Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 25 avril 2009

Libération vire au tabloïd !


lien direct vers Dailymotion


Mercredi soir, Rachida Dati participe à un meeting des jeunes de l'UMP. Ils ont organisé une parodie de jeu télévisé (genre "qui veut gagner des millions") qu'ils appellent "Le Grill", et à laquelle participent Dominique Riquet, Christophe Bechu et Rachida Dati. Dans ce jeu, ils alternent questions ridicules et questions sérieuses. Pour avoir une idée plus précise vous pouvez écouter cette vidéo. Quand ça a été à Rachida Dati de répondre, elle l'a fait avec humour à certains moment et sérieusement à d'autres.

Les journalistes, qui étaient partis depuis longtemps quand Rachida Dati est arrivée sur scène, sont tombés par hasard sur la bande son avec ses réponses "décalées". Et jeudi matin la presse toute entière s'est déchaînée. Jusqu'à ce que jeudi soir, au Grand Journal de Canal +, Yann Barthès diffuse les images de la participation de Rachida Dati au meeting. Images qu'il était le seul à avoir, vu que toutes les télés s'étaient barrées du meeting dès le début !!!

Et là, tous les journalistes se sont enfin aperçus de leur bévue, et ils ont tous rectifié le tir. Même Frédéric Bonnaud, dans sa chronique "Politiquement incorrect" sur Europe1 vendredi midi, c'est vous dire !!!

Tous, je vous dis ! Tous, sauf un. Voici la "une" de Libération de vendredi matin, après la diffusion de Yann Barthès, donc :



En France, il y avait des grand journaux d'information, comme France Soir, par exemple, fondé par Pierre Lazareff en novembre 1944, et qui a réuni les signatures de personnalités comme Joseph Kessel, Lucien Bodard, Henri de Turenne, Henri Amouroux ou Philippe Labro. Aujourd'hui, c'est devenu un tabloïd dont la seule signature connue est celle de Paul Wermus !

Eh bien, sous la houlette de Laurent Joffrin, il semble bien que Libération emprunte le même chemin. Quelques jours seulement avoir publié des ragots erronés au sujet de José Luis Zapatero, voilà qu'ils recommencent avec Rachida Dati, et en "une" en plus !

"Libé" vire donc tabloïd. C'est bien dommage ... A quand la fille seins nus en page 3, comme dans "The Sun" ?

Pour en savoir plus :
1. Convention EU ce que vous n'avez pas entendu dans les médias (Dailymotion)
2. "Politiquement incorrect" du 24 avril 2009 (podcast Europe1)

Crédit vidéo : LePostfr
Crédit image : Libération

31 Comments:

Blogger Patrick said...

Faut dire que la Dati, elle a fait fort, au sujet de l'Europe...

Boire un petit coup, c'est agréable... mais ça a des conséquences... Peut-être faudrait-il songer à lui rationner les petits verres ?

jeudi, 30 avril, 2009  
Blogger Patrick said...

Parce que, on peut essayer de la couvrir en expliquant qu'elle plaisantait, mais ce qu'elle a dit au sujet des attributions de l'Europe, et la manière dont elle l'a dit, ça ne me fait pas rire du tout, mais alors PAS DU TOUT. J'ai le fort sentiment qu'elle a fait mine de plaisanter pour masquer son ignorance totale sur le sujet. En tous cas, je considère que c'est tout à fait indigne d'une candidate à la députation Européenne.

Avec cette façon de traiter les questions européennes, pas étonnant que les français n'y croient pas...

jeudi, 30 avril, 2009  
Blogger Jack said...

"Essayer de la couvrir...", comme tu y vas Patrick, apparemment il y en a même qui y sont parvenu (ce bébé n'est pas venu seul), mais au fait on ne sais toujours pas qui???

jeudi, 30 avril, 2009  
Blogger Luc said...

@ Patrick : "la manière dont elle l'a dit, ça ne me fait pas rire du tout"C'est marrant comme les gens de gauche (ou du MoDem, c'est un peu pareil ...) :
(1) N'ont aucun sens de l'humour.
(2) N'imaginent pas une seule seconde que des gens de droite puissent en avoir !

