation de la température, le contraire est tout aussi plausible...

On entend d'ailleurs que l'élévation de température va provoquer un dégagement massif de méthane. En d'autres termes, que l'élévation de température va changer la composition de l'atmosphère... Et là, on admet que cause et effet sont inversés...

Une corrélation avérée ne permet donc pas de distinguer la cause et l'effet...

jeudi, 30 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Bon, tu admets que la température et la teneur en CO2 sont corrélés. Et ton argument devient que ça n'indique pas quelle est la cause quelle est l'effet.

Très bien.

Pour le fait que la teneur en C02 soit la cause de l'élévation de la température, on a une explication. Ca s'appelle l'effet de serre.

Par contre je ne connais pas d'explication pour le fait que quand la température monte, ça fait monter la teneur en CO2, et quand elle baisse, ça la fait baisser. Tu en as une à proposer, toi ? Il en faut une solide, qui doit tenir sur 420000 ans ...

vendredi, 01 décembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Bah, par exemple, on nous explique que le réchauffement est responsable d'un surcroît d'incendies de forêts. Ceux-ci dégagent bien entendu du CO2, et les arbres morts sont autant de "puits de carbone" qui disparaissent... Le phénomène de désertification dû à un réchauffement va dans le même sens...

Mais c'est bien entendu dans les océans qui couvrent les 70% de la planète qu'il faudrait rechercher les mécanismes de régulation / génération / absorption de CO2... On sait que le dioxyde de carbone se dissout plus facilement dans l'eau froide que dans l'eau chaude. Il se dissout aussi plus facilement dans l'eau de mer que dans l'eau pure, car l'eau de mer contient naturellement des ions carbonate.

Que se passe-t-il donc lorsque la température des mers augmente de 1°C (capacité d'absorbtion de CO2 diminuée)? Evidemment une augmentation de la teneur en CO2 dans l'atmosphère, non ?

Dans ces exemples, la cause est un réchauffement (d'origine non connue), la conséquence est une élévation tu taux de CO2... Ce qui va bien avec la corrélation Température/CO2 qu'on observe.

Ce qui se passe sur les 30% de terres émergées est sans doute peu de choses par rapport à ce qui se passe sur les 70% de surface des océans...

samedi, 02 décembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Effectivement, la théorie que tu propose se tient assez bien. Donc, tu dis : si le CO2 monte, c'est parce que la température monte. Bon, admettons.

Mais alors, si le réchauffement climatique n'est pas dû à l'effet de serre créé par l'accroissement du CO2, il serait dû à quoi, à ton avis ?

samedi, 02 décembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Pourquoi la terre se réchauffe ?

Excellente question. A laquelle certains répondent - à mon avis un peu péremptoirement et dogmatiquement : c'est en raison du CO2 que nous rejetons dans l'atmosphère. Pourtant, il y a forcément d'autres phénomènes en jeu. Il faut par exemple expliquer la raison de la relativement récente "petite ère glaciaire" (la mer a gelé à Bordeaux vers 1700, la température extérieure est descendue à -25°C), et le réchauffement qui a (heureusement) suivi. Difficile de dire qu'à l'époque, l'homme dégageait trop de CO2... Certes, là, on accuse (sans trop savoir) le soleil. Pourquoi pas ?

Il y a forcément des tas de choses à comprendre sur ces sujets - et je crains que la focalisation actuelle sur le CO2 d'origine humaine nous empèche de chercher et de trouver ces autres choses...

Il me semble absolument évident que nous savons très peu de choses sur quoi que ce soit. Il y a des tas de choses à découvrir, des choses qui révolutionneront l'humanité, comme l'atome l'a fait au siècle dernier, comme l'informatique l'a fait récemment. En matière de climat, on est très ignares (mettre en équation le chaos n'est pas chose facile). Le fonctionnement de notre planète recèle de toute évidence de très grands mystères. On sait 1/1000 ème des choses qui gouvernent le monde, le climat, l'Univers... Et encore, le chiffre de 1/1000 est sans doute présomptueux... Alors, les évidences qu'on nous sert, du genre CFC = trou d'ozone ou CO2 = réchauffement, ça me laisse un peu songeur...

samedi, 02 décembre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home