Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 8 juin 2008

La chanteuse espagnole Alaska pose nue contre la corrida



Chaque année à cette époque, le rite recommence. La barbarie revient à l'honneur. On supplicie des taureaux dans des arènes, en France et en Espagne, devant la foule hystérique ...

Cette année, saluons l'initaitive de la chanteuse espagnole Olvido Gara Jova, très connue dans son pays sous le nom de Alaska.

Elle a déclaré qu'il faudrait planter des banderilles dans le dos de tous ceux qui prétendent que le taureau ne souffre pas dans l'arène. Et, pour illustrer son propos, elle s'est fait prendre en photo dans le rôle du taureau : nue, et avec des banderilles dans le dos.

Cette initiative s'inscrit dans dans la campagne "La vérité nue: la tauromachie est cruelle", menée par l'association espagnole anima naturalis.

Pour en savoir plus :
1. Espagne: l'égérie de la "movida" pose nue contre la corrida (AFP)
2. Alaska se desnuda para protestar contra la tauromaquia (anima naturalis)
3. Corridas : arrêtons le massacre ! (Chez Luc - 3 juin 2006)
4. Le spot contre la barbarie de la corrida que vous ne verrez pas à la télé (Chez Luc - 7 août 2007)

Crédit photo : Philippe Desmazes

6 Comments:

Blogger Patrick said...

Hum, on hésite à voir dans cette image les ravages de Cupidon ou une séance de SM "extrême" ou un supplice de St Sébastien au féminin...

lundi, 09 juin, 2008  
Blogger Patrick said...

Malgré son nom qui évoque le froid, j'ai le sentiment que cette jeune personne du nom d'Alaska n'est pas exactement frigide. Il vaudrait mieux ne pas l'emmener chanter trop près des pôles, elle pourrait sérieusement accélérer la fonte des glaces...

lundi, 09 juin, 2008  
Blogger Luc said...

Je me souviens d'un slogan de pub oublié depuis longtemps : "Alaska, c'est exquis !"

Ca te dis quelque chose ?

C'était peut-être une pub pour un esquimau glacé, non ?

lundi, 09 juin, 2008  
Blogger Patrick said...

L.S.K.C.S.K.I. = Eleska c'est exquis

Eleska était une chocolaterie dans le Cotentin, et c'est Sacha Guitry en personne qui leur a trouvé ce slogan en 1915 !

En effet, je crois me souvenir qu'ils produisirent des esquimaux dans les années '50...

Voir ici.

mardi, 10 juin, 2008  
Blogger Jack said...

Avec un peu de retard je réagis à ce post, car j’ai rencontré récemment dans une de mes réunions d’oiseaux une militante de l’alliance anti corrida . Cette semaine j’ai reçu un dépliant de cette association. Inutile de dire que je suis 100% d’accord avec tout ce qu’il contient. Sauf que....sur un des volets intitulé « Ce que vous pouvez faire » en 7 points, on peut lire « Ne plus dépenser votre argent dans les villes taurines (carte ci-dessous) »
Il parait que 73% des français sont contre la corrida, on doit supposer que dans ces villes un certain nombre de commerçants sont également anti corrida, non ?
La conclusion de cette affaire est que même lorsque la cause est juste, il se trouve toujours des intégristes pour tout foutre en l’air.
NB : la 7iéme point est « Et ne pas aller voir de corrida » : et là deviner quoi ! Je suis d’accord.

samedi, 11 octobre, 2008  
Blogger Jack said...

Ah puisque nous parlons taureaux...
J'ai la "chance" d'habiter une région qui organise différents spectacles autour de l'animal.
Les courses à la cocarde dans les différentes arènes locales, mais aussi les lâchés de taureaux, dans les rues des villages : c'est pure tradition parait-il! Chaque année voit sont lot de blessés, quelques fois à vie, et aussi de morts.
Curieux au début je suis allé voir, jusqu'à ce que je comprenne que ce spectacle faisait la joie d'une très petite minorité avinée ("enpastisssé" serait une expression plus juste). Le coût de ce genre de fiesta pèse assez lourdement dans le budget des fêtes des municipalités pour la satisfaction de bien peu d'habitants...
C'est un peu comme la chasse où 25 fusils pourrissent la vie de centaines de pacifiques randonneurs ...

Il parait que nous sommes en démocratie.

samedi, 11 octobre, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home