:-)

vendredi, 01 mai, 2009  
Blogger Patrick said...

J'aime beaucoup l'humour bien manié, quelles que soit les opinions du locuteur. Mais je ne goûte pas les propos de soulards qui n'on rien à voir avec de l'humour. Un imbibé d'alcool qui rit tout seul ne fait pas de l'humour et il ne me fait pas rire.

Soyons clairs :

- Il est patent que, arrivée avec près de deux heures de retard au meeting (Michel Barnier a tenté de justifier ce retard en assurant qu'elle se trouvait en réunion avec les pêcheurs, déclenchant des éclats de rire dans l'assistance), Rachida était à ce moment sous l'emprise de l'alcool. Ses rires idiots le démontrent amplement. Aucun doute à ce sujet.

- Cet état a agi sur elle comme un sérum de vérité : ça a abaissé sa garde et elle a répondu sans pouvoir biaiser. C'est à dire qu'elle a avoué ne rien connaître de la fonction du parlement européen (pour laquelle est est candidate en seconde position de liste, sûre d'être élue). Je rapelle ici ses propos : L'Europe "s'occupe de ce qu'on lui donne à s'occuper. Et puis elle s'occupe de ce qu'on lui donne à s'occuper avec les personnes qui peuvent porter ces affaires à s'occuper. Je l'ai bien fait là ?"

- Encore un exemple est donné lorsqu'elle a évoqué les questions énergétiques avec une incompétence crasse "Alors je récite. 77% de notre énergie... provient du nucléaire, c’est ça?». On lui souffle: «électricité.» «Electricité? Oh ben, vous m’avez dit énergie», pouffe-t-elle avant de tenter un rattrapage hésitant: «Donc, le nucléaire oui, mais il faut quand même se mobiliser pour développer les énergies renouvelables qui sont les éoliennes. C’est ça?" (mais là, on peut lui pardonner, c'est pas son truc).

- On sait que Nicolas Sarkozy a placé Rachida Dati sur cette liste européenne contre son gré, pour l'écarter du pouvoir car elle devenait encombrante. Elle ne l'a accepté que parce que, sinon, c'était la porte et la disgrâce, et parce que Nicolas lui a promis qu'après, il lui réserverait un poste au gouvernement (Dieu nous en garde !). Elle n'en a strictement rien à faire de l'Europe. Et on voit maintenant qu'elle n'a même pas pris le temps de se faire briefer cinq minutes sur le sujet. Je peux vous garantir qu'elle ne mettra que très rarement les pieds au Parlement européen (et encore, si jamais elle s'y rend un jour).

Rachida Dati est une honte pour la République Française et pour l'Europe.

Et ça, c'est bien plus grave que de savoir si Libé fait du tabloïd ou du Canard Enchaîné...

Heureusement, il y a Barnier qui lui, tient la route. Mais à sa place, j'aurai honte de ma colistière...

vendredi, 01 mai, 2009  
Blogger Patrick said...

Quant à ton idée que Libé mettre une Page 3 Girl, c'est une proposition intéressante...

Rachida pourrait ouvrir la série, peut-être...

vendredi, 01 mai, 2009  
Blogger Patrick said...

Vous aurez compris que je suis furieux contre Rachida Dati et contre Nicolas Sarkozy qui l'a imposée en bonne place sur la liste européenne de l'UMP.

A/ Rachida Dati est le résultat d'une politique de discrimination positive qui privilégie la provenance ethnique aux capacités. Je hais toute forme de discrimination - sous réserve que les intéressés se conforment aux règles de la République Française. La discrimination positive est une discrimination. Je la hais.

B/ Rachida Dati a amplement démontré qu'elle préfère le verbe "être" au verbe "faire". La France n'a que faire de gens qui n'aspirent qu'à "être". Particulièrement dans les temps actuels, l'urgence est de "faire".

C/ Je suis furieux contre Nicolas Sarkozy qui a dans cette affaire considéré le Parlement Européen comme un moyen de se débarrasser d'une ministre devenue encombrante. C'est afficher un grand mépris pour l'Europe - alors que, paradoxalement, il a œuvré pour la remettre en selle à travers le traité dit "simplifié". C'est incompréhensible.

