Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 30 avril 2005

Le "oui" passe en tête

Bon ben voilà. Je sais bien qu'il faut se méfier des sondages, mais quand même : pour la première fois, un sondage donne le "oui" en tête à 52%. Sympa, non ?

Pour en savoir plus :
1. Le oui passe en tête (lci.fr)

3 Comments:

Blogger Patrick said...

Voyons voir... Le sondage porte sur 1 000 personnes. 2 %, ça nous fait (je pose mon 7 et de retiens 2) euh... 20 personnes.

Donc la France serait suspendue aux opinions de 20 personnes qui disent qu'ils voteront par ci ou par là ? Pathétique !

J'ai sur les sondages une opinion personnelle basée sur du vécu. Il y a pas mal d'années, j'ai accompagné un ami qui s'était trouvé un job comme sondeur chez l'un des grands organismes (je ne me souviens plus duquel). Il faisait donc du porte à porte pour interroger des gens et recueillir leur opinion sur un registre. Croyez-moi, l'expérience fut édifiante. Dans nombre de cas, le sondeur répondait à la place des sondés qui n'avaient en fait aucune opinion, ou qui n'avaient pas l'intellect pour comprendre la question. Le résultat était de l'ordre du n'importe quoi... Depuis cette expérience, j'ai une grande méfiance envers les "sondages"...

Moi, si j'étais au gouvernement, je commanderais un sondage qui donne 52 % au OUI, histoire d'essayer de donner une dynamique au OUI. Vous me rétorquerez que les instituts de sondage se refuseraient à telle manoeuvre. Ah, oui, vous pensez ? Ah bon.

Ceci étant, ce 52 %, c'est peut-être vrai, et alors le scénario de Philippe se confirmerait (les français ont juste voulu se donner une petite peur, mais maintenant on est sérieux). Espérons...

samedi, 30 avril, 2005  
Blogger Jack said...

Je ne crois pas plus aux sondages que toi, pour 2 raisons très simples :
1- je n’ai jamais été sondé.
2- Si je l’étais, je répondrais exactement le contraire de ce que je pense.
Les sondages en démocratie devraient être interdits.

mardi, 03 mai, 2005  
Blogger Luc said...

"Si je l’étais, je répondrais exactement le contraire de ce que je pense."

Hé hé, Jack, je te reconnais bien là !

mardi, 03 mai, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home