Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 19 décembre 2009

A propos du fiasco de Copenhague



Bon, sur ce coup-là, je vais essayer de rester calme et objectif, mais ça va pas être facile. Je suis plutôt énervé, je dois vous dire.

Le sommet de Copenhague a été une catastrophe historique.

Au bout de quinze jours de débat, et après deux ans de négociations préalables, c'est le fiasco. Mercredi dernier, la présidente de conférence, Connie Hedegaard a donné sa démission. C'est vous dire où on en est. ! Reste plus qu'à attendre l'arrivée des chefs d'Etats et de Gouvernements.

Nicolas Sarkozy fait le forcing avec Angela Merkel et Gordon Brown. Il liste les 4 points clé de cet accord :
- Objectif de 2 degrés de hausse maximale de la température globale
- Réduction de 50% en 2050 des émissions de gaz à effet de serre
- Mise en place de financements innovants pour aider l'Afrique et les pays les plus pauvres à se développer
- Création d'une organisation mondiale de l'environnement pour vérifier les engagements

Sarkozy essaye de trouver un accord avec l'appui de certains représentant africains et du brésilien Lula da Silva. Mais l'Inde et la Chine bloquent sur la question de la création d'une agence mondiale de contrôle.

Arrive Barack Obama. Ils nous fait un discours, genre, c'est "my way or the highway". A prendre ou à laisser. Il conclut un accord à minima avec l'Inde, la Chine, le Brésil et l'Afrique du Sud. Ensuite, il fait une petite réunion avec les leaders européens en leur expliquant que "c'est ça ou rien". Puis il reprend l'avion vite fait, vu qu'il neige sévère à Washington.

Nicolas Sarkozy se sera démené comme un beau diable pendant 24 heures chrono pour rien.



Notez bien, sur ce coup-là, même Jack Bauer n'aurait rien pu faire.

Résultat des courses :
- Un objectif de limitation du réchauffement à + 2 °C.
Et puis c'est tout.

Rien sur l'objectif de limitation de réduction de 50% des émission de gaz à effets de serre à horizon 2050.
Rien sur un organisme de contrôle mondial de l'environnement sous l'égide de l'ONU.
Et donc rien sur la garantie que le pognon qui va (peut-être) être distribués dans les pays les plus pauvres servira bien à ce pourquoi il a été débloqué, et pas à autre chose ... Suivez mon regard, je ne désigne personne !
Aucune contrainte pour qui que ce soit.

Et les 26 pays industrialisés et émergents qui ont adopté ce accord se sont barrés vite fait de Copenhague, sans expliquer le moins du monde aux autres chefs d'Etat et de gouvernement présents à Copenhague de quoi il retournait. Du coup, les 166 autres pays participants se sont bornés samedi à "prendre note" sans l'entériner de "l'accord de Copenhague", scellé la veille en réunion restreinte de crise.

Comment expliquer un tel fiasco ?

Sans doute l'objectif était-il trop ambitieux ? Mais tout de même, comme le faisait remarquer Nicolas Hulot, un accord d'une telle ampleur ne s'improvise pas à la dernière minute. "C'est de l'improvisation, cela faisait deux ans qu'on travaillait pour arriver à ce résultat", a-t-il déclaré à l'AFP. "C'est consternant et affligeant. La diplomatie française, avec (le président) Nicolas Sarkozy et (le ministre de l'Ecologie) Jean-Louis Borloo, a été en pointe. Ils ont fait leur boulot", a-t-il déclaré. "Quand ça ne va pas, il faut le dire mais quand ça va, il faut le dire aussi", a-t-il ajouté.

Bien sûr, la France à elle toute seule ne pouvait pas amener cette conférence à un succès. Mais je m'étonne quand même qu'on ait "découvert" les points de blocages de l'Inde et de la Chine juste deux jours avant la fin de la conférence ...

Là, on vient de rater une opportunité historique. Et là, on est mal.

Pour en savoir plus :
1. Copenhagen Accord (fichier .pdf)
2. Conférence de Copenhague: l'amertume d'un accord a minima sur le climat (AFP)
3. Nicolas Hulot: le résultat de Copenhague est "affligeant et consternant" (AFP)

Crédit photo : Greenpeace

22 Comments:

Blogger Padraig said...

Bah, consolons-nous : de cette manière, GreenPeace et autres WWF ont encore de très beaux jours devant eux...

dimanche, 20 décembre, 2009  
Blogger Padraig said...

Bon, mais enfin, ils sont pas un peu naïfs, nos petits gars ?

Demander à la Chine de ralentir son développement économique galopant pour nous laisser un peu souffler - la ficelle est un peu grosse, non ? Les chinois sont peut-être jaunes, mais pas crétins !

dimanche, 20 décembre, 2009  
Blogger Jack said...

