Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

lundi 28 mai 2007

La pagaille du lundi de Pentecôte

coraferme200.jpg

Pour la troisième année consécutive, c'est le souk complet !

Le gouvernement Fillon a hérité de cette Raffarinade invraisemblable : le lundi de Pentecôte est un jour férié pendant lequel les salariés travaillent gratos.

Exemple le plus frappant de cette aberration : les entreprises de transport travaillent, certes, mais comme c'est un jour férié, les camions n'ont pas le droit de circuler ...

Cherchez l'erreur !

Cette situation complètement ubuesque en est à sa troisième édition. Et le plus fort, c'est que du côté des personnes âgées, le bilan est complètement à côté de la plaque.

Xavier Bertrand, a promis aujourd'hui une "évaluation sans tabou avant l'été" du lundi de Pentecôte travaillé pour financer la dépendance des personnes âgées et handicapées. "Je ne suis pas là pour vous dire que tout va bien", a-t-il déclaré sur RTL. "Nous allons avoir une évaluation, il y aura avant l'été, sous l'autorité du Premier ministre, une réunion avec les ministres concernés pour faire le point."

Bon, eh bien, il a intérêt à assurer, sur ce coup-là, parce que ce bigntz n'a que trop duré !

Pour en savoir plus :
1. Le lundi de Pentecôte (Chez Luc - janvier 2005)
2. Le lundi de Pentecôte à Raffarin (Chez Luc - avril 2005)
3. Le lundi de Pentecôte : ferié ou pas ? (Chez Luc - juin 2006)
4. La pagaille du lundi de Pentecôte, encore (rfi)
5. Le gouvernement va évaluer le Lundi de Pentecôte travaillé (La Tribune)
6. Lundi de Pentecôte : un bilan insuffisant qui appelle de vraies solidarités selon l'AVVEC (senior actu.com)
7. La Pentecôte divise encore, Xavier Bertrand promet d'y remédier (Le Monde)

Crédit photo : AFP

Libellés :

3 Comments:

Blogger Patrick said...

Si je me souviens bien, tout ça est parti de la canicule de 2003... Au fait, on est donc le 28 mai, et le col du Galibier vient d'être fermé en raison de fortes chutes de neige.

Vous avez dit canicule ?

lundi, 28 mai, 2007  
Blogger Jack said...

C’est de la même veine que les 35h dans beaucoup d’entreprises, on ne décide pas de la modalité d’application, du coup, c’est le n’importe quoi.
Ici on embauche, là on paye en demandant un effort de productivité, là-bas on paye sans rien demander en échange et sans embaucher, ailleurs on ne change pas les horaires et les employés récupèrent à leur convenance désorganisant le travail collectif, tandis que les cadres eux font toujours entre 50 et 60 heures semaine en zigzagant au milieu de toutes ces pratiques....
Je voudrais vous narrer une anecdote vécue dans une grande entreprise Sud Coréenne. La Corée n’est pas un modèle de concertation, c’est comme souvent en Asie une société qui fonctionne comme l’armée.
On décida un beau jour, que vu l’encombrement des routes le matin, à partir de lundi prochain, l’ensemble du personnel travaillant à la journée arriverait une heure plus tôt et quitterait son travail une heure plus tôt : par une simple note de service.
Tout le monde obéit sans broncher. Cette manière de faire en France n’est pas imaginable : on n’arrive même pas à définir une plage horaire par service au restaurant d’entreprise...

Nous ne sommes pas seulement le pays aux 300 fromages, mais aussi celui de la pagaille...ce qui nous fait une raison de plus pour râler.

Je vais vous faire une confidence, je suis assez fasciné par les peuples du nord qui savent si bien se plier à la discipline individuelle pour le bien de tous, et l’individualisme effréné des peuples du sud me tape souvent sur les nerfs.
Mais en bon gaulois j’aime aussi la résistance aux règlements qui sont rarement intelligents et donc la désobéissance : du coup il me faut aussi accepter la pagaille.
Entre les deux je balance continûment.


Eh oui Patrick, même à la météo c'est la pagaille...

lundi, 28 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

J'ai toujours pensé que cette histoire du lundi de Pentecôte n'était qu'une façon déguisée et malhabile de remettre la France à 8 heures de boulot supplémentaire, pour revenir un peu sur la mesure des 35 heures. Mais d'une part, toute la France n'est pas aux 35 heures (donc pour ceux qui n'y sont pas, c'est une vraie régression), et d'autre part la seule compensation était "morale" : solidarité avec les petits vieux. Pas très vendeur, tout ça, si vous voulez mon avis...

Sur le même sujet (revenir sur les 35 heures), la suggestion d'heures sup exonérées de charges de Sarko est nettement plus attrayante, puisque l'employé y trouve son compte : il serait en effet payé pour son travail supplémentaire (reste à vérifier que des heures sup vont vraiment être proposées auxdits employés - j'ai personnellement quelques doutes, mais on verra). En revanche, cette mesure ne me semble nullement aller vers plus d'emploi (plutôt proposer des heures sup que d'embaucher un nouvel employé)...

En tous cas, compenser le lundi de Pentecôte par le jeudi de l'Ascension, c'est très créatif* ! Bravo CORA !

*Je me demande si Dieu (ou tout au moins le Pape) a été consulté au sujet de cet échange ?

vendredi, 01 juin, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home