Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

lundi 20 novembre 2006

Tony Blair admet le désastre Irakien

Blair

La chaîne arabe de télévision Al Jazeera vient d'inaugurer une chaîne d'information continue en langue anglaise. Pour marquer le coup, elle a obtenu une interview exclusive de Tony Blair par Sir David Frost. Et, à la surprise générale, Tony Blair a admis dans cette interview que l'intervention en Irak était "un désastre".

L'interview est visible ici sur YouTube.

Eh bien ça fait plaisir de voir Tony Blair reconnaître l'invasion Anglo-Américaine pour ce qu'elle est : un désastre. Rappellons que, depuis la décision de George W. Bush et de Tony Blair d'envahir l'Irak le 21 mars 2003 et de l'occuper, il y a eu (d'après le Johns Hopkins University) 654.965 morts irakiens dont 200.000 morts directement attribuables aux forces de la coalition Anglo-Américaine. L'Irak est en train de sombrer dans le chaos et la guerre civile, et tout ça pour quoi ? Pour que les américains puissent faire le plein de leurs 4 x 4 monstrueux quelques années encore en faisant main basse sur le pétrole irakien.

Tony Blair a raison : 654.965 morts pour du pétrole, on peut appeler ça un désastre. Moi j'irais même un peu plus loin. J'appellerais volontiers ça un crime contre l'humanité.

Bush et Blair au Tribunal International de La Haye ? Je sais pas vous, mais moi, je verrais ça assez bien ... Mais certains d'entres vous vont dire que j'exagère ... Oui, bon, vous avez sans doute raison : il vaut mieux attendre qu'il y ait un million de mort, là, au moins, on pourra commencer à s'indigner pour de bon ! Remarquez, au rythme où ça va, on va plus avoir à attendre trop longtemps ...

Pour en savoir plus :
1. Blair admits Iraq a 'disaster' (Al Jazeera)
2. Tony Blair Tells David Frost War in Iraq is a Disaster (YouTube)
3. Blair accepts 'disaster' in Iraq (BBC news)
4. Iraq invasion a 'disaster'- Blair (The Guardian)
5. Iraq is a 'disaster' admits Blair (The Daily Mail)
6. Blair's 'Iraq disaster' interview provokes storm (CNN)
7. Updated Iraq Survey Affirms Earlier Mortality Estimates ( Johns Hopkins University)

Crédit photo : Al Jazeera

Libellés :

5 Comments:

Blogger Patrick said...

Mouais. C'est à la sixième minute de l'interview que le présentateur prononce le terme "désastre", et que Tony enchaîne une phrase de justification "it has but you see...". Pas vraiment un aveu circonstancié... En revanche, son argumentation reste qu'il souhaite donner la paix à la grande majorité du peuple Irakien, au lieu de l'alternative "dictateur sanguinaire" / "dictature sectaire". Dans cette interview, s'il avait répondu "it has not but you see...", on l'aurait tout autant critiqué ! Ca s'appelle un piège journalistique dont il n'y a pas d'issue - et qui ne fait guère avancer le schmilblik !

Le présentateur évoque 100 000 à 150 000 morts. 100 000 ou 150 000 de trop, certes, mais peut-être pas 654 965 (à ce sujet, on peut s'étonner que la John Hopkins University sache compter les morts au cadavre près quand les irakiens eux-mêmes ne savent pas trop)...

lundi, 20 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

@Patrick : quel piège ? il aurait pu tout aussi bien commencer sa réponse par un « ... You see, ...
Les Irakiens ne comptent pas les morts par ordinateurs, eux !

@Luc : crime contre l’humanité, sans doute, crime contre l’intelligence politique à coup sûr.
Car, il est également passionnant de voir ce qui découle de cette situation, si le président Iranien défie les USA avec autant de morgue on le doit surement à ce lamentable désastre.
Que reste-t-il comme choix : l’humiliation ou l’escalade nucléaire.
La seconde solution est ennuyante, croyez vous que le pétrole radioactif soit un carburant valable pour leurs puissants 4x4?

lundi, 20 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Quoi qu'il en soit, Tony a le mérite de reconnaître (même si c'est du bout des lèvres) que c'est un désastre (et c'en est assurément un) - même s'il argumente sur ses bonnes intentions initiales.

"La route de l'enfer est pavée de bonnes intentions."

mardi, 21 novembre, 2006  
Blogger en.marge said...

Bravo pour ce blog et pour son petit frère Gaïa.
Nous nous permettons de vous signaler un site très informé sur les affaires internationales et notamment sur les rapports UK-USA. Mais peut-être le connaissez-vous déjà !
http://www.dedefensa.org/index.php
PS : nous n'avons rien à voir avec eux

mardi, 21 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Patrick : A propos des bonnes intentions initiales de Tony Blair, je te rappellerais que c'est un menteur, et qu'il a décidé d'attaquer et d'envahir l'Irak avec son complice George W. Bush en prétextant l'existence en Irak d'armes de destructions massives dont on savait bien avant qu'elles n'existaient pas, grâce aux inspections de Hans Blix.

D'ailleurs, comme preuve irréfutable du mensonge de Tony Blair, il y a le fameux Downing Street memo daté du 23 juillet 2002, neuf mois avant l'invasion anglo-américaine, qui précise bien les intentions d'attaquer l'Irak tout en admettant l'inexistence d'armes de destructions massives !

Si tu veux en savoir plus sur ce scandale qui aurait dû faire sauter Tony Blair (et George W. Bush) depuis bien longtemps, je te renvoie à cet article de synthèse.

Alors, excuse-moi mais, en la matière, les "bonnes intentions" de Tony Blair, ça me fait doucement rigoler.

Mais il y a 654.965 irakiens qui ne rigolent plus, eux ...

mardi, 21 novembre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home