Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 8 janvier 2009

Gaza : Israël durcit l'opération "plomb durci"



La bande de Gaza est une bande de 41 km de long, qui fait entre 6 et 12 km de large. Pour vous donner une idée, c'est grand comme la vallée du Lubéron : de Cavaillon à Apt, il y a trente km, et, jusqu'à Céreste, ça fait quarante km. Et 12 km, c'est la distance entre l'Abbaye de Sénanque et Oppède le vieux. Sur cet espace s'entassent 1,4 millions de réfugiés palestiniens, entourés de murs, tant du côté égyptien que du côté israélien. Toutes les routes se terminent par un barrage, et Israël applique un blocus sans faille à ce territoire.

On ne va pas refaire l'histoire, mais le conflit israelo-palestinien dure depuis plus de soixante ans. Et puis, le 19 juin 2008, un accord de cessez le feu avait pu entrer en vigueur entre Israël et le Hamas, suite à l'intervention de l'Egypte.

Ce cessez-le-feu a tenu quatre mois, jusqu'au 5 novembre 2008. Ce jour là, les forces israéliennes ont lancé un raid à Gaza, pour tuer six militants armés du Hamas, rompant ainsi le cessez-le-feu. (source : The Guardian)

Suite à ce raid, le Hamas a repris ses tirs de roquettes sur les villes israeliennes d'Ashkelon et de Sderot. Et puis, fin décembre, une roquette a fini par faire un mort du côté israélien, à Sderot.

Alors, le 27 décembre, le gouvernement israélien, qui semble-t-il n'attendait que ça, utilise ce prétexte pour lancer une offensive aérienne et terrestre d'une violence sans précédent sur le territoire de Gaza. Il l'ont baptisée "plomb durci".



Tout y passe : les cibles stratégiques du Hamas, bien sûr, mais aussi les civils, femmes en enfants. Le 6 janvier, à Jabaliya dans le nord de Gaza, les forces israéliennes ont attaquées une école de l'ONU, peinte en bleu et avec des drapeaux de l'ONU, et ont fait 20 morts.

Alors, je sais bien qu'en France il est mal venu de critiquer Israël sous peine de se faire taxer d'anti-sémitisme primaire, mais je dirais quand même ceci : rompre une trève de quatre mois, et se lancer avec une telle sauvagerie sur des populations civiles encerclées par des murs de béton de huit mètres de haut incapable de fuir ailleurs, cela ne va avoir qu'une seule conséquence : renforcer le prestige du Hamas, et les transformer en héros :



Alors, je ne sais pas ce que cherche Israël. Mais pour moi, une chose est sûre à présent : ils ne veulent pas de la paix.

Pour en savoir plus :
1. Gaza truce broken as Israeli raid kills six Hamas gunmen (The Guardian)
2. Israël frappe le Hamas à Gaza: plus de 200 morts et 700 blessés (AFP)
3. Gaza: plus de 400 morts, dont un chef du Hamas (AFP)
4. Au moins 20 morts dans une attaque contre une école dans la bande de Gaza (AFP)
5. Opération Plomb durci (Wikipédia)

Crédit infographie : Wikipedia
Crédit photos : Hatem Moussa et Nasser Shiyoukhi

18 Comments:

Blogger Patrick said...

On parle beaucoup de la disproportion des actions agressives des uns et des autres. Pourtant, c'est la base de la dissuasion : "si tu me titilles, je t'écrase". Comme nous avec notre dissuasion nucléaire qui est sensée nous éviter toute agression. Mais ce principe préjuge que le coût de la vie (ou peur de la mort) est équivalent chez les deux protagonistes. Ce qui ne semble pas être le cas dans cette partie du monde... Et du coup, la dissuasion ne fonctionne pas et on en arrive à ces atrocités...

vendredi, 09 janvier, 2009  
Blogger Bruno du grand sud est said...

comment 300 millions d'arabes peuvent-ils sans broncher, regarder 7 millions d'Israéliens massacrer et dépouiller les Palestiniens depuis des lustres ?
eh bien parce qu'ils sont complètement pervertis par le dollar.
l'appui américain pour Israel n'expliquant pas tout, la légendaire solidarité des pays arabes permet ce tour de force.ils sont Tellement soucieux de nous en foutre plein la vue avec leur tour grotesque et leurs patinoires en plein désert qu'ils sont devenus sourds, aveugles et avides.
de plus,tant que leurs femmes seront fières d'offrir leur progéniture en martyr avec des sanglots démonstratifs aux différentes presses rien ne bougera dans cette région.

vendredi, 09 janvier, 2009  
Blogger Jack said...

