Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 7 octobre 2007

A propos du test ADN

fatherhood

L'immigration sauvage est un vrai problème. C'est une tragédie pour les immigrants et un problème critique pour la société d'accueil. Il fallait donc traiter le sujet de front, avec humanité et pragmatisme, ce qu'aucun gouvernement n'avait eu le courage de faire jusqu'à présent. Brice Hortefeux, ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité Nationale et du Codéveloppement, a donc présenté un projet de loi dans ce sens au parlement.

Et là, Thierry Mariani, député du Vaucluse, a cru bon de faire du zèle, et a fait adopter un amendement demandant aux candidats à l'immigration de faire un test ADN pour prouver que leurs enfants sont bien d'eux, pour le cas où "l'état civil de leur pays d'origine serait de fiabilité insuffisante.".

Le fait même qu'on puisse proposer un tel amendement me fait dresser les cheveux sur la tête, et me rend un peu honteux d'être Vauclusien, même Vauclusien d'adoption ...

Cet amendement doit être purement et simplement retiré.

J'ai déjà indiqué ici que le test ADN n'était pas fiable à 100%. Mais ce n'est pas le sujet.

La famille, c'est sacré. C'est hors de toute considération technologique. On ne touche pas à ça. Quand un papa, ou une maman, déclare : "ce petit bébé est mon enfant", sa parole devrait suffire.

La France, c'est le pays des droits de l'homme. C'est le pays qui doit donner l'exemple sur un certain nombre de valeurs. Aucun argument ne peut prévaloir contre celui-là. Pas même le fait de dire "d'autres pays le font, pourquoi pas nous ?"

D'ailleurs, le Conseil National d'Ethique a rendu son jugement : il est contre. Moi aussi. Et beaucoup d'autres aussi.

Alors, je sais qu'on est dans un pays de droit, et que c'est le parlement qui vote et amende les lois. Mais, sur ce coup-là, il faudrait que le gouvernement agisse et fasse pression sur Thierry Mariani pour qu'il se calme et qu'il retire son amendement.

Sur ce coup-là, aucune, je dis bien aucune, justification ne peut tenir la route. Mariani a franchi la ligne jaune, et il faut qu'il retire son amendement.

Pour en savoir plus :
1. Le Conseil national d'éthique contre les tests ADN pour les étrangers (Le Nouvel Obs)
2. Migration, filiation et identification par empreintes génétiques (avis du CCNE - fichier .pdf)
3. Tests ADN: Thierry Mariani s’explique sur RFI (RFI)
4. Thierry Mariani (Wikipédia)
5. Touche pas à mon ADN (pétition)
6. Chimères, mosaïques et tests ADN (Chez Luc)

Crédit photo : George Silk

16 Comments:

Blogger apollo said...

c'est un peu malhonnête de présenter les choses de cette façon : l'article propose comme moyen de justification purement volontaire le test ADN. Ceux qui ne veulent pas ne sont pas obligés, donc on n'oblige personne à le faire. Si on n'arrive pas à justifier un lien familial, le test ADN offre une solution en plus.

Ensuite, "aucune justification n'est acceptable". Hum,
moi je trouve que c'est cette dernière phrase qui est inacceptable.
J'ai pas particulièrement d'avis tranché sur cette question, mais les hurlements dès qu'on prononce le mot ADN me choquent.

Cette vision simpliste des choses "il suffirait de dire" ne correspond malheureusement pas à la réalité du travail ingrat de ceux qui justement ont à trancher pour décider d'accepter ou non des immigrants. Alors il y a quand meme fort à parier que le test ADN fera moins d'erreur que le libre-arbitre d'un fonctionnaire.

lundi, 08 octobre, 2007  
Blogger Audrey said...

Je me demandais quand tu allais écrire sur le sujet !!! Ouf... Nous partageons les mêmes idées. :)))

Bonne journée,

lundi, 08 octobre, 2007  
Blogger Nicolas said...

Et avec un enfant adopté, il donne quoi le test ADN ? Un enfant qu'on "reconnaît" et qu'on élève, mais qui porte le sang de quelqu'un d'autre ?

Je suis curieux de voir l'alinéa 412xyz qui traite du sujet.

Le mieux est l'ennemi du bien, et je trouve cette procédure trop "zélée" en effet, même si je suis d'accord avec une politique un peu plus ferme sur le sujet.

lundi, 08 octobre, 2007  
Blogger Patrick said...

Moi, quand on m'a demandé de reconnaître mes enfants quand ils sont nés, ma parole et ma signature ont suffi. A quand un test d'ADN dans les maternités pour prouver qu'on est bien le père ?

C'est sûr que le lapsus de Fillon est très malheureux (le "détail"). Il est vrai que l'immixtion de la génétique dans la politique rappelle des épisodes fort peu glorieux de l'histoire (le nazisme fut très friand de ces concepts - et ça a fait beaucoup de millions de morts).

Bon. Evidemment, cette idée de test ADN pour les immigrés, on l'a prise chez nos voisins. Est-ce que quelqu'un a eu l'idée de leur demander comment cette disposition se passait chez eux ?

On a la manie en France de prendre des idées chez les autres, mais en retard, au point que quand on les adopte chez nous, elles sont quelque fois déjà abandonnées ailleurs pour inefficacité ou effets pervers. C'est le cas des "peines minimales" qui ont été expérimentées ailleurs (ex. Canada), et qui ont prouvé leur complète inefficacité (petit message perso à Rachida).

Mais finalement, que cherche le gouvernement ? L'efficacité (je traite les problèmes), ou l'effet "électoral" (je roule les mécaniques) ?

Il me semble quand même qu'il y a une porte de sortie : autoriser que le test ADN soit une preuve de filiation (à la discrétion et à la charge du demandeur) en l'absence de tout papier justificatif, mais en aucun cas l'imposer.

lundi, 08 octobre, 2007  
Blogger Betty said...

@ Luc : "il faudrait que le gouvernement agisse et fasse pression sur Thierry Mariani pour qu'il se calme et qu'il retire son amendement."

Et il ne le fera pas car sur ce sujet je pense que le Gouvernement cherche le coup d'éclat et la polémique. Bien à l'opposé des véritables problémes.

Oui l'immigration sauvage est un vrai probléme. Ce n'est pas en tirant à boulet rouge sur le rapprochement familiale qu'on le réglera. Au contraire on ne fera que renforcer la clandestinité. Idem pour les explulsions qui s'intensifient. Ce n'est pas en "raccompagnant" ici un jeune qui était en passe d'obtenir son cap de maçon (!), ailleurs, un grand-père venant chercher son petit fils à l'école, ou un étudiant en droit ou une jeune femme employée LEGALEMENT en france qu'on luttera contre l'immigration sauvage. Bien au contraire j'insiste.

Le gouvernement ne fait que des COUPS MEDIATIQUES, on brasse de l'air et on évite soigneusement de mettre des crédits dans les méthodes de controles et de répressions sur l'utilisation de travailleurs clandestin.
On a fermé Sangatte mais le probléme reste insoluble, des clandestins continuent de errer dans le secteur sans ressource, sans abris. Aucune mesure n'est prise pour les empecher de revenir sans cesse.

Je crois très sincérement que le gouvernement joue un jeu dangereux. Je pense même que ça va faire l'effet inverse car ce sont les résaux clandestins qui vont s'intensifier et s'enrichir.
Trop "pourchasser", les candidats à l'immigration se terrerons un peu plus. disparaissant totalement aux yeux de la société. plus de trace dans les école, plus de trace chez l'assistante sociale, mais ça ne voudra pas dire qu'il n'y aura plus d'immigration.

Par contre la population française sera contente on ne pourra plus dire que ce sont les "étrangers" qui touchent les alloc !!...

lundi, 08 octobre, 2007  
Blogger Jack said...

