Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

vendredi 29 janvier 2010

"Relax", par Frankie Goes To Hollywood


lien direct vers YouTube


A la surprise générale, Galouzeau a obtenu la relaxe au procès Clearstream.

La vidéo de ce vendredi s'impose donc d'elle-même ! Hé hé hé ...

Bon week-end à tous !

Les vidéos du vendredi :

Les cinq dernières :
1. "Per Ulv", par Terje Rypdal (live 1978) (18 décembre)
2. "Tous ceux qui veulent changer le monde", par les Jeunes de l'UMP (11 décembre)
3. "Born in the USA", par Bruce Springsteen (4 décembre)
4. "J'veux d'la tendresse", par Marie Carmen (27 novembre)
5. "The Letter", par Joe Cocker (live 1981) (20 novembre)

Le top dix :
1. "Wooden ships", par Crosby, Stills & Nash (14 août)
2. "Déjà Vu", par Crosby, Stills & Nash
3. "Two months off", par Underworld
4. "My Cabal", par School of Seven Bells
5. "Novelty Waves", par Biosphere
6. "Paris", par Friendly Fires
7. "Chan Chan", par le Buena Vista Social Club
8. "Pure Devotion" par Freeloader
9. "Le cafard des fanfares", par Ours
10. "Where The Streets Have No Name" par U2

Crédit vidéo : juanmanuelcommx

Libellés :

11 Comments:

Blogger Padraig said...

Un titre qui a eu l'honneur d'être banni de la BBC en 1984 pour presque un an en raison de paroles un peu trop explicites...

Pour Galouzeau, l'orgasme aura été de courte durée, puisque Nicolas a instruit sa justice de le poursuivre en appel...

Nicolas, ne sais-tu pas que "errare humanum est, perseverare diabolicum" ? Tu viens de recevoir un camouflet, la prochaine fois c'est la fessée !

samedi, 30 janvier, 2010  
Blogger Luc said...

Or donc, la justice a rendu son verdict le 28 janvier, et ce dans un document dans lequel on peut lire, entres autres, l'adresse perso des principaux prévenus !

Dès le jugement de relaxe de Dominique Galouzeau de Villepin a été rendu publc, Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa a publié le communiqué suivant :

Le Tribunal correctionnel vient de se prononcer.

Il a reconnu une « manipulation grave ». Il en a tiré la conclusion que les auteurs de ladite manipulation devaient être sanctionnés par une peine de prison ferme y compris pour l’un d’entre eux qui n’avait pourtant pas d’antécédent judiciaire.

Je m’étais constitué partie civile parce que je voulais que ces agissements soient portés à la connaissance des Français, qu’ils soient sanctionnés afin que nul n’ait la tentation de se livrer à l’avenir à de telles pratiques qui déshonorent la démocratie.

Le jugement me donne satisfaction, même si ne connaissant personnellement aucun des condamnés, ne les ayant jamais rencontrés, je ne nourris à leur endroit aucun ressentiment, et je m’interroge encore sur leurs motivations.

Le Tribunal a considéré que le rôle de M. Dominique de VILLEPIN dans la manipulation ne pouvait être prouvé. J’en prends acte tout en notant la sévérité de certains attendus le concernant.

Dans ces conditions, j’annonce que je ne ferai pas appel de la décision du Tribunal correctionnel.


Immédiatement, les journalistes de Libération publient le papier suivant : Clearstream: la nouvelle gaffe de Sarkozy, en expliquant que, en tant que partie civile, Sarkozy n'avait de toutes façons pas le drpoit de faire appel. Ben oui mais, comme d'hab les journalistes ont tout faux, c'est ce que démontre Me Eolas dans son billet Quelques mots sur le jugement Clearstream.

Donc, je résume : Villepin a été relaxé, et Sarkozy ne fait pas appel. Comme ça au moins c'est clair !