Je suis viscéralement pro-européen. D'où ma colère.

vendredi, 01 mai, 2009  
Blogger Luc said...

@ Patrick : ne compte pas sur moi pour défendre Rachida Dati, qui n'est qu'une arriviste incompétente.

Mais, sur ce coup-là les médias se sont bien plantés.

Et, comme je l'ai dit (si tu as tout bien lu mon article) ils ont tous rectifié le tir.

Sauf ... Libération !

(C'était un article à propos de Libé, pas à propos de Dati.)

samedi, 02 mai, 2009  
Blogger Luc said...

@ Patrick : à propos de Rachida Dati, tu peux relire ce que j'avais écrit à son sujet en novembre 2007 : Les caprices de Rachida Dati.

Je viens de le relire moi-même : il n'y a pas une virgule à changer !

samedi, 02 mai, 2009  
Blogger Jack said...

Ah Patrick, j'ai oublié de te remercier pour le lien fourni sur Page 3 girl, très mignonnes(quoique je ne suis pas sur qu'elle aient toutes 18 ans...)

samedi, 02 mai, 2009  
Anonymous Anonyme said...

Luc, je ne vois pas ce que tu reproches à la Une de Libé. Ils ne font que citer la ministre de la justice et en dessous expliquent bien où s'est passé l'évênement.
En gros, ils font leur boulot.

Par ton message, tu défends la réaction déplacée de cette personne méprisante.

Venant d'un défenseur de l'Europe et de l'environnement, je suis une fois de plus choqué par tes propos.

mardi, 05 mai, 2009  
Anonymous Anonyme said...

@ Luc: Par rapport à ton commentaire n° 4.
Je ne suis ni de gauche, ni de droite, ni du milieu, ni des côtés, et pourtant ça ne me fait pas rire non plus.
Depuis 7 ans que le petit nerveux et sa clique sont au pouvoir, je ris de moins en moins.
C'est grâve docteur?

mardi, 05 mai, 2009  
Blogger Luc said...

@ Anonyme : "Luc, je ne vois pas ce que tu reproches à la Une de Libé. Ils ne font que citer la ministre de la justice et en dessous expliquent bien où s'est passé l'évênement.
En gros, ils font leur boulot."
Pas vraiment.

Si tu relis bien ce que j'ai écrit, tu t'apercevra que :

(1) Ils nous sortent vendredi matin une citation qui date de mercredi soir, et dont tous les médias ont parlé jeudi. Pas vraiment sur le coup, donc. D'ailleurs, si le journaliste de Libé présent au début du meeting des jeunes UMP ne s'était pas barré au bout d'un quart d'heure et était resté jusqu'à la fin, il aurait pu assister en direct live aux réponses de Dati, et sortir sa une le jeudi matin. Là, OK, il aurait fait son "boulot de journaliste engagé", et il n'y aurait rien eu à dire de spécial. Mais là, vendredi matin, c'est du réchauffé !!!

(2) Ils ne se sont pas contentés de "citer la ministre de la justice", ils l'ont fait en gros, sur toute la Une du journal. C'est plus une "Une", c'est un tract !

(3) Ils ont concocté cette "Une" fracassante après la séquence de jeudi soir du Petit Journal de Canal +, qui recadrait la séquence dans son contexte de parodie et de franche rigolade. Donc, au moment où ils ont mis sous presse, ils savaient parfaitement que cette "Une" ne correspondant plus à rien de réel. (Il n'y a guère que Patrick pour croire encore qu'elle avait un coup dans le nez !) Mais il l'ont quand même publié.

Si t'appelles ça "faire son boulot de journaliste", on ne doit pas avoir la même conception du métier de journaliste.

D'où mon article ...

mardi, 05 mai, 2009  
Blogger Luc said...

@ Anonyme N°2 : "Depuis 7 ans que le petit nerveux et sa clique sont au pouvoir, je ris de moins en moins."Putain, sept ans déjà ? Comme le temps passe vite !!!!

mardi, 05 mai, 2009  
Anonymous Anonyme said...

