Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 15 novembre 2005

Incendiaires d’écoles…



Lors des derniers troubles dans les « banlieues difficiles », je n’ai guère été étonné des incendies de voitures. De tels actes étaient déjà courants depuis plusieurs années, mais on ne les montait pas en épingle. Sauf peut-être à Strasbourg où c’était devenu le principal divertissement lors du passage au nouvel an. Evidemment, 30 000 voitures incendiées depuis le début de l’année, on aurait peut-être dû s’en inquiéter… Mais c’est le genre de violence urbaine à laquelle beaucoup de pays sont confrontés, tant en Europe qu’en Amérique.

En revanche, les incendies des haltes-garderies, écoles maternelles et écoles primaires et gymnases m’ont laissé sans voix. Je n’y comprends rien, et nos gouvernants non plus d’ailleurs. On essaye de mettre ça sur le dos des « étrangers » qu’on va s’empresser de reconduire « chez eux ». Mais ça n’est pas vrai. Ces gosses qui mettent le feu à leurs écoles et gymnases, ce sont des français nés en France et qui n’ont rien connu d’autre que la France…

Même l’explication « Islamiste » ne tient pas, les autorités de l’islam en France, tout aussi abasourdies, ont émis une Fatwa pour interdire de tels actes…

Je n’ai jamais entendu ou lu que de pareils actes se soient produits dans un autre pays. Les écoles, les équipements collectifs, ça a un genre de caractère « sacré » dans nos démocraties…
Tout ça me semble être l’indice d’un complet dérèglement de la société dans ces banlieues. Il m’apparaît évident que la cellule familiale qui est à la base du fonctionnement de nos sociétés est inopérante, et que rien ne vient y suppléer. Ou alors, cette cellule familiale fonctionne "à l'envers"... En tous cas, pour ces jeunes, c’est la jungle urbaine…

La bonne nouvelle, c’est qu’on nous dit que le taux de chômage dans ces banlieues est de 30% - en d’autres termes que 70% ont un emploi et sont insérés dans la société française. Mais pour les 30% de chômeurs, c’est invivable. Et c’est dangereux. Que brûleront ou que feront exploser ces enfants lorsqu’ils seront majeurs, eux qui n’auront rien à perdre ? Vers quel extrémisme organisé ces français se dirigeront-ils ?

Oui, Jacques Chirac avait raison, la priorité, c’était la réduction de la fracture sociale. Mais il ne suffit pas de prononcer des incantations, il faut agir. Et en faire une vraie priorité nationale, en y consacrant les moyens énormes que ça suppose. Bien plus que le plan Borlo. Ca peut choquer certains de devoir dépenser beaucoup d’argent pour cette « racaille incendiaire ». Mais ça me semble être la seule solution possible… En voyez-vous une autre ?

10 Comments:

Blogger Jack said...

Qu’y a-t-il à ajouter à ce commentaire de l’actualité déconcertante de ces derniers jours qui ne puisse être interpréter comme une explication ou une excuse à de tel agissements.
Beaucoup de jeunes sont sans idéal, y compris ceux qui devraient avoir foi en l’avenir.
Et ce n’est pas seulement une question de banlieues.
Notre société n’a plus désormais que les seuls repères économiques : s’enrichir pour consommer c’est un peu léger comme objectif dans la vie, vous ne trouvez pas ?
Ces « sauvageons », pour faire du Chevènement, sont le résultat d’une profonde crise de valeurs qui si nous n’y prenons garde, peut nous mener encore bien plus loin.
Certains crimes atroces et gratuits sont des signaux déjà anciens, que nous ne voulons pas voir. Je ne crois pas qu’il s’agisse seulement de dépenser de l’argent, mais plutôt de remettre l’Homme et la Politique au centre, à sa place : tout un programme.
Et çà ne dépend pas seulement de Chirac ou de Sarko, mais aussi un peu de nous, qui acceptons trop de choses inacceptables, par lâcheté ou indifférence.
J’ai bien compris ce qu’à dit notre président ... (même si je trouve son réveil bien tardif !)

mardi, 15 novembre, 2005  
Blogger Lola said...

Salut Luc,

rien a redire sur ton analyse. Juste une petite question : tu l'as trouve ou, ce chiffre de 30% de chomeurs? Parce que de mon cote, en feuilletant (virtuellement) les journaux, je vois souvent passer du 60% de chomage. Evidemment, ce chiffre doit dependre des zones. Mais il faut aussi se mefier des methodes de comptage. Je ne sais pas comment sont comptabilises les interimaires et autres jeunes avec des emplois baltringues a mi-temps, mais ca ne m'a pas l'air tres honnete cette histoire...

mercredi, 16 novembre, 2005  
Blogger Lola said...

Ah non, juste un petit detail que j'ai oublie.

J'aime pas trop la phrase : "Ca peut choquer certains de devoir dépenser beaucoup d’argent pour cette « racaille incendiaire »"

La racaille est minoritaire. Et il est important de le souligner. La majorite des gens qui vivent dans les banlieues essaient de s'en sortir honnetement, meme s'ils n'esperent plus voir cette fameuse "fracture sociale" se dissiper.