Pour en savoir plus :
1. Jugement N°0418396040 du 28 janvier 2010 (fichier .pdf)
2. Communiqué de M. le Président de la République (elysee.fr)
3. Clearstream: la nouvelle gaffe de Sarkozy (Libération)
4. Quelques mots sur le jugement Clearstream (Me Eolas)

samedi, 30 janvier, 2010  
Blogger Padraig said...

En effet, M. Sarkozy ne fait pas appel personnellement, il instruit SA justice de faire appel.

Ce qui est une deuxième erreur de jugement politique - la première ayant été de se porter partie civile en premier lieu...

La deuxième fois, Nicolas, ce sera pan-pan sur les féfesses cul-nu !

samedi, 30 janvier, 2010  
Blogger Luc said...

@ Padraig : "M. Sarkozy ne fait pas appel personnellement, il instruit SA justice de faire appel. "

Si c'était SA justice, à t'en croire, Dominique de Villepin se serait retrouvé suspendu à un croc de boucher en place de Grève, comme tu nous l'a délicatement raconté au mois de septembre.

A-t-il été condamné ? Non, il a été relaxé, ce qui démontre d'une façon éclatante et indiscutable l'indépendance de la Justice vis à vis du pouvoir en France.

Et donc, tu pourras raconter tout ce que tu voudras :

(1) La justice indépendante de notre pays a relaxé Dominique Galouzeau de Villepin.
(2) Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa ne fait pas appel de cette décision de justice.

Que veux-tu, les faits sont têtus. Que cela te plaise ou non. :-)

samedi, 30 janvier, 2010  
Blogger Padraig said...

Les Juges qui ont relaxé Galouzeau sont en effet indépendants. Mais le Procureur qui a fait appel est aux ordres du Ministère de la Justice, lui-même aux ordres du Président. Ca aussi, c'est un fait.

Et c'est bien ce qui inquiète dans la réforme annoncée, c'est que l'indépendance de la Justice est susceptible d'être remise en cause...

samedi, 30 janvier, 2010  
Blogger Luc said...

@ Padraig : Ah, je vois qu'on progresse ! Tu vas voir qu'on va finir par y arriver.

Donc, on est bien d'accord :

(1) La justice indépendante de notre pays a relaxé Dominique Galouzeau de Villepin.
(2) Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa ne fait pas appel de cette décision de justice.
(3) Jean-Claude Marin, procureur de la République de Paris, a fait appel du verdict du procès Clearstream.

Bien.

Alors, le procès Clearstream c'est quoi ? Pour le savoir, il suffit de lire Jugement N°0418396040 du 28 janvier 2010.

C'est un procès dans lequel nous trouvons 5 prévenus, dont voici la liste, dans l'ordre :
- Jean-Louis Gergorin
- Imad Lahoud
- Florian Bourges
- Denis Robert
- Dominique Galouzeau de Villepin

Et voici la liste des 51 victimes, dans l'ordre, qui se sont toutes portées parties civiles :
- Dominique Ambiel
- Nadhmi Auchi
- Barbier Frinault et Associés
- Dominique Baudis
- Fabien Baussard
- Pierre Charon
- Jean-Pierre Chevènement
- Alain Chouet
- Clearstream Banking
- Clearstream International
- Valentine de Lasteyrie du Saillant
- Laure de Lasteyrie du Saillant
- Etienne de Lasteyrie du Saillant
- Alain de Wulf
- Philippe Delmas
- Société EADS France
- Société Editions Odile Jacob
- Laurent Fabius
- Gilbert Flam
- Jacques Franquet
- Patrick Gaubert
- Alain Geniteau
- Alain Gomez
- François Gontier
- Philippe Guglielmi
- Alain Guilloux
- Jean-François Henin
- Brice Hortefeux
- Odile Jacob
- Alexandre Jevakhoff
- Georges Kiejman
- Alain Madelin
- Jean-Charles Marchiani
- Pierre Martinez
- Jean-Jacques Martini
- Patrick Ollier
- Charles Pasqua
- Pierre Pasqua
- Edwy Plenel
- Nicolas Sarkozy
- Bernard Squarcini
- Dominique Strauss-Kahn
- Jacques Bidalou
- Cécilia Decatoire
- Société Barmont
- Jean Galli-Douani
- Christian Giacomotto
- Gérard Prelorenzo
- Joël Bouard
- HCCDA
- Arcadi Gaydamak