Oups, je voulais dire Garde des sceaux.
Et dire que cette incompétente a été porte parole de Nicolas Sarkozy.
ça vaut toutes les Ségolènes en boubou.

mardi, 05 mai, 2009  
Blogger Patrick said...

Pour ce qui est du coup dans le nez, j'ai simplement décidé de dire que le Roi est nu - lorsqu'il est nu.

Quelqu'un qui rit de façon bête et incontrôlée et qui exprime des propos incohérents a un coup dans le nez - ou de la Marie-Jeanne dans les bronches - au choix. C'est comme ça. J'ai pas le droit de le dire ? Bon, je retire mon commentaire.

Tout comme quelqu'un qui se gratte le nez à tout bout de champ est très vraisemblablement cocaïnomane. C'est comme ça. Pas le droit de le dire ? Bon. Je retire mon commentaire.

Pour ce qui est de Mme La Ministre Dati, loin de moi l'idée de lui reprocher d'aimer le champagne ! On est en France, tout de même ! Sa sortie titubante dans les jardins de l'Elysée était plus amusante qu'autre chose. Le problème, c'est quand on consomme de l'alcool avant un meeting politique et que, du coup, on ne peux que balbutier des conneries sans queue ni tête. Ca, c'est pas bien.

Je me souviens d'avoir rencontré Raymond Barre (à l'époque maire de Lyon et bon vivant) à la sortie d'un déjeuner à la Foire de Lyon (la fin du repas se situant vers 17 heures, et on imagine que tous les vins de la région ont été servis à ce repas). Il a été interviewé par un journaliste qui lui a demandé que quoi il avait été question durant le repas. Il était écarlate et a tout juste réussi à dire d'une voix de sénateur avec des trémolos dans la voix "Nous avons fait un vaste tour d'horizon des questions importantes". J'ai trouvé ça plutôt amusant. Ce jour-là, il avait fait son boulot de Maire en y mettant du coeur, et il est sans doute vite rentré chez lui pour s'écrouler dans son lit.

Le cas qui nous occupe est différent. Le boulot de Mme la Ministre ce jour-là, c'était de motiver les jeunes UMP à leur meeting. Et sa prestation a été lamentable.

mardi, 05 mai, 2009  
Anonymous Anonyme said...

(1) La une de jeudi était consacrée au départ de Bouton à la SG. je pense que ça mérite plus sa place que des propos de femme saoule.

(2) Ou peut-être de l'info pour démontrer une fois de plus les abus, les parachutages et les mises au placard (doré) des amis du président devenus gênants. (et dire que le placard des incompétents c'est l'Europe...)

(3) L'info ne correspondait plus à rien de réel? Ah bon?
Serions-nous tombés dans une faille spatio-temporelle ou un monde parallèle dans lequel les mots n'ont pas de conséquences?
Venant de quelqu'un qui pouffe encore de la bravitude de Ségolène, ça me fait sourire.

Tu crois qu'elle n'avait pas de coup dans le nez?
Mais alors dans ce cas c'est grave, elle n'a peut-être pas toutes ses capacités mentales alors?
Ou bien elle a tenté de faire du Sarkozy:
http://minilien.com/?N3A8cF9BFM

Qu'est-ce qu'un bon journaliste selon tes critères?
Un larbin qui ne dit que du bien du président?
Ou un journal comme le Figaro qui passe son temps à retoucher les photos du président et de l'UMP pour les mettre en valeur?
Rappelez-vous la bague ou Carla Vishnou (8ème photo)
http://minilien.com/?nVZouKZlAO

mardi, 05 mai, 2009  
Blogger Luc said...

@ Anonyme : "Qu'est-ce qu'un bon journaliste selon tes critères?"Un bon journaliste, c'est celui qui fait son boulot : c'est celui qui publie des informations, après les avoir vérifiées avant de les publier.

Tout simplement !

jeudi, 07 mai, 2009  
Blogger Patrick said...

Luc, ta définition est excellente pour le journalisme d'information (le chat de la voisine s'est fait écraser hier à 16h32).