C'est quand la dernière fois que les nations (toutes les nations)ont réussi à conclure un accord?
La gouvernance mondiale dont on entend parler dans les salons restera un concept pour pas mal de temps encore.
Prenez un exemple emblématique de notre incapacité à se mettre d'accord sur des sujets qui nous paraissent évidents : les mines anti-personnelles, Convention toujours pas signée par la Chine ni les USA, pour ne prendre que les majeurs.
Alors qu'il est démontré que cette arme est militairement inefficace et ne tue que des civils, la pluspart du temps bien après que les conflits sont terminés...

dimanche, 20 décembre, 2009  
Blogger Jack said...

Tiens la Chine est USA justement, comme c'est étrange, ces deux pays là se tiennent tellement par la barbichette, qu'ils se foutent pas mal de tous les autres. Mais en vérité, les États-Unis ne peuvent rien refuser à la Chine.
Et encore une fois l'Europe: première puissance économique mondiale (sur le papier)ne pèse politiquement rien.
Pour deux raisons déjà développées ici, il n'y a pas de pouvoir politique Européen et encore moins de puissance militaire.

dimanche, 20 décembre, 2009  
Blogger Padraig said...

C'est vrai, ce que tu dis-là, Jack... Où était donc notre Président de l'Europe et sa fidèle accolyte pour les affaires étrangères ? Avaient-ils au moins un strapontin, à Copenhague ?

dimanche, 20 décembre, 2009  
Blogger Luc said...

@ Pad : "Où était donc notre Président de l'Europe et sa fidèle accolyte pour les affaires étrangères ?"

Tiens, oui, c'est vrai ça !

Alors, comme ça, à ce qu'on dit, il paraîtrait qu'on aurait un "Président de l'Union Européenne" ?

Il était où, lui ? Vous l'avez vu à Copenhague, vous, l'excellent Herman Van Rompuy, le "George Washington de l'Europe", dont tout le monde nous dit le plus grand bien ?

dimanche, 20 décembre, 2009  
Anonymous Anonyme said...

Vous savez un président de quoi que ca puisse être n'a de poids que si on lui en donne.

L'attitude de l'Europe de l'amoindrir ne lui laisse pas l'occasion de s'exprimer. On préfère écouter un Sarko-people ou un Obama prix-nobel-de-la-rigolade.

L'Europe ne peut pas parler d'une seule voix parce que des Brown, des Merkel, des Sarkozy se battent pour avoir le premier role...
Ce n'est peut-être pas plus mal mais il y a une explication à cette attitude fantôme.

dimanche, 20 décembre, 2009  
Anonymous Anonyme said...

Et puis, la conférence de Copenhague n'a pas été vaine. Elle aura au moins eu le mérite d'attirer l'attention sur le problème. C'était certain que ce n'était pas en 12 jours qu'on allait changer un monde qui tourne de cette manière depuis 100 ans.

dimanche, 20 décembre, 2009  
Blogger Padraig said...

En réalité, ce sommet altermondialiste est un grand succès, puisque les chefs d'états "riches" ont accepté de verser 100 milliards de dollars par an d'aide aux pays en développement à compter de 2020.

100 milliards par an ? Mazette !

Bon, évidemment, bien avant 2020, on aura oublié ces belles promesses... Mais il y a quand même des engagements pour une trentaine de milliards dès 2012...

Ces milliards permettront donc aux pays pauvres de rattraper leur retard par rapport aux pays riches, et de rejoindre ainsi le concert des pays pollueurs. Cherchez l'erreur...

mardi, 22 décembre, 2009  
Blogger Padraig said...

Au fait, 2020, c'est dans juste 10 ans. Je souhaite sincèrement à Barack et à Nicolas que les dix petites années qui viennent n'aient pas les effets ravageurs sur leur physique que leur ont prêtés les artistes qui les ont vieillis sur la propagande de GreenPeace...

Peut-être s'agit-il d'ailleurs des mêmes artistes qui ont massagé les courbes pour le rapport de Copenhague ;-)

jeudi, 24 décembre, 2009  
Blogger Padraig said...

Et, pour bien marquer le coup, le gouvernement français envisage de réduire dès le 1er janvier 2010 la prime à l'installation de panneaux photovoltaïques en ne faisant racheter l'électricité ainsi produite qu'à 45 cts le kWh (au lieu de 60 cts actuellement), histoire de décourager les gens d'installer du photovoltaïque.

Il faut dire qu'obliger EDF à acheter 60 cts ce qu'ils nous revendent à 11 cts (7 cts en heures creuses), c'était un peu bêta, non ? Même à 45 cts, d'ailleurs... Surtout que cette énergie n'était jamais disponible pour soutenir la pointe de 19 heures en hiver (à cette heure-là, en hiver, la production nationale photovoltaïque est de 0,000 kWh !).

