Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

vendredi 28 novembre 2008

L'apprenti sorcier de Paul Dukas


Interprété par Walt Disney à la grande époque de Mickey.
Nous étions en 1940 tandis que le monde se préparait à un bain de sang, les studios
Disney produisaient ce superbe divertissement parfaitement en phase avec la musique de Paul Dukas. Ce genre d'œuvre donne à connaitre et à apprécier la musique symphonique, la grande...

Désormais on ne peut plus écouter cette musique sans revoir le cartoon.

Cette semaine, j'ai eu mon compte de nouvelles sur les exploits de l'apprenti sorcier :

Un article sur Iter, où l'on comprend que les ingénieurs sont partis dans un voyage, qui fait de celui de Christophe Colomb un voyage organisé.
On identifie une somme de problèmes dont ont à pas la moindre idée de la manière de les résoudre, et surtout en s'affranchissant des étapes de validation qu'un projet censé comprendrait évidemment, avant de commencer à construire quoique ce soit.
Pour continuer avec Colomb, lui au moins avait un bateau qui tenait la mer. (à vrai dire il en avait même trois)
Il serait sans doute judicieux de mettre tout cet argent dans des projets disons, plus aboutis.
Je ne dis pas que la recherche sur la fusion est a abandonner, mais simplement que ce projet n'est, à ce qu'il semble, pas suffisamment mûr pour capter autant de financement, qui forcément manquera ailleurs.
A moins que son premier mérite ne soit la démonstration qu'il est possible de mener un grand projet scientifique mondial, dans ce cas il vaudrait mieux que ce soit un projet réaliste, afin que d'autres puissent suivre. Le contraire de la recherche spatiale, où chacun refait ce qu'ont fait leurs prédécesseurs juste pour le prestige national.

Un documentaire sur Arte "les mâles en périls" sur les effets délétères de quelques molécules sur les systèmes de reproduction d'un grand nombre d'espèce, dont l'homme. Ces molécules sont disséminées partout dans notre environnement, portent le doux nom de "perturbateur endocrinien"...

Et je ne vous parle pas des apprentis sorciers de l'économie planétaire, car, c'est bien connu, l'économie, elle, n'est pas une science exacte,
sans doute plus proche de la sorcellerie et de la prestigitation par ses méthodes.

Libellés : , , ,

19 Comments:

Blogger Bruno du grand sud est said...

Jack ; Avec une telle soif de découvrir Christophe Colomb n'aurait pas dépassé les Açores .
J'espère bien que l'homme arrivera à copier le soleil, enfin s'il a assez de spermatozoïdes pour tenir la distance ...

samedi, 29 novembre, 2008  
Blogger ...Pierre... said...

Plus aboutit, comme les éoliennes, les panneaux solaires, les biodiesels et autres solutions durables pour résoudre le problème énergétique.
c'est quand même fou de mettre autant d'argent pour essayer de trouver un procédé peu polluant et illimité.

samedi, 29 novembre, 2008  
Blogger Luc said...

Concernant ITER, je vous recommande chaudement de lire l'article de Science et Avenir qui est au bout du lien inséré dans le texte.

Mais vous constaterez qu'ils ne disent rien du problème majeur d'ITER, à mes yeux. c'est le fait que la réaction d'ITER produit des neutrons rapides qui, ne portant pas de charge, ne sont pas déviés par les champs magnétiques du tore de plasma. Ils vont donc bombarder la structure environnante en créant des isotopes radioactifs tout à fait "sales" (ceci pour Pierre).

J'avais déjà expliqué tout ça tout bien il y a plus de trois ans dans mon article A propos d'ITER (Chez Luc - juillet 2005) dont je conseille aussi la lecture à ceux que ça intéresse.

;-)

samedi, 29 novembre, 2008  
Blogger Jack said...

Bruno, justement les Açores les Portugais connaissaient déjà, Colomb s'y est même arrêté au retour...
Colomb était un aventurier, pas un scientifique.
Le scientifique me semble-t-il est quelqu'un qui ne donne ni dans la foi, ni dans l'incantation, tout au plus dans l'intuition, mais toujours vérifiée.
Il n'est pas nécessaire de copier le soleil pour disposer d'énergie à profusion, mais peut-être de la prendre du soleil, directement ou indirectement, ou bien sous nos pieds tout simplement.
Pour sûr ça a moins de panache que de reproduire le soleil en petit.
Mais avant que ça marche, de nombreuses générations de malheureux continuerons de crever de faim et de soif, s'ils ont encore des spermatozoïdes en effet.

samedi, 29 novembre, 2008  
Blogger ...Pierre... said...

Ils ont un système de protection contre les neutrons, qui a par ailleurs prouvé son efficacité sur le modèle d'essai. Le seul problème étant la puissance de ces neutrons... Mais bon tant que l'on en a pas créer on ne sait pas réellement savoir.

Sinon je ne pense avoir eu tort de parler de procédé peu polluant (en rapport à l'énergie théoriquement produite)

dimanche, 30 novembre, 2008  
Blogger Bruno du grand sud est said...

