Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 2 juin 2007

Les français ont le moral au beau fixe

Ouééééé.jpg

Les français ont le moral, ils ont une pêche d'enfer !

Selon le baromètre BVA-BFM-« Les Echos » publié hier, 62 % des Français ont un a priori positif sur la politique économique du gouvernement et souhaitent un vote rapide de plusieurs mesures. Pour une population de râleurs professionnels qui sont traditionnellement pour tout ce qui est contre et contre tout ce qui est pour, c'est un retournement spectaculaire !

« Nicolas Sarkozy est bien au-delà de l'état de grâce, il est en apesanteur », analyse Gaël Sliman, directeur adjoint de BVA Opinion, qui note « l'inversion parfaite » des proportions avec la dernière mesure réalisée en février sur la politique économique de Dominique de Villepin (63 % de mauvaises opinions, 35 % de bonnes). Et rappelle que, dans « leurs premiers mois d'exercice », ni Dominique de Villepin, ni Jean-Pierre Raffarin, ni Lionel Jospin n'avaient bénéficié d'un tel climat.

C'est vrai que, depuis l'arrivée du tandem Sarkozy-Fillon au pouvoir, on a enfin le sentiment qu'il y a un pilote dans l'avion !

moral des ménages.jpg

Et cette étude est confirmée par une autre étude de l'Insee : l'indice du moral des ménages français est remonté en mai à -14, son plus haut niveau depuis que la série de l'Insee existe sous sa forme actuelle (c'est-à-dire depuis la fin de 2003), après -20 en avril et -22 en mars. La nouvelle est d'autant plus appréciable que les économistes s'attendaient à une amélioration bien moins marquée à -19.

"Alors que Nicolas Sarkozy a souvent été présenté comme le candidat des entreprises et qui faisait peur aux particuliers, les enquêtes de conjoncture de l'Insee semblent indiquer le contraire", relève Marc Touati, Président de l’ACDE (Association pour la Connaissance et le Dynamisme Economiques).

Le recul continu du chômage depuis deux ans doit y être pour quelque chose, bien sûr :

Taux de chomage.jpg

En tous cas, ça fait plaisir : Nicolas Sarkozy nous a redonné un vrai désir d'avenir, et on découvre enfin que tout ne va pas si mal dans notre pays !

Pour en savoir plus :
1. L'équipe Sarkozy jouit d'une confiance record (Les Echos)
2. Le moral des ménages français à son plus haut historique (La Tribune)
3. Coup d’état...de grâce (Les Echos)
4. La Sarkomania bat son plein (Chez Luc)

Crédit photo : Sebastien Kuper - Crédit graphiques : Les Echos et Reuters

Libellés : , ,

15 Comments:

Blogger Patrick said...

Bravo ! Si ça continue comme ça, notre Président dépassera la cote record de 80 % de satisfaits que le Président W. Bush avait atteint en 2002 ;-)

samedi, 02 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Luc, tu écris "tout ne va pas si mal dans notre pays". Tu devrais le dire au Président, lui qui a basé son programme sur le fait que les choses allaient mal (je cite la page 5 du "Contrat de Législature 2007-2012") : "Cessons de faire croire que notre pays ne va pas si mal...", avec à l'appui un tableau montrant un déclin affolant (surligné de rouge).

Ou alors était-ce juste pour dramatiser la situation qu'il avait écrit ça ?

En réalité, Luc, tu as raison, le pays ne se portait pas si mal avant même l'élection de notre Président !

samedi, 02 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Je vais en étonner plus d'un(e) en vous disant que je suis en accord avec les résultats des quatre questions posées dans le sondage publié dans "Les Echos".

Par exemple, je suis, comme 73% des français, favorable à "Permettre que les intérêts d'emprunts immobiliers soient désormais déductibles des impôts". On aurait pu formuler la question plus simplement : "Etes vous favorable à payer moins d'impôts". Mais les français ont quand même compris la question.

Il se trouve que cette mesure ne me concernera pas directement, car après avoir remboursé un emprunt pendant de très nombreuses années, j'ai le privilège d'être propriétaire. C'est ce que je souhaite à tous nos lecteurs. En revanche, certains professionnels de l'immobilier ont prédit une hausse significative des prix de l'immobilier suite à cette mesure (à les entendre, accroître la demande sur une denrée de volume constant a un effet mécanique sur les prix). Donc, là, je suis concerné, car mon patrimoine va se valoriser.

Donc, je suis tout pour ! Je regrette que l'état se prive de 3 milliard d'euros au passage (coût estimatif de la mesure), argent qu'il aurait pu utiliser ailleurs, mais bon...

