Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

lundi 7 mai 2007

A propos des perdants de l'élection présidentielle

Ségo.jpg

Nicolas Sarkozy a gagné, bravo ! A présent, penchons-nous un instant sur ceux qui ont perdu.

Ségolène Royal (PS).

Le 21 avril 2002, suite à sa défaite au premier tour, Lionel Jospin avait déclaré qu'il se retirait immédiatement de la vie politique, et donc il laissait un PS traumatisé se débrouiller tout seul sans lui. Hier, changement de ton. Ségolène Royal a tenté un hold-up surprenant sur le PS suite à sa défaite au second tour. Contrairement au soir du premier tour, où elle a fait poireauter tout le monde jusqu'à plus de 21h30, là, elle a accaparé toutes les antennes à 20h04, coupant l'herbe sous le pied à DSK, Fabius et autre Jack Lang qui s'apprêtaient à prendre la parole sur les plateaux de télévision, et elle a déclaré avec un sourire radieux, je cite : "J'ai engagé un renouvellement profond de la vie politique, de ses méthodes et de la gauche. (...) Ce que nous avons commencé ensemble nous allons le continuer ensemble. (...) Je serai au rendez vous de ce travail indispensable et j'assumerai la responsabilité qui m'incombe désormais. Mon engagement et ma vigilance seront sans faille au service de l'idéal qui nous a rassemblé et nous rassemble et qui va, j'en suis sûre, nous rassembler demain pour d'autres victoires".

Pour d'autres victoires ? Suite à celle-ci sans doute ?

Et ensuite, elle s'est rendue au siège du PS, boulevard de Solférino, pour haranguer les militants depuis le balcon, comme si elle venait de remporter une grande victoire, qui en appelait d'autres.

Elle se comporte visiblement comme si elle avait gagné, et d'une façon plutôt appuyée. Les ténors du PS, qui ont été forcés de ronger leur frein pendant toute la campagne invraisemblablement personnelle et démagogue de Ségolène Royal, ne sont pas dupes, et n'aiment pas trop qu'on les prennent pour des buses. Ils vont donc se charger de lui faire une explication de gravure dans les jour qui viennent ... Les débats internes au PS suite au comportement de Royal d'hier soir promettent d'être assez croustillants !

François Bayrou (UDF PD MD).

Là, on a assisté au suicide politique d'un homme qui avait quand même réalisé un vrai exploit en obtenant 18,6% des voix au premier tour. Et lui aussi, il aurait fallu qu'on lui explique qu'il avait perdu. Ca lui aurait évité la pantalonnade de l'inutile débat de l'entre-deux tours avec Royal. Il se serait retiré de la compétition avec les honneurs et dans la dignité et se serait présenté en position de force aux législatives. Au lieu de ça, sa volonté de s'inviter en permanence dans un débat dans lequel il était hors jeu l'a complètement discrédité et marginalisé, surtout depuis qu'il a déclaré "je ne vous dis pas pour qui je voterai, mais je ne voterai pas pour Sarkozy", pendant que toutes ses troupes se ralliaient en masse à Sarkozy. Dommage, ça avait l'air d'être un gars bien et sincère.

Marie-Georges Buffet (PCF).

Le PCF a fait 1,9 % des voix au premier tour. Ce coup là, le PCF a touché le fond.

Voici un petit rappel historique des résultats du PCF au premier tour des présidentielles :
1969 : 21,3% (Jacques Duclos)
1974 : le PCF ne se présente pas (Union de La Gauche)
1981 : 15,3% (Georges Marchais)
1988 : 6,8% (André Lajoinie)
1995 : 8,6% (Robert Hue)
2002 : 3,4% (Robert Hue)
2007 : 1,9% (Marie-Georges Buffet)

Je pense que ce mouvement archaïque d'extrême gauche a vécu, et que le PCF ne devrait logiquement pas survivre très longtemps. Le PCF est d'ailleurs le dernier Parti Communiste existant dans les pays développés. Une exception bien française !

Jean-Marie Le Pen (FN).

Là aussi, après le paroxysme honteux de sa présence au deuxième tour de 2002, la campagne efficace de Nicolas Sarkozy qui a enfin abordé tous les thèmes dans sa campagne, y compris ceux dont aucun autre responsable politique ne voulait parler, a permis de faire redescendre son score à 10,4% des voix. Si, comme il l'a promis, Nicolas Sarkozy va s'occuper vraiment des problèmes de la société française d'aujourd'hui, le vote protestataire Le Pen devrait disparaître. Et le vote nationaliste pur et dur devrait redescendre à 0,7%, là où il était en 1974. Il faudra alors être reconnaissant à Nicolas Sarkozy d'avoir su écarter l'extrême droite du paysage politique français.

