Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 29 avril 2007

Royal et Bayrou : je t'aime, moi non plus

Royal Bayrou.jpg

Cette semaine, on a pu assister à une surprenante valse hésitation entre Royal, qualifiée pour le deuxième tour, et Bayrou, perdant au premier tour. Voici le roman feuilleton de la semaine qui vient de s'écouler :

Dimanche :

François Bayrou a perdu, mais avec les honneurs. Il récolte 18,6%, pas très loin du score de Chirac au premier tour de 2002. Alors, dans sa tête, il refuse la défaite et veut continuer à exister médiatiquement par tous les moyens. Il nous déclare donc le soir à la télé qu'il va nous annoncer ses consignes de vote mercredi soir.

Ségolène Royal est passée, ouf ! Mais, quand elle sort sa calculette elle s'aperçoit qu'il y a un problème : en additionnant toutes les voix de la gauche et de l'extrême gauche au premier tour, on arrive péniblement à 36,4%. C'est râpé pour le second tour. Alors, dimanche soir, tout le monde attend patiemment la déclaration de la "femme libre" à la télé, en regardant des images de l'école de Melle, où un rideau bouge parfois derrière une fenêtre ... Elle finira par nous lire sa dictée vers 21h30.

Lundi :

A la surprise générale, et sans avoir consulté qui que ce soit, Royal propose à Bayrou un "débat" vendedi matin, dans le cadre d'un forum qui a été organisé par la Presse Régionale. Les cadres du PS apprendront la nouvelle dans la presse.

Mardi :

François Bayrou fait savoir qu'il veut bien, mais qu'il faut que ça passe à la télé, sinon, il ne veut pas.
Ségolène Royal fait savoir que, si il faut que ça passe à la télé, on demandera à des caméras de filmer le forum de la Presse Régionale, mais qu'il n'est pas question d'organiser un débat télévisé que une grande chaîne nationale à 20h30, faut pas exagérer non plus.

Mercredi :

Canal + et I télé (groupe Canal +) font savoir qu'il sont d'accord pour filmer.
A 15 heures, Bayrou annonce, comme prévu, qu'il ne donne pas de consigne de vote, et que l'UDF devient le "Parti Démocrate", et il accepte du bout des lèvres le compromis proposé par Royal.
Mais dans la soirée, le groupement de la Presse régionale font savoir que le débat n'aura pas lieu, vu qu'ils ont organisé un forum avec d'un côté Royal et de l'autre Sarkozy, et qu'ils n'ont pas organisé un débat Royal Bayrou, et que avant de lancer des trucs comme ça, ça aurait été pas mal de leur demander leur avis.

Jeudi :

Canal +, I Télé (groupe canal +) et France Inter, à savoir les médias qui sont actuellement les plus à gauche du PAF, déclarent que c'est pas grave, et qu'ils proposent d'organiser vendredi matin de 11 heures à midi le débat Royal Bayrou, dans le cadre d'un numéro spécial du "Grand Journal" de Michel Denisot.
Jeudi soir 19h, la dépêche tombe sur les téléscripteurs : le CSA déclare qu'il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, et que le débat bricolé en dernière minute pas Canal + ne pourra pas avoir lieu.

Vendredi :

Alors comme Ségolène déclare qu'elle est une femme libre et qu'elle fait ce qu'elle veut, et que François Bayrou fait un gros caprice pour passer à la télé, un débat va finalement être organisé samedi par RMC et son innénarable journaliste Jean-Jacques Bourdin qui s'est fait un nom avec le nombre de sous-marins nucléaires français, le tout retransmis par BFM TV, une micro-chaîne de la TNT.

Samedi :

Le débat tant espéré a enfin lieu (voir photo ci-dessus). D'entrée, Ségolène Royal déclare que ce n'est pas un débat mais un dialogue. Et le "dialogue" a lieu pendant deux heures, pour constater ce qu'on savait déjà, à savoir que les positions de Royal et de Bayrou sont inconciliables, particulièrement sur le plan économique. Tout ça pour ça ? Non, on a quand même appris quelque chose : Bayrou a le même prénom que le compagnon de Mademoiselle Royal !

Ca valait quand même le coup de le faire, ce débat, vous ne trouvez pas ?

