Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

jeudi 14 juin 2007

Le PS est au bord de la crise de nerfs

La une de Libé.jpg


Le une de Libération de ce matin est éloquente. "Tous contre une", avec en sous-titre : "A trois jour du second tour, les critiques pleuvent sur Ségolène Royal, et la cacophonie socialiste exaspère les militants."

Il faut dire que la volonté affichée des français à soutenir très fortement Nicolas Sarkozy et son gouvernement commence à paniquer sérieusement le PS, lequel n'a rien d'autre à proposer que des critiques négatives.

Et, dans ce contexte, Ségolène Royal a eu une de ces initatives dont elle a le secret : dès lundi elle a appelé François Bayrou, son nouveau petit copain, sur son portable pour lui proposer un deal en vue du deuxième tour des législatives.

Le sang de François Hollande n'a fait qu'un tour. Il a réuni le bureau national du PS, lequel a décidé à l'unanimité de sévèrement désavouer l'initiative de Royal.

Vous l'avez déjà remarqué, autant Nicolas Sarkozy est calme et pondéré, autant Ségolène Royal est soupe au lait et colérique. Comme elle était furieuse du camouflet infligé par la direction du PS, il fallait qu'elle s'en prenne à quelqu'un. C'est David Pujadas qui a tiré le gros lot, et qui a eu droit à une "saint colère" de Mademoiselle Royal, mardi soir, en direct live, au 20 heures de France 2.

"Je ne sais plus comment qualifier la situation. je n'ai jamais vu ça", déclare un cadre socialiste. Un responsable régional parle de «calvaire» pour les candidats aux législatives qui tentent de sauver leur peau. Alors, ils ont trouvé que ça commençait à bien faire, et des voix se sont élevées :

Le député Manuel Valls PS déplore "en avoir assez que la vie de son parti tourne autour de la vie" du couple Hollande-Royal.

Mercredi matin, Jean-Luc Mélenchon a estimé que Ségolène Royal "devrait tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler".

Marylise Lebranchu, députée PS du Finistère, candidate à sa réélection déclare : "il n'est plus tolérable qu'à quatre jours du second tour les propos irraisonnés de moins de dix responsables nationaux déstabilisent les plus de 500 combats locaux menés par des femmes et des hommes de gauche sur le terrain". Et elle conclut dans un communiqué : "Qu'ils se taisent, maintenant ça suffit".

Je vous l'avais pourtant bien dit, que Ségolène Royal était dangereuse, et que son investiture pour la présidentielle était une erreur fatale pour le PS !

Eh bien là, les pauvres candidats PS aux législatives, ils devront boire la coupe jusqu'à la lie.

En effet, ce n'est sans doute pas le comportement affiché par Ségolène Royal et François Hollande qui va inciter l'électeur de gauche à ne pas aller à la pêche dimanche prochain. On ne sait pas encore si la raclée que va prendre le PS dimanche va être du niveau historique de celle de 1993 avec 52 sièges seulement, mais dimanche soir, la soirée électorale promet d'être assez savoureuse. Jusqu'ici, les ténors du Parti Socialiste se retenaient encore un peu, mais là, ils vont se lâcher, vu qu'il n'y aura plus d'enjeu électoral avant un petit moment. Du coup, il devrait avoir quelques sérieux règlements de compte en direct !

Tiens, pour une fois, je vais regarder TF1, dimanche soir ...

Pour en savoir plus :
1. Les dirigeants socialistes ont du mal à faire taire leurs divisions (Le Monde)
2. Avec Royal, les éléphants rompent énormément (Libération)
3. Le PS met fin au nouveau cavalier seul de Ségolène Royal (Le Point)
4. Ayrault au PS : "la priorité, c'est d'élire des députés de gauche" (La Provence)
5. "Une réaction déplacée et excessive" (Le Nouvel Obs)

Crédit image : Libération

Libellés : ,

16 Comments:

Blogger Patrick said...

C'est contraire aux conventions de Genève que de tirer sur les ambulances... surtout quand on vient de gagner la bataille !

jeudi, 14 juin, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Hé hé ...

Juste un détail : j'ai pris bien soin de ne citer que des journaux de gauche ! (Libération, Le Monde, La Provence). Pas un article du Figaro, par exemple.