C’est intéressant de transposer la bande de Gaza dans le paysage provençal, cela donne une bonne idée de l’échelle. (Pour ceux qui fréquentent cette vallée). Par contre le nombre d’habitants n’est en effet pas comparable : dans cette région du monde on se fait aussi une guerre démographique, aussi bien d’un côté que de l’autre de la frontière. Les palestiniens tiennent le pompon avec une population composée majoritairement d’enfants. Cette situation complique très sérieusement toute intervention militaire israélienne face à l’opinion mondiale.
Faire un maximum d’enfants pour en tirer un avantage démographique et stratégique est une méthode assez barbare, mais qui a prouvé autrefois son efficacité : « croissez et multipliez... ».
Par contre cet objectif à long terme ne justifie en rien l’attitude d’Israël, dont on peine à comprendre la stratégie, depuis quelques années elle semble vouloir transformer cette bande de terre en un vaste « ghetto *», maintenus sous perfusion par l’aide internationale : pas de port, pas d’aéroport, de hauts murs et les points d’entrée contrôlées comme les entrées d’un vaste camp. Plus passe le temps et moins on comprend comment de telles méthodes pourraient mener à une issue pacifique.
Les fanatiques semblent l’emporter et la communauté internationale est bien trop divisée pour imposer des solutions raisonnables aux belligérants.

L’opinion publique mondiale est fatiguée de ce conflit, tout comme elle est fatigué des conflits et famines africains.

Il faut l’optimisme et l’activisme d’un Sarkozy pour encore tenter une nième médiation.

(*) C’est étrange comme l’Histoire peut bégayer.

vendredi, 09 janvier, 2009  
Blogger Patrick said...

C'est vrai, Gaza a des relents de ghetto... Mais quelle solution ? Perso, je ne crois pas à un pays réparti sur deux territoires. Ca n'a pas marché pour le Pakistan qui s'est scindé en Pakistan et Bengladesh. Et Gaza est trop petit pour être un pays... Alors il faut qu'ils s'entendent avec Israël. Y a-t-il un autre scanario ?

vendredi, 09 janvier, 2009  
Blogger Patrick said...

J'oublais de reconnaître l'activisme de Nicolas en faveur de la paix dans cette affaire. Mais le vibrionnage peut-il vraiment remplacer une diplomatie puissante, réfléchie et influente (diplomatie qui nous fait bien défaut, à mon avis) ? Les jours qui viennent nous l'apprendront.

vendredi, 09 janvier, 2009  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Peut-être Nicolas Sarkozy aurait-il dû prendre Ségolène Royal comme envoyée spéciale pour négocier avec le Hamas. En effet, en décembre 2006, elle avait déclaré partager le point de vue du député du Hezbollah libanais qui venait de traiter les israéliens de nazis. Un rapprochement de point de vue comme ça, ça permet d'ouvrir le dialogue, non ?

Et puis, si elle s'était mise à un check-point de Gaza pour scander "fra-ter-ni-té", ça aurait peut-être fait de l'effet, non ?

;-)

samedi, 10 janvier, 2009  
Blogger Luc said...

@ Jack : "Faire un maximum d’enfants pour en tirer un avantage démographique et stratégique est une méthode assez barbare, mais qui a prouvé autrefois son efficacité : « croissez et multipliez... ». "

C'est effectivement assez barbare, mais c'est le fondement même de la lutte entre les peuples.

Nous mêmes, dans nos guerres avec l'Allemagne, il fallait que nos mères fassent le plus possible de "chair à canon".

L'évolution de la démographie ethnique est une arme imparable.

Juste un exemple, si vous consultez les prévisions américaines, les blancs vont cesser d'être majoritaires aux Etats-Unis en 2042. Dans les pays d'Europe en général et en France en particulier, je ne sais pas, vu que les statistiques ethniques sont interdites en France.