Pour en savoir plus :
1. Débat à fleurets mouchetés entre Royal et Bayrou (Le Monde)
2. Désaccords entre Bayrou et Royal sur l'économie (Le Monde)

Crédit photo : Benoît Tessier

Libellés :

17 Comments:

Blogger Paul said...

Je suppose que chacun voit midi à sa porte... Moi je les ai vus en accaord sur 80% des sujets !
Réformes institutionnelles, prévention de la délinquance, Europe : autant de domaines où leurs positions sont absolument identiques.
C'est vrai, sur l'économie il reste des divergences. Mais Bayrou a bien pris soin de préciser que le programme de Sarkozy est aussi irréaliste que celui de Royal, et qu'en plus il promet de baisser les prélévements obligatoires - " ce qu'il ne fera pas".

Une chose est claire en tous cas : Bayrou ne veut pas de Sarkozy président.

dimanche, 29 avril, 2007  
Blogger Tryphon said...

Et les médias ont très peu parlé de Sarkozy cette semaine... Leur objectif est peut-être atteint! ;)

dimanche, 29 avril, 2007  
Blogger Patrick said...

@Luc : tu écris : "Jeudi soir 19h, la dépêche tombe sur les téléscripteurs : le CSA déclare qu'il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, et que le débat bricolé en dernière minute pas Canal + ne pourra pas avoir lieu."

Moi, j'ai lu le communiqué du CSA qui dit
"Le CSA dément être intervenu auprès de Canal Plus au sujet de ce débat dont l’organisation relève de l’entière responsabilité éditoriale de la chaîne"
.

Conclusion : on ne doit pas parler du même CSA...

Quoi qu'il en soit, je reste sur l'idée que ce débat était un peu stupide, et ne ferai guère avancer le Smilblick.

dimanche, 29 avril, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Je cite La Tribune : "Le débat Royal-Bayrou qui devait être un moment fort de la campagne du second tour tourne à la pantalonnade. En effet, Canal+ ne l'organisera pas, en raison des règles d'égalité de temps de parole édictées par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), a annoncé ce jeudi la chaîne cryptée."

Effectivement. Ce n'est pas le CSA qui a décidé que Canal + ne pouvait pas organiser le débat, c'est Canal + qui a décidé d'annuler le débat pour se conformer aux règles du CSA.

Tu as raison. La précision était importante.

dimanche, 29 avril, 2007  
Blogger Luc said...

Pendant que François Bayrou se livre à l'inutile pantalonnade politico-médiatique racontée ci-dessus, les députés UDF eux, jouent à "choisis ton camp, camarade !". Sur les 29 députés UDF présents à l'Assemblée Nationale, environ une vingtaine se sont déjà ralliés à Nicolas Sarkozy, et les neuf autres sont hésitants. Notons que, pour le moment, aucun d'entre eux ne s'est rallié à Ségolène Royal.

C'est un peu attristant de voir ainsi François Bayrou se suicider en direct live.

N'ayant pas passé le premier tour, il n'avait plus aucune chance pour être président de la république en 2007 (faudrait que quelqu'un le lui dise, quand même).

Ce qu'il aurait dû faire, c'est de déclarer le soir même du premier tour :
- qu'il restait fidèle à sa volonter de créer un vrai parti du centre. Et il faut dire que, jusque là il avait fait un sans faute remarquable.
- que par conséquent, il ne donnerait aucune consigne de vote. Ce qu'il a fait.
- et que, à présent, il allait se consacrer exclusivement à la préparation des législatives.
Et puis il se serait retiré du débat public des présidentielles avec les honneurs.

S'il avait fait ça, il serait apparu aux législatives avec son capital de confiance du 1er tour totalement intact, et il aurait pu mener une campagne centriste totalement crédible.

Au lieu de cela, il vient de se décrédibiliser complètement avec cette pantalonnade stérile.

