Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 7 décembre 2006

Il y a de l'eau qui coule sur Mars !

Le 22 décembre 2001, la sonde Mars Global Surveyor prend cette photo du flanc de l'intérieur d'un cratère anonyme dans la région Terra Sirenum, à 36,6 degrés sud et 161,8 degrés ouest :

Terra Sirenum 2001.jpg

Bon. Rien de particulier à signaler.

Seulement voilà : le 24 avril 2005, la sonde Mars Global Surveyor repasse exactement au même endroit, reprend la même photo, et voici ce que ça donne :

Terra Sirenum 2005.jpg

On voit apparaître ce qui ressemble furieusement au lit d'un torrent sur le flanc du cratère. Ce torrent mesure environ 450 mètres de long. Les scientifiques pensent que de l'eau souterraine s'est mise à couler de la paroi dans la partie haute du torrent (en haut à gauche de l'image) pour laisser cette trace visible qui se termine en un espèce de petit "delta".

Voici une vue générale du cratère en question : (vous pouvez cliquer sur l'image pour la voir en grand)

crater

En haut à gauche, l'écoulement dont on parle. En haut au centre, un autre écoulement, plus ancien, mais peut-être pas si ancien que ça ...

Ce qui est extravagant, c'est que cet événement s'est produit quelque part entre 2001 et 2004. Donc, l'érosion hydraulique déjà mise en évidence un peu partout sur Mars a encore lieu aujourd'hui !

Voici un autre exemple d'écoulement qui s'est produit dans un cratère de la région Centauri Montes entre août 1999 et septembre 2005 : (vous pouvez cliquer sur l'image pour la voir en grand)

Centauri Montes.jpg

Mes bien chers frères, mes biens chères soeurs, il y a de l'eau qui coule sur Mars !

Et qui dit eau dit vie.

Et qui dit vie dit (peut-être) petits hommes verts ...

Pas vrai, Patrick ?

Pour en savoir plus :
1. NASA Images Suggest Water Still Flows in Brief Spurts on Mars (NASA)
2. New Gully Deposit in a Crater in Terra Sirenum (NASA)

Crédit photo : NASA

Libellés :

10 Comments:

Blogger Jack said...

On ne s’emballe pas, l’équation eau = vie est une équation probabiliste basée sur une seule expérience, donc pas très significative et pas forcément reproductible : la terre.
C’est un peu court pour en faire une généralité, mais on ne peut s’en empêcher, c’est notre tendance anthropomorphique généralisée.
N’en déplaise à Patrick nous sommes toujours seuls dans l’univers.

jeudi, 07 décembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Le complexe militaro-spatial* a encore frappé. Comme il n'y a plus de guerre à l'horizon (du moins à court terme), il faut forcer sur le spatial pour faire tourner les usines et engranger les profits. Donc, fabriquons des preuves pour justifier un programme spatial ambitieux, comme nous avions fabriqué des preuves pour aller guerroyer en Irak...

* N'avez vous jamais remarqué que ceux qui font des missiles et des avions de guerre sont les mêmes qui font les fusées et véhicules spatiaux ? Exemple : ceux qui ont fait le bombardier B1B ont aussi fait la navette spatiale. CQFD.

jeudi, 07 décembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Ceci étant, moi, je vois surtout une sorte d'éboulement rocheux sur une pente très raide... Evidemment, c'est plus "vendeur" d'y voir de l'eau (c.f. mon commentaire précédent).

jeudi, 07 décembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Ce que j'ai bien c'est que tu vois toujours le côté "positif" des choses ! ;-)

Le fait que Rockwell ait réalisé deux engins volants (le B1 Lancer et la navette spatiale) ... Bon, c'est quand même deux trucs qui volent. Il y a une cohérence quelque part, là, non ?

vendredi, 08 décembre, 2006  
Anonymous Anonyme said...

Oui, bon, moi après l'affaire des canaux, l'histoire de la tête de singe et celle des pyramides, j'attends un constat d'huissier pour croire ce qui vient de Mars.

vendredi, 08 décembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Très grande cohérence en effet. Cette cohérence se retrouve dans presque toutes les entreprises aéronautiques (et spatiales), dans tous les pays. Notre EADS (European Aeronautic Defence and Space company) ne fait pas exception - c'est même inscrit en clair dans leur nom !

