Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

vendredi 7 septembre 2007

"Nessun Dorma de Puccini", par Luciano Pavarotti


lien direct vers YouTube


Luciano Pavarotti nous a quitté hier. Il s'est éteint dans sa ville natale de Modène, en Italie.

En hommage à cette voix exceptionnelle, je vous propose d'écouter Nessun Dorma, qui est un tableau de l'acte final de l'opéra Turandot, de Puccini. La vidéo ci-dessus a été tournée lors d'un concert qu'il a donné à Paris en 1998.

Même ceux qui n'aiment pas l'opéra ne pourront pas rester insensibles à l'émotion que dégage ce ténor quand il chante. Qu'il repose en paix.

Les vidéos du vendredi :

Les cinq dernières :
1. "La Belle de Cadix", par Luis Mariano (31 août)
2. "Madame rêve", par Alain Bashung (10 août)
3. "Je m'éclate au Sénégal", par Martin Circus (3 août)
4. "Sure Thing", par St Germain (27 juillet)
5. "Love is All", par Ronnie James Dio (20 juillet)

Le top dix :
1. "Pure Devotion" par Freeloader
2. "Invincible" par Astonvilla
3. "Le cafard des fanfares", par Ours
4. "Where The Streets Have No Name" par U2
5. "Dream On" par Depeche Mode
6. "Sliding" par Dzihan & Kamien
7. "Tom's diner" par Suzanne Vega
8. "Cherish The Day" par Sade
9. "June", par Madita
10. "Must Be Dreaming" par Frou Frou

Crédit vidéo : boellebent

Libellés :

6 Comments:

Blogger Patrick said...

Au risque de détonner, je remarque qu'il était rare d'entendre Pavarotti sans l'aide de micros... Dans cette vidéo, c'est même deux micros ! A chaque fois, ça me choquait.

J'ai eu le privilège d'entendre cet été à Moscou (pas au Bolchoi qui était en travaux mais dans la salle "annexe", le НОВАЯ ОПЕРА) un Boris Godounovde Moussorgsky. Proprement Grandiose (avec un G majuscule). Pas un micro, pas un haut parleur en vue. Vers la fin, un choeur d'environ 150 hommes chante à se casser la voix - les murs du théatre en tremblent presque. S'avance lentement Boris (une basse). Arrivé au devant de la scène, devant le choeur hurlant, il prend son souffle, et entame puissamment son couplet qui, de façon proprement incroyable, couvre les voix du choeur (dont les chanteurs hurlent de plus belle - et je ne dis rien de l'orchestre). A ce moment, j'ai retenu mon souffle, complètement estomaqué, stupéfait, abasourdi, bouleversé. Je me suis dit "c'est pas possible, y'a un truc". Mais non. Pas de truc, pas de micro, pas de haut parleurs. Et ça a duré plusieurs minutes.

Ce Boris, je vous le dit tout net, ça, c'est un chanteur d'Opéra.

samedi, 08 septembre, 2007  
Blogger Patrick said...

P.S. Le "Boris" en question s'appelle Vitaly Efanov . Moi, je vous le dis, ca, c'est de la basse !

samedi, 08 septembre, 2007  
Blogger Jack said...

Patrick : le truc, c'est surement l'acoustique de la salle...sans vouloir minimiser les mérites de Vitaly (le bien nommé).

samedi, 08 septembre, 2007  
Blogger Betty said...

Oui moi aussi je me suis souvent demandé pourquoi Pavaroti avait un micro. ce n'est pas logique pour l'opéra et puis je me suis aperçue (avec l'aide de qq fans d'opéra)que les enregistrements "d'opéra" sont, de nos jours, très rarement fait dans une salle d'opéra mais plutot à l'occasion de grand "show" spectaculaire. Donc micro insipensable. Pour savoir si un ténor est un grand ténor il faut l'avoir vu en vrai dans une salle d'opéra. Je n'ai pas vu Pavaroti (ni jamais personne d'autre d'ailleurs). Mais les amateurs ont l'air d'avoir du respect pour lui alors je pense que ce n'était pas le dernier des nuls !! loin de là.

Cette vidéo m'impressionne, par la justesse de ton, la perfection de la voix sur la musique (ou le contraire ?) et la concentration intense de ce visage -
Verdicte : j'ai eut la chair de poule ! merci Luc.

lundi, 10 septembre, 2007  
Blogger Patrick said...

Oui, bien sûr, une salle d'Opéra bien concue doit avoir une excellente acoustique, ce qui était sans doute le cas du Novaia Opera pour ce Boris Godounov. En plus, nous étions idéalement placés.

Mais quand même, un chanteur d'Opéra avec un micro, c'est un peu comme un coureur cycliste équipé d'une mobilette, ou d'un sauteur en hauteur chaussé de chaussures à ressort...

Ceci étant, feu Pavarotti chantait bien, à n'en pas douter...

mardi, 11 septembre, 2007  
Blogger Jack said...

Patrick : j’ai toujours de la peine à croire aux surhommes du genre qui explosent les ampoules avec le son de sa voix. Par contre je me souviens du théâtre d’Epidaure dans le quel un murmure au centre de la scène était perceptible depuis les derniers gradins du haut, l’acoustique des différentes salles n’est pas toujours aussi bonne et puis c’est tellement facile aujourd’hui de recourir à l’aide de la technique que la tentation est trop forte.
Mais au fait, une bonne acoustique, même antique, est aussi de la technique.

mardi, 11 septembre, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home