Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 18 novembre 2006

L'investiture de Ségolène Royale : l'erreur fatale du PS

segolene royal

Donc, Ségolène Royal a remporté les primaires internes organisées par le PS, dès le premier tour, et avec un score remarquable de 60,70% des voix des militants. DSK obtient 20,57%, et Laurent Fabius se prend une raclée prévisible et salutaire avec 18,73%. Les militants du PS n'ont sans doute pas digéré sa trahison à propos du référendum sur la Constitution Européenne et ils ont bien fait.

Le PS se retrouve donc avec Ségolène Royal pour essayer de gagner l'élection présidentielle de 2007.

Dans un article publié sur Agoravox le 10 novembre, un étudiant Parisien, Sébastien Ticavet, analyse pourquoi ce choix est une erreur fatale.

Je trouve son analyse plutôt pertinente, et je vous en conseille la lecture. En résumé, les raisons pour lesquelles elle va se planter sont les suivantes :

1. Avec ses positions parfois blairistes, elle va être la cible des candidats de l'extrême gauche (Parti Communiste, Ligue Communiste Révolutionnaire, etc ..)

2. Ses approximations et son ton parfois proche de l’incantation ne pourront produire que des effets dévastateurs face à des compétiteurs chevronnés et talentueux.

3. Ségolène Royal semble en phase avec l'opinion des Français. Mais comment un candidat pourrait-il espérer emporter le suffrage des Français en ne leur proposant rien d’autre que de les écouter ?

Et il conclut :

"Pour toutes ces raisons, nous considérons que Mme Royal maximise le risque de voir le PS échouer face à la candidature de la droite, voire d’être exclu du second tour de l’élection présidentielle."

On va voir dans les semaines qui viennent si, comme je le pense, il a raison ...

Pour en savoir plus :
1. L’erreur fatale du PS serait de choisir Ségolène Royal (Agoravox)

Le dossier Ségolène Royal :
1. Le populisme de Ségolène Royal (Chez Luc - 12 octobre 2006)
2. Les jurys populaires de Ségolène Royal (Chez Luc - 25 octobre 2006)
3. Ségolène Royal s'en prend aux profs (Chez Luc - 12 novembre 2006)

Crédit photo : AFP Journal Internat

Libellés : , ,

9 Comments:

Blogger Luc said...

Commentaire reçu par mail de Dclg :

Hop, je ne sais pas pourquoi, impossible de laisser un commentaire en direct sur le blog.
Donc je le fais par mail :-)

a propos de : L'investiture de Ségolène Royale : l'erreur fatale du PS

il me semble que les arguments sont intéressants, mais ils ne permettent pas de faire des postulats sur l'avenir, car ils partent du principes que les électeurs ont tous le niveau de réflexion de l'argumenteur.
Or, on oublie les composantes affectives qui lient un candidat avec ses électeurs. C'est ce que n'ont pas compris DSK et LF. La majorité des électeurs de gauche, et peut être des électeurs tout court, ont aujourd'hui un penchant pour SR. Et les arguments, bons ou mauvais, contre son programme, ne font que la renforcer, car ils sont perçus par les électeurs comme des attaques directes contre leurs choix. Ne parlons pas des coups bas et des attaques machistes (genre : qui va garder les gosses (LF)) qui ont un effet encore plus direct (après avoir entendu cette phrase, je me suis bien juré que je ne voterai jamais pour Fabius, quel que soit son programme).
Pour caricaturer l'exemple, c'est un peu pareil que quand on aime quelqu'un. Ceux qui vont essayer de nous montrer ses défauts, non seulement on ne va pas les croire, mais on va les détester petit à petit. Même si leurs arguments été fondés.
Que faut il faire ? De tout façon, je pense qu'une élection ne se gagnera pas en essayant de discréditer un candidat. La seule solution est de présenter un programme vraiment meilleur, et de savoir le mettre en avant pour séduire....
(pour reprendre mon exemple, certes un peu ... tiré par les cheveux, pour vous séduire si vous êtes amoureux, il ne sert à rien de discréditer le ou la concurrente, mais il faut "proposer" mieux... et ça ne suffira pas forcément.
Et de toute façon, y a t'il aujourd'hui un ou des candidats avec un programme intéressant, et capable de le vendre ? pas sur...

Dclg (http://raleblog.blogspot.com/)

samedi, 18 novembre, 2006  
Anonymous Anonyme said...