Pour le service minimum, c'est une évidence, les gouvernements précédents ont tous été nuls sur cette question - à ceci près qu'en pratique, les cas d'immobilisation totale sont devenus exceptionnels, et un service minimum existe "de fait" (style un train sur trois).

Pour le bouclier fiscal, je ne suis (malheureusement) pas concerné, et ils peuvent bien faire ce qu'ils veulent (c'est en gros ce que répondent les français).

Pour l'autonomie des Universités, comme la plupart des français, je ne sais pas trop de quoi on cause donc je rejoins là encore l'opinion majoritaire.

Quand au mini traité européen, je salue l'initiative du Président tout en demandant d'en savoir un peu plus. Je rejoins en cela la position du MoDem et la position majoritaire des français.

Vous voyez bien que je suis (malgré tout) un bon français !

samedi, 02 juin, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Euh ... tu as sans doute lu un peu vite, là.
La question n'était pas "êtes-vous d'accord ou pas", la question était "voulez vous qu'on votte tout de suite, ou faut-il mieux attendre un peu, pour qu'il y ait débat ?".

Mais peu importe, l'essentiel est que tu sois malgré tout un bon français. Tu confirmes, tout baigne !

:-)

samedi, 02 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Tu as raison, Luc, les questions portaient sur l'urgence et non pas sur les mesures elles-mêmes. Mais je pense qu'il y a une très forte corrélation : si on est très d'accord, pourquoi attendre ? En revanche, si on est dubitatif, mieux vaut prendre le temps de la réflexion !

samedi, 02 juin, 2007  
Blogger Jack said...

Deux remarques à propose des courbes:
1- je me méfie toujours des courbes qui ne montrent qu’un bout du phénomène : le premier graphique encadre une période assez courte et l’axe des ordonnées démarrant à 2 : la dilatation du phénomène est maximale.
2- Sur le site de l’ACDE il y a une autre courbe du moral des ménages , qui relativise quelque peu la portée du graphique que tu présentes Luc, car couvrant une plus grande période et montrant que, certes le moral remonte, mais qu’il fut bien plus haut dans les années 2000...

Je crois l’avoir déjà dit ici, mais il faudrait arrêter de nous parler du taux de chômage, pour nous parler de la courbe des emplois, voir ici celle de l’ industrie , certes d’autres catégorie augmentent, comme les transports où les services aux personnes...

Lorsque les chômeurs se transforment en retraités parce qu’ils vieillissent, le chômage baisse, lorsque les départs en retraite ne sont pas remplacés (j’en sais quelque chose), le nombre d’emplois baisse mais la courbe du chômage ne monte pas...

Ce qui compte c’est donc le nombre de personnes actives, (ou le nombre d’actifs comparé à la population totale, voilà qui fait sens) pourquoi selon vous ne montre-t-on jamais la courbe du nombre d’emploi, pour parler de taux de chômage il faut fatalement connaître le nombre de chômeurs d’un côté et de l’autre le nombre d’emploi. Non ?

A ce sujet un petit commentaire sur les conséquences de la défiscalisation des heures supplémentaires : moi je trouve çà très bien comme idée.
Il y a un petit problème c’est que je ne fais pas confiance à mes compatriotes : je m’explique.
Certains grincheux vous dirons que si les patrons peuvent obtenir facilement des heures supplémentaires, ils auront tendance à y recourir et retarderont d’autant les embauches.
Je ne le pense pas, c’est le manque de confiance dans le futur et la certitude de devoir affronter des licenciements pénibles, qui sont les principaux freins à l’embauche.
Ce que je crains est autre chose, c’est que se mette en place un système où tout le monde gagne sauf les régimes sociaux et l’état.
Plutôt que d’embaucher mon personnel à temps plein, je l’embauche à mi-temps et je fais faire des heures sups, l’employé y gagne, le patron aussi.
Les cotisations et les impôts de mon personnel sont calculés sur un mi-temps : tout bénéfice pour tout le monde, « win-win » comme ils disent...
C’est comme le travail au noir, pas de revenu d’un côté, pas de TVA de l’autre : c’est du « win win » aussi ...

Quelle usine à gaz faudra-t-il encore mettre en place pour éviter ce genre d’entente ?

dimanche, 03 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Vous vous souviendrez de mon récent commentaire laissé il y a quelques jour au sujet de "La Sarkomania bat son plein" : j'avais écris :

Au fait, juste pour les fidèles de "Chez Luc", je puis vous dévoiler les résultats des sondages Opinionway et IFOP qui seront prochainement publiés :

"Les Français plébiscitent la mesure du Président relative aux crédits immobiliers".

