Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mercredi 12 septembre 2007

Cruising altitude

Cruising altitude

"Bonjour, ici c'est le commandant de bord qui vous parle. Nous avons à présent atteint notre altitude de croisière. Vous pouvez défaire votre ceinture de sécurité. Un rafraîchissement va vous être servi par le personnel de cabine ..."

Et là, c'est l'instant magique. Le décollage s'est bien passé et on vole au dessus des nuages. Dehors, l'horizon s'étend à l'infini. On est bercé par le doux zonzonnement de l'avion, et les préoccupations quotidiennes sont loin, très loin.

J'aime bien la sensation qu'on ressent à ce moment là. On est à 11000 mètres, là où tout est bien dégagé. On est totalement détendu. Les tracasseries à l'enregistrement des bagages et à l'embarquement sont loin derrière nous. La fatigue du vol long courrier n'est pas encore là. A cet instant là, on est simplement détendu, relaxé, l'esprit vide, zen. On a juste peut-être un peu soif, mais la ravissante hôtesse que voilà va nous arranger ça.

Pourquoi je vous raconte ça ? Parce que j'aime bien, dans la vie, les moments où on a l'impression (parfois illusoire), que "tout baigne". Qu'on est dans une séquence où la vie a l'air d'un long fleuve tranquille. Et ces moments là, il faut savoir les goûter, les savourer, avant que la séquence suivante arrive, celle où il faut vite retourner à son siège et attacher sa ceinture ...

Là, pour l'instant, c'est "cruising altitude".

Crédit photo : Luc

Libellés :

5 Comments:

Blogger Genorb said...

Luc je suis en parfaite sympathie avec toi!! J'adore aussi les (rares) moments ou on a l'impression que tout baigne. Ces petits moments ou on est completement relax. C'est si rare quand on vieilli et qu'on rentre de plein pied dans la vie d'adulte (femme(s) :) , enfant(s), boulot, maison/appart a s'occuper et toutes les tracasseries de la vie quotidienne). Il faut en effet savoir les savourer, faire que ces moments dure en les vivant a fond.

zenement votre,

genorb

mercredi, 12 septembre, 2007  
Blogger JR said...

j'approuve!
j'adore aussi ce moment en avion.
et dans la vie...
merci pour ce billet.

mercredi, 12 septembre, 2007  
Blogger Vicnent said...

tu blogues depuis l'avion ??? ;-)

À ne pas rater !!

jeudi, 13 septembre, 2007  
Blogger Betty said...

@ Genorb : en vieillissant, moi je trouve qu'il y a de plus en plus de moment ou tout baigne !
avec l'age on devient zen...

Le vrai moment EXTRAORDINAIRE ou tout est simple, magique, loin, loin, très loin des préoccupations quotidiennes c'est la marche !
Sensation de libertés absolue le monde nous appartient tant que nos jambes nous portent on a l'impression (l'illusion ?!) que l'on peut aller au bout du monde. Plus de frontière, plus d'horaire, aucune dépendence mécanique : juste trouver à manger et où dormir. Et la tranquillité, un paysage qui défile à vitesse humaine...
Ah le bonheur !...


Même senstion en bateau (à voile) le silence, l'immensité... sauf quand le temps change, c'est moins zen tout à coup... quoique !

jeudi, 13 septembre, 2007  
Blogger Jack said...

Zen attitude en avion : drôle d’idée. Mais je comprends, on vient de décoller et la foutue période où l’on est sûr du crash si les moteurs lâchent est derrière nous : c’est comme quand tu as mal est que tout à coup ça passe...
La tension baisse de 2 crans et on est bien !

Pour moi le bonheur c’est le bruit de l’eau sur la coque, au largue...les yeux sur l’horizon et la tête qui flotte sur un océan de béatitude, sans moteur ni pétrole, juste jouet de l’eau et du vent.

Deux écureuils qui se poursuivent dans les pins, la fauvette qui vient prendre son bain dans la fontaine, sont aussi des moments de pur bonheur qui nous sont donnés chaque jour.

vendredi, 14 septembre, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home