Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 2 janvier 2007

Ralliez-vous à mon panache blanc !

Nuclear


Patrick s'est fait un ardent défenseur de l'énergie nucléaire, trouvant que les éoliennes, ça défigure le paysage. Et, il faut bien reconnaître qu'une belle centrale nucléaire, par un beau matin d'hiver, ça vous a un certain panache ...

Je me place ici évidemment uniquement sur le plan esthétique, en dehors de toute autre considération. Et, il faut bien reconnaître qu'en cette matière, c'est principalement une affaire de goût personnel ...

Pour en savoir plus :
1. Ce beau paysage… (Chez Luc)
2. Les Eoliennes améliorent parfois le paysage (Chez Luc)
3. Flower Power (Chez Luc)

Crédit photo : EatLiver.com via neatorama

7 Comments:

Blogger Patrick said...

Luc, qu'as-tu contre les nuages de vapeur d'eau ? En d'autres temps tu aurais rêvassé pour découvrir des formes cachées dans ces volutes poétiques ;-)

mercredi, 03 janvier, 2007  
Blogger Jack said...

Mon neveu lorsqu’il était un tout jeune garçon avait eu cette remarque très poétique en passant devant Pierrelatte : « Oh, un fabrique de nuage ! ». Il ne savait pas encore que les nuages n’avaient pas besoin des hommes pour être là...

mercredi, 03 janvier, 2007  
Blogger Philippe Piriac said...

Beau cas de mécanisue des fluides et superbes nuages

jeudi, 04 janvier, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : "Luc, qu'as-tu contre les nuages de vapeur d'eau ?"

Rien de spécial. Comme je l'ai dit dans mot mot, c'est même plutôt décoratif, pour ceux qui aiment.

Juste une remarque, comme ça, au passage : La production d'électricité nucléaire consomme 400 litres d'eau douce par jour et par personne en France (source : Yann Arthus-Bertrand hier soir sur France 2)

Bon.

Vous reprendrez bien un peu de Kouglof ?

vendredi, 05 janvier, 2007  
Blogger Jack said...

400 litres évaporées par jour et pas personne, ben dis donc il y a des calories à récupérer quelques part, non ?
Ou serait-ce le débit d’eau qui passe dans les centrales et qui est rejetée avec quelques degrés en + ?

vendredi, 05 janvier, 2007  
Blogger Patrick said...

400 litres ? A vérifier. Je pense qu'il entre peut-être 400 litres, mais qu'il en sort presque autant au sortir des turbines. Les tours de condensation sont là pour ça : retransformer la vapeur en eau liquide pour la rejeter en milieu naturel... En tous cas, ce n'est pas propre au nucléaire : toute centrale qui utilise des turbines à vapeur doit "utiliser" autant d'eau pour produire la vapeur (qu'il s'agisse d'une centrale à fuel, à charbon, à gaz, ou même une centrale solaire thermique)...

Les photos du cinéaste et photographe Yann Arthus-Bertrand sont admirables, mais ça n'en fait pas une référence en matière d'énergie nucléaire...

samedi, 06 janvier, 2007  
Blogger Patrick said...

Au fait, cette petite digression sur les 400 litres d'eau m'ont fait prendre conscience d'une certaine énergie que tout un chacun gâche sans vergogne. C'est celle contenue dans nos eaux chaudes usées. En gros, on produit de l'eau chaude à grands frais, on l'utilise (bain, douche, vaisselle...), et on rejette de l'eau chaude sale. Sale, mais CHAUDE, c'est à dire porteuse de calories.

D'ou mon idée de récupérer une partie des calories des eaux chaudes usées (par exemple en utilisant un échangeur pour préchauffer l'eau propre qui alimente le cumulus)... En plus, ça ne doit pas être très difficile à réaliser...

C'est-y pas une bonne idée pour sauver le planète, ça ?

samedi, 06 janvier, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home