Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 4 octobre 2007

Bip ... bip ... bip ... bip ...

space-sputnik

Le 4 octobre 1957, il y a aujourd'hui cinquante ans, la nouvelle éclate comme une bombe dans le poste de TSF : la Terre a un satellite artificiel !

Jusqu'à ce jour, quand on levait les yeux vers le ciel, le soir à la tombée de la nuit, on ne voyeait que des étoiles et, bien sûr la Lune et les planètes. Ce jour là, pour la première fois, un objet fabriqué par l'homme avait quitté la surface de la Terre, et tournait dans le ciel, en faisant "Bip ... bip ... bip ... bip ...".

Tout le monde était fasciné par cette nouvelle. Le soir, on regardait le ciel en espérant voir passer le Spoutnik éclairé par les derniers rayons du soleil. Les radio-amateurs se relayaient tout autour du monde pour suivre la trajectoire de Spoutnik.

Cette mise sur orbite a capturé l'imagination de tous, témoin ce magazine illustré paru en 1958 :

Spoutnik N°12


Spoutnik nous ouvrait toutes grandes les portes de l'espace. L'ère de l'exploration intersidérale était née !

Pour en savoir plus :
1. Sputnik and The Dawn of the Space Age (NASA)
2. Sputnik 1 (NSSDC Master Catalog Display)
3. Sputnik and Amateur Radio (ARRL)
4. Sputnik 1 (National Air and Space Museum)
5. Sputnik program (Wikipedia)

Crédit photos : EuroNews et Luc

Libellés :

2 Comments:

Blogger Jack said...

Moins de 12 ans plus tard les américains marchent sur la Lune au cours de la Mission Apollo 11 , depuis les missions habitées sont devenues plus rares et ce domaine là aussi fut envahi par les "gestionnaires". 40 ans plus tard l'Amérique n'a plus les moyens ou préfère les employer dans d'autres aventures, du type guerre en Irak, et du coup le rêve s'est quelque peu terni.

vendredi, 05 octobre, 2007  
Blogger Patrick said...

Jack, tu as raison de remarquer que si on ne fait pas de conquête spatiale, on fait la guerre. En effet, ce sont les mêmes compagnies qui fabriquent des fusées spatiales et des missiles. Donc quand il y a moins de commandes de fusées spatiales, le complexe militaro-spatial fomente une bonne petite guerre pour faire marcher les affaires.

C'est pourquoi je suis supporter d'un effort vers Mars. Ca nous évitera une "bonne petite guerre"...

vendredi, 05 octobre, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home