Dans le sens de but ultime,je parlais de dépasser les Açores et non de les découvrir.
Pour ce qui est du rêve de ces énergies propres (au premier abord), il faut avoir à l'esprit l'ordre de grandeur.
Nos besoins énergétiques sont gigantesques, croissants et complètement hors de portée de ces bricolages. Ces énergies renouvelables serviront pour très longtemps (toujours?) d'appoint dans une distribution que l'on veut fiable et régulière.
Pour avoir un ordre d'idée, pour remplacer la centrale du Tricastin il faudrait 720 centrales géothermiques comme celle que l'on a en Guadeloupe (qui est sur un site exceptionnel). Même si on améliore ce système il est insuffisant voire complètement utopique.
Quant à l'éolien et le solaire là on atteint des sommets d'hypocrisie puisqu'il faudrait tapisser le sol et les toits sur des milliers de Km2 pour une énergie qui serait là ... ou pas.
Je n'ai pas aborder le problème du transport de cette énergie dispersée et fluctuante ni de la maintenance d'un tel réseau.
A ce propos on est prêt à le payer combien le Kwh ?
La seule alternative réaliste de l'après nucléaire c'est le retour aux énergies fossiles et donc pour l'essentiel du charbon, il me semble que l'on a intérêt à ce bouger avant cette échéance.

dimanche, 30 novembre, 2008  
Blogger Jack said...

Je vois dans la centrale basée sur la fusion nucléaire un monstre technologique que peu de pays seront en mesure de gérer, ce qui augmenterait encore les déséquilibres mondiaux.
Pour prendre un exemple dans l’argumentaire « en dehors de la fusion nucléaire aucune solution sérieuse à nos énormes besoins énergétiques » tous les calculs sur le solaire prennent en considération les rendements actuels des panneaux solaires qui ont un rendement ridicule, j’aimerais connaître les budgets des recherches mondiales dans ce domaine, certainement sans commune mesure avec Iter. Pour mémoire la 1/10000 ième partie de l’énergie reçue par la terre suffirait à satisfaire nos besoins...
Alors la fusion nucléaire pourquoi pas, mais faut-il construire de pareil monstres, avec autant de défis technologiques non résolus et empilés pour y parvenir ?
Et s’il s’agit d’une utopie (les utopies se réalisent parfois), pourquoi ne pas choisir d’autres utopies moins monstrueuses, plus diversifiées ?
Non ce projet à pour principal intérêt de rester dans les schémas de production d’énergie massifs permettant son contrôle par un pouvoir centralisé.

dimanche, 30 novembre, 2008  
Blogger Patrick said...

Comme il est dit dans la petite video sur l'utopie Venus, la science et la technologie sont les seuls moteurs du developpement humain.

La recherche fondamentale (style LHC) et appliquee (genre ITER) sont donc une absolue necessite pour les generations futures. Tout comme le sont les recherches et developpements sur la maitrise de l'energie solaire - on a quand meme pratiquement decuple le rendement des capteurs en vingt ans (actuellement rendement de 20%)...

Pour ITER (en latin : la voie), bien sur qu'on ne sait pas faire, c'est bien pour ca qu'existe ce projet. Peut-etre ne debouchera-t-il sur rien. Peut-etre sera-t-il generateur d'avancees significatives. On ne sait pas. C'est comme ca, la recherche...

A noter quand meme que la fusion thermonucleaire controlee existe deja au JET (Joint European Taurus) - precurseur d'ITER - situe en Angleterre pres d'Oxford, ou un Tokamak a produit 16 MW pendant 4 secondes...Ce n'est donc pas une utopie absolue !

lundi, 01 décembre, 2008  
Blogger Jack said...

Patrick : tu fais très justement le distinguo entre recherche fondamentale et appliquée, ITER est indéniablement de la recherche appliquée, ce qui nous ramène dans le monde réel. Le résultat final semble bien incertain mais par contre les coûts eux sont sûrs et les budgets ne sont pas infinis, de plus il ne faut pas trop se tromper de voie dans le domaine de l'énergie, car au point où nous en sommes, nous ne disposons plus de beaucoup de temps.
Personnellement je préfèrerais des sources d'énergie plus différenciées, plus dispersées, et en un mot moins géantes et plus disponibles, à la portée des pays moins développés.

Pour faire une centrale qui fonctionne un an il faut multiplier tes 4 secondes par 7889400, ça n'est pas rien.

Lorsque tu lis l'article de Sciences & Avenir que j'ai mis en lien et a inspiré ce post, tu as forcément des doutes sur l'issue de ce projet ?
A moins que ce ne soit qu'un problème de comunication?

lundi, 01 décembre, 2008  
Blogger Patrick said...

Jack, tu as raison, les défis d'ITER sont immenses. Si on arrive à y répondre, on aura fait un immense pas en avant.

En 1961, le Président Kennedy lançait un défi "impossible" : D'ici dix ans, envoyer un homme sur la lune et le ramener sur terre sain et sauf. "I believe that this nation should commit itself to achieving the goal, before this decade is out, of landing a man on the moon and returning him safely to the Earth."
— Pres. Kennedy, May 25, 1961

Et Armstrong mis le pied sur la lune le 29 juillet 1969.