L'échec de la conférence de Copenhague (sauf pour ce qui concerne l'altermondialisme, bien entendu) nous ferait-il peu à peu revenir à la raison ?

samedi, 26 décembre, 2009  
Blogger Padraig said...

Et maintenant, la taxe carbone à la française est retoquée.

J'ai lu attentivement un article à ce sujet, qui, d'une certaine manière, prône une vraie taxe carbone "à la source" qui pourrait réellement avoir des incidences sur le comportement des citoyens. Cet article explique en quoi les quotas de carbone instaurés lors de Kyoto sont contre-productifs (mais il s'agissait là évidemment d'une mesure altermondialiste - le Nord doit donner au Sud, pas du tout d'une mesure de protection de l'environnement). Avec les quotas, le Nord continue de polluer, mais doit juste payer ce droit au Sud. Et il n'y a aucune incitation envers les citoyens à changer quoi que ce soit de leur comportement...

La taxe à la française allait un peu dans le sens de cet auteur, mais la façon désordonnée et brouillonne avec laquelle elle a été conçue la vouait évidemment à l'échec... Dommage... Moralité : même lorsque le fond est bon, la méthode peut tout faire capoter...

En tous cas, j'apprends que les réserves chinoises de charbon sont immenses (notamment en Mongolie). Je ne vois rien qui puisse empêcher les chinois d'exploiter à fond cette ressource... Donc l'approche Copenhague est une illusion...

En conséquence, pour la pollution globale, nos petites mesurettes franco-françaises n'auront strictement aucun effet. En revanche, pour notre balance des payements, toute incitation à la sobriété énergétique (notamment pour ce qui concerne les combustibles liquides ou gazeux importés) est de bon aloi pour notre économie...

Un architecte de mes amis me fait souvent remarquer qu'on fait grand cas des nouveaux éclairages basse consommation, alors que le poste éclairage est une infime partie de la facture énergétique d'un foyer. Le développement d'habitats sobres aura un impact infiniment plus concret que le changement des ampoules ! Une taxe carbone bien conçue peut y inciter...

samedi, 02 janvier, 2010  
Blogger Padraig said...

Alors, voyons voir... Nous sommes le 8 janvier 2010, et la France est immobilisée sous la neige et le blizzard.

Et dans la charmante bourgade de Verhojansk, en Russie, il fait -42°C (-53°C ressentis). Remarquez, c'est très notablement plus chaud que le -48.2°C relevé le 1er décembre 2008...

On comprend mieux pourquoi les russes n'ont jamais été très sensibles à la fable du réchauffement climatique !

vendredi, 08 janvier, 2010  
Blogger Jack said...

Hier sur C+, j'ai regardé le reportage dédier à l'histoire du fiasco de Copenhague (qui complète bien ce billet). On voit bien que le "concert des nations" nous joue une sacré cacophonie.
A certains moments on se croirait dans la cour des 6ème.
Il ne reste plus qu'une issue : croire que nos climatologues se trompent, car du côtés des nations il ne faut rien attendre de concret, même après (et surtout pas après) que le Titanique aura heurté l'iceberg.
Si iceberg il y a?

mardi, 12 janvier, 2010  
Blogger Padraig said...

Ouf ! Les glaciers de l'himalaya sont sauvés !

On retiendra de cet intéressant article le mode opératoire de la clique du GIEC, qui s'applique bien à la plupart des menaces du genre courbe en crosse de hockey ou prévisions apocalyptiques sur la hausse du niveau des mers :

Etape 1 : un journaliste écrit un article alarmiste faux, sans vérifier les faits : faute professionnelle.

Etape 2 : une ONG alarmiste militante reprend ces faits sans les vérifier, suffisament convaincue d’avoir raison pour vérifier des prévisions apocalyptiques.

Etape 3 : l’organisation sensée représenter les meilleurs scientifiques au monde sur la question reprend, dans un rapport qui se veut un résumé de l’état actuel de la science, le même fait avec comme source cette ONG militante (WWF), en empirant encore les faits, sans même les vérifier.

Etape 4 : sur cette base, on manie l’alarmisme, en arguant de la caution des « meilleurs scientifiques du monde ».

Etape 5 : un scientifique spécialiste des glaciers de l’Hymalaya signale que ce fait, vérifié par personne, est faux.

Etape 6 : Rajendra Pachauri, président du GIEC (et nullement un scientifique), le traite d’arrogant et de parle de "voodoo science", sans même vérifier les faits, convaincu d’avoir raison.

Etape 7 : Devant le tollé dans la communauté scientifique ou dans les journaux, certains membres du GIEC commencent à demander à ce que l’on retire la partie concernée du rapport.

Je pense que dans les mois qui viennent, tous les épouvantails du GIEC seront démontés. Et j'espère, pour le bien de la vraie science, que les charlatans seront traduits en justice.

