Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 26 juillet 2008

A propos de l’«antisarkozysme pavlovien» du PS



Lundi dernier, le parlement a approuvé la 24e réforme de la Constitution, qui donne plus de pouvoirs au Parlement et aux citoyens. En effet, depuis que Lionel Jospin a "synchronisé" les élections présidentielles et législatives, on est arrivé à un régime plutôt présidentiel, que Nicolas Sarkozy a voulu rééquilibrer en donnant plus de pouvoirs à l'Assemblée Nationale.

Les principales mesures sont les suivantes :
- Interdiction a président d'exercer plus de deux mandats consécutifs.
- L'assemblée nationale et le sénat maîtrisent la moitié de l'ordre du jour.
- Veto possible du Parlement sur les nominations les plus importantes du président.
- Limitation du recours possible au 49-3.
- Autorisation du président de s'exprimer devant les deux chambres réunies, au lieu que son discours soit lu par un porte parole, avec tous les députés debout dans l'assemblée.

Cette réforme de dépoussiérage de nos institutions aurait dû être votée à l'unanimité par tous les députés, à commencer par ceux du PS, qui souhaitaient les voir mise en oeuvre. Mais le PS en a décidé autrement. Il a décidé de voter "non", en faisant un blocage complet sur l'autorisation du président de s'exprimer devant les deux chambres réunies, et donc cette réforme est passée à une voix près : celle de Jack Lang, qui a interrompu ses vacances et a fait le voyage pour venir voter et s'assurer que cette réforme passe bien.

Devant le ridicule pathétique de la situation, quatre députés du PS, Christophe Caresche (Paris), Jean-Marie Le Guen (Paris), Gaëtan Gorce (Nièvre) et Manuel Valls (Essonne), ont publié dans Le Monde une tribune dans laquelle ils déclarent :

"Le PS doit s'interroger sur sa stratégie de parti d'opposition. Sa disqualification résulte de son incapacité à s'abstraire d'une forme d'anti-sarkozysme pavlovien qui le conduit à s'opposer systématiquement à tout projet émanant du président de la République."

D'après ces quatre députés, le PS fait de l’«antisarkozysme pavlovien».

Pas faux. J'avais déjà remarqué. Parlez de Nicolas Sarkozy à un socialiste, et se met effectivement à aboyer, sans aucune raison, tout comme le chien de Pavlov. Essayez, vous verrez, c'est très amusant !

Celle qui est la plus « pavlovienne», c'est bien sûr l'innénarable Ségolène Royal !

Mais bon, plus sérieusement, il serait temps en effet que le PS arrête de se borner à aboyer chaque fois que Sarkozy fait les réformes que le PS aurait dû faire quand il était au pouvoir, et nous fasse des propositions pour les trente ans à venir. Et ce ne sont pas les sujets qui manquent, vu ce qui nous attend ...

Pour en savoir plus :
1. Quatre députés PS dénoncent l'"antisarkozysme pavlovien" de leur parti (AFP)
2. Occasion manquée pour le PS (Le Monde)
3. Quand des députés PS dénoncent l’«antisarkozysme pavlovien» de leur parti (Libération)
4. Institutions: le PS tire à boulets rouges sur Lang et fait face à d'autres voix dissonantes (AFP)

Crédit photo : AFP

7 Comments:

Blogger Luc said...

C'est passé à une voix près.

... comme l'avait prédit Vicnent !

samedi, 26 juillet, 2008  
Anonymous Anonyme said...

La réalité est hélas bien différente de ce que les media, (aux ordres du Pouvoir)veulent bien annoncer...les « avancées démocratiques » censées renforcéer le pouvoir du Parlement sont des leurre:
-2 mandats pour le même Président? Aucun Président n'en 'a jamais fait plus de 2...
-l'assemblée maîtriserait la moitié de son ordre du jour? Dans n'importe quelle association, c'est l'association elle_même qui maîtrise son ordre du jour...jusqu'ici, le premier ministre et le gouvernement étaient responsables de leur action devant le Parlement; aujourd'hui, le vrai chef de gouvernement c'est le Président qui lui, n'a pas de compte à rendre au Parlement:
-le Président décide des interventions militaires à l'étranger sans vote du Parlement
-le Président décide de s'exprimer devant le Parlement sans qu'aucun vote ne puisse le sanctionner
Et si cete « réforme avait mérité « l 'unanimité », pourquoi la faire voter fin juillet, quand les citoyens prennent leurs congés, pourquoi ne pas la faire approuver par un référendum?Ce serait normalement démocratique que le peuple décide de sa constitrution!

samedi, 26 juillet, 2008  
Blogger Patrick said...

