Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

vendredi 18 mars 2011

Cette histoire de centrale est hallucinante



Cette histoire de centrale Japonaise est hallucinante. Certes, la cause est monstrueuse de puissance dévastatrice. Mais le manque de préparation de la société qui gère cette centrale est monstrueux aussi.

Bien sûr, ils avaient envisagé un tremblement de terre et un tsunami qui balayerai les centrales et qui rendrait inopérants les systèmes de refroidissement. Donc ils ont mis des équipements de secours (plan "B"), qui malheureusement ont été eux aussi rendus inopérants. Soit. Mais apparemment, pas de plan "C" ni de plan "D" ni de plan "E", ni de plan "F" ? ? ? C'est proprement criminel.

Tiens, au fait, TEPCO, c'est une société privée, cotée en bourse. Ah, bon, alors ça explique bien des choses...

Avec le nucléaire, on n'a pas le droit de mégoter. Il faut des plans "B", "C", "D" et "E" et "F" (et "G" pour bien faire). Ca coûte bonbon ? Evidemment. Mais il faut le faire. Et on ne peut pas le faire s'il y a des actionnaires qui exigent toujours plus de profit immédiat.

Là, plus rien. Ils en sont réduits à faire venir des pompiers avec des camions citernes. Où sont les très nombreux groupes de pompage autonomes héliportés qui auraient dû être disponibles et à pied d'oeuvre dans les heures qui suivaient la catastrophe ? Où sont les robots pour manoeuvrer tout ça ? Où sont les grands réservoirs souterrains pour approvisionner en eau douce lesdites pompes ? Ou sont les réservoirs placés sur les collines avoisinantes avec conduites enterrés (et antisismiques) capables de déverser leur eau dans les centrales par simple gravité ? Ou sont les centaines de tonnes de bore qui devraient se déverser immédiatement dans les piscines au moindre incident ? Ils ne savent même pas quel sera l'effet de l'utilisation de l'eau de mer pour arroser les centrales.

Tout ça est criminel, je vous dis. J'en connais un qui serait bien inspiré de se faire Hara Kiri : M. Mastaka Shimizu, Président de TEPCO.

Sommes-nous plus prévoyants en France ? Pas sûr. La centrale de Fessenheim a certes été revampée (et continue de l'être), mais sa structure est ancienne, sans double confinement, et elle est placée sur une des zones (faiblement) sismique en France. Mais il n'y a pas de plan de fermeture ou de remplacement... Et pour celle-ci comme pour nos autres centrales, où sont les plans "C", "D", "E" et "F" (et "G") ? Va-t-on un jour en être réduits à demander aux pompiers d'avoir l'obligeance de bien vouloir prêter leurs camions-pompes ? Et que dire de la politique menée depuis une vingtaine d'années de sous-traiter la maintenance des centrales à des sociétés privées qui sous-payent des employés peu qualifiés ?

Le nucléaire, c'est formidable. Mais peut-être que nos sociétés n'en sont pas dignes. Elles veulent du nucléaire "low cost". Mais ça, c'est hors de question, c'est NON. Alors, il va peut-être en effet falloir "sortir du nucléaire"... Ou alors tirer résolument des leçons drastiques de cette gestion monstrueuse au Japon. Et dépenser beaucoup d'argent pour sur-sécuriser toutes les centrales du monde. Et que nos dirigeants comprennent que le nucléaire et le thermique, c'est pas du tout, mais pas du tout pareil.

3 Comments:

Blogger Luc said...

Heureusement, les vents portants envoient tout vers le Pacifique. Et ça devrait de maintenir comme ça jusqu'à fin avril.

A voir : AKW_FUKUSHIMA-I-131.

samedi, 19 mars, 2011  
Blogger Jack said...

Merci pour cet article Pad, mais avant de parler de plans de secours, ne conviendrait-il pas d'énumérer le nombre d'erreurs grossières dans l'implantation elle-même des centrales situées sur la cote pacifique, le meilleur coté connu pour les tsunamis et de plus sur un site partiellement gagné sur la mer.
Ce sont des criminels en effet.
Il ne reste qu'à prier Eole, pour qu'il reste favorable aux 32 millions d'habitants de Tokyo et tous les autres...

dimanche, 20 mars, 2011  
Blogger Padraig said...

J'apprend qu'ils font appel à des petits hélico-drônes français pour aller voir ce qui se passe au dessus des centrales. Vraiment, quel amateurisme, ces japs !

jeudi, 07 avril, 2011  

Publier un commentaire

<< Home