Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 12 mai 2005

Le "non", un vote d'espoir !

Je vois en ce moment placardé sur les murs des affichettes avec le slogan "le non, un vote d'espoir !". La dialectique est la suivante : les partisans du "non" nous expliquent que voter "non", c'est croire en l'Europe, et qu'on va renégocier tout ça avec les 24 autres pays Européens, pour arriver à un traité idéal, avec service public, 35 heures, et tout et tout.

Admettons.

Laissez-moi vous présenter la "dream team" qui va tout renégocier avec les 24 autres pays :



On y croit, hein ? On se sent bien motivés, d'un coup !

Et pendant qu'en France, le débat de poursuit dans la joie et dans la bonne humeur sur des bases qui frôlent parfois le surréalisme, les autres pays de l'Europe eux, y croient à cet avenir que nous construisons ensemble.

En plus de la Lithuanie, la Hongrie, la Slovénie, l'Espagne, l'Italie et la Grèce qui ont déjà ratifié la nouvelle constitution par voie parlementaire ou référendaire, trois nouveaux pays viennent de les rejoindre :

(1) L'Autriche : Le 12 mai, le Nationalrat a ratifié la nouvelle constitution par 182 voix pour et 1 voix contre.

(2) La Slovaquie : Le 12 mai, le parlement slovaque a ratifié la nouvelle constitution par 116 voix pour, 27 voix contre et 4 abstentions.

(3) L'Allemagne : Le 12 mai, le Bundestag a ratifié la nouvelle constitution par 569 voix pour, 23 voix contre et 2 abstentions. La nouvelle constitution doit maintenant être ratifiée par la chambre haute, le Bundesrat, qui se prononcera le 27 mai.

On en est à présent à 9 pays sur 25, soit plus du tiers des états, à avoir ratifié massivement la nouvelle constitution de l'Europe.

Pour en savoir plus :
1. Ratification par voie parlementaire (RTL)
2. L'Europe, première puissance économique mondiale (Chez Luc)
3. A quoi servent les politiques ? (Chez Luc)
4. Un partisan du "non" au référendum se déshabille au Sénat (Yahoo news)

Crédit photo : différents sites.

7 Comments:

Blogger Patrick said...

Dans la brochette des renégociateurs, il y aura aussi
Henri Emmanuelli qui apportera un peu de gaîté et de bonhomie aux débats !

vendredi, 13 mai, 2005  
Blogger Vicnent 31415 said...

Luc, s'il te plait, ne nous fait pas croire que ce sont les gens contre qui vont renégocier.
D'autre part, je rappelle qu'à ce jour, 50% des élécteurs sont en gros pour, et 50% sont en gros contre...
je ne suis pas sur que ces 50% appartiennent tous à la Dream Team...
tu as des UMP, des chevénementistes, un socialo sur deux...
de plus, à part les 3 tarés (lepen, buffet et Besancenot), je trouve les argumments de De Villiers, posés, mesurés et toujours très argumentés même si je n'adhère pas à tous.
je ne dis pas que cette constitution est pourrie... il y a des choses très bien dedans... d'autres que j'aime bcp moins bien...

De plus, il y a un plan B, c'est écrit en toute lettres dans ce traité. "Si, au 29 octobre 2006, les 4/5 des États membres ont ratifié le texte, et qu’un ou plusieurs Etats membres rencontrent des difficultés, il est alors prévu que le Conseil européen (c’est-à-dire les vingt-cinq chefs d’Etat et de Gouvernement) se saisisse de la question. Juridiquement, une seule réponse négative suffit pour empêcher l’entrée en vigueur du traité, puisque celui-ci doit être ratifié à l’unanimité des vingt cinq.
Des solutions juridiques existent :
- abandon du traité,
- renégociation rapide et nouveau référendum (ce qui a été fait avec le Danemark pour le traité de Maastricht et l’Irlande
pour le traité de Nice),
- reprise, à une date indéterminée, d’une nouvelle négociation.
En toute hypothèse, les traités actuels resteraient alors en vigueur (version du traité de Nice).

vendredi, 13 mai, 2005  
Blogger Luc said...