Ceci étant, le propre d'une opposition, c'est de s'opposer, non ?

C'est plus délicat de le faire lorsque les mesures proposées sont bonnes, mais voilà, il faut s'y résigner, c'est l'OPPOSITION. Inutile de faire un fromage du fait qu'ils s'opposent.

dimanche, 27 juillet, 2008  
Blogger Luc said...

@ Anonyme (joli prénom !) :

(1) Mandats présidentiels. Effectivement, pour l'instant, aucun président de la Vème république n'en a effectué plus que deux. Mais François Mitterrand est resté quatorze ans au pouvoir, ce qui n'est quand même pas si loin que ça de trois mandats de cinq ans ! (fais le calcul !)

(2) Ordre du jour de l'Assemblée Nationale : Jusqu'à présent, c'était le gouvernement qui fixait l'ordre du jour à 100 %. Dorénavant, le gouvernement ne pourra plus fixer que 50 % de l'ordre du jour. C'est pas un élargissement des pouvoirs du Parlement, ça ???

(3) Veto possible du Parlement sur les nominations les plus importantes du président : des commentaires ?

(4) Limitation du recours possible au 49-3 : des commentaires ?

Je sais que c'est assez compliqué de faire passer cette loi pour un "recul démocratique". Même la presse "aux ordres du pouvoir" (Libération, Le Monde) ne s'y aventure pas.

Mais merci quand même de t'opposer, car, comme dit Patrick, le rôle de l'opposition, c'est de s'opposer.

dimanche, 27 juillet, 2008  
Blogger ...Pierre... said...

Pour moi le seul truc dérangeant chez Nicolas Sarkozy c'est sa mainmise sur les médias.
source : http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/250583.FR.php

Le fait qu'en plus il s'en sert pour enrichir ses amis (Bouygues, Bolloré, respectivement patron de TF1 et direct8 entre autres)...

mis a part ce "détail" (je dis détail car peu de monde en parle... peut-être du fait que les médias ne sont plus impartiales) ils semblent plus actif que ses prédécesseurs et bien que ses méthodes "héroïques" pour la libération d'otages ou de prisonniers me semblent houleuse. Les résultats sont là. plus qu'a attendre les conséquences.


avec un peu de retard : UN bon anniversaire Luc !

dimanche, 27 juillet, 2008  
Blogger Jack said...

S’opposer, juste parce qu’on est dans l’opposition parce qu’on a perdu les élections et une conception pour le moins bizarre de la démocratie.
Il me semble au contraire que s’il on veut démontrer sa capacité à gouverner aux prochaines échéances électorales, il faut montrer tout au long de cette législature, qu’on a une capacité à réfléchir, proposer et pourquoi pas accepter ce que propose la majorité surtout si ces propositions reprennent certains de vos objectifs...
Bref se montrer un parti responsable capable de prendre en main le sort de la nation et pas seulement du bruit dans les hémicycles.
Je suis désolé de voir qu’à gauche on est plus capable de se comporter en parti de gouvernement crédible, d’autant plus désolé que je crois sincèrement que les socialistes ont perdu beaucoup de voies(y compris la mienne) aux dernières élections nationales principalement pour cette raison. Tout se passe comme si le pouvoir leur faisait peur et je pense que le prochain congrès, va encore, malheureusement, nous le montrer.
Sarko, tape sur les nerfs à beaucoup, y compris dans son camp : est ce une raison pour rejeter une réforme de la constitution qui reprend une grande partie des propositions souhaitées par le premier président de gauche de la Vème, qui avait tant critiquer cette constitution.

Autour du vote de Jack Lang on a fait bien plus de bruit que cela ne le méritait, et si vous avez un peu de temps je vous mets un lien sur les résultats du vote , c’est un peu fastidieux, mais cela remet les idées en place : Jack Lang fait une voix pour alors que nous avons 6 voix contre dans le camp UMP dont personne ne parle... mais qui montre que l’UMP est un parti un peu moins « monolithique » que les autres !
Par contre les socialistes qui ont voté contre et font ensuite savoir qu'ils aurait préféré voté POUR, ne font que du bruit tout en se décrédibilisant complétement...

lundi, 28 juillet, 2008  
Blogger Luc said...

Bien, le titre du Canard : Sarkozy touche le Jack pote !

lundi, 04 août, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home