Quelqu’un s’est-il demandé ce que cette loi sur le rapprochement familiale est censée faire. Il semble que les preuves de filiation requises soient destinées à lutter contre la fraude, si j’ai bien compris : avons-nous une idée de l’ampleur de ce phénomène ?
Encore une fois les médias sont assez silencieux sur les faits. Notre spécialité en France est de sauter à cheval sur nos grands principes, et d’énoncer de généreux concepts. Il se peut Betty, que ces mesures ne soient pas efficaces, voir contreproductives.
Il reste que nous ne pouvons accueillir toute la misère du monde et que par ailleurs l’émigration est nécessaire, comment faire pour que cette émigration soit une bonne solution à la fois pour le migrant et le pays qui le reçoit voici la question à la quelle il convient d’apporter des réponses. La lutte contre l’émigration clandestine est une impérieuse nécessité, et ce d’autant plus que nous disposons de nombreux points d’entrée hors de la métropole.
Pour revenir aux principes, l’unanimité semble régner pour déclarer choquant de devoir prouver la filiation : c’est choquant pour nous en effet, dans notre système de valeur. Mettez vous à la place des plus miséreux ayant une ribambelle d’enfants qu’ils peinent à nourrir, il est tentant de donner une chance à l’un d’eux en faisant une fausse déclaration...qui pourrait aussi bien être monnayée sur place !
Je ne peux que vous recommander la lecture du rapport du Sénat , il est long mais peut donner la mesure des difficultés et des nombreuses lacunes de notre système de lutte contre l’émigration clandestine.
Peut-être que ce "test ADN" n'a d'autre but que d'agiter les esprits et susciter le débat sur ce sujet...

lundi, 08 octobre, 2007  
Blogger Patrick said...

@Betty. Je reprends ton histoire de Sangatte. Un grand humaniste* a fait remarquer que ces gens qui étaient capables de faire des milliers de kilomètres dans des conditions terribles pour aller travailler "ailleurs" étaient exactement le genre de gens dont nous avions besoin et que nous devrions accueillir à bras ouverts. Des gens qui en veulent, qui ne rechignent pas devant l'effort, qui ont une volonté de fer, qui acceptent des conditions très dures. Souvent, ces gens sont instruits, parlent plusieurs langues. Bref, des gens vraiment biens...

* Albert Jacquard, dont on peut entendre une chronique quotidienne de quelques minutes à 17h55 sur France Culture (disponible aussi en PodCast via le site de France Culture). Quand je l’entends, je me sens vraiment tout petit…

Ca me fait penser que Jacquard, Polytechnicien, Diplômé de l’Institut de statistiques, Diplômé de l’Institut de démographie et Généticien de grand renom (doctorat d’état en biologie humaine en, expert en génétique auprès de l’Organisation mondiale de la santé), essayiste et humaniste patenté (activiste de l'Association Droit au Logement, ami de l’Abbé Pierre…), doit avoir des idées qui méritent d'être entendues sur cette question d'ADN... Je me renseigne et je vous tiens au courant...

lundi, 08 octobre, 2007  
Blogger Patrick said...

Message personnel à Betty : la mer est encore bonne, à Lorient ? Ici, 16°C, c'est encore tout à fait nageable !

lundi, 08 octobre, 2007  
Blogger Patrick said...

Albert Jacquard ne semble pas s'être encore exprimé sur la question.

Au passage, lors de mes recherches, j'ai vu sa formation. En gros (voir ci-dessous), ayant eu son bac en 1943 (ses deux bacs devrais-je dire car il a passé la même année math élem et philo) et ayant eu son doctorat en Biologie Humaine en 1972, ça nous fait quand même un "Bac + 29" , ce qui est sans doute une sorte de record, non ? Pas étonnant que je me sentes tout petit en l'écoutant !

Je me suis souvent dit que j'accepterais volontiers d'être aussi laid que lui en échange d'un dizième de son intelligence...

1943 Baccalauréats Math. Elem. et Philo
1945 Ecole Polytechnique
1948 Ingénieur des Manufactures de l'Etat
1950 Diplôme de l'Institut de Statistiques (Paris)
1965 Diplôme de l'Institut de Demographie (Paris)
1966 Certificat de Génétique (Paris)
1968 Diplôme d'Etudes Approfondies de Génétique (Paris)
1970 Doctorat d'Universite de Genetique (Paris)
1972 Doctorat d'Etat en Biologie Humaine (Toulouse)

mardi, 09 octobre, 2007  
Blogger Betty said...

Message personnel à Patrick : ici l'eau est encore autour des 16° aussi (comme cet été quoi !) et théoriquement "nageable"
Mais j'ai essayée et je n'y arrive pas, ça me désole !

mardi, 09 octobre, 2007  
Blogger Patrick said...