Oui, je sais, Le Point, je ne suis pas sûr que ça soit vraiment de gauche, mais les attaques les plus virulentes viennent de la gauche, pas de la droite ...

jeudi, 14 juin, 2007  
Blogger Jack said...

Luc tes liens sur d’anciens posts, nous rappellent qu’en théorie nous devrions avoir bu beaucoup de champagne...

vendredi, 15 juin, 2007  
Blogger Jack said...

C’est quand même extraordinaire...

A gauche ils n’arrêtent pas de tirer sur l’UMP et Sarkozy, comme s’ils n’avaient toujours pas compris que les électeurs ont voté, tout récemment, mais pas tellement pour eux !
Sans doute sont-ce les journalistes qui manipulent l’opinion ?

Quand je vois le Fabius, toujours campé sur les plateaux de TV, les soirs d’élection, qui devise...sur l’Europe. Mais qu’attendent-ils pour virer cet éléphant.

J’ai longtemps voté à gauche, mais là j’ peux plus.
Je reste convaincu que le libéralisme n’est pas la solution aux problèmes de l’humanité : l’enrichissement personnel, comme seul moteur de la société n’est évidemment pas la solution, mais la société d’assistés malins qu’est devenu ce pays non plus.

Je pense que 5 ans ne seront pas de trop pour donner le temps à la gauche de se refaire une santé et surtout une crédibilité.

A propos de programmes et des 547 propositions que personne n’aurait lues.
Moi je trouve assez bien d’avoir un programme, parce que voter pour un « style » ou des « manières », je ne suis pas sur que cela soir réellement de la démocratie, cela consiste plutôt à donner carte blanche, tu ne trouves pas Patrick ? Mais je suis d’accord avec toi, tirer sur les ambulances, c’est pas bien...

vendredi, 15 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

574, Jack, 574, pas une de moins !

J'admet qu'il est mieux pour un candidat de dire ce qu'il entend faire, plutôt que de ne proférer que des slogans. Néanmoins, mon propos est de regretter que ça enlève beaucoup au Parlement, lui qui est sensé "proposer les lois". Là, c'est le Président qui propose, et le Parlement et le Sénat sont juste là pour entériner et enregister.... Sommes-nous bien encore dans un régime parlementaire ?

vendredi, 15 juin, 2007  
Blogger apollo said...

Patrick, ton combat pour la défense des institutions de la 5e république est louable.
Elle t'en remercie.

Il est vrai que les français s'en foutent, qu'ils ont un sens de l'humour moins pointu que le tien et que leur problèmes de chomage, de retraites, de logement sont de moindres importance par rapport à cette question omnibulante :
Sommes-nous encore dans un régime parlementaire.

Désormais tous les posts reviennent à cette même question grâce à tes brillantes interventions.
Et si on parlait d'autre chose ?
Laissons passer quelques semaines pour juger sur pièces et si tu avais raison peut etre que d'autres électeurs penseront comme toi et sanctionneront la majorité en place lors des élections municipales de 2008. Mais là, on a vraiment envie de voir ce qui va changer dans notre quotidien, et franchement régime parlementaire ou pas , on s'en fout un peu.

vendredi, 15 juin, 2007  
Blogger apollo said...

en fait je vais faire une précision sur cette dernière phrase , sinon tu vas encore être offusqué sur le manque de respect par rapport aux institutions :
On préfère un président qui court dans tous les sens au risque d'aller légèrement au-delà de ses prérogatives qu'un président qui ne s'exprime que 2 fois par an et se sert du premier ministre comme fusible

vendredi, 15 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Parlement ou pas Parlement ? Personnellement, je suis très en faveur du régime parlementaire. C'est celui-là même qui, avec quelques variantes, est en vigueur dans tous les pays Européens. Même les Monarchies Européennes sont en réalité des régimes parlementaires (à l'exception des micro-pays du style Monaco).

Comme l'a dit Churchill devant la Chambre des Communes en 1947 : "La démocratie est le pire des systèmes, mais tous les autres systèmes qu'on a essayé à un moment ou à un autre sont encore pires" *

Donc, oui, je pense que le respect des institutions est très important, pour éviter les dérapages et ne pas se retrouver dans une république de gangsters et de mafieux.