Voilà pourquoi elle pourrait gagner :
1/ Elle propose aux français de les écouter : une première ! elle répond là à une véritable attente des français, pour preuve le succès de son site... voilà longtemps que nous sommes nombreux à réclamer un peu de démocratie participative. Pourquoi dire qu'elle ne propose rien d'autre ?
N'oublions pas non plus que c'est une femme politique de longue date, Enarque et socialiste, et qu'elle est entourée de nombreux experts.
2/ Un discours approximatif ? Un discours en effet loin des classiques formules technocratiques qui ronronnent à nos oreilles au point qu'on ne les écoute plus. Un petit plus d'humanité qui nous la fait sentir proche. je ne suis pas naïve, c'est peut être stratégique, mais ça file un coup de frais à l'austère mécanique du verbe habituel ou à la langue acérée et cassante de ceux qui se veulent les hommes providences, pères sauveurs de la patrie de "veaux" que nous serions !
3/ Ses positions parfois blairistes ? Parfois seulement... et parfois non... Comme la plupart d'entre nous, bien loin des idéologies destructrices...On picore avec pragmatisme les idées qui pourraient marcher.. Qui croit aujourd'hui à la révolution pour un ordre nouveau, soit-il de gauche ? Elle sera la cible des gauchistes, elle sera la cible des droitistes, elle sera la cible des machistes... de tous les istes... qu'on déteste. C'est comme un désir d'avenir plus optimiste à construire ensemble.

samedi, 18 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Bravo Luc, toi au moins tu mets la photo de Ségolène, bien que le commentaire soit anti-Ségolène.
J’ai observé la première page du Figaro ce samedi : le titre « La gauche face au cas Royal » la photo du denier match des All Blacks contre les bleus, juste en dessous. C’est impossible au Figaro de mettre Royal en photo sur sa une ! On y lit aussi que Nicolas est content que le PS lui oppose SR : ce qui semble donner du sens à l’analyse de Sébastien.
Mais rien n’est sûr en politique.

samedi, 18 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

En réalité, la seule question, c'est : Sego sera-t-elle l'adversaire de Le Pen au second tour, ou sera-ce Sarko qui sera l'adversaire de Le Pen ?

samedi, 18 novembre, 2006  
Blogger Philippe Piriac said...

Jean Luc

j'i déjà parié trois bouteilles de champagne que Ségolène gagnera
Veux tu etre le quatrième à m'en offrir une?

samedi, 18 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Je trouve que Flavienne a un peu raison. Sego affiche un désir de donner un peu de pouvoir au citoyen, au-delà d'un simple bulletin dans l'urne de temps en temps (démocratie participative). C'est un discours qui fait tilt. Dans d'autres pays, ça existe (exemple : les votations Suisses).

J'ai lu un intéressant article dans "Le Monde" qui rappelle que le système démocratique en vigueur remonte à 1791, à une époque où la population était majoritairement illettrée et mal informée. D'où la nécessité d'élire des représentants (députés) lettrés et informés, qui décident de tout au nom du peuple. Mais aujourd'hui, le niveau d'instruction de la population s'est très largement élevé, et son information est grande. Le système de 1791 est-il encore pertinent ? Certaines propositions de Ségo visent à corriger un peu cet anachronisme. Et ça plaît...

Elle fera certainement un très bon score au premier tour... Et certainement supérieur à celui de Sarko si Chirac décide de le dézinguer en mettant Dominique De Villepin, Michèle Alliot-Marie - ou lui-même comme candidat au premier tour. Chirac avait déjà fait ce coup pendable en 1981 pour faire élire Mitterrand, il pourrait bien le refaire pour faire élire Ségo...

samedi, 18 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Philippe : Apparemment, tu as déjà sérieusement attaqué la première bouteille de champ' !

Je m'appelle Luc, pas Jean-Luc ! ....

;-)

samedi, 18 novembre, 2006  
Blogger Philippe Piriac said...

mille excuses Luc
effectivement un peu planant en ce moment...

dimanche, 19 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Pour le moment, le panier de crabes à droite ne semble pas présenter un grave danger pour Ségolène...

Si Galouzeau veut un jour être Président de la République, il n'a qu'à se présenter cette fois-ci pour faire chuter Sarko et faire élire Ségo, puis se présenter en sauveur de la République quelques années plus tard (exactement la manoeuvre qu'avait brillamment exécuté Chirac en 1981 contre Giscard...). Et moi, je pense que Galouzeau veut être Président un jour...

D'ailleurs, si ça se trouve, Sarko ne sera même pas au second tour (ce sera encore Le Pen), et même toi, Luc, tu voteras pour Ségo, et elle sera élue avec 80% des voix !

Simple retour des choses d'avril 2002 - mais à l'envers !

Bon, alors, Luc, on la parie, cette bouteille ?

dimanche, 26 novembre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home