En ce qui concerne la Palestine, elle était il y a deux siècles peuplée d'arabes quasi exclusivement. Et les immigrés juifs ont commencés à affluer à partir de 1881, puis il y a eu une deuxième vague peu avant la guerre de 14-18. deux autres vagues ont suivi après la première guerre mondiale et puis, pour faire court, 80% des arabes palestiniens ont été mis dehors de leur pays en 1948, et se sont retrouvés dans des camps de réfugiés à Gaza. Ceux-là même qu'Israël est en train de pilonner aujourd'hui. (lire 1948 Palestinian exodus - Wikipedia)

Alors, cette espèce de compétition démographique, c'est vraiment pathétique sur le plan humain.

Elle cessera le jour où les peuples cesseront de s'entre-tuer.

Je pense que, si on veut avoir un espoir d'y arriver un jour, il faudrait commencer par tordre le coup à toutes les religions ... Peut-être cela aiderait-il ?

samedi, 10 janvier, 2009  
Blogger Patrick said...

Tordre le cou aux religions ? Un projet de longue haleine - et pas forcément nécessaire.

En revanche, la stricte séparation de la religion et de l'état, ça, oui. C'est d'ailleurs ce qu'à réussi a faire le Fatah de Mahmoud Abbas en Cisjordanie, semble-t-il... Et Mustafa Kemal Atatürk en son temps... Mais quand la religion prétend régir la chose publique (genre mise en application de la Charia), ça ne mène qu'à de très mauvaises choses.

C'est pourquoi je ne soutiens guère les velléités du Dalaï Lama sur le Tibet (mais c'est une autre histoire)...

samedi, 10 janvier, 2009  
Blogger Jack said...

"Paris vaut bien une messe" en quelque sorte :-)

samedi, 10 janvier, 2009  
Blogger Luc said...

A propos des forces israéliennes qui tirent des obus sur une école de l'ONU, vous savez que, dans un premier temps, les israéliens avaient justifié cette attaque en prétendant que des tirs étaient partis de cette école.

Eh bien ils viennent d'admettre que non. Evidemment, aucun tir n'était parti d'une école contrôlée par l'ONU.

Source : IDF officers admitted there was no gunfire from Gaza school which was shelled (Haaretz)

samedi, 10 janvier, 2009  
Blogger Patrick said...

Bon, ça commence à bien faire, cette affaire. Quand est-ce qu'on dit "pouce" ?

jeudi, 15 janvier, 2009  
Blogger Patrick said...

Allez, ça suffit ! Stop ! Pouce !

samedi, 17 janvier, 2009  
Blogger Jack said...

Devant le déséquilibre militaire évident entre Palestiniens et Israéliens, on a spontanément envie de prendre partie pour le plus faible. Heureusement, il reste quelques journalistes qui vont sur place et font des reportages édifiants : c'est le cas de celui que j'ai pu voir cette semaine sur canal + dans la bande de Gaza durant les semaines qui précédèrent la fin de la trêve. On y voit le vrai visage du Hamas, on y voit aussi (mais pas leurs visages) qu'il existe des palestiniens encore plus bellicistes que que ces derniers.
Après avoir vu ce document, une évidence m'apparait, il n'y aura aucune bonne méthode pour régler un conflit avec des gens qui nient le droit d'exister d'Israël.
Et je crois qu'Israël n'a aucune chance, elle finira submergée par la démographie palestinienne.
J'ai entendu à plusieurs reprises cette semaine que ce conflit n'est pas religieux, mais territorial.
C'est sans doute vrai : il n'empêche qu'au cours de ce reportage le nom de dieu est prononcé presqu'à chaque phrase, dans la bouche des palestiniens.
A bien y réfléchir, c'est chose normale pour les musulmans de faire référence continuelle à dieu, car la laïcité au sens où nous la pratiquons en occident de nos jours n'a sans doute pas de sens ici.
Tout comme cela fut longtemps le cas chez nous jusqu'au siècle dit "des lumières". Je me souviens combien il me fut pénible de lire le récit des aventures d'un certain Fernão Mendes Pinto (Pérégrination) on y trouve le nom de dieu au détour de chaque page et comme l'ouvrage en compte 800, au bout d'un moment ça lasse ... malgré l'intérêt du récit. Mais cela nous éclaire sur la totale soumission de toute pensée à la religion.
La référence a dieu, qui donne légitimité a toute action est donc obligatoire dans ce monde.
Du même coup la Raison n'a pas droit de cité.
Tout cela pour dire que face à tant de fanatisme, je ne vois pas ce que pourrait être la bonne stratégie pour Israël.

dimanche, 18 janvier, 2009  
Blogger Patrick said...