Quant au style présidentiel, je suis (une fois n'est pas coutume) d'accord avec Apollo : un président qui ne ferait que se prélasser dans les ors de l'Elysée n'est pas souhaitable. C'est une des raisons qui m'ont rendu très critique de l'ancien Président (j'avais pourtant voté pour lui, évidemment).

* Dans le texte : "Democracy is the worst form of government, except for all those other forms that have been tried from time to time."

vendredi, 15 juin, 2007  
Blogger Jack said...

Patrick :
1- Je ne suis pas sûr que les 574 (et pas 547, simple inversion du 4 et du 7) propositions du candidat Sarkozy nécessitent toutes une nouvelle loi et un vote à l’assemblée.
2- Ces 574 propositions n’excluent aucunement d’autres propositions de lois venues de la chambre, sauf si la constitution à changé à notre insu ?
3- Sans doute avons-nous moins besoin de nouvelles lois que de volonté de les appliquer : ce qui est du ressort de l’exécutif et du pouvoir judiciaire, je crois ?

samedi, 16 juin, 2007  
Blogger Luc said...

@ Jack (réponse au troisième commentaire) : Si ma mémoire est bonne nous sommes bien passés de la théorie à la pratique ! :-)

samedi, 16 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Pour le champagne, je ne sais plus trop ce que j'avais parié. Ah, si, que ce serait Ségo parce qu'elle était femme. Mais c'était avant qu'elle commence sa campagne. Evidemment, dès qu'elle a ouvert la bouche, j'ai très vite senti que ça ne se passerait pas trop bien pour elle. Mais, bon, je mets quand même une bouteille au frais pour quand vous viendrez. Pour les uns, ça sera pour la fête, pour les autres pour noyer leur désespoir ! Quoi qu'il en soit, "In vino veritas" !

samedi, 16 juin, 2007  
Blogger apollo said...

Apres tout ce qui s'est passé depuis 2 ans, comment ne pas imaginer l'éclatement du PS, et la création d'un centre gauche d'un côté et la gauche du "non" à la constitution de l'autre.
Celà me parait être la seule alternative cohérente en termes d'idées.
Entre le Modem, les Verts et les démocrates-sociaux de gauche, il faudra rapidement concrétiser cette alliance pour survivre politiquement, mais cette alliance peut s'affirmer comme une alternative crédible. le problème est la raison d'existence du modem qui est l'ambition personnelle de Bayrou , mais à mon avis si le modem se prend encore une bonne claque en 2008, il va bien finir par devoir revoir sa stratégie pour ne pas être le loser éternel.
pour le reste , la gauche de fabius , mélenchon, Besancenot ,Bové ou Buffet, je pense que structurée, elle pourrait avoit un certain poids , pas forcément pour gouverner, mais pour peser sur les lois puisqu'elle représente vraiment la classe ouvrière, qui mérite un parti fort au -delà des syndicats souvents stériles.
Donc vraiment , pour le bien de la gauche, espérons que la claque soit immense dimanche et que des choses définitives soit dite pour qu'elle puisse se reconstruire sur des bases idéologiques qui font du sens.

dimanche, 17 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Proposition intéressante, Apollo : d'après toi, il faut voler au secours de la gauche en l'écrabouillant, en la laminant, en l'écrasant, et en la mettant en bouillie. Nous ferons ainsi oeuvre charitable pour qu'ils puissent ainsi renaître de leurs cendres plus tard (peut-être).

Oui, c'est bien ainsi que M. Sarkozy voit les choses.

Mais je ne suis pas vraiment persuadé que tous les électeurs de gauche voient les choses ainsi... Parmi eux, il y en a peut-être qui ont deux ou trois neurones valides, tu ne crois pas ?

dimanche, 17 juin, 2007  
Blogger apollo said...

tu as l'air tout énervé Patrick ? la peur du vide pendant 5 ans ?
est ce parce que j'ai osé prévoir que le modem se ferait laminer l'an prochain ?
je pense très sincèrement qu'il vaut mieux une bonne défaite pour obliger de remettre les choