Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 9 avril 2005

Un début de liberté en Afghanistan



Plus de trois ans après la chute du régime des Talibans en Aghanistan, la vaste majorité des femmes sont toujours obligées de porter la burkha, et sont contraintes à des mariages forcés.

Mais c'est en train de changer. Dans les milieus éduqués, les jeunes gens peuvent enfin se rencontrer un peu plus librement en dehors des tabous religieux en vigueur sous la charia des Talibans.

Certaines jeunes Afghanes osent à présent soulever le voile de leur burkha.

Sympa !

Pour en savoir plus :
1. Young lovers in burqas flaunt Afghanistan's rules of attraction (Yahoo news)

5 Comments:

Blogger Jack said...

Dommage en effet de cacher ces visages forts jolis...

samedi, 09 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

Merci qui ? Merci WB ? ? ?

samedi, 09 avril, 2005  
Blogger Luc said...

Ben non, merci la coalition internationale contre le terrorisme (dont la France fait partie), qui a envahi l'Afghanistan pour faire tomber le régime Taliban qui protégeait et hébergeait Al-Qaeda. Tu te souviens ? Le 11 Septembre ? Ousama Ben Laden ? Al-Qaeda ?

Pour en savoir plus :
1. La coalition internationale
2. la participation Française (5500 hommes, rien que ça !)

samedi, 09 avril, 2005  
Blogger Patrick said...

C'est bien Luc, tu as réagi au 8 ième de tour, parfait, tu suis bien !

Au fait, ce que l'histoire ne dit pas, c'est que, depuis que la photo est parue, cette jolie jeune fille a été enfermée par son père, puis lapidée en place publique avant d'être dépecée, les morceaux étant donnés en pêture aux cochons. Je plaisante, bien sûr - tout du moins je l'espère...

samedi, 09 avril, 2005  
Blogger Anne said...

Il était temps !
Comme le dit très justement Jack : Quel dommage que d ' aussi beaux visages soient cachés... J' ai lu je ne sais plus dans quoi, que pour certaines, traverser une rue pouvait leur coûter la vie puisqu' à force de voir la vie à travers les petits trous, elles en perdaient la vue . C' est pas dramatique ça ?
Peut être qu'un jour elles prendrons leur revanche et obligerons leurs maris à se déguiser de la sorte .

dimanche, 10 avril, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home