Les autres n'ont plus que la violence comme moyen de se faire entendre. Et malheureusement, le vandalisme perpetre par une poignee de delinquants risque fort de penaliser tous les autres.

Moi, ca m'attriste terriblement tout ca.

J'ai trouve un dessin assez pertinent sur Yahoo a ce sujet: http://fr.news.yahoo.com/051114/312/4ogxk.html

mercredi, 16 novembre, 2005  
Blogger Jack said...

Bonjour Lola,
Trés bien le dessin.
Ah ! un détail : ce post est de Patrick.
Mais c'est presque pareil...

mercredi, 16 novembre, 2005  
Blogger Luc said...

Bonjour Lola,

Comme Jack te l'a dit, ce billet est signé Patrick. On est 4 copains à écrire sur ce blog, mais c'est vrai que j'en écris 9 sur 10, Jack et Patrick contribuent de temps en temps, quant à Philippe, quand il écrit ici, on est carrément dans l'exceptionnel !

Donc, je laisse à Patrick le soin de te répondre. :-)

Ceci dit, entre nous, je me doutais bien que ça devait t'attrister, tout ça. J'ai lu Schizo-blog-phrenie avec beaucoup d'émotion. Moi, je suis de la génération baby-boomer, tu connais ... Je me suis dit qu'un jour j'allais te répondre, quand j'aurai un peu de courage ... Un de ces jours. :-)

mercredi, 16 novembre, 2005  
Blogger Lola said...

Desolee pour la confusion, j'ai pas fait gaffe ;)

Je suis tres touchee que tu fasses reference a ce texte de mon blog. Il compte beaucoup pour moi. J'espere lire ta reponse un de ces quatres.

mercredi, 16 novembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Salut, Lola ! Je pense que tu m'as mal lu au sujet de la "racaille incendiaire". Je te laisse relire...

Je pense simplement qu'il est très important de s'attacher réellement à résoudre le problème, et qu'il va falloir bien plus que de la bonne volonté ou des beaux discours.

Quant au dessin que tu nous indique, je trouve que c'est une vue superficielle des choses. Il faut voir un peu plus profond. C'est pas les "racailles incendiaires" qui font le lit de le Pen. C'est notre société qui fabrique des "racailles incendiaires" qui fait le lit de Le Pen...

Ton post Schizo-bloggo-phrène mérite une lecture attentive (3 pages imprimées fin !), et j'y reviendrai certainement.

mercredi, 16 novembre, 2005  
Blogger Lola said...

Coucou,

non, je me doute bien que ce ne sont pas tes convictions profondes que tu refletes ici, mais plutot l'avis du francais moyen. C'est pour cela surement que la phrase me fait tiquer quand meme. Comment convaincre les gens que les sous ne seront pas pour les racailles, mais pour tous les autres qui triment en silence !

Au sujet du dessin, je pense qu'il est TRES pertinent au contraire, car il pointe exactement le probleme que tu souleves. Toi et moi savons parfaitement que le probleme est plus complique que cela. Mais combien de francais (et malheureusement electeurs) ne prendrons pas la peine de pousser leur raisonnement plus loin que "racaille incendiaire -> votons Le Pen" ?

Sniff.

Au sujet de mon post, j'aimerais seulement preciser qu'il ne faut pas y chercher de discours moralisateur ou de prise de position politique radicale. J'y raconte juste un petit bout de ma vie, de celle de ma cite et de mon ecole. Rien de plus. Et c'est forcement subjectif ;)

mercredi, 16 novembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Lola, j'ai soudain pris conscience qu'à 6 000 km de Paris, tu n'as sans doute pas subi le matraquage médiatique qui traitait les fauteurs de troubles de "racaille"... Tu as donc été un peu choquée par ce qualificatif... Il y a en ce moment en France un fort discours sécuritaire qui explique en gros que tout ça c'est la faute à la "racaille", et qu'il suffit de la mettre en prison ou de l'expulser hors de France et l'affaire sera réglée... On a déjà entendu ça dans la bouche de Le Pen - mais là, c'est notre gouvernement actuel qui exprime ces thèses... Et le bon peuple d'applaudir !

mercredi, 16 novembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Pour les 30 % ou 60 % de chômeurs, je ne suis pas allé compter. Mais on entend parler de 30 % au global dans les quartiers difficiles, et 60 % pour les jeunes de ces quartiers. Que les jeunes soient plus touchés par le chômage que les adultes est un phénomène général en France, quartiers difficiles ou pas... Donc, je ne sais pas si ces chiffres sont corrects, mais ils me semblent au moins cohérents...

J'ai lu ta "tranche de vie" sur ton blog. C'est peut-être subjectif, mais au moins c'est vécu, et ça vaut plus que certains (comme moi) qui causent sans avoir vraiment touché la chose du doigt... J'y ai lu avec intérêt l'évolution plutôt positive de la cité où tu as grandi. Ca me semble être une indication que les choses peuvent être améliorées pour peu qu'on s'en donne les moyens...

jeudi, 17 novembre, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home