Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 13 mai 2007

A propos de la réalité

Suburbs of a Paranoiac Critical Town Salvador Dali.jpg

Dans un commentaire, Patrick a écrit : "Un jour, Luc, tu ouvriras les yeux à la réalité...".

Le concept de "réalité" a toujours été un problème fondamental pour la science et la philosophie. Dans un autre commentaire à propos d'une très belle image de la supernova 1987A, Patrick allait même jusqu'à affirmer, je cite : "ces belles images, c’est juste nous qui les fabriquons dans notre œil, elle n’existent pas en dehors de nous…"

Alors, la réalité, où est-elle ?

Nous vivons actuellement dans une société où la réalité devient un concept de plus en plus difficile à appréhender.

En effet :

(1) Notre vie devient de plus en plus "irréelle". Nous ne sommes plus en contact direct avec la nature. Nous ne nous nourrissons plus avec des produits totalement naturels. Nous vivons dans des lieux aseptisés, à air conditionné, sécurisés. Nous ne sommes plus capables de faire grand chose sans l'aide des machines. Nous sommes médicalisés, et assistés. Bref, je pense que l'homme occidental moyen d'aujourd'hui aurait pas mal de difficultés à vivre confronté directement aux réalités de la nature.

(2) Les jeux vidéos ont créé une génération d'Otakus, qui "vivent" dans des mondes virtuels, et pour qui la frontière avec le réel est de plus en plus floue. On en est même arrivé à une situation où, à l'occasion des élections présidentielles 2007, des candidats ont ouvert des permanences sur Second Life, un univers virtuel en 3D dans lequel pas mal d'adolescents vont se réfugier. C'est vous dire où on en est arrivés !

(3) On croule sous l'information. Sur le satellite, on dispose de 300 chaînes de TV 24 heures sur 24, et avec internet, toute l'information planétaire est accessible instantannément, en temps réel, parfois même avant qu'elle arrive (par exemple, le résultat du second tour était disponible sur Internet une ou deux heures avant qu'on l'annonce solennellement sur TF1 à 20 heures). Alors, face à cette avalanche d'information, cela devient difficile de s'y retrouver, particulièrement quand les journalistes ne font plus du journalisme mais prennent parti pour tel ou tel côté, et vous assènent en boucle certaines images, pour vous amener à penser ce qu'ils veulent que vous pensiez. A ce stade, ce n'est même plus de l'information, ça devient de la propagande.

Alors, pour ces trois raisons, les contours de la réalité deviennent de moins en moins nets. Ca devient de plus en plus difficile de discerner le vrai du faux, le réel du virtuel. Et notre société glisse doucement vers la schizophrénie.

Mais on peut avoir tous les etats d'âme qu'on veut, la réalité, elle, reste intangible. Et j'aime assez la définition de Richard Dawkins : "La réalité c'est ce qui réagit quand vous donnez un coup de pied dedans" (« Reality is what can kick back »).

Pour en savoir plus :
1. Réalité (Wikipédia)
2. Otaku (Wikipédia)
3. Second Life (Wikipédia)
4. Schizophrénie (Wikipédia)

Crédit illustration : "Banlieue de la ville paranoïaque-critique", par Salvador Dali (1936)

5 Comments:

Blogger Patrick said...

Luc, je suis flatté de t'avoir inspiré une réflexion aussi profonde sur le sujet. C'est tout-à fait vrai, la réalité n'est qu'illusion, et vice-versa...

Mais en politique, on voit se profiler une réalité virtuelle d'un genre nouveau à l'aide de sondages bidonnés : un gouvernement va prendre une mesure impopulaire, et il va la faire avaler par le peuple à coup de sondages favorables. Il suffit pour ça d'avoir préalablement mis en place avec ses amis les structures financières adéquates *. Exemple : on augmente la TVA de 3 points, et des sondages CSA, IFOP et consorts montrent que les français y sont favorables à 62%.

Bienvenue au monde de la politique virtuelle !

* Toute ressemblance avec une situation réelle n'est que le plus pur fruit du hasard.

dimanche, 13 mai, 2007  
Blogger Philippe.Piriac said...

Passionant sujet.


J'écoutais il y a peu une conférence de Luc Bigé, fondateur de l'université du symbole.

