Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

vendredi 19 novembre 2010

"Beat It", par Alex Goot


lien direct vers YouTube


Ce soir, je vous propose un tube de Michael Jackson réinterprété par Alex Goot. Ce type a enregistré ce morceau tout seul, piste par piste. Il a joué de tous les instruments, et chanté toutes les voix (à part la participation de Rob McCurdy à un moment sur un solo de guitare électrique). Le résultat est bluffant !

Pour voir les autres vidéos d'Alex Goot, c'est ici : Alex Goot Channel (YouTube)

Bon week-end à tous !

Les vidéos du vendredi :

Les cinq dernières :
1. "Take Me Out", par Atomic Tom (live dans le métro de New York) (15 octobre)
2. "N'importe comment", par Toxic Avenger (30 juillet)
3. "Call Me", par Samantha Fox et Sabrina (23 juillet)
4. "Two of Us", par The Beatles (11 juin)
5. "I'll Stand by You", par Nick (16 avril)

Le top dix :
1. "Wooden ships", par Crosby, Stills & Nash
2. "Déjà Vu", par Crosby, Stills & Nash
3. "Two months off", par Underworld
4. "My Cabal", par School of Seven Bells
5. "Novelty Waves", par Biosphere
6. "Paris", par Friendly Fires
7. "Per Ulv", par Terje Rypdal (live 1978)
8. "Pure Devotion" par Freeloader
9. "Future Proof", par Massive Attack
10. "Where The Streets Have No Name" par U2

Crédit vidéo : gootmusic

Libellés :

1 Comments:

Blogger Padraig said...

Bel effort. Mais il a trop utilisé le métronome. Ca manque du petit quelque chose qui différencie le génie de la copie.

J'avais eu cette impression à Florence en admirant la "copie conforme" du David de Michel-Ange sur la grande place. Je m'étais dit "tout ce foin pour cette banale statue" !

Mais en voyant l'original dans le musée, j'ai été saisi du "syndrome de Florence" : la beauté à l'état pur.

Il suffit d'un millimètre en trop ou en moins pour tout gâcher. Ici, ce sont quelques centièmes de secondes en plus ou en moins qui font toute la différence...

lundi, 22 novembre, 2010  

Publier un commentaire

<< Home