Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 9 avril 2005

"La partie non négociable de ma vie"



Ce après-midi, j'ai assisté en direct à la TV au mariage de Charles et de Camilla. Eh bien, à ma grande surprise, ça a été une cérémonie simple, digne, émouvante, comme seuls les Britanniques savent les réussir.

En regardant Charles et Camilla, ces jeunes mariés de 60 ans, j'ai pensé bien sûr à la chanson de Jacques Brel "Les vieux amants". Après tout ce qu'ils ont enduré, après toutes ces années, c'est l'amour qui a finalement triomphé. Charles a pris Camilla pour femme devant la Reine, devant la famille royale, devant l'Angleterre, devant le monde entier.

Il a épousé Camilla, cet amour qu'il a appelé lui-même "La partie non négociable de ma vie".

Et ça s'est passé avec un tact extraordinaire.

J'ai versé quelques larmes en les voyants tous les deux, visiblement très émus, braver finalement tous les interdits et proclamer leur amour au monde entier. Quand elle a quitté l'autel, leur salut à la Reine a été convenable.

Mais ils ne se sont pas attardés. En sortant de l'église, pendant que les officiels remontaient dans les voitures, ils sont aller passer de longues minutes auprès des gens qui étaient là dehors. Ils étaient là tous les deux, soulagés, à parler aux gens du peuple. Derrière eux, la noblesse Anglaise se dirigeait vers les festivités ...

18 Comments:

Blogger Patrick said...

N'est-ce pas ?

samedi, 09 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Luc, je sens tes convictions Républicaines vaciller... Encore un ou deux mariages princiers, et tu vas basculer dans le camp des Monarchistes Constitutionnels (bienvenue au club) !

samedi, 09 avril, 2005  
Blogger JR said...

Sans verser dans le monarchisme ;o), je dois dire que j'ai été touché par cette simple et belle cérémonie (je n'avais pas l'intention de regarder mais je suis passé devant la télé au début et je me suis dit: pourquoi pas!). Plus encore je suis touché par cette histoire de deux personnes qui s'aiment depuis trente ans et qui finisssent par se marier rmalgré toutes les vicissitudes, les raisons d'état, les jaloux, les emmerdeurs et les pincés. C'est un peu mélo, oui, bon, ben alors c'est mélo, il en faut!

samedi, 09 avril, 2005  
Blogger Luc said...

Patrick > Comme tu le sais, ça n'était pas une "mariage" princier. L'église Anglicane a été créée de toutes pièces par Henri VIII pour qu'il puisse divrocer de Catherine d'Aragon. Donc, depuis Henri VIII, les rois et reine d'Angleterre peuvent divorcer et se remarier "à condition que le nouveau conjoint ne soit pas la cause du divorce précédent". Ce qui, évidemment disqualifiait Camilla. Donc, ce "mariage" n'était qu'une bénédiction. Peut être en était-ce d'autant plus émouvant : à un moment, Charles a fait un geste comme pour chercher les alliances ... qui n'étaient pas là bien évidemment.

dimanche, 10 avril, 2005  
Blogger Luc said...

Camilla, qui était en blanc à la mairie, a eu le tact de se changer, et est rentrée dans l'église avec une robe grise réhaussée de parements dorés. Cette robe avait la modestie requise, tout en ayant la classe et la distinction qui sied à la future Duchesse de Cornouailles (elle n'utilisera pas son tire officiel de "Princesse de Galles" par déférence pour Diana).

La reine Elisabeth II, par contre était en blanc. (à un mariage, aucune femme invitée ne doit être en blanc, cette couleur étant normalement réservée à la mariée). Mais c'est la reine, et donc elle fait ce qu'elle veut. Je pense cependant que son choix pour cette couleur nétait pas innocent.

Comme ce n'était pas un mariage, Charles et Camilla sont arrivés ensemble.

Le gâteau de mariage était un cake biologique, à un seul étage, décoré de roses, de chardons et de jonquilles. Un clin d'oeil à la passion de Charles pour l'agriculture bio.

Je ne suis évidemment pas monarchiste constitutionnel. Ce qui m'a touché là, c'est l'histoire de deux êtres humains qui en on pris plein la tronche avec la férocité inouïe de la presse Britannique. Une histoire peu "mélo", comme dit Jean, mais quand même ...

dimanche, 10 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Pas un mariage princier, peut-être, mais encore mieux : un mariage princier "with a twist" comme ils diraient. Et un mariage d'amour (snif, j'en ai aussi la larme à l'oeil). Maman peut leur mettre tous les bâtons dans les roues, Charles est quand même le Prince de Galles ! Et en épousant sa dulcinée (je n'ose dire sa belle - quoique, au mariage, je trouve qu'elle n'était pas si mal), il n'a pas renoncé à la succession au trône...

Vive la Reine, et vive le futur Roi.

Et si la Reine préfère mettre en selle son petit-fils William, on pourrait peut-être accueillir Charles en France, et lui offrir un trône (le château de Versaille a été rénové, ça irait très bien) - il a le sang de la couleur qui va bien, il a reçu la bonne formation, il parle le français, il a une (jolie) épouse - bref, une excellente recrue ! Ca nous ferait donc Charles XI si je compte bien ?

En plus, ça ferait la nique aux Anglais, ce qui ne serait pas pour déplaire aux Français !

dimanche, 10 avril, 2005  
Blogger Anne said...

Charles sera t'il roi . Feront ils des petits?
ça va pas être triste !

dimanche, 10 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Pour les enfants, je pense qu'ils ont passé l'âge - et d'ailleurs ils en ont déjà une palanquée à eux deux ! La succession est assurée !

