Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

lundi 25 juin 2007

EADS se lance dans le tourisme spatial

EADS Astrium.jpg

Suite aux initiatives de Virgin Galactic, Blue Origin et Bigelow Aerospace, c'est maintenant EADS qui se lance dans l'aventure du tourisme spatial par l'intermédiaire de sa filiale Astrium.

Au Salon du Bourget, ils ont dévoilé un projet d'avion-fusée qui va permettre à des touristes de l'espace de passer 3 minutes en apesanteur pour la modique somme de 150.000 à 200.000 euros.

Cet engin, de la taille d'un jet d'affaires, pourra propulser quatre passagers - et un pilote - à un peu plus de 100 kilomètres de la terre. Une altitude suffisante pour vérifier qu'elle est ronde, contempler la lune, le soleil, les étoiles et s'abandonner, brièvement, dans la contemplation du noir sidéral. La durée totale du vol sera d'environ une heure et demie.

EADS Astrium prévoit de réaliser son premier vol commercial en 2012 et recherche des investisseurs.

Eh bien voilà un client sérieux de plus dans la course, mais il faut quand même reconnaître que Richard Branson a quelques longueurs d'avance ...

Pour en savoir plus :
1. Astrium dévoile un avion-fusée dédié au vol sub-orbital (EADS Astrium)
2. EADS Astrium se convertit au tourisme spatial (AéroContact)
3. Projet de tourisme spatial d'EADS Astrium (Wikipédia)
4. L'odyssée de l'espace (Chez Luc)

Crédit photo : EADS Astrium

Libellés :

3 Comments:

Blogger Patrick said...

200 000 euros le saut de puce ? Tiens, j'en connais un qui pourrait se le payer : Noël Forgeard !

lundi, 25 juin, 2007  
Blogger Paul said...

Ce serait amusant si EADS n'avait pas le culot de demander des subventions pour développer ce projet.

Un joujou pour riches, ne présentant aucun intérêt scientifique, ultra-polluant et peu générateur d'emplois : si le moindre centime d'argent public est investi là-dedans, je boycotte Airbus (ils ne s'en remettront pas).

mardi, 26 juin, 2007  
Blogger Jack said...

Tiens çà me rappelle que nous devons toujours faire un tour en ballon : moins cher, plus long, plus calme...

samedi, 30 juin, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home