Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

vendredi 12 décembre 2008

L'Union Européenne adopte le Plan Climat 2020



Après de longues négociations, les dirigeants des 27 pays de l'Union Européenne se sont mis d'accord pour atteindre d’ici à 2020 trois objectifs:
- réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre par rapport à leurs niveaux de 1990.
- porter la part des énergies renouvelables à 20% de la consommation.
- réaliser 20% d’économie d'énergie.

Alors, bien sûr, il a fallu négocier des aménagements pour les uns et pour les autres, comme d'habitude quand il faut obtenir un accord à l'unanimité à 27 pays. Mais l'engagement est pris pour 2020, et il va falloir s'y tenir.

Nicolas Sarkozy, qui a fait de la révolution écologique une affaire personnelle, s'est félicité de ce succès : "Il n'y a pas un continent au monde qui se soit doté de règles aussi contraignantes. Cet accord historique nous permet d'aller vers une croissance durable, une croissance verte. Maintenant, nous allons pouvoir dire aux autres : nous, on l'a fait, faites-le maintenant."

L'Europe donne l'exemple au monde entier, et Barack Obama devrait nous emboiter le pas très rapidement après son arrivée au pouvoir le 20 janvier prochain.

Pour en savoir plus :
1. Les dirigeants de l'UE arrachent un accord sur le plan climat (AFP)
2. Plan climat: "accord" des groupes parlementaires avant un vote à Strasbourg (AFP)
3. La France lance sa révolution écologique (Chez Luc - octobre 2007)

Crédit photo : AFP

Libellés :

5 Comments:

Blogger Jack said...

On remarque que les objectifs sont définis en pourcentage du réel 1990, alors si Obama veut emboiter le pas à l'Europe, il devra inscrire des objectifs doubles pour les USA me semble-t-il. (si exprimés en %)

dimanche, 14 décembre, 2008  
Blogger Patrick said...

Très bien, très bien. Toutefois, il ne faudrait pas que, en France métropolitaine, le fait de porter la part des énergies renouvelables à 20% de la consommation nous conduise à produire davantage de CO2 - je suis sûr que vous comprenez mon propos *... Ce serait un peu ballot, non ?

* Je ne parle pas seulement des éoliennes, ici... Par exemple, j'entend ça et là vanter l'usage du bois de chauffage. Mais enfin, l'effet immédiat de brûler du bois, c'est de produire du CO2... Et quant à renouveller la forêt, c'est du très long terme, si jamais ça se produit...

dimanche, 14 décembre, 2008  
Blogger Patrick said...

Mouais... Si ces engagements sont du même tonneau que celui de contenir le déficit public à 3%, on peut craindre que lesdits engagements ne valent même pas le papier sur lequels ils sont écrits !

En réalité, comme certains l'avaient pressenti, l'histoire du changement climatique est surtout vu par les politiques comme une opportunité de créer une nouvelle industrie qui remplacerait partiellement les industries lourdes du passé qui désertent le monde occidental. Leur motivation écologique n'est que de façade, mais comme le public y est sensible, ils communiquent dans ce sens... Ceci étant, nous ne gagnerons que si nous atteignons un haut niveau de maîtrise de cette nouvelle industrie, et que nous arrivons à contraindre ceux qui ne la maîtrisent pas de nous l'acheter - et ça, c'est pas vraiment gagné... Pour l'heure, la carte maîtraisse de la France, c'est le nucléaire. On ferait bien de lobbyer très fort pour que le nucléaire entre dans les fameux 20%... Il suffirait de changer le qualificatif "renouvelable" par "carbon-free", et le tour serait joué.

lundi, 15 décembre, 2008  
Blogger Jack said...

Patrick, le C du bois fait partie du carbone en circulation, contrairement au C fossile.
Si l'on ne coupe pas le bois pour le bruler, il ne va pas forcément faire du charbon pour dans 100 millions d'années.

mercredi, 17 décembre, 2008  
Blogger Patrick said...

Jack, tu as raison pour le bois, sauf qu'il y a un décalage temporel de plusieurs dizaines d'années entre le moment où on le brûle et le moment où une jeune pousse va commencer à re-collecter du carbone (si on replante, ce qui n'est sans doute pas toujours le cas).

D'ailleurs, sur le thème du bois, il semble bien que le bois (ou plus exactement la diminution de quantité de bois par suite de déforestation) soit la principale cause de l'augmentation du taux de carbone dans l'atmosphère. Et là, je crois qu'on peut plaider non-coupable en France (tout du moins pour ce qu'il reste de la forêt ancestrale)... Nos collègues européens sont aussi plutôt non-coupables sur ce plan, je pense. Mais que dire des pays comme le Brésil ou l'Indonésie ! Nous sommes prompts à critiquer les USA et la Chine, mais n'oublions pas les déforesteurs obsessionnels !

mercredi, 17 décembre, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home