Mais pour ce qui est d'être Roi, il faudrait que Maman veuille bien abdiquer (ce qui ne semble pas être demain la veille) ou casser sa pipe (ce qu'on ne lui souhaite évidemment pas) ! Ca me laissse un peu de temps pour m'acheter une télé pour suivre en direct la cérémonie du couronnement !

lundi, 11 avril, 2005  
Blogger Jack said...

Il y a en Italie un « médecin », qui fait « partorire » des grands-mères ménopausées, Camilla et Charles ont donc l’avenir devant eux, nous sommes en 2005, les limites de la science reculent tous les jours...

lundi, 11 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Au passage, Luc, je te félicite de ne pas avoir mentionné les affaires monégasques dans ton blog. Le monarchiste constitutionnel que je suis ne pourrait en effet tolérer qu'il soit fait mention ici d'une Principauté régie en toutes choses par un Prince héréditaire qui concentre la totalité des pouvoirs, qui nomme ses ministres, qui décide en matière de justice, etc - en bref, d'une dictature. A Monaco, nulle démocratie. A l'inverse, dans une Monarchie Constitutionnelle, la démocratie est reine, comme pour les nombreux pays du Commonwealth qui se partagent la Monarchie des Windsor : "The Queen reigns, but does not rule".

En fait, je me demande comment on tolère le régime de Monaco au sein de l'Europe ?

Bon, vous me direz, ça ne concerne pas grand monde, et les sujets sont plutôt contents vu la richesse ambiante. Mais, quand même, pour le principe...

lundi, 11 avril, 2005  
Blogger Luc said...

Dans une "monarchie constitutionnelle" comme l'Angleterre, la reine n'a strictement aucun pouvoir. Elle a même l'interdiction totale de faire le moindre commentaire sur la politique menée par le gouvernement. Elle (et sa famille) est simplement payée (fort cher) pour faire de la "pub" pour le pays.

Chaque mois, un haut fonctionnaire diistribue les tâches de la famille royale : les hopitaux à inaugurer, les visites à faire ici ou là, etc ..

Cette famille est payée à se faire chier royalement toute sa vie, et en plus, c'est une tâche héréditaire !!!

lundi, 11 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Oui, c'est un peu ça - ou du moins c'est une vision Républicaine de la chose. Pour les Britanniques, c'est le symbole de la stabilité et de la continuité au dessus de tous parti, de toute tendance. C'est un repère stable et sécurisant. C'est ce dans quoi tout le peuple se reconnaît - pas juste la fraction qui aurait voté pour le dirigeant comme dans une République. C'est quelque chose qui est difficile à comprendre pour un républicain à qui on a seriné à l'école qu'il n'y avait que la République de vrai et qu'on avait bien fait de couper les têtes des Rois. Mais 80 % des Anglais soutiennent la Monarchie Constitutionnelle et ne voudraient à aucun prix d'une République... Les Espagnols ont bien compris l'intérêt du système, eux aussi...

mardi, 12 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Ceci étant, Luc, tu n'as pas tout à fait raison en ce qui concerne les "pouvoirs" des Monarches Anglais. Ils ont droit à la "Royal Prerogative" qui par exemple leur permet entre autres choses de démettre un premier ministre et de dissoudre le Parlement, ou encore de ne pas approuver l'action du gouvernement. De fait, aucune "Royal Prerogative" n'a été exercée depuis 1707 (en dehors de nommer les récipiendaires de l'Ordre de la Jaretière et de celui du Mérite). Toutefois, les britanniques considèrent que ces prérogatives sont essentielles dans les institutions : elles constituent un rampart, une dernière chance contre une situation politique qui serait devenue foncièrement mauvaise (genre l'avènement d'un petit Hitler en Angleterre). Alors, les Anglais considèrent qu'il serait du devoir du Monarche d'exercer sa prérogative...

Se souvenir au passage que l'Angleterre est une des plus anciennes démocraties d'Europe, qui a fondé son parlement (Chambre des Communes) en 1275 ! Ils ont donc une certaine expérience dans ces choses !

mardi, 12 avril, 2005  
Blogger Luc said...

Ah ? Je ne savais pas. Bien, le coup de la "Royal Prerogative". Un truc qui sera bien utile an Amérique par les temps qui courrent !

mardi, 12 avril, 2005  
Blogger Jack said...

Patrick, puisque tu parles de Monaco, ce furoncle sur notre façade méditerranéenne connais-tu l'anecdote de la libération ?
Delatre aurait demandé à De Gaule la permission d'envahir le rocher.
Qui lui aurait répondu : si vous l'aviez fait sans me le demander, je vous aurais félicité en privé, mais puisque vous me le demandez officiellement je suis obligé de vous dire non…
Durant l’occupation on croisait plus de nazis que de résistants dans les palaces et le casino, l’argent n’a pas plus d’odeur de nos jours qu’à cette époque : faut bien vivre n’est-ce pas.

mardi, 12 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Et dans la nuit du 12 au 13 octobre 1962, la France du Général de Gaulle qui en avait marre de ce furoncle déclara le blocus de Monaco et instaura un contrôle douanier à la frontière entre les deux Etats. Cela dura quelques heures, histoire de remettre le Prince au pas...

En fait, l'argument du Prince fut que, si la Principauté n'existait plus, tout l'argent irait droit en Suisse, et ce serait pire pour la France...

jeudi, 14 avril, 2005  
Blogger Jack said...

Décidément De Gaule était un grand homme, dommage qu'il se soit dégonflé sur ce coup là.
On nous a rappelé aussi qu'il laissa l'Angleterre à la porte de l'Europe, gonflé aussi, mais avisé, puisqu'ils sont toujours entrain d'hésiter sur le pas de la porte.
Sorry for your british half...
;>)

vendredi, 15 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Hum, en ce moment, c'est aussi la France qui veut se mettre en marge de l'Europe...

samedi, 16 avril, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home