Pour en savoir plus :
1. Les résultats définitifs du premier tour (Chez Luc)

Crédit photo : AFP

Libellés :

12 Comments:

Blogger Jean Hugues said...

Tput ca est d'autant plus logique que M. Bayrou n'est plus le représentant de l'UDF, il est désormais, grace ou malgrès lui, le représentant d'une forme nouvelle de contestation.

"45% des électeurs Bayrou revendiquent un vote contestataire" - Sondage des internautes sur http://www.ExtremeCentre.fr

lundi, 07 mai, 2007  
Blogger efbe said...

Je ne partage pas trop ton analyse, Luc, concernant Bayrou. Il n'a même pas encore fondé son parti (Mouvement Démocrate, et non Parti Démocrate, les initiales sonnant mieux, sans doute) que tu le donnes mort politiquement. Certes, beaucoup d'UDF ont tendu les bras vers l'UMP, de peur de perdre leur siège à l'assemblée nationale (à juste titre), mais rien ne dit que Bayrou ne sera pas capable de présenter suffisamment de candidats dans les différentes circonscriptions pour les législatives.
Si c'est le cas, si il y a des représentants dans chaque circonscription, alors rien n'est joué. Seul son score à ce moment là déterminera l'avenir politique de ce "nouveau" parti, et encore. En 5 ans, il peut s'en passer des choses, il suffit de voir le chemin que ce monsieur a parcouru depuis 2002.

Quant à Royal, je trouve ça gonflé. Gonflé et amusant. Si j'essais de me mettre de son point de vue, dans le meilleur des cas, elle va en effet prendre la tête du parti pendant la campagne des législatives et peut être s'affirmer et prendre de la bouteille question campagnes nationnales, dans le pire des cas, elle aura eu le mérite de créer un joli séisme au sein du PS, qui aura pour conséquence, je l'espère, de modifier leurs lignes politiques et de moderniser leur discours.

"Wait and see" comme on dit pour faire chébran (enfin, c'est ce que je disais au lycée...)

lundi, 07 mai, 2007  
Blogger Paul said...

Vous voulez connaître les vrais perdants de ces élections ?
Ils sont 65 millions et ils en ont pris pour au moins 5 ans.

Hier soir, dans une rue proche de chez moi, habitée par pas mal d'africains et d'asiatiques, les flics ont carrément fait évacuer toute la rue et viré les gens des terrasses des cafés.

Chose vue dans ma rue aujourd'hui : la police vient emmener une camionnette mal garée. Un voisin fait remarquer que c'est la voiture d'un artisan qui fait des travaux à côté et que c'est peut être un peu exagéré de la prendre. Réponse de la policière : c'est un riverai qui nous a appelé, il a précisé "maintenant que Sarkozy est élu, je compte sur vous !".

A l'heure où j'écris ces lignes, pour la deuxième nuit consécutive, un hélico de la police fait la ronde en rase motte au dessus de mon quartier, balayant les rues avec son projecteur. On se croirait dans Robocop.

Bienvenue à Sarkoland.

lundi, 07 mai, 2007  
Blogger Luc said...

@ Paul : Non, moi ça va, tout est calme. Il faut dire que je vis en Provence, au sud de la ligne de démarcation ... ;-)

Bon, je vais préparer les sandwiches pour l'accueil des trains de réfugiés.

lundi, 07 mai, 2007  
Blogger Jack said...

C’est nouveau, ça vient de sortir : on va appeler ça le triomphe des perdants, on avait l’habitude de voir les battus minimiser leur défaite... mais là on est passé un cran au dessus ! Il est vrai que le monde virtuel gagnant du terrain : on ne s’interdit plus rien, la décence est une vertu dépassée.
Luc tu aurais du mettre une photo avec les deux bras levés en signe de victoire...comme nous avons pu tous la voir.
On dit qu’elle est surprenante : en effet elle l’est.