Il m'apparaît clairement que le Hamas a pris en otage la population de Gaza. On s'indigne des tirs sur les mosquées et les écoles - mais c'est bien là que le Hamas se dissimule...

Toutefois, ce n'est pas parce qu'on a affaire à des ordures qu'il faut se comporter en ordure. Là, Israël a donné une bonne raclée au Hamas (en faisant aussi malheureusement de trop nombreuses victimes innocentes). Maintenant, c'est par la diplomatie qu'il faut tenter de détruire le Hamas. Je remarque que les "amis" arabes des palestiniens n'ont protesté que du bout des lèvres. Ils détestent presque autant le Hamas que les Israéliens ! Même les protestations des frères palestiniens de Cisjordanie ont été fort discrètes...

dimanche, 18 janvier, 2009  
Blogger Jack said...

Lorsqu'on voit la manière dont le Hamas traite ceux du Fata dans la bande de Gaza, on comprend que les protestations cisjordanniennes soient molles...
Tu parles d'écoles, dans ce reportage on voit un adulte qui apprend la kalachnikov à son gosse de 10 ans auquel on distille à longueur de journée la haine d'Israël.
On y voit aussi un maçon,père de 14 enfants, vivant dans deux pièces, au chômage depuis qu'il lui est devenu impossible de passer la frontière pour aller travailler en Israël, et dont la famille est nourrie par la Hamas...
Comme tout reportage celui-ci ne montre sans doute qu'une partie de la réalité. Cette partie là en tous cas fait sérieusement douter qu'une solution puisse être trouvée à ce conflit.

lundi, 19 janvier, 2009  
Blogger Luc said...

@ Jack "Mais cela nous éclaire sur la totale soumission de toute pensée à la religion."

Tu ne crois pas si bien dire : "Islam", en arabe, ça veut dire "soumission" (sous-entendu à la volonté de Dieu).

L'Islam, c'est la religion de la soumission ...

mercredi, 21 janvier, 2009  
Anonymous Anonyme said...

Aucune bombe n’a touché l’école de l’UNRWA
Selon l’enquête du journal canadien «Globe and Mail», sur le bombardement de l’école de l’UNRWA dans la bande de Gaza, qui avait valu à Israël un concert international de protestations véhémentes, aucune victime n’est morte à l’intérieur de l’enceinte du complexe scolaire.

Les Palestiniens avaient annoncé que 43 personnes avaient trouvé la mort au cours de l’attaque de l’aviation israélienne sur cette école de Jebaliyah, dans laquelle elles s’étaient réfugiées. Or les journalistes canadiens ont interrogé de nombreux témoins sur place qui ont déclaré que, bien que plusieurs personnes aient été touchées par des projections, aucun de ceux qui étaient présents dans le bâtiment n’a été tué.
Selon un des témoignages recueillis, trois élèves sont morts au cours de cette riposte de Tsahal, mais ils étaient à l’extérieur de l’école.
Un cadre supérieur de l’UNRWA à Gaza, John Jing, a reconnu pour sa part que les bombes israéliennes étaient toutes tombées hors des bâtiments scolaires.

lundi, 02 février, 2009  
Blogger Luc said...

De toutes façons, Israël savait très bien où était l'école de l'UNRWA, vu que Tsahal avait déjà envoyé des obus dessus lors de l'invasion de Gaza par Israël en octobre 2004.

(lire : UNRWA Gaza Field assessment of IDF Operation Days of Penitence - United Nations Information System on the Question of Palestine - 20 octobre 2004)

lundi, 02 février, 2009  

Enregistrer un commentaire

<< Home