Il nous expliquait qu'il y a quatre grandes formes de pensée

- la pensée rationnelle : pour comprendre, on décompose un point en sous point. Ce que nous voyons peut se décomposer en éléments plus petits etc...
- la pensée systémique: il est illlusoir de vouloir comprendre de l'extérieur car étant acteurs du systèmes, nous le perturbons et ceci impact la réalité et rétro agit sur nous. ( théorie du chaos, mécanique quantique, etc...)
-la pensée symbolique: les choses ne sont pas pour elle memes mais pour ce qu'elles signifient: une fleur n'est pas une concaténation de branches,pétales etc.. c'est un archétype pour dire " je t'aime", ressentir, etc...et cet archétype est aussi réel que son support. comprendre n'est pas le sujet de la "réalité". C'est ressentir qui est réel.
- la pensée magique/ charismatique: en disant les choses, elles adviennent: Ghandi, Jesus, (Luc sur Sarkozy.. :)) : ce n'est pas la rationalité des choses qui compte, c'est leur impact, la révélation d'un sens ( quelque soit la véracité de ce sens...,.)

Il me semble que tes trois exemples/alinéas décrivent trois angles de la réalité

dans le point 1. le fait que nous soyions de plus en plus "immatériels" n'est que la traduction que notre réalité ( scientifique et technologique) est de plus en plus sophistiquée, pas qu'elle soit moins rationnelle ou réelle
Il faut simplement passer plus de temps pour comprendre, mais comprendre est possible si nécessaire

Exemple 2. la fuite dans les mondes virtuels: pour moi, c'est une forme de pensée symbolique. ( pour ceux qui sont dans ces mondes, ils sont aussi vrais que la réalité de la fleur ressentie/ "réelle" comme exprimant un sentiment)

3. le bruit/ la prolifération des médias: c'est une réalité "purement systémique": il est illusoire de penser que la lecture exhaustive et le traitement instantané aboutirait à une seule conclusion ( pensée rationnelle) ou symbolique( la fleur): Les lunettes utilisées pour lire ces journaux, mefdia .. en affectent le contenu et l'effet papillon, etc.. Les commentaires et analyses politique sur ce blog en sont une parfaite illustation d'ailleurs... :). (Qui oserait croire d'une part que ce qui est écrit dans ce log n'affecte pas notre réalité et que d'autre part suivant l'heure , l'humeur initiale avec laquelle nous les lisons nous faisons le meme commentaire? . Il faut admettre que la presse, les média sont un immense jeu de dés et que nous sommes six milliards à jouer. Evidemment certains ont les moyens de piper les dés, mais nous le savons et nous en tenons compte.

Une fois dit tout cela, d'ou vient alors la schyzophrénie? :
il me semble qu'elle vient du fait que
- quand nous "lisons un fait", nous switchons en permanence d'une grille de lecture à l'autre,
- nous ne prenons pas le temps de comprendre ce qu'est, à cet instant, celui de nos interlocuteurs et que nous pratiquons le dialogue de sourds.

Ce tableau l'illustre bien. il est profondément "symbolique" et à ce titre profondément réel. ce qui est schizophrénique c'est que nous y passons en permanence d'une lecture symbolique à une lecture rationnelle. et avec de l'hystérésis. d'ou le gène.

dimanche, 13 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Si je comprend bien le film, on va aussi avoir une "First Lady" virtuelle ? Bah, après tout, Danielle Mitterrand était un peu virtuelle, elle aussi. Mais Danielle, au moins, elle votait (et très vraisemblablement pour son époux légitime)...

lundi, 14 mai, 2007  
Blogger Luc said...

Voici un commentaire reçu par mail :

Bonjour,
N'ayant pas de compte blogger, je me permets de vous adresser mon commentaire par ce mail.

Votre note " A propos de la réalité" véhiculent 2 clichés à propos de Second Life.

"un univers virtuel en 3D dans lequel pas mal d'adolescents vont se réfugier", c'est faux.

Le 1er cliché est que SL serait habité par des adolescents. C'est inexact. La moyenne d'age des utilisateurs de SL est de 30 ans (source April 2007 Key Metrics Released) avec un tiers d'inscrits au-delà de 35 ans.

Le 2e cliché est celui du refuge. Là encore c'est inexact.
Les participants à SL sont des personnes parfaitement intégrées dans la vie réelle, ils sont très diplomés, parfaitement socialisés, leurs revenus sont supérieurs à la moyenne (source EPN), bref rien à voir avec le cliché otakus.

Cordialement
Stéphane

jeudi, 17 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

@Stephane : pour la source EPN, ça a tout l'air d'être virtuel - en tous cas, complètement incompréhensible par nous autres Gaulois ;-)

Trève de plaisanterie, c'est un éclairage intéressant que tu nous donne, qui va plutôt à l'encontre de ce que nous servent les médias bien-pensants...

lundi, 21 mai, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home