Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mercredi 28 février 2007

La supernova 1987A

SN 1987a Magellan

Le 24 février 1987, il y a eu vingt ans samedi dernier, les astronomes Ian Shelton et Oscar Duhalde observent le Grand Nuage de Magellan, depuis l'observatoire de Las Campanas au Chili, quand, tout d'un coup, ils remarquent une grande lueur au bord de la nébuleuse de la Tarentule.

Ils sont témoins de l'un des événements les plus spectaculaires observés par les astronomes des temps modernes : la destruction d'une étoile massive en supernova.

SN 1987a

En fait, vu la distance, cet événement spectaculaire observé il y a vingt ans s'est produit il y a 164 000 ans ...

L'image que vous voyez ci-dessus est la forme très curieuse de ce qui reste de la supernova aujourd'hui. Un film reproduisant l'explosion est visible ici (lien direct sur un fichier .mpg)

On se perd en conjecture sur l'explication de la formation des trois anneaux en forme de sablier.

Et puis, entre 1994 et 2004, l'anneau central, le plus lumineux (mesurant une année-lumière de diamètre) a été exposé à une onde de choc de la matière environnante. Voici en trois secondes ce qui s'est passé en dix ans :



Pendant ce temps-là, nous, on discute de choses et d'autres ...

Pour en savoir plus :
1. Supernova 1987A: Twenty Years Since a Spectacular Explosion (Chandra X-Ray observatory)
2. Supernova 1987A (Hubble Heritage)
3. SN 1987A (Wikipedia)
4. Supernova 1987A (AAVSO)

Crédit photos : Hubble Heritage et Chandra X-Ray observatory
Crédit vidéo : supernovaT2

Libellés :

7 Comments:

Blogger Gi said...

Que nous reste-til sinon apprécier ces images? Je me sens toute petite en les voyant et aussi grande en certains sujets, comme l´Astrologie, par exemple. Je sais que ton post n´a rien à voir avec les astres en tant que "maître des hommes" mais enfin-bref: c´est le ciel en nous! ;-) Je vais jeter un coup d´oeil sur ces links.

mercredi, 28 février, 2007  
Blogger Patrick said...

Magnifique !

L’ennui, c’est que tout ça n’existe pas. Ces images ne sont qu’illusions. Ces images ne sont là que parce que nous sommes là pour les fabriquer dans notre œil et les « voir »… C’est dans notre œil que ces images se forment, et il faut notre cerveau pour les interpréter. Ces images n’existent nulle part ailleurs dans l’Univers. La réalité de l’Univers, d’un point de vue « image », c’est RIEN. Juste des flots de rayonnements et de particules, des champs de gravitation ou des champs électriques. Mais pas d’images. Même pas du noir. RIEN.

Quand j’y pense, ça me donne le vertige (vraiment le vertige, c’est à dire la peur du néant devant et autours de moi). C’est très anthropocentrique, ce que j’exprime là… Et pourtant, encore une fois, si nous n’étions pas là, il n'y aurait pas d'images… Le soleil ne brille pas, il envoie juste des flots de photons… Ce n’est que dans notre œil qu’il « brille »… Saturne ne voit pas ses « beaux » anneaux… Il n’y a que nous qui les voyons… La lune ne « voit » pas la Terre et n’a pas la moindre connaissance du fait qu’elle tourne autours nous… La Terre ne projette aucune image d’elle-même dans l’immensité de l’espace. L’Univers ne voit rien et ne sait rien. Il ne sait même pas qu’il existe…

Et même si, quelque part dans l’Univers, il y a d’autres êtres dotés de récepteurs sensibles, ils sont très probablement sensibles à d’autres rayonnements ou à d’autres champs que l’étroit spectre dit « visible » auquel nous sommes nous-mêmes sensibles, et les « images » qu’ils forment dans leurs « yeux » sont sans doute fort différentes de ce que nos voyons…

Bref, ces belles images, c’est juste nous qui les fabriquons dans notre œil, elle n’existent pas en dehors de nous…

jeudi, 01 mars, 2007  
Blogger Patrick said...

En réalité, ça me semble évident qu'il s'agit de je-ne-sais-quels extra-terrestres qui ont allumé un beau feu d'artifice pour fêter je-ne-sais-quel heureux évènement...

vendredi, 02 mars, 2007  
Blogger Lointaine said...