A la question "approuvez-vous les mesures du gouvernement en faveur de l'accession à la propriété ? ", 74% des Français répondent positivement, 11% ne savent pas, et 15% sont contre.


Je dois confesser que je m'étais complètement trompé : ce ne fut finalement pas IFOP et Opinionway mais BVA/BFM, et ce ne fut pas 74% mais seulement 73%.

Décidément, il faut que j'affine mes prédictions, de tels écarts sont évidemment inacceptables dans un blog de bonne tenue ;-)

Nota : j'espère néanmoins pour tout le monde que certaines de mes prédictions seront contredites par les faits...

dimanche, 03 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Je lis dans les commentaires du graphe relatif à la confiance des ménages :

Une telle progression mensuelle n’a été dépassée qu’à deux reprises : en mars 1991, qui marquait la confirmation de la rapide victoire de la première guerre du golfe et en juin 1997, lors de l’arrivée de Lionel Jospin à Matignon… Dix ans après l’effet Jospin, il y a donc bien un effet Sarkozy sur les ménages français.

Bref, les adages "tout nouveau tout beau", et "rien ne vaut une bonne petite guerre" * restent pleinement d'actualité pour booster le moral des ménages !

* C'est d'ailleurs l'entrée en guerre de Bush en Afganistan qui l'a propulsé au firmament de l'indice de popularité - mais là, je m'égare !

dimanche, 03 juin, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Puisque tu m'as l'air d'être surdoué également pour les sondages, quel est ton pronostic pour le nombre de sièges que va obtenir le MoDem dans la prochaine assemblée ?

dimanche, 03 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

J'ai jeté à nouveau un coup d'oeil sur les discours de notre Président, pour m'imprégner de sa pensée. Avez-vous remarqué la dialectique des discours et écrits de notre Président (ou plus exactement de sa "plume" M. Henri Guaino) ? Il y a une constante, c'est l'utilisation d'un leitmotiv qui est martelé pour imprimer au lecteur/auditeur un sentiment.

Dans le contrat de législature, on relève un enchainement de dix "Cessons de faire croire...". Dans le discours d'investiture de l'UMP en janvier 2007, c'était une ribambelle de treize "La démocratie irréprochable". A Bercy, c'était "Voyez comment les héritiers de mai '68..." (martelé onze fois), et au Havre, ce fut une succession rapide de quatorze "La pensée unique...".

Bon. Tout ça c'est des slogans. Quand est-ce qu'on parle de la vraie vie ?

dimanche, 03 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Ah, non, Luc, tu n'y es pas du tout.

Moi, je m'intéresse exclusivement aux sondages bidons du genre qualitatif, qui sont parfaitement invérifiables, et que notre gouvernement et ses amis semble particulièrement affectionner pour façonner le jugement du bon peuple.

Je ne m'attaque évidemment pas aux prévisions dont l'exactitude peut être vérifiée !

"La prévision est un art difficile, notamment lorsqu'on s'intéresse au futur."

dimanche, 03 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Damned ! Ca y est, ils ont sorti le sondage Opinionway pour "Le Figaro" et LCI que j'avais prévu. Il a été publié vendredi 1er juin. Il contredit violemment mon pronostic :

"Selon cette étude, les français sont plus de 80% à accueillir favorablement la défiscalisation des intérêts des emprunts immobiliers"

Là, je suis vraiment mauvais, avec ma prédiction de 74% seulement !

Bon, on arrête quand ces sondages à la ... ?

dimanche, 03 juin, 2007  
Blogger Greg2007 said...

Je pense que personne n'a remarqué, mais il est vraiment bidon ton premier graphique Luc, regarde les dates au début, ça passe de 05 à 06 puis retour à 05.
J'ai meme du mal à croire que ce sondage ait ete publie en l'état.

Ca prouve qu'on peut balancer n'importe quoi, personne ne vérifie.

lundi, 04 juin, 2007  
Blogger Greg2007 said...

PS: Ce sont ceux qui ont laissé passer une bourde pareille que je vise, pas ce blog.

Quand on sait que les veaux vont suivre la majorité, c'est inquiétant qu'on balance des sondages avec des erreurs.

lundi, 04 juin, 2007  
Blogger Luc said...

@ Greg : Bien vu ! Effectivement, il y a une boulette dans un des libellés du graphique publié par "Les Echos". Il faut lire "Juil 05" au lieu du premier "Juil 06".

Objectivement, je pense que c'est juste une faute de frappe de l'infographiste, mais que les chiffres eux-mêmes sont corrects.

lundi, 04 juin, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home