Le fait que ses plus fidèle lieutenants le lâchent un à un pour Nicolas Sarkozy ouvre la voie au scénario catastrophe suivant. Comme Bayrou a abandonné le sigle UDF au profit du PD, la vaste majorité d'UDF qui rejoignent l'UMP pourraient créer l'UDF "authentique" et indépendant, mais aux côtés de l'UMP. Et Bayrou va se retrouver alors très isolé avec son PD tout neuf. Le plus tragique c'est qu'il ne pourra même pas empêcher ça, vu que la marque "Union pour la démocratie Française UDF" appartient au député Hervé de Charette, un UDF, certes, mais qui a rejoint l'UMP en 2002.

Hé hé hé ... Ah, c'est peut-être pour cela que Bayrou est aussi agressif vis à vis de Nicolas ?

Bon, la dernière ligne droite promet d'être intéressante.

Vous reprendrez bien un peu de clafoutis ?

Pour en savoir plus :
1. L'UDF Hervé Morin votera pour Nicolas Sarkozy (Boursier.com)
2. Querelle autour de la marque UDF (Le Nouvel Obs)

dimanche, 29 avril, 2007  
Blogger apollo said...

je trouve au contraire que bayrou est très malin.
et quand j'entends dire qu'il n'y a pas de machination politique etc chez bayrou, c'est assez incroyable.
Il est en train de subtiliser tout le débat.
Si Ségolène se fait élire, ce sera clairement grâce à lui et il sera en position de force pour les législatives. Si elle perd, les kouchner et compagnie reprocheront au PS de ne pas avoir voulu négocier dès avant le premier tour et il peut commencer le processus de récupération des sociaux démocrates de gauche.
Dans tous les cas il est gagnant, et bravo pour ce tour de force, pourquoi s'en priverait-il.

dimanche, 29 avril, 2007  
Blogger Patrick said...

Tu as raison, Luc. Sur la lamentable histoire de Canal+ et du CSA, j'avais déjà salué :

"l'esprit civique de Canal+ qui, pour des raisons d'équité, en toute liberté, et sans aucune pression de qui que ce soit, a décidé de renoncer au débat Ségo-Bayrou."

Et j'avais même fustigé les rieurs d'un "Pourquoi vous ricanez ?"

En vérité, je crains un peu qu'il ne nous reste plus qu'une semaine pour ricaner. Je pense alors que je serai le premier à me faire discret et à la fermer.

dimanche, 29 avril, 2007  
Blogger aurora said...

"En vérité, je crains un peu qu'il ne nous reste plus qu'une semaine pour ricaner. Je pense alors que je serai le premier à me faire discret et à la fermer."

Je trouve tes commentaires souvent bêtes et méchants, surtout quand tu te permets de faire des comparaisons entre Nicolas Sarkozy, d'origine juive hongroise et le regime nazi. Pour moi c'est vraiment intolérable. Mais apparement c'est pour rire, or c'est vrai quand on a rien à dire autant faire le clown...

lundi, 30 avril, 2007  
Blogger Betty said...

Excusez moi de vous bousculer un peu mais je trouve que le débat ne décolle pas. je m'attendais à mieux au zinc de "Chez Luc" !
On s'enlise dans la polémique politienne dans ce qu'elle a de moins interressant. Chacun voulant prouver à l'autre que son poulain est plus beau plus fort, plus courageux que l'autre...
Bon mais et la politique au sens noble du terme ? l'affrontement entre 2 idéologies qu'en est ce que l'on en parle ?
Parceque toute de même on a là 2 schémas très différents qui s'affrontent. C'est ça le sujet interressant, enfin à mon avis.

lundi, 30 avril, 2007  
Blogger Jack said...

Comme disait notre cher Desproges, « on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui... »

lundi, 30 avril, 2007  
Blogger Luc said...

@ Betty : Si le débat ne décolle pas, c'est pas faute de l'avoir alimenté correctement.

J'ai fait un article mettant des liens sur les programmes de tous les candidats, y compris l'engagement de ceux qui avaient signé le Pacte Ecologique de Nicols Hulot.

J'ai fait un article sur l'impact économique des programmes des candidats, avec leur incidence sur le chômage en particulier.

J'ai même fait un article explicant pour quel candidat il fallait voter si on se sentait concerné par le Pacte Ecologique de Nicolas Hulot.

Mais, que veux tu, tout ça n'intéresse personne. T'as vu les commentaires qui ont suivi ces articles ?

lundi, 30 avril, 2007  
Blogger Patrick said...