Défense, spatial, mêmes intérêts. Pour dynamiser le secteur défense, rien de mieux qu'une petite guerre (avec preuves fabriquées pour la justifier). Pour dynamiser le secteur spatial, rien de mieux qu'un bon programme d'exploration (avec preuves fabriquées pour le justifier).

A tout prendre, je préfère l'exploration spatiale, ça tue moins de monde !

vendredi, 08 décembre, 2006  
Blogger Jack said...

@Patrick : je te trouve un peu pessimiste moi aussi ces temps-ci et n’étant pas moi-même toujours très rigolo (Luc parfois j’envie ton optimiste inoxydable) Je me demande si tu ne devrais pas prendre un peu de vacances au soleil...
Mais bon, un peu de doute sur toutes ces découvertes sur Mars ne fait pas de mal : çà pourrait aussi bien être une fiente de mouette galactique qui s’est posée sur le bord du cratère.

vendredi, 08 décembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Pessimiste ? Je ne sais pas... J'essaye de faire preuve de clairvoyance. Ayant la chance d'être "retiré des affaires", je n'ai plus le nez dans le guidon, et ça me permet de prendre un peu de hauteur sur les choses...

Aussi, en tant que grand admirateur d'Agatha Christie et autres auteurs de romans policiers, j'ai, devant toute situation, un genre de déformation intellectuelle qui me fait poser la question : "à qui celà profite-t-il ?". Du genre "à qui celà profite-t-il de dire que Saddam a des armes de destruction massive" ou encore "à qui celà profite-t-il de dire qu'il y a de l'eau sur Mars" et même "à qui celà profite-t-il de dire que la planète se réchauffe"... Ma démarche est une approche systémique : je ne cherche pas des complots, ni des grands criminels. J'analyse simplement l'ensemble des faits, des acteurs, des enjeux, des actions. Je ne crois pas en un individu machiavélique qui manoeuvre dans l'ombre. Mais je crois en des systèmes complexes (sociétaux, économiques, politiques) qui guident le monde dans telle ou telle direction qui profite à certains au détriment de certains autres...

Dans le cas qui nous occupe, si on lance un grand programme d'exploration vers Mars, les grands gagnants sont les industriels du spatial, les grandes agences du spatial, les fameux "scientifiques" des domaines connexes du spatial. Les perdants sont les industriels non concernés, les agences non concernées, les "scientifiques" d'autres domaines, et j'ajouterai les domaines du social (l'argent qu'on enverra vers Mars ne pourra pas être investi en éducation et en santé publique par exemple).

En conclusion, les industries spatiales, les "scientifiques" du domaine et les agences spatiales ont vachement intérêt à ce qu'on dise qu'il y a de l'eau sur Mars...

vendredi, 08 décembre, 2006  
Blogger Jack said...

C’est bien du pessimisme que de voir le « calcul » partout, il y a tout de même quelques types sincères qui ne calculent pas ?

Mais en y réfléchissant, il faut sans doute bien les chercher !

Dans ce cas précis il s’agit en effet d’info venue de la NASA, qu’on peut croire à la recherche de subsides et surtout de nouvelles missions.

La question de la ressource à mettre ici plutôt que là est bien centrale, et il n’est pas sûr que Mars soit une priorité, sauf à penser que Mars puisse être un refuge pour recommencer une aventure humaine, lorsque nous en aurons fini avec la Terre ?

vendredi, 08 décembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Jack, je ne crois pas au "calcul" stricto sensu de certains individus, juste une "inclination". Mais 100 000 ou un million d'inclinations dans le même sens, ça finit par constituer une force très considérable...

Cette "inclination" est patente pour ce qui concerne le réchauffement de la planète, par exemple... Quel que soit le sujet abordé, les gens ("scientifiques", journalistes, certains politiques...) se sentent obligés de placer un couplet sur le réchauffement climatique qui est censé donner du crédit au sujet dont ils parlent (et qui surtout leur octroie du temps d'antenne) !

vendredi, 08 décembre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home