@Betty : j'ai compris pourquoi je n'avais pas froid : pour nager, je mets des palmes et aussi des gants palmés. Du coup, je "force" davantage en nageant. Je dégage donc des calories et je reste au chaud. Mais si je m'arrête de nager, au bout d'une minute ou deux, je ressens le froid. Le secret, c'est donc : nager avec vigueur, mais ne jamais rester à flotter bêtement en rêvassant...

mardi, 09 octobre, 2007  
Blogger Patrick said...

Mon "Bac + 29" favori a dit :

« Je ne vois pas pourquoi des enfants adoptés ne pourraient pas faire l’objet d’un regroupement familial, au même titre que les enfants biologiques. La notion de fabrication par l’intermédiaire d’un spermatozoïde et d’un ovule ne devrait pas intervenir. La filiation culturelle et affective est au moins aussi importante que la filiation biologique. De plus, cela va provoquer des drames dans certaines familles si des gènes apparaissent là où ils n’ont rien à y faire. »

Il dit des choses simples, dénuées de polémique politicienne.

Pour d'autres réactions,
voir ici.

mercredi, 10 octobre, 2007  
Blogger Philippe.Piriac said...

Si vous en avez le temps et que vous ne vous couchez pas tôt, et que vous accédiez aux chaines diverses, écoutez LCP la chaine parlementaire.

La semaine dernière, j'ai écoute lé débat en commission des Lois du Senatsur la discussion des amendements sur le texte proposé par Brice Hortefeux et le zelé Mariani

Je vous garantis que ca valait son pesant d'or d'écouter Badinter, les députes UMP démonter pièce par pièce le texte au nom des principes républicains, des textes préexistant et du fait du principe dit de "possession d'état" ( En substance la filialition par l'amour et non par le lien génétique). A la fin,le texte deviendra fondamentalement vide. Il ne s'agit plus que de sauver la face de Hortefeux.

Hier j'écoutais la commission des Finances de l'assemblée auditer les parties prenantes sur l'ffaire EADS/Délit d'initié. Pas mal non plus, quand le parlement gratte...

On se prend à ré espérer de la force du débaut en république, dès lors qu'on voudrait bien redonner la main au Parlement et aux ministres.
Entre la captation par 3 ou 4 membres de cabinets non élus mais tout puissants car près du Président, autocratiques et
uun gouvernement qui fonctionnerait normalement, avec des ministres qui feraient leur boulot en diuscutant avec un Parlement qui pourrait faire vraiment le sien,
il n'y a pas photo

Puisse Sarko le réaliser. lui et nous y gagnerions en pertinence et en appropriation des décisions.
Quelque soit le talent de Sarko et des mebres de cabinet, les journéées n'ont que 24h pour eu aussi. et le débat affine l'analyse.

mercredi, 10 octobre, 2007  
Blogger Philippe.Piriac said...

Mairci d'exqusé les fotes de frap et d'ortograf.

mercredi, 10 octobre, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : J'ai été voir ton lien. Ah, mais, dis-donc, c'est un dangereux gauchiste, ton "Bac + 38" ?

;-)

mercredi, 10 octobre, 2007  
Blogger Patrick said...

Je ne sais pas si mon "Bac + 45" est un gauchiste. La modération de ses propos ne l'indique pas clairement, même s'il s'affiche ici avec quelques gauchistes patentés. Il s'est aussi souvent affiché avec des Abbé Pierre et Mgr Gaillot... Ce qui est certain, c'est que c'est clairement un humaniste, et que je pense que les humanistes ont une légère propension à pencher à gauche. Mais, bon, ça ne les disqualifie pas pour autant !

Quoi qu'il en soit, mon petit coin de Bretagne est peu concerné par toutes ces histoires. Avec un quota de 70 reconduites aux frontières pour 2007, le Finistère contribuera peu à l'effort national (objectif 25 000 reconduites). Mais voilà, des immigrés, nous, on en a guère... Avec seulement 2,2% d'immigrés (moyenne nationale 8,1%) dont plus de la moitié sont européens ou américains, il nous est difficile de faire mieux - sauf à expulser les 11 000 Grands Bretons installés en Bretagne - ils sont quelque part un peu chez eux aussi !

vendredi, 12 octobre, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home