@ Aurora : Je pense que les origines de quelqu'un, quelles qu'elles soient, ne sont pas un label de quoi que ce soit. Qu'un candidat soit d'origine ceci ou cela, qu'il soit homme ou femme ou même homosexuel, blanc, noir ou café au lait me laisse tout à fait indifférent. Ce sont ses idées et son comportement qui m'importent. Et, dans le cas qui nous occupe, c'est beaucoup le comportement qui me pose problème, et aussi la sélection de certains thèmes raccoleurs (comme désigner certains français à l'opprobe publique *). J'aurai beaucoup aimé élire un Président pour tous les Français. Mais là, franchement, j'ai du mal à imaginer la chose...


* par exemple tous ces vilains chômeurs qui ne veulent pas travailler...

lundi, 30 avril, 2007  
Blogger Patrick said...

@ Luc : Merci d'avoir fait le travail de mettre les liens vers les programmes des candidats. Cela m'a servi, car j'ai réellement lu attentivement les soixante dix pages doubles et les 570 propositions de M. Sarkozy (ça m'a coûté beaucoup de papier et du temps), j'ai même fait l'effort de mettre des annotations personnelles et de me creuser le ciboulot lorsque je ne comprenait pas de quoi il s'agissait. J'ai aussi lu in extenso la vingtaine de pages et la centaine de propositions de M. Bayrou. Et j'ai lu les 100 propositions de Mme Royal. J'avoue n'avoir fait que survoler les autres programmes, car je savais que je n'irai pas vers eux.

Je crains néanmoins être parmi les "happy few" qui ont réellement lu ces programmes. Je doute fort par exemple que beaucoup d'électeurs de M. Sarkozy aient effectivement lu les 70 pages doubles et les 570 propositions.

De fait, je pense que la plupart des électeurs jugent sur la mine, sur leur ressenti, sur ce qu'ils entendent, plus ou moins bien retranscrit par les médias, et surtout selon leur culture.

Pour ma part, je me suis un peu étonné de l'imprécision de certaines propositions. Du style "je m'engage à examiner tel sujet". Ca nous fait une belle jambe ! J'attendais des choses plus concrètes. Mais bon, c'est ainsi.

Les lecteurs attentifs devinent quel programme et quel candidat ont reçu mon vote au premier tour. Mais maintenant, c'est le second tour. Pour ma part, je serai vissé devant l'écran ce mercredi soir pour parfaire mon opinion. J'écouterai attentivement l'un et l'autre candidat, et je les observerai attentivement. Il n'est pas exclu que ce débat influe sur le choix du bulletin que je mettrai dans l'urne dimanche...

lundi, 30 avril, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Si tu veux lire le programme de Nicolas Sarkozy remis à jour et plus condensé, tu peux cliquer sur le bouton "télécharger" sur cette page-ci.

lundi, 30 avril, 2007  
Blogger Luc said...

Un sondage intéressant à propos de l'inutile pantalonnade Royal Bayrou sur BFM TV :
- 71% pensent qu'il s'agissait là de manoeuvres purement politiciennes
- 63% pensent que, pendant ce temps, on ne parle pas des problèmes concrets des Français.

Vox populi, vox dei !

Pour en savoir plus : L’opinion des Français sur les discussions entre Ségolène Royal et François Bayrou (BVA)

mercredi, 02 mai, 2007  
Blogger Betty said...

@ Luc : alors là on est d'accord. Impossible de discuter sur le fond ! impossible de trouver quelqu'un qui veuille bien m'expliquer pourquoi il est capitaliste, en quoi le libéralisme va sauver l'économie française !! je vais finir par être obliger d'aller diner chez Sarko pour trouver quelqu'un avec qui débattre du fond ;-)

mercredi, 02 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Vox Populi, vox Dei ! Non : Vox Sondagi, Vox traficoti !

Les questions posées pour ce sondage sont un modèle de biais pour obtenir un certain résultat. Les mêmes questions formulées différemment auraient sans doute "révélé" un résultat inverse...

Zut, arrêtez de nous prendre pour des buses, comme dit Jack !

mercredi, 02 mai, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home