Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 7 novembre 2006

Moorea en Provence

Dentelles

Hier après-midi, j'étais chez un client à Suzette, dans les Dentelles de Montmirail, et je contemplais la majesté du Soleil de novembre qui flamboyait au dessus de ce superbe paysage.

Et puis, je me suis dit soudain que cette silhouette déchiquetée me rappelait quelque chose ...

Haapiti

Bien sûr ! La caldeira de Moorea, avec le même aspect incroyablement dentelé de son cercle montagneux. Ci-dessus, vous pouvez voir une photo que j'ai prise cet été à Haapiti. Et, ci-dessous, une autre vue, depuis la Baie de Cook (peut-être la plus belle baie du monde ...)

Baie_de_Cook.jpg

Moorea en Provence ... C'est un peu magique, non ?

Sur le sujet :
1. I'm back again ! (Chez Luc)

Crédit photo : Luc

7 Comments:

Blogger Paul said...

J'te mettrais des éoliennes là-dessus, moi !
(non je rigole)

mardi, 07 novembre, 2006  
Blogger Betty said...

Et c'est là que Luc découvre qu'il cherchait bien loin le paradis qu'il avait au creux de la main...
;-)

mercredi, 08 novembre, 2006  
Blogger Philippe Piriac said...

on peut se la faire "heureux qui, comme Ulysse , a fait un long voyage ou bien comme cela

Les murs de poussière

Paroles et Musique: Francis Cabrel 1977 "Les murs de poussière"



Il rêvait d'une ville étrangère
Une ville de filles et de jeux
Il voulait vivre d'autres manières
Dans un autre milieu
Il rêvait sur son chemin de pierres
"Je partirai demain, si je veux
J'ai la force qu'il faut pour le faire
Et j'irai trouver mieux"
Il voulait trouver mieux
Que son lopin de terre
Que son vieil arbre tordu au milieu
Trouver mieux que la douce lumière du soir
Près du feu
Qui réchauffait son père
Et la troupe entière de ses aïeux
Le soleil sur les murs de poussière
Il voulait trouver mieux...
Il a fait tout le tour de la terre
Il a même demandé à Dieu
Il a fait tout l'amour de la terre
Il n'a pas trouvé mieux
Il a croisé les rois de naguère
Tout drapés de diamants et de feu
Mais dans les châteaux des rois de naguère
Il n'a pas trouvé mieux...
Il n'a pas trouvé mieux
Que son lopin de terre
Que son vieil arbre tordu au milieu
Trouver mieux que la douce lumière du soir
Près du feu
Qui réchauffait son père
Et la troupe entière de ses aïeux
Le soleil sur les murs de poussière
Il n'a pas trouvé mieux...
Il a dit "Je retourne en arrière
Je n'ai pas trouvé ce que je veux"
Il a dit "Je retourne en arrière"
Il s'est brûlé les yeux
Il s'est brûlé les yeux
Sur son lopin de terre
Sur son vieil arbre tordu au milieu
Aux reflets de la douce lumière du soir
Près du feu
Qui réchauffait son père
Et la troupe entière de ses aïeux
Au soleil sur les murs de poussière
Il s'est brûlé les yeux (x3)

god damn it: foutu voyage interieur...

mercredi, 08 novembre, 2006  
Blogger Audrey Hepburn said...

Même remarque que Betty ! :)
Alors, Luc, tu veux toujours partir??

mercredi, 08 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Il faudrait faire une addition : une note d’estime et une autre note de distance, pour comparer Provence et Tahiti, on fait la somme des 2 notes.

Provence = 15(estime) + 20(distance) = 35
Tahiti = 19 + 0 = 19.

Il n’y a pas photo.

(Sauf si on néglige la note de distance, mais est-ce bien raisonnable ?)

mercredi, 08 novembre, 2006  
Blogger Betty said...

@ Philippe : oui il y a aussi Brassens :
(...)Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
M'éloigner d' mon arbre
Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
Le quitter des yeux
(...)

jeudi, 09 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Tous : Hé hé hé ... vos commentaires me vont droit au coeur ! Alors, partira, partira pas ?

Comme je vous l'ai dit dans un commentaire suite à cette note, non, je ne vais pas aller vivre la-bas, et j'explique le pourquoi du comment.

Donc (pour l'instant), je vais rester vivre "auprès de mon arbre" !

;-)

lundi, 13 novembre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home