Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 12 janvier 2006

Tony Blair lance son plan "Respect"



Tony Blair, le Premier Ministre travailliste de Grande Bretagne, vient de lancer son programme "Respect". Le but de ce programme est de restaurer la culture du "respect" dans les rues. Son objectif : protéger "la majorité des citoyens respectueux des lois contre les agissements d'une minorité de voyous".

La principale mesure : la possibilité d'infliger des amendes aux délinquants présumés pour comportements antisociaux directement dès leur interpellation, "en amont des tribunaux". Le montant de ces amendes passera quant à lui de 80 à 100 livres (117 à 146 euros). Parmi les autres solutions, Tony Blair prévoit la création d'une "académie parentale", afin de former les travailleurs sociaux appelés à conseiller les parents défaillants.

Pour illustrer son plan d'un geste symbolique, Tony Blair a tenu à nettoyer personnellement un graffiti sur les murs d'une cité à Swindon en Angleterre.

Tony Blair nettoie une cité au kärcher, et la presse Britannique soutient son action.

Cherchez l'erreur ...

Pour en savoir plus :
1. Blair launches 'respect' agenda (The Telegraph)
2. Blair launches 'respect' action plan (The Guardian)
3. Eviction threat in 'respect' plan (BBC news)
4. So what on earth is respect? (BBC news)
5. Blair: We'll throw yobs out of home (Manchester Evening news)
6. 'Problem' families face eviction as Tony Blair demands Respect (The Times)

Crédit photo : Adrian Dennis

Libellés :

7 Comments:

Blogger Jack said...

Tiens voilà une coïncidence curieuse :
Ce matin j’écoutais Europe 1 en me rasant, et j’apprenais, penaud, la restauration de la note de conduite au collège.
Et je songeais : « encore une conséquence de Mai 68 », la note de conduite a du être jugée « discriminatoire et anti pédagogique », par nos enseignants gauchos-68tards.
Le commentaire intello-débile de l’enseignant commentant cette mesure qui suivit l’annonce prouvait que j’avais mis dans le mille. C’était la première note que regardaient mes parents sur la carnet de note : je n’ai jamais aimé les règlements...
Cette réflexion me ramena à un souvenir d’enfance, qui m’est resté Dieu sait pourquoi.
Un soir en rentrant de l’école, je devais avoir 6 ou 7 ans, j’ai laissé courir ma main sur le mur de clôture du coin de ma rue avec une craie chipée à l’école. Le propriétaire est sorti, m’a engueulé et m’a forcé à tout effacer avec force salive et mon mouchoir, çà m’a pris un moment car le mur était long et rugueux, j’y laissai le mouchoir et un peu de peau aussi.
J’ai fait beaucoup d’autres bêtises après celle-là, mais jamais plus de graffitis.
C’est pourquoi, je crois beaucoup à la vertu des sanctions réparatrices, que l’on devrait toujours appliquer quand c’est possible et aussi tôt que possible. C’est la base même du dressage, qui ne fabrique pas forcément des malheureux, si les sanctions sont méritées et mesurées. (c’est pourquoi il existe aussi des psys pour chiens et chats, alors qu’il conviendrait de soigner leur maîtres)
Mais ce genre de propos est aujourd’hui jugé réactionnaire et dépassé : « le pauvre petit, il ne sait pas ce qu’il fait », oui justement, c’est pourquoi il faut lui apprendre à distinguer le bien du mal : on appelle çà l’éducation.

On préfère sans doute faire des statistiques de voitures calcinés et de professeurs insultés et se lamenter sur l’insécurité : mais rien n’arrive par hasard.

C’est aussi le thème du film « 3 enterrements » dont j’ai déjà parlé ici, la sanction réparatrice.
C’est ce qui permet aussi à Sarko de surfer sur les sondages de popularité.

jeudi, 12 janvier, 2006  
Blogger Philippe Piriac said...

Bien sur Jacques, je suis d'accord avec toi sur la notion d'éducation et de responsabilité parentale sur ce registre

Un petit commentaire sur dressage et éducation

si on voit l'éducation comme un apprentissage ( au sens tutorat ou to teach)de la responsabilité personnelle, pourquoi associer, meme fugacement cela à la notion de dressage. ( On dresse quelqu'un qu'on considère comme incapable d'acquérir une forme de sens de la responsabilité.On éduque quelqu'un qu'on pense pouvoir devenir responsable).
On ne peut pas dresser sans rapport de force permanent. On doit probablement pouvoir éduquer avec un rapport de force transitoire et déclinant progressivemen au niveau d'éducation/responsabilité atteint.
En subsance dresser c'est asservir/aliéner, Eduquer c'est libérer/aider l'autre à n'être qu'à lui.

bon la moquette avec les colorants, c'est plus toxique. Faut que j'arrête.

Au fait: quel look sur la photo... Ce web entretient autant la jeunesse de corps que celle de l'esprit
Corpus sanum cum mensi sana

jeudi, 12 janvier, 2006  
Blogger Patrick said...

C'est sûr, Tony a copié sur Sarko le coup du Kärcher !

Nota: en effet, Jack, quel look !

jeudi, 12 janvier, 2006  
Blogger Jack said...

Bonsoir Philippe,
Comme le laisse deviner le commentaire entre parenthèse, j’utilise le mot dressage appliqué usuellement au monde animal, pour insister sur un fait connu des dresseurs : il faut que la récompense ou la punition succède immédiatement à l’acte auquel elles sont liées pour être efficaces. Je pense que c’est vrai aussi pour de jeunes enfants.
Mais tu as sans doute plus d’expérience que moi dans ce domaine.
Je suis bien entendu d’accord avec toi pour que le dressage face place à l’éducation raisonnée au fur et à mesure que croît la conscience.
Il incombe cependant bien aux parents de fixer les limites : limites que les jeunes enfants cherchent continûment et qu’ils doivent pouvoir trouver, sous peine de devenir plus tard des asociaux.
C’est bien d’être à l’écoute des enfants, mais ce sont les parents qui commandent, pas l’inverse.
Je vois trop de famille où les parents ne semblent pas tenir leur place.

PS1 : c’est étrange cette propension qu’ont ceux qui n’ont pas eu d’enfants à discourir sur l’éducation.
Cette position d’observateur externe, est-elle garante d’objectivité ? ;>) .

PS2 : A propos de parents aptes à tenir leur place : Voilà un fait divers qui me fait cauchemarder.
Faut-il comme pour le permis de conduire instituer un permis d’enfanter.
Ou comment une famille de trois enfants fait-elle pour oublier un enfant de 7 ans, sur une aire d’autoroute ?
C’est le petit frère de 4 ans qui signale l’absence du plus grand, après des km !
Bonjour l’éducation : çà n’est pas gagné pour ces gamins là...

vendredi, 13 janvier, 2006  
Blogger Jack said...

A propos du nouveau loock, j’ai pensé qu’à 60 ans il était temps de m’accepter tel que je suis... pas comme il y a 30 ans !

vendredi, 13 janvier, 2006  
Blogger Luc said...

@ Jack : A propos de ton nouveau look :

T'as bien raison. Tu crois que je devrais changer ma photo aussi ? Alors, il faudra que je mette des lunettes de soleil comme toi, sinon, tout le monde va me reconnaître !

vendredi, 13 janvier, 2006  
Blogger Jack said...

Non non Luc, ne change rien, d'abord tu n'as presque pas changé et ton déguisement de caphornier semble plaire aux dames...

vendredi, 13 janvier, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home