Si on ne se lance pas des défis, on n'avance guère...

vendredi, 05 décembre, 2008  
Blogger Jack said...

Tu as tout a fait raison pour ce qui concerne les défis, sauf qu'en 1961 on maitrisait assez les fusées pour croire à l'objectif fixé.

En fait de recherche appliquée, ne serions nous pas plutôt dans le domaine des recherches fondamentales?
Bon, tu vas me dire que c'est de la sémantique ...
Sauf que 2050 pour les premières centrales raccordées au réseau, ça semble assez lointain pour coller des doutes au plus optimiste.

Les américains sur ce coup là pourrait bien avoir raison de se tenir à l'écart.

vendredi, 05 décembre, 2008  
Blogger Patrick said...

A vrai dire, je suis un peu d'accord avec Jack. On ferait mieux de mettre de l'argent à développer avec vigueur la technologie des centrales à neutrons rapides (sur-générateurs), qui seront les successeurs des EPR, et qui donneront l'indépendance énergétique totale à la France (les centrales à neutrons rapides consommant les déchets actuellement produits par les centrales actuelles). Et pour la fusion, on verrait ça lorsque les centrales à sur-génération seront bien au point...

C'est vraiment dommage qu'on ait bêtement mis fin au prototype Super Phénix - tout est à refaire - ou presque... Merci les écolos !

A propos d'écolos, j'ai eu récemment une conversation édifiante avec un écolo convaincu. Ses arguments sur le nucléaire étaient un stupéfiant fatras de non-sens. C'est dommage que ceux qui ne savent rien prennent souvent le dessus sur ceux qui ont vraiment et longuement étudié la question... L'ésotérisme simplet a souvent la faveur du public en face d'une vraie science d'accès plus difficile...

samedi, 06 décembre, 2008  
Blogger Jack said...

Patrick, il y a pire : ceux qui savent et font beaucoup de bruit pour attirer l’attention sur eux plus que pour faire progresser réellement la vérité à propos du nucléaire,...
J’ai eu à connaitre les détails d’un dossier sur lequel un certain organisme indépendant est intervenu en exagérant et en communiquant de manière outrancière à propos d’un taux de radioactivité ridicule sur un de nos produits. Messieurs les Bretons si vous écoutez ces gens là, vous évacuez immédiatement le massif granitique que vous occupez...trop radioactif !
Depuis cet avatar, ils sont disqualifiés à mes yeux, pourtant j’estime évidemment nécessaire qu’un contre-pouvoir indépendant existe face à la puissance nucléaire pas toujours « transparente ».
Sauf que la peur nucléaire est devenue leur "casse-croute", alors que nous avons besoin d’une info objective et donc crédible.

dimanche, 07 décembre, 2008  
Blogger Bruno du grand sud est said...

10% des cancers du poumons sont dus au radon surtout présent dans les maisons en granit.ça représente plus de 1500 morts par an.il me semble en effet que c'est tout à fait négligeable au vu des morts dus au nucléaire civil dans notre pays,par exemple.

lundi, 08 décembre, 2008  
Blogger Jack said...

Ah! 1500 morts par an pour cause de radon dans les maisons de granit!
Voilà une info qui est intéressante : si tu pouvais me donner les références de l'étude, ça intéresserait surement beaucoup de nos amis Bretons.
Lorsque je parlais de radioactivité du granit, je ne parlais pas du gaz radon qui est issu de la désintégration du radium et qui peut s'accumuler dans les maisons non ventilées, mais de celle des radio-éléments contenus dans le granit, naturellement radioactif.
Tu vois dés que l'on parle de radioactivité on commence à se balancer des stats dans tous les sens...
Je suis toujours émerveillé par la capacité à trouver une causalité précise aux cas de cancer, qui ont par essence des causes multiples, voire "multiplicatrices"...

lundi, 08 décembre, 2008  
Blogger Bruno du grand sud est said...

une étude de l'IRSN n'aura aucune valeur,puisqu'à la solde du pouvoir je t'invite donc à orienter tes recherches vers la Suisse,le Québec ou même l'Allemagne qui chose étonnante retombe à peu près dans les mêmes pourcentages.
Quant au Bretons le mieux serait qu'ils fument dans une vieille usine isolée à l'amiante, de cette façon ils feraient la nique à toutes ces stats.

mardi, 09 décembre, 2008  
Blogger Jack said...

J'ajouterai en picolant, quoi que...pour les bretons ça n'est pas la peine de préciser.

mardi, 09 décembre, 2008  
Blogger Jack said...

Je reviens sur ce post pour vous parler des alternatives à ITER, que l'on semble préférer de l'autre côté de l'atlantique.

lundi, 15 février, 2010  
Blogger Jack said...

Un autre article en Gaulois du Sénateur Tregouët

lundi, 15 février, 2010  

Enregistrer un commentaire

<< Home