Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 14 décembre 2008

La duchesse et son mari, par Quentin Matsys (1513)



En ce moment a lieu à la National Gallery de Londres une exposition remarquable intitulée Renaissance Faces: Van Eyck to Titian . Cette exposition retrace l'art du portrait durant la période de la Renaissance.

Dans cette exposition, on peut voir côte à côte deux tableaux du peintre flamand Quentin Matsys (1465-1530) qui représente un couple. Le tableau de gauche est très connu pour la laideur stupéfiante de la dame qui apparaît sur ce tableau.

Il s'agirait de Margaret, duchesse de Corinthe et comtesse du Tyrol, qui aurait souffert d'une maladie rare qui déforme les os.

Ce portrait extravagant a servi de modèle pour l'illustration de la Duchesse Natricia réalisée par John Tenniel en 1865 pour le livre Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll :



Etonnant, non ?

Pour en savoir plus :
1. Renaissance Faces: Van Eyck to Titian (the National Gallery, London)
2. An Old Woman (‘The Ugly Duchess’) (the National Gallery, London)
3. Renaissance faces. Van Eyck to Titian (La Tribune de l'Art)
4. Quentin Matsys (Wikipedia)
5. Sir John Tenniel's Alice in Wonderland (Goldmarkart)

Crédit photo : La Tribune de l'Art

6 Comments:

Blogger Jack said...

Elle est taillée comme Alain Bernard, mais moins souriante tout de même.

lundi, 15 décembre, 2008  
Blogger Patrick said...

Le plus curieux, c'est que cette Duchesse ait accepté de se faire faire le portrait !

lundi, 15 décembre, 2008  
Blogger Jack said...

Les canons de la beauté à cette époque étaient certainement assez éloignés de ce qu'ils sont aujourd'hui?

lundi, 15 décembre, 2008  
Anonymous Anonyme said...

C'est pasqua ?

filip

lundi, 15 décembre, 2008  
Blogger Jack said...

La ressemblance est en effet frappante, aurait-il aussi des ascendants "bataves" en plus de ses racines corses?

mercredi, 17 décembre, 2008  
Blogger Patrick said...

En apparté : j'ai appris que Lewis Caroll était migraineux, et que certains migraineux éprouvent lors des crises des sensations d'importantes distorsions de tailles. Certains trouvent là la source de l'inspiration de Lewis Caroll pour Alice dont la taille se réduit pour entrer au pays de merveilles...

dimanche, 21 décembre, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home