A Copenhague, on est passé à deux doigts du plus vaste hold-up planétaire qu'on puisse jamais imaginer !

Pas un complot, non, juste un emballement d'irresponsables qui ont voulu nous imposer leur "cause" envers et contre tout...

mercredi, 20 janvier, 2010  
Blogger Jack said...

"Les glaciers himalayens sont sauvés" : personne n'en sais rien, 2035 c'est dans 25 ans.
Voyons ce nous sommes capables de prédire avec certitude avec 25 ans d'anticipation? On est même pas foutu de prédire un tremblement de terre! On n'est pas foutu non plus de voir le gros caillou qui nous arrive dessus depuis le fin fond de l'Univers et qui pulvérisera l'Himalaya avec le reste de la planète. On est pas foutu non plus de prédire l'épidémie du à un OGM mal bricolé pour faire du gasoil avec de la m...et qui va nous exterminer.
Le problème avec le climat(et pas seulement avec le climat) est que l'on oublie de dire aux braves gens que nous sommes, qu'il faut faire le tri entre ce qui est avéré et ce qui est incertain. Je vous conseille (encore une fois de faire un tour sur le site de Jacovichi)on peut y constater à propos de l'effet de serre, qu'il est du pour une très grande part à l'eau atmosphérique et à l'albédo des nuages, domaine où nous sommes pour l'heure dans les conjectures...pour ainsi dire dans le brouillard des nuages : regardez bien le graphique "Radiative Forcing" et ses marges d'incertitudes, je trouve ça édifiant sur le site d'un "réchauffiste" notoire pour parler comme Pad.
"Le pire n'est jamais sûr"

jeudi, 21 janvier, 2010  
Blogger Padraig said...

Un peu plus haut je souhaitais que les charlatans soient traduits en justice.

Je ne savais pas que la justice Britannique avait justement traduit le saltimbanque Al Gore en justice pour son film-catastrophe, et que 9 erreurs scientifiques y avaient été mises à nu...

Mais en France, on a laissé tranquillement le faussaire nous inonder de ses balivernes...

vendredi, 22 janvier, 2010  
Blogger Padraig said...

Maintenant, le rétropédalage sur le réchauffement est violent ! Ca en devient risible !

On est bien dans l'après Copenhague !

dimanche, 28 février, 2010  
Blogger Padraig said...

Et notre Nicolas d'en remettre une couche : "l'environnement, ça commence à bien faire". Ecoutez son petit mot en cliquant dans l'article...

Il dit en substance : "Allez-y avec vos pesticides et OGM", et il instruit le Super Ministre de l'Environnement de trouver le moyen de contourner les règles.

Le coup de balancier va être violent et outrancier... On est bien dans l'après-Copenhaghe !

Moralité : à tout exagérer dans un sens, on s'expose en retour à une exagération dans l'autre...

samedi, 06 mars, 2010  
Blogger Padraig said...

18 octobre 2010 : Je lis aujourd'hui qu'il y a des inondations au Vietnam : 30 morts et 23 disparus. C'est désolant...

Mais lisez l'article plus attentivement... Vous ne remarquez rien ? Ou plutôt une absence ? L'absence d'une mention "obligatoire", "incontournable" il y a un an seulement ?

Ah, enfin, vous avez compris : il n'est fait nulle mention du "réchauffement climatique".

Donc, le réchauffement a vécu. Quelle est donc la prochaine "Grande Peur" que vont nous servir les marchands de fin du monde ?

lundi, 18 octobre, 2010  
Anonymous Anonyme said...

Je suis Américain et le fiasco de Copenhagen devrait ouvrir les yeux des Européens "fana" d'Obama.
Notre président n'est qu'une marionnette aux mains de la finance et des grandes compagnies internationales.
Obama a donné espoir a notre jeunesse et a tous ceux qui pensait comme moi qu'il allait enfin changer l
Amérique.
Le grand malheur reste que nous n'avons aucun autre choix politique.

mardi, 09 novembre, 2010  
Blogger Jack said...

Tout comme beaucoup d'hommes politiques, Obama seul est incapable de faire quoique ce soit, il doit composer avec les forces en présence et la sensibilité des citoyens américains aux problèmes environnementaux. J'ai pu constater à mon dernier voyage aux USA, que tout le monde continue de se promener en pickup de 300cv et je n'ai pas vu de double vitrage aux fenêtres, il ne suffit pas de couvrir les collines d'éoliennes pour se donner bonne conscience, il faut changer de comportement.
Obama pas plus que Sarkozy ne peuvent changer facilement l'esprit des gens, ça demande du temps, surtout si de gros efforts sont à faire...

mardi, 09 novembre, 2010  

Publier un commentaire

<< Home