Alors, bien sûr, Galouzeau de Villepin a tenté de faire croire, avec force déclaration enflammées face aux caméras, que le procès Clearstream, c'était un "duel", un règlement de comptes personnel entre lui et Sarkozy. Il suffit bien évidemment de consulter cette liste pour voir qu'il n'en n'est rien.

Mais beaucoup de monde sera tombé dans le panneau. Toi y compris !

Alors, Jean-Claude Marin, son métier, c'est quoi ? C'est d'être Procureur de la République. Il a requis un certain nombre de peines au nom des 51 victimes de ce procès. Il considère que le jugement qui a été rendu est passé à côté de beaucoup de points importants. Et donc, il fait appel du jugement. Et ce n'est pas parce qu'une des victimes a déclaré officiellement que ça suffisait comme ça et qu'elle ne ferait pas appel qu'il doit pour autant négliger les cinquante autres victimes.

Monsieur Marin, en l'occurrence, n'a fait là que son travail.

samedi, 30 janvier, 2010  
Blogger Luc said...

@ Padraig : D'ailleurs, avant de te lancer dans un quelconque jugement simpliste et à l'emporte-pièce à l'encontre de Jean-Claude Marin, je te conseille vivement la lecture de cet article : Jean-Claude Marin : "J'ai une conviction" (Le Monde)

samedi, 30 janvier, 2010  
Blogger Padraig said...

J'ai dit lorsque le procès a été intenté que Nicolas Sarkozy avait tord de se lancer dans cette histoire. Le jugement qui a été prononcé me donne raison. Il a reçu un camouflet, et ce n’est pas bon pour lui.

Je dis aujourd'hui que l'appel du Procureur fera du mal à Nicolas Sarkozy. Rendez-vous dans un an ou deux pour voir si j'ai eu raison...

J'avais dit que Nicolas aurait dû tout faire pour se rabibocher avec Dominique. Mais, non, la rage l'a emporté sur la raison. Dommage pour Nicolas...

dimanche, 31 janvier, 2010  
Blogger Luc said...

@ Padraig : "la rage l'a emporté sur la raison."

Si t'as tout bien regardé ce qui s'est passé ces derniers temps, celui qui a "la rage", comme tu dis, c'est Galouzeau, pas Sarkozy !

Et là, je te rejoins complètement : "quelle est la marge de manoeuvre de Dominique de Villepin ? A vrai dire faible. Haut en verbe, épique, dopé par l'adversité au point d'apparaître "allumé" ou, pour ses adversaires, carrément "fou" (source : Le Monde)

Villepin est marron(*) de rage, et il perd complètement les pédales.

(*)Bronzage UV + vert, ça fait marron, non ?

lundi, 01 février, 2010  
Blogger Padraig said...

Bah, ça promet du sport d'ici à 2012 !

Vos pronostics ? Vous savez déjà le mien : Nicolas s'est fabriqué son propre tombeur... Il n'y aura que des perdants dans cette affaire...

mardi, 09 février, 2010  
Blogger Jack said...

Voilà bien le genre de couverture qui a le dont de ma taper sur les nerfs : "qui tuera l'autre". Un peu de modération dans les propos leur donnerait plus de crédit, je pense.
Ma femme est abonné à cette revue et cette couverture m'a donné des boutons lorsque je l'ai sortie de la BaL...

mardi, 09 février, 2010  

Publier un commentaire

<< Home