Mais il y a aussi le journalisme d'opinion (je considère que les chats sont un danger public, notamment pour la circulation), qui relèverait d'une autre définition...

jeudi, 07 mai, 2009  
Anonymous Anonyme said...

Libération a vérifié les faits en regardant la vidéo avant de publier le transcript.
Par conséquent, cela correspond à tes critères.

Libération n'est donc pas un tabloïd mais un vrai journal.

jeudi, 07 mai, 2009  
Blogger Jack said...

Patrick : moi j'aime bien la presse d'opinion, quand elle l'affiche clairement.

jeudi, 07 mai, 2009  
Blogger Patrick said...

Je suis d'accord avec toi, Jack, la confusion des genres n'est pas souhaitable, et Libé est un peu à cheval sur les deux plans.

Il fut un temps où, à la BBC, le journal était clairement scindé entre : d'une part l'information brute (aucun commentaire), et d'autre part des commentaires (le cas échéant deux opinions contradictoires). Ca manquait certes un peu de rythme, mais on savait très bien où on se situait, la confusion info/opinion n'était pas possible. Moi, ça me convenait très bien...

jeudi, 07 mai, 2009  
Blogger Patrick said...

Au fait, Luc, il y a aussi le journalisme d'investigation. C'est le genre de travail qu'ont fait en leur temps deux journalistes du Washington Post, Carl Bernstein et Bob Woodward, qui a conduit à la démission du Président Nixon...

Il y a donc bien des formes de journalismes... Un pro du sujet pourrait certainement nous en lister d'autres...

Mais trop souvent, les journaleux ne font que ré-écrire les dépèches de l'AFP... Ou encore reproduire les communiqués du pouvoir... Pas vraiment du journalisme, ça, je pense...

jeudi, 07 mai, 2009  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Tout à fait d'accord avec tes derniers commentaires.

@ Anonyme : "Libération a vérifié les faits en regardant la vidéo avant de publier le transcript.
Par conséquent, cela correspond à tes critères."
Hé hé hé, bien sûr. Sauf que, comme je l'ai écrit dans mon papier, Libération a publié cette "information" en caractère gras en une vendredi matin. Et, vendredi matin, cette "info", n'était plus un scoop ! Plus du tout du tout. Surtout avec la rectification diffusée jeudi soir par Yann Barthès dans son Petit Journal de Canal +.

Donc, tu vois, on peut se poser la question : est-ce que faire ça "une" avec en gros titre une phrase qui est du réchauffé de l'avant-veille et qui, replacée dans son contexte, ne veut plus rien dire en soi, c'est vraiment du journalisme professionnel ?

Perso, je dis non.

Vérifie par toi-même, avec tes arguments, tu pourras défendre toutes les "unes" de France Dimanche et d'Ici Paris. Les gros titres de leur "une" sont toujours confirmés par ce qui est écrit dans le texte de l'article à l'intérieur ... C'est pas faux, c'est vendeur, mais est-ce du journalisme ??????

vendredi, 08 mai, 2009  
Blogger Patrick said...

Ce qui est troublant dans cette affaire, c'est que l'actionnaire principal de Libération est Edouard de Rothshild, fils du banquier Guy de Rothschild, et qu'il est qualifié de "ami de Nicolas Sarkozi"...

vendredi, 08 mai, 2009  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Ah ?

Toi aussi, tu avais remarqué que l'ensemble de la presse française (dont les patrons sont tous des potes à Sarko) passait son temps à encenser Nicoals Sarkozy ?

;-)

vendredi, 08 mai, 2009  
Blogger Patrick said...

Quand même, je trouve ça troublant. L'ami Rothshild veut-il la peau de Nicolas ?

C'est peut-être aussi que Libé est dans une passe difficile (comme toujours) et qu'il cherche sa voie, entre un tabloïd, un Canard Enchaîné, un journal "libre", un journal de gauche, un "Voici", ou que sais-je encore...

Si c'est ça, ta suggestion de "page 3" est digne de considération, je trouve...

C'est peut-être aussi que Edouard a des comptes à régler : Nicolas lui aurait-il promis des trucs qu'il ne tient pas ?

vendredi, 08 mai, 2009  
Blogger Patrick said...