Luc : il y a encore un parti communiste en Italie qui n’a pas suivi la « refondation » c’est le parti « canal historique » en quelque sorte, il fait à peu prés le même score que le notre. Nous avons toujours beaucoup de points communs avec nos cousins transalpins.

lundi, 07 mai, 2007  
Blogger aurora said...

eh ben Paul, tu ne lui laisses pas beaucoup le bénéfice du doute à Sarko.
Il est pas président avant 10 jours, se dore tranquillement la pillule sur un yacht et pourtant il a déjà réussi à imposer une dictature !!
Euh les hélicoptères ne seraient pas plutôt lié aux 750 voitures qui ont été brulées ?
Avant les élections, il parait que c'était fait exprès ces histoires de voitures pour imposer le thème de l'insécurité (encore un coup de Sarko), maintenant c'est ptet pour justifier une dictature ?

mardi, 08 mai, 2007  
Blogger Paul said...

@Aurora

Je n'ai nulle part parlé de dicature. Et bien évidemment, ces hélicos sont là en raison des imbéciles qui incendient les voitures.
Je constate juste qu'on est, de fait, entré dans un cycle provocation-repression qui est la suite logique de la politique menée depuis plusieurs années.

mardi, 08 mai, 2007  
Blogger Luc said...

@ Jack : Oui, c'est assez surprenant. Si tu les regardes bien, François Bayrou a gagné au premier tour et Ségolène Royal au deuxième tour ! (après s'être organisé un débat à tous les deux entre les deux tours !!!)

mardi, 08 mai, 2007  
Blogger Jack said...

@Philippe : je vois que tu t’es documenté et toi qui sais bien compter, je voudrais te rappeler une évidence : aussi bien à Audierne, à Piriac, qu’à Pernes ou à Barbentane, chacun de nous n’a mis qu’un seul bulletin dans l’urne.
@Luc :
Je suis content que tu nous donnes l’occasion ici de parler des perdants, il faudra laisser les socialistes analyser les causes de leur défaite face à l’UMP.
En ce qui me concerne, je pense que ce sont deux conceptions de la politique qui s’opposent, plus précisément deux conceptions de ce qu’est un parti politique.
L’UMP est une machine à gagner au service d’un candidat postulent à la présidence de la République. Le parti socialiste est un fagot de « courants », sans chef. Dimanche soir le Fabius continuait de pérorer tentant une improbable synthèse. Je songeais en l’écoutant (ou plus tôt en ne l’écoutant plus), que ce type est toujours au bureau alors qu’il fit campagne pour le « non au référendum sur la constitution européenne » alors que le parti socialiste faisait campagne pour le « oui ».
De même cette candidate surgie de nulle part au dernier moment et qui s’impose ...
Non tant que le parti socialiste sera cette « auberge espagnole », règne de l’improvisation, j’oublierai qu’avant je votais à gauche.

Ils devraient se poser une question au parti socialiste, le seul président qu’ils aient jamais eu a-t-il procédé avec autant d’amateurisme pour se hissé à l’Elysée ? La politique c’est une affaire de gens sérieux et déterminés.
Et pour gagner il faut une équipe soudée avec un vrai patron.
On voit bien la différence à l’arrivée.

Rappelons à ceux qui reprochent à Dominique Strauss Kahn de na pas avoir été assez combatif, que son courant était minoritaire au sain du parti, ce n’est donc pas à lui qu’il faut adresser des reproches !

mardi, 08 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Deux mots pour résumer tout ça : Vae victis !

samedi, 12 mai, 2007  
Blogger Hervé Las Vegas said...

Bonjour, je touve votre blog tres ben fait
J ai egalement un blog: http://aurevoiryannick.blospot.com
Allez tous le voir, mettez des commentaires, il me faut des soutiens
Merci

samedi, 12 mai, 2007  
Anonymous Zack said...

Il faudrait peut être redescendre sur Terre et stopper votre obnubilation pour Sarkoléon. Certes il est le principal responsable de la chute du score de Le Pen, et on pourrait le remercier pour cela MAIS seulement s'il l'avait fait de la bonne manière! A savoir, en tenant des arguments de raison et de tolérance. Or pour s'octroyer l'electorat de Le Pen, il a préféré multiplier les clins d'oeils à l'extrême droite : déterminisme génétique pour les pédophiles et les suicidaires (ce qui est aberrant, un Lycéen de 1ère S pourra vous le dire!), ministère de l'immigration et de l'identité nationale, "la France tu l'aimes où tu la quitte" etc. Alors tous les Sarkozistes jouissent de ce résultat mais ce n'est que de surface! Les fachos sont toujours bel et bien là et il y en a même plus qu'avant je dirais! Et beaucoup ont voté Sarkozy sans changer leurs opinions nauséabondes... Mais cela Sarkozy s'en moques du moment qu'il a leurs voix! Et ça ça n'a absolument rien de glorieux!

vendredi, 21 décembre, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home