Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 18 septembre 2007

Colbert, Anora, Douglas et les autres ...

prénoms.jpg

Le site notrefamille.com vient de publier la liste des prénoms les plus fréquemment donnés aux enfants en 2006. Je vous la reproduis ci-dessus, ça laisse rêveur ...

De mon temps (scrongneugneu ...), il fallait donner aux enfants des noms issus du calendrier. Donc, chaque enfant avait sa fête, le jour du saint ou de la sainte correspondante. C'était peut-être contraignant, mais c'était sympa. Et puis c'était culturel, aussi. On avait des prénoms qui avaient été portés en France depuis deux mille ans ...

Et puis ça c'est libéralisé. Pourquoi pas, vive la liberté, après tout ...

Alors, les jeunes parents ont essayé de faire original à tout prix. et je dis bien à tout prix !

Je me souviens, la première fois que ça m'a éberlué, c'était il y a quelques années, en transit dans un aéroport de retour de vacances, j'entends une maman qui crie "Douglas, viens ici tout de suite !"

Douglas ... Comment une maman peut-elle appeler son enfant "Douglas" ??? c'est là que j'ai vraiment pris conscience du phénomène. Les gosses sont affublés de prénoms pas possibles, et ils vont se les traîner toute leur vie !

Un exemple : en 1991, il y a eu la mode des "Kevin". Et, à présent, c'est devenu complètement ringard. T'imagines, les "Kevin" d'aujourd'hui qui ont 16 ans, comment ils doivent vivre ça ?

Et regardez ci dessus le top 2006 ..

Bon, pour les filles, le top 10, ça va encore. Mais savez-vous qu'une maman a appelé sa fille Clitorine ? Faut le faire, non ? Et puis, bon, sachez quand même que parmi les prénoms en vogue actuellement pour les filles, on trouve Ilona et Anora ... Ca calme, non ?

Et alors, pour les garçons, à part Douglas, on trouve, pêle-mêle : Enzo, Mathis, Kilian, Adam, Evan, Maël ou même Colbert.

Bon, tu me diras, si tout le monde à la récré a des prénoms aussi portnawak, c'est moins grave, quelque part. Oui, bien sûr, mais c'est pas une raison, je trouve. Même si Brad Pitt en Angelina Jolie ont appelé leurs enfants Maddox Chivan, Zahara Marley, Shiloh Nouvel et Pax Thien !

Pour en savoir plus :
1. Top des prénoms de l'année 2006 (notrefamille.com)

Crédit photo : notrefamille.com

Libellés :

9 Comments:

Blogger Genorb said...

Ben dans la liste que tu nous montre sur cette image ca va encore non? C'est plutot tres classique non? Il y a meme de tres vieux prenoms assez ringard encore il y a quelques annees, comme Camille et Clement.

Bon il y a bien Enzo qui n'est pas tres Francais, et Mathis que je ne connaissait pas. Theo et Tom sont des abbreviations (c'est vrai que Theodor ou Theodule ou encore Theophile ce n'est pas facile a porter non plus). Mais bon sinon, c'est encore assez raisonnable je trouve.

En cliquant sur le lien que tu donnes en fin de billet, j'ai appris que Laurie et Laurine etaient des prenoms masculins (oublies certe mais masculins quand meme!!)

mardi, 18 septembre, 2007  
Blogger apollo said...

ben c'est clair, les exemples ne sont pas très frappants.
Ensuite, les prénoms des saints catholiques du calendrier, c'est vrai qu'il était quand même temps de passer à autre chose.
Mais peut-etre regrettes-tu la messe en latin ?

mercredi, 19 septembre, 2007  
Blogger Betty said...

Ben oui évidement, vous vous appelez Luc, Patrick, jack (Jacques ?) et philippe !!... mais que penser des Georgette, Rolande, Fernande (ben oui j'en connais une ! 48 ans après elle ne s'y fait toujours pas)et je me souviens d'une camarade de classe : Henriette ! en plus elle était rousse et jouflue, la pauvre !! Et chez les garçons il y avait qq Georges Téodor et Henry qu'il fallait absolument appellé jojo, Téo et riton !...
C'est la génération des Stéphanie, Nathalie, Christine, Sophie, Valérie qui vous le dit RAZ LE BOL des prénoms passe-partout. je me souviens au Bac de Nathalie Le Roux : 7 Homonymes sur la liste des résultats ...
Et des Christophe et des Bruno il y en avait au moins 2 par classes tout les ans !...

