Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mercredi 6 avril 2005

Cela se passait en 1956 ...

La fille d'un garde-barrière de la ligne Paris-Charleville vivait clouée sur sa chaise longue de paralytique. Pourtant un chauffeur de locomotive l'avait remarquée, et chaque fois que son train passait devant la maisonnette, il saluait l'infirme d'un coup de sifflet, note amicale et brin de mystère dans la terrible monotonie de cette vie horizontale. Bien entendu Andrée Jammet et Robert Ferret ne s'étaient jamais parlé.
"Vous êtes formidables" allait changer tout cela d'un coup de baguette magique. Ce mardi 15 mai 1956, alertés par des appels radiophoniques impérieux, des milliers d'auditeurs se rendirent les bras chargés de cadeaux aux gares de Paris-Est, Lagny, Meaux, Esbly et La Ferté-Milon. Une locomotive haut-le-pied conduite par Robert Ferret fait la collecte et s'arrête - enfin ! - devant la maison des Jammet. La jeune infirme fait la connaissance de son mystérieux ami qui dépose mille cadeaux à ses pieds ...


Ce texte, extrait de "Le vent Paraclet" de Michel Tournier, raconte les choses qui se passaient en 1956. A l'époque, il n'y avait pas la télé, juste la radio. A l'époque, il y avait "Vous êtes formidables".

Les temps changent ...

Libellés :

4 Comments:

Blogger Jack said...

J'aime les histoires comme celle-ci.
Dis, ce temps là a-t-il une chance de revenir?
Espérons le.

mercredi, 06 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Il y a une façon : faites comme moi, jetez votre télé par dessus bord...

Malheureusement, la radio n'est plus ce qu'elle était... Ou sont les "Signé Furax", Les Maîtres du Mystère et autres SLC !

Je crois que je vis mes derniers instants sans télé, car Pascale me fait la guerre pour que je mette une antenne et tout. Elle dit qu'elle se sent isolée du monde... Moi, ça m'allait vraiment très bien : De la musique tranquille le matin, le jeu des 1 000 Euros à 12h45, les infos de 13 heures, et re-musique tranquille jusqu'au coucher (avec de temps en temps le Masque et la Plume en soirée). Bref, la tranquillité...

jeudi, 07 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Oui, la radio, c'était bien , et c'était quelque fois utilisé pour de bonnes causes. Comme en février 1954, quand RTL a donné le micro à l'Abbé Pierre ; " Mes amis, au secours ! Une femme vient de mourir gelée cette nuit... " Ca avait provoqué un grand élan de générosité populaire et avait forcé le gouvernement à agir. Un grand moment de radio, en vérité...

jeudi, 07 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Il est intéressant de constater que la plupart des émissions citées sont le fait des radios dites "périphériques" dont les antennes étaient reléguées hors de France (Europe 1 pour "Vous êtes Formidables", Signé Furax", "SLC" ; RTL pour l'appel de l'Abbé Pierre). A méditer ! Bon, le service public avait quand même fait "Les Maîtres du Mystère"...

jeudi, 07 avril, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home