Obama vient de faire un discours
lors un dîner de soutien au journalisme et il a conclu par "(the press) is essential to the success of our democracy - it's what makes this thing work". Il a cité Thomas Jefferson qui aurait dit que, s'il avait à choisir entre un gouvernement sans journaux et des journaux sans gouvernement, il n'hésiterait pas et choisirait les journaux. Obama a dit aussi "A government without newspapers, a government without a tough and vibrant media of allsorts, is not an option for the government of the United States of America".

Chez nous non plus, j'espère...

Donc, merci à Libé, au Figaro, au Canard, au Monde, au Parisien, à la presse régionale, etc.

En plus, lors de son intervention, il a fait du vrai humour - basé sur l'autodérision, mais sans complaisance pour certains (Dick Cheyney par exemple). Si Dati avait fait ce genre d'humour, elle aurait attiré plus de sympathie sur sa personne...

dimanche, 10 mai, 2009  
Blogger Luc said...

@ Patrick "Obama vient de faire un discours lors un dîner de soutien au journalisme"Il s'agit là du très célèbre et très attendu White House Correspondents Dinner auquel sont invité toute la crême de la presse américaine et qui a lieu chaque année. La tradition veut que le président en exercice face un discours d'auto-dérision et je dois dire qu'Obama a été très bon cette fois-ci.

Mais quand même, permets-moi de te dire que Bush avait fait nettement plus fort en 2006. Là, c'était carrément hilarant ! (relire : Bush fait rire de nouveau ... - Chez Luc - mai 2006)

lundi, 11 mai, 2009  
Blogger Luc said...

@ Patrick : "Si Dati avait fait ce genre d'humour, elle aurait attiré plus de sympathie sur sa personne..."Préfères-tu l'humour de Roselyne Bachelot ?

Je cite le Canard de cette semaine :

Mercredi 29 avril, Roselyne Bachelot lance à sa collègue Nadine Morano : "Qu'est-ce que j'en ai marre de ces Grenelle qui ne servent à rien."

Et Roselyne d'ajouter gaiement : "On devrait plutôt faire un Grenelle du cul !"

Martin Hirsch paraît médusé, alors que des députés socialistes qui ont entendu la ministre de la Santé se bidonnent.

Morano acquiesce : "Dans ce cas-là, il faudrait prendre Christine (Boutin) comme marraine."

Ladite Christine renchérit : "Oh, tu sais, Nadine, il faut se méfier de l'eau qui dort !"

"T'inquiète pas", répond Morano, "je n'ai jamais eu aucun doute te concernant."
Bon, alors, tu préfère quoi, l'humour de Dati, ou celui des autres dames ministres de notre excellent gouvernement (si l'on en croit le Canard Enchaîné, bien sûr) ?

Moi, j'avoue leur préférer à toutes celui d'Obama ..

lundi, 11 mai, 2009  
Blogger Jack said...

Il existe encore d'excellents journalistes : hier soir, trop tard sur la 2, Mots croisés, de l'excellent Yves Calvi. Pas le débat sur le procès des barbares, qui n'en méritent pas tant. Mais le débat sur les deux premières années du septennat de notre Nicolas.
Il y avait la Jean d'Ormesson, Rama Yade,Gisèle Halimi et Caroline Fourest : un vrai régal.
Tout d'abord combien il est agréable de voir débattre des personnes ayant des opinions divergentes, mais respectueuses de celles des autres.
Et je dois avouer avoir découvert une Caroline Fourest qui tient vraiment la route et tranche par rapport à la médiocrité et l'amateurisme ambiant, on aimerait la voir face au président à sa prochaine interview télévisée...
Pour être complètement équilibré, je dois dire qu'avec des femmes comme celles qui se trouvaient sur ce plateau, il n'y a nullement besoin de quotas ...et même que, messieurs, prenez-en de la graine!
Encore bravo.
Quant à Jean d'Ormesson, il est moins ridé dedans que dehors et toujours aussi pétillant.

mardi, 12 mai, 2009  

Enregistrer un commentaire

<< Home