Ha mais Patrick tu déprimes ?

Bien sûr que tout cela existe voyons!

Qu'énergies et particules se soient combinées en quelque chose capable de les percevoir...et en plus d'en tirer plaisir et connaissance...cela me réchauffe le coeur.
Nous sommes partie d'un tout et l'image existe dès lors qu'elle est perçue.

samedi, 03 mars, 2007  
Blogger Patrick said...

@ Lointaine. Oui, je fais peut-être ma crise existencialiste un peu sur le tard. Mais c'est tout de même un sujet qui me passionne. Savoir ce qui "existe" en dehors de nous. J'ai déjà disserté ici sur le statut des mathématiques : objet réel de l'Univers (et peut-être même alors maître de l'Univers), ou simple outil créé par notre esprit (qui n'existe nulle part ailleurs que dans nos cerveaux) ?

Sur un tout autre sujet, et pour retomber dans le monde réel, je lis dans la presse des articles qui présentent un nouveau traitement contre le paludisme. Mais ces articles n'expliquent rien. Si ce traitement est de nature à éradiquer le palu, c'est une avancée très majeure pour l'humanité. Si c'est juste de quoi diminuer les symptomes des crises pour les malades, est-ce bien utile d'en faire un plat ?

samedi, 03 mars, 2007  
Blogger Lointaine said...

@Patrick

pour le Palu, c'est simple, je peux répondre...pour l'existence des mathématiques, je te répondrai un autre jour après un certain nombre de verres d'aquavit. Mais j'ai une solide théorie là dessus. ;-)

Pour revenir au Palu, palu (j'ai la facheuse habitude de mettre une majuscule aux maladies, ce qu'elles ne méritent pas), ce qui est nouveau, n'est pas le medicament en lui même, ni même l'association de 2 substances, car ASAQ, le médicament en question associe 2 substances actives, ce qui est connu pour diminuer grandement le risque d'apparition de résistances du parasite, très rapide pour les antipaludéens.

Ce qui est nouveau c'est

- la galénique, c'est à dire la forme du médicament: les 2 substances actives sont combinées dans un seul comprimé, au lieux de plusieurs petits, avec des formes adaptée à l'enfant, ce qui n'est pas toujours le cas. Il a fallut plusieurs essais pour "prouver" que les 2 substances combinées dans une seul comprimé administré seulement 1 fois par jour ont la même efficacité que les substances prises séparément en plusieurs fois par jour, comme c'était le cas avant. Cela à l'air évident, mais avant de l'administrer à des millions de personnes, il fallait s'en assurer.

- le deal commercial: c'est la première fois qu'une entreprise privée énorme (Sanofi) s'associe avec une ONG (ou plutôt assoc indépendante à but non lucratif)pour produire un médicament à un prix très abordable pour les pays d'Afrique et d'Asie et, cerise sur le gateau, un médicament qui n'est pas sous brevet (et peut être fabriqué par d'autres sous certaines conditions, si j'ai bien compris).

tu saura tout ici

http://www.actwithasaq.org/en/press.htm

Le dernier truc est que plus on traite les patients correctement, plus la pression du parasite diminue (il y a moins de parasites circulant dans la population)et plus la transmission de personnes à personne diminue...

Donc ce n'est pas la fin du palu, loin de là, mais c'est un pas dans une bonne direction...

voili voulou.

C'est une bonne nouvelle, c'est plutôt rare.

bon c'est pas le tout, l'éclipse va commencer et le ciel est clair ici.

samedi, 03 mars, 2007  
Blogger Patrick said...

Bien, ce médicament anti paludéen.

J'ai beaucoup réfléchi à l'intérêt de Sanofi de faire ça. Sanofi, ils sont là pour gagner de l'argent, pas pour sauver l'humanité, on est bien d'accord... Mais il est vrai qu'on peut gagner de deux manières : vendre un médicament très cher (mais en faibles quantités), ou un médicament pas cher (mais en très grandes quantités). L'astuce est donc ici de s'associer avec une ONG pour la distribution de masse.

Bon. Le capitalisme est sauf. Et l'humanité y trouve son compte. Je n'ai pas d'objection !

mardi, 06 mars, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home