Vincent :

Ca c'est rigolo, comme argument. Effectivement, je n'avais vu les choses sous cet angle. Donc, l'argument des gens "contre", c'est, si j'ai bien compris : "On est contre le traité qui vous est proposé par ceux qui sont "pour", mais on fait confiance à ceux qui sont "pour" pour renégocier un traité qui nous ira !" C'est vrai que c'est très crédible comme argument : on y croit !

Quand à l'existence d'un plan B "écrit en toutes lettres dans ce traité" , j'ai fait une recherche sur le texte vesion pdf que j'ai téléchargé, et ton extrait, je ne l'ai trouvé nulle part. Et, en y réfléchissant, c'est un peu normal qu'il ny soit pas vu que ce texte ne va rentrer en application que s'il est ratifié bien sûr !!!! Donc, s'il est ratifié, pourquoi y mettre un plan B au cas où il ne serait pas ratifié ? Si donc tu as le numéro de l'article de la consitution qui détaille ce fameux "plan B", ça m'intéresse !

Comme je le disais, le débat sur le traité constitutionnel frôle parfois le surréalisme ! :-)

samedi, 14 mai, 2005  
Blogger Patrick said...

En observant le paysage politique et les intensions de vote, j'ai le sentiment qu'il y a un énorme fossé entre les citoyens et les politiques.

Côté citoyens, j'ai l'impression que le référendum est détourné de son objet, et qu'il est devenu une occasion d'exprimer un sentiment général qui n'a pas grand chose à voir avec la question. En gros, on vote OUI par légitimisme, on vote NON par contestation. D'ailleurs, comment en serait-il différemment au vu de la complexité du sujet traité ?

En revanche, la plupart des hommes politiques s'exprime bien sur la question posée. Et alors le OUI domine très largement. Le NON est plutôt une tribune pour d'une part les extrémistes (on n'a jamais autant entendu Le Pen ou De Villiers ou Marie-Georges Buffet), et d'autre part pour quelques has-been en quête d'une nouvelle place dans le jeu politique (Fabius, Emmanuelli, Pasqua, Chevènement), ces derniers n'hésitant pas à mettre leur intérêt personnel avant celui de la France.

C'est pareil dans les autres pays d'ailleurs : quand on interroge les hommes politiques, ils votent OUI massivement...

J'en reviens à mon opinion première : cette question ne relevait pas d'un référendum.

samedi, 14 mai, 2005  
Blogger Jack said...

Luc !
Tu l'a travaillé ton trombinoscope du non, c'est vrai que sur ces mines là on ne parie pas grand chose. Mais si on reste sérieux: cet argument là ne vaut pas un clou, pas plus que l'exemple des pays qui ratifient le texte de cette constitution-traités par voie parlementaire, car il n'est pas douteux que le vote parlementaire bat le non à plate couture en France !
Malheureusement un clown a trouvé plus fun de demander son avis au peuple le plus versatile d'Europe...
Alors forcémént on joue à se faire peur avec des sondages…

Par respect pour ce blog, tâche de nous trouver des arguments tirés du texte, je cherche aussi de mon côté.

samedi, 14 mai, 2005  
Blogger Luc said...

Patrick > Bien d'accord avec la pertinence de ton analyse.

Jack > Mon trombinoscope, j'ai simplement cherché sur Yahoo search (je n'utilise plus que rarement Google) des images où ils avaient à peu près la même taille de photo. Je ne les ai pas "travaillées". A part de Villiers et Pasqua qui sont tirés d'un site d'info, Le Pen vient du site du Front National, Buffet vient du site du PCF, et Fabius du site perso de Fabius. J'ai d'ailleurs veillé à ne pas leur mettre de tronche "caricaturale", pensant que la simple juxtaposition de leurs portraits était suffisamment éloquente, et que "en rajouter" viendrait à l'encontre de l'effet recherché.

Pour des "arguments tirés du texte", c'est ici : La Charte des Droits fondamentaux de l'Union européenne, une note qui date du 6 mars 2005, bien avant l'ouverture du débat sur la constitution, et qui est à relire à tête reposée ...

samedi, 14 mai, 2005  
Blogger Luc said...

Vous trouverez un post sur le même thème que le mien ici : Violent.

samedi, 14 mai, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home