Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 12 mai 2007

Le Projet Constellation



La Navette Spatiale américaine, qui a fait ses débuts le 12 avril 1981, devrait prendre sa retraite vers 2010.

C'est le Projet Constellation qui va prendre la relève avec les premiers tests en 2009, et une première mission avec des hommes sur la surface de la Lune en 2019. Ce projet est constitué des éléments suivants :

1. Le vaisseau spatial Orion :

Orion.jpg

Orion est constitué d'une capsule, visible sur l'image ci-dessus, directement inspirée des capsules Apollo, mais capable de transporter 6 astronautes. Ce vaisseau pourra aller rendre visite à la Station Spatiale, mais aussi aller en orbite autour de la Lune. Le premier vol d'Orion est prévu en mars 2013.

2. Les lanceurs Arès I et Arès V :

Saturn-V Shuttle Ares-I Ares-V

Sur l'illustration ci-dessus, vous pouvez voir, à la même échelle, le lanceur Saturn V, qui a lancé les missions Apollo vers la Lune en 1969, la Navette Spatiale, puis, à droite, Arès I et Arès V.

Arès I est prévu pour lancer le vaisseau spatial Orion.Le premier étage d'Arès I sera testé en avril 2009, et le premier tir d'Arès I aura lieu en septembre 2012.

Arès V est prévu pour le voyage vers la Lune. Il mettra en orbite terrestre le lanceur orbital extra-terrestre, "Earth Departure Stage" (EDS) et le module lunaire "Lunar Surface Access Module" (LSAM). Le premier tir d'Arès V aura lieu en juin 2018.

3. Le lanceur orbital extra-terrestre, "Earth Departure Stage" (EDS) :

Earth Departure Stage with CEV and LSAM.jpg

Il y a une différence importante entre les missions Apollo et le Projet Constellation : la fusée Saturn V lançait directement vers la Lune tout le matériel nécessaire pour aller sur la Lune et revenir. Dans le Projet Constellation, c'est différent. On envoie la capsule Orion avec Arès I, on envoie ensuite les modules EDS et LSAM avec Arès V, et ensuite, on assemble en orbite terrestre le "train spatial" que vous pouvez voir ci-dessus, avec Orion accouplé au LSAM. Et, comme il va falloir envoyer tout ça depuis l'orbite terrestre vers la Lune, il faut un orbital extra-terrestre, qui va procéder à ce lancement à partir de l'espace. C'est le "Earth Departure Stage" (EDS). Donc, on ne va plus aller directement sur la Lune, on va faire d'abord une escale en orbite terrestre. Le premier test aura lieu en juin 2019.

4. Le module lunaire "Lunar Surface Access Module" (LSAM) :

ig262_nasa_spaceship_06_02.jpg

C'est une version améliorée du Module Lunaire d'Apollo. Son premier alunissage est prévu pour décembre 2019, avec 3 hommes à bord.

Ce programme est donc ambitieux, et il vise à remettre la NASA en capacité d'exploration spatiale, avant le grand rendez-vous du voyage sur la planète Mars ...

Pour en savoir plus :
1. Constellation Program (NASA)
2. Project Constellation (Wikipedia)
3. List of Constellation missions (Wikipedia)
4. Colonizing The Moon (YouTube)

Crédit vidéo : craigsolo05

Libellés :

1 Comments:

Blogger Patrick said...

Très intéressant papier. Pourtant, il y a un grand hic à tous ces projets, c'est la protection des êtres vivants vis-à-vis des rayons cosmiques. Au delà de quelques jours d'exposition, les cellules sont irrémédiablement affectées. Personne, semble-t-il, n'a de solution à ce problème pour le voyage vers Mars *. Toutes les formes de bouclier anti-rayons cosmiques qu'on a imaginé s'avèrent inapliccables (en raison de l'énorme dépense énergétique correspondante dans le cas de boucliers magnétiques ou électriques, ou de la masse colossale à transporter dans le cas de boucliers massiques à base d'eau par exemple)**.

Pour la Lune, en 1961, le Président Kennedy avait mis dans le cahier des charges le retour en sécurité de l'équipage. Pour Mars, il faudra peut-être accepter de ne faire revenir sur terre que des cadavres...

* Ce problème est moins aigu pour les stations orbitales terrestres, en raison de la protection que procure le champ magnétique terrestre (ceintures de Van Allen).

** Les recherches s'orientent vers la thérapie génique (faire en sorte que les cellules détruites ou abîmées par les rayons cosmiques se réparent ou se regénèrent) - mais c'est plutôt à l'horizon XXIIème siècle, ça...

lundi, 14 mai, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home