Bon Luc ils s'appellent comment tes enfants et petits enfants ??

mercredi, 19 septembre, 2007  
Blogger BruZ said...

Je ne trouve pas les prénoms du "top 10" (et est-ce que "top" est français, hein ?...) choquants. Les saints du calendrier, quand on regarde l'hitoire d'un bonne majorité, y'a pas de quoi avoir envie de porter leurs prénoms... Quant à "Théo", dans le genre bondieuserie, difficile de faire pire (ou mieux, c'est selon)!
J'aurais cru qu'il y aurait plus de héros des feux de l'amour, il n'en est rien, alors où est le problème ?
Bruno, mon prénom, est allemand... et pourtant il est dans le calendrier.

mercredi, 19 septembre, 2007  
Blogger Paul said...

Autant que les prénoms eux-même, c'est intéressant de regarder l'évolution des fréquences de ces prénoms (ce que le site indiqué ne donne pas). Comme le fait justement remarquer Betty, il y a 30 ans, le tiers des gamins s'appelaient Laurent, Olivier, Stéphane, Emmanuel ou Nicolas - ou Catherine, Delphine, Nathalie, Isabelle. Aujourd'hui, c'est totalement émietté, même les prénoms les plus populaires restent assez rares.
Tant mieux. Avec la profusion de prénoms variés, on s'habitue à plus de variété et il n'y a plus de prénom perçu comme ridicule juste parce qu'inhabituel.

mercredi, 19 septembre, 2007  
Blogger Jack said...

Fut une époque où l’on ne cherchait pas à comprendre, on prenait le prénom du grand père paternel pour le premier né, ou celui de la grand-mère maternelle du papa selon..., pour les suivants on déclinait avec les grands oncles et tantes.
C’était un système laissant très peu de place à la fantaisie.
En ce temps là on avait le sens de la famille plus que celui de la modernité.
C’était une autre époque.

PS : pour Betty, mon prénom est vraiment Jack et non pas Jacques comme l’exigerait ma française nationalité, par reconnaissance à nos libérateurs, je fus certainement conçu au moment de leur passage. Si j’avais eu la chance de naitre avec le même sexe que le tien, je me serais nommée Dorothee ... : deux prénoms gravés sur un fusil de l’US Army trouvée par mon papa.
Voilà des motivations moins futiles que celles qui déterminent désormais le choix des prénoms.

mercredi, 19 septembre, 2007  
Blogger Betty said...

Oh Jack très très jolie histoire. C'est vrai c'est très jolie quand un prénom à une histoire...
Luc peut être que le petit "Douglas" de l'aéroport avait lui aussi une histoire expliquant le pourquoi de son prénom.... va savoir...

jeudi, 20 septembre, 2007  
Blogger Luc said...

Ah, marrant, je vois qu'il y a "débat" ...

@ Apollo : Ben non, je ne regrette ni la messe en latin, ni les blouses grise à l'école, ni les coups de règles sur les doigts ...

@ Betty : Voici, par ordre alphabétique, les prénoms de mes enfants et petits enfants (certains en ont plusieurs) : Anne, Apolline, Blanche, Caroline, Diane, Eglantine, Elisa, Irina, Ondine, Pierre, Rachel, Sarah, Thierry, Ulysse, Veronique.

Ce sont des beaux prénoms, hein ? ;-)

@ Bruz : Normal. Saint Bruno était le premier chartreux !

jeudi, 20 septembre, 2007  
Blogger Luc said...

@ Betty : Tu crois que le petit Douglas de l'aéroport aura une histoire aussi belle que celle de Jack à raconter sur son prénom ?

Peut-être, après tout, tout est possible ...

Mais, euh, j'en doute, vois tu ?

jeudi, 20 septembre, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home