Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mardi 13 décembre 2005

Schwarzenegger n'a pas gracié Tookie



Arnold "Terminator" Schwarzenegger a finalement refusé de gracier Stanley "Tookie" Williams.

"Tookie" est mort cette nuit, par injection létale dans la prison de San Quentin en Californie. A 51 ans, Stanley "Tookie" Williams était le pensionnaire des couloirs de la mort le plus connu des Etats-Unis. Fondateur du gang des Crips de Los Angeles, il avait été condamné à mort pour avoir assassiné quatre personnes en 1979.

Depuis, il s'est repenti et a écrit une demi douzaine de livres non-violents à l'attention des jeunes noirs des quartiers sud de Los Angeles. Il a été nominé 5 fois au prix Nobel de la Paix pour son travail sur la prévention de la violence des gangs. Il a été nominé 4 fois pour le prix Nobel de Littérature pour les livres pour enfants qu'il a écrit les prévenant des dangers qu'il y a à rejoindre les gangs et leur proposant des alternatives.

C'est cet exemple éclatant de rédemption que Schwarzenegger a décidé de laisser éxecuter cette nuit. S'il y avait une voix écoutée par les jeunes prêts à basculer dans la délinquance, c'était bien la sienne. Il était bien plus utile vivant en prison qu'éxecuté tué par l'Etat de Californie.



"In God We Trust" : c'est ce qui est écrit sur le sacro-saint Dollar américain. Ils feraient bien de relire l'évangile, il y a des passages qui ont dû leur échapper.

Les Etats-Unis ont encore du chemin à faire avant de sortir de la barbarie.

Pour en savoir plus :
1. Californie : "Tookie" a été exécuté (Le Nouvel Obs)
2. SaveTookie.org
3. 380 villes contre la peine de mort (Chez Luc)
4. Thanksgiving (Chez Luc)

Crédit photos : Reuters et AP

14 Comments:

Blogger Philippe Piriac said...

On en est malheureusement resté à l'idée de la loi du talion voire meme à celle de la vengeance.

Deux raisons fondamentales qui font qu'on pourrait supprimer la peine de mort ( au delà de sa barbarie et de son inefficacité de fait) c'est à dire la rédemption et la capacité à réparer une erreur judiciaire éventuele ont été déniées... Dans le cas présent, il semblerait en plus que ces deux facteurs étaient avérés (au moins un en tous cas)

Espérons que cet évènement abaissera encore le taux d'américains favorables à la peine de mort à un niveau suffisant pour qu'un président américain ( le prochain je veux dire) ait la grandeur de la supprimer.Mais cela est il possible tant que ce peuple vit dans un tel niveau de peur? ( et de sa conséquence systémique la violence civile)

mardi, 13 décembre, 2005  
Blogger Jack said...

Ben oui Swarzi aurait mieux fait de coninuer à faire l'acteur, je l'aime beaucoup moins en gouvernatore :
Notez que c'était couru d'avance, le pouvoir çà rends fou.
Surtout l'excès de pouvoir et le pouvoir de tuer ou de gracier est démesuré...

mardi, 13 décembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Bon, je sais que mon commentaire ne va pas plaire à tout le monde, mais enfin...

En Californie, il y a des lois, qu'un nouveau Gouverneur s'engage à respecter en jurant sur la Bible. Parmi ces lois est la peine de mort. S'il y a un homme qui l'a mérité, c'est bien ce criminel, qui a assassiné de ses mains non pas un, non pas deux, non pas trois, mais quatre innocents. Et il a semble-t-il commandité bien d'autres crimes. Il a certes clâmé son innocence (à sa place, j'aurai fait de même), ce qui bien entendu ne l'exonère en rien de ses crimes. Qu'il soit devenu un saint en prison ne change rien à ses crimes, ni au châtiment prévu par la loi.

Gouvernator a appliqué la loi de son Etat. La loi lui donnait de droit de le gracier, mais, de toute évidence, les arguments des avocats n'ont pas été convainquants. S'il avait gracié ce multi-criminel sans être convaincu qu'il devait le faire, il se serait parjuré. Il aurait bafoué le peuple qui l'a élu, il aurait bafoué sa propre Justice qui a condamné le criminel, il aurait bafoué les familles des victimes. Il aurait préféré le criminel à la victime.

Un jour la peine de mort sera abolie en Californie, et le Gouverneur jurera alors de respecter la loi qui exclue la peine de mort. Et on n'aura plus à se poser ce genre de questions. Mais d'ici là, il ne me semble pas révoltant qu'un Gouverneur applique la loi de son Etat.

Je ne pense pas que Gouvernator ait pris cette décision d'un coeur léger, d'autant qu'il connaissait l'individu pour l'avoir croisé dans des établissements de body building quand ils étaient plus jeunes... En France, lorsque le peine de mort était appliquée, nos Présidents n'ont pas souvent usé du droit de grâce - et dans le contexte de l'époque, ils ont fait leur devoir.

mercredi, 14 décembre, 2005  
Blogger Jack said...

Oui Patrick, t’a raison, la raison d’état, c’est la raison d’état.
C’est comme les généraux, sa ferme sa gueule et surtout çà ne se traine pas devant les tribunaux, la ministre a pété un câble !
J’ai bon là ?

mercredi, 14 décembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Non, Jack, je ne parles pas de raison d'Etat, je parle de la Loi du Peuple.

Je ne sais pas exactement comment les choses se passent aux USA, mais en France, c'est le Peuple qui forme les Lois par l'entremise des Députés du Peuple, à l'Assemblé Nationale. Ainsi, la Loi, c'est pas l'Etat qui la définit, c'est le Peuple. L'Etat ne fait que l'appliquer. Pareil pour la Justice, qui ne "juge" pas vraiment : elle ne fait qu'appliquer la Loi du Peuple. Un politique qui prendrait une décision contraire à la Loi bafouerait le Peuple.

Je suis d'ailleurs étonné qu'en France, on ne demande pas à un nouveau Président de la République de se conformer en tout point aux lois *. C'est peut-être implicite, mais ça va toujours mieux en le disant, non ? Même les Monarques des Monarchies Constitutionnelles jurent devant leur Parlement de respecter en tout point la Constitution et les Lois de leur pays...

Donc, de mon point de vue, le Gouverneur de Californie n'a pas d'autre choix que de se plier aux Lois de son Etat. S'il est abolitionniste, qu'il milite dans ce sens et qu'il fasse voter la Loi correspondante. Mais on ne peux lui demander de transgresser une Loi en vigueur...


* Ou alors, est-ce si discret qu'on ne nous le montre pas ?

jeudi, 15 décembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Au fait, souvenons-nous que ceux qui ont jugé ce "Tookie", ce n'est ni le Président des USA ni le Gouverneur de Californie. C'est le Peuple, représenté par les jurés du Tribunal de Los Angeles.

Si on pense que la peine de mort est barbare, il faut en convaincre le Peuple de Californie, car c'est lui qui, en votant pour un abolitioniste, fera changer la Loi... C'est d'ailleurs le sens du mouvement en faveur de "Tookie". Peut-être ce mouvement contribuera-t-il à faire évoluer les choses...

jeudi, 15 décembre, 2005  
Blogger Luc said...

Patrick : Une simple remarque. Le droit de grâce donné au Gouverneur de Californie est parfaitement légal. Schwarzenegger pouvait tout à fait gracier Tookie tout en "se pliant aux Lois de son Etat".

D'ailleurs Ronald Reagan (un autre acteur-gouverneur) l'avait déjà fait avant lui en 1967.

En toute légalié.

jeudi, 15 décembre, 2005  
Blogger Jack said...

CQFD...

jeudi, 15 décembre, 2005  
Blogger Patrick said...

En effet, le Gouverneur dispose du droit de grâce. Il l'aurait sans doute utilisé si les avocats qu'il a reçu l'avaient convaincu de la faire. Ils ne l'ont pas convaincu. Il a donc laissé la Justice suivre son cour, comme il le devait...

Ne vous méprenez pas : je ne soutiens pas la peine de mort. Je soutiens la bonne marche de la démocratie, et des lois qui en découlent. Je serais très contrarié que ce soit la rue qui décide de la Justice. En l'occurrence, en Californie, c'est bien la démocratie qui a prévalu, pas la rue...

jeudi, 15 décembre, 2005  
Blogger Philippe Piriac said...

je crois que l'argument que par la loi le droit de grace est accordé au gouverneur me semble etre the argument.

Elle remet le dit dirigeant face à lui meme et sans qu'il n'ait à se justifier puisque si il suit la décision des juges, il ne portera pas la responsabilité d'ordonner d'appuyer sur la seringue.

Je pense donc , qu'il ait effectivement été coupable ou pas,
-on a dénié à ce condamné la rédemption
-ou encore pire, on lui a dit "ta rédemption éventuelle ne couvre pas le mal que tu as fait encourir à ces gens...". dans ce cas, drole de vision quand meme qui consiste à sous peser le pardon éventuel qu'on accorde.

jeudi, 15 décembre, 2005  
Blogger Jack said...

Vous voulez que je vous dise!
Je suis contre la peine de mort, mais je suis aussi contre le droit de grâce.
C'est une incursion intolérable de l'exécutif dans le judicaire.
C'est un reste du droit régalien des souverains: et çà n'est pas REPUBLICAIN.

vendredi, 16 décembre, 2005  
Blogger Luc said...

Tiens ?

Marrant, comme point de vue. Mais ça se tient ...

vendredi, 16 décembre, 2005  
Blogger Patrick said...

C'est un peu vrai, ce que dit Jack au sujet de l'intrusion de l'Exécutif dans le Judiciaire. Mais ce droit de grâce ne concerne, me semble-t-il que la peine "capitale". Je trouve que moins il est fait usage du droit de grâce, plus on peut admettre son existence - comme ultime recours, pour le cas où la Justice se serait complètement fourvoyée...

Or, on sait qu'il peut arriver que la Justice se fourvoie, comme récemment à Outreau...

samedi, 17 décembre, 2005  
Blogger Luc said...

En représailles à son refus de gracier Tookie, Graz, la ville natale de Schwarzenegger en Autriche a supprimé son nom en lettres géantes sur le stade de football !

Pour en savoir plus : Schwarzenegger Name Removed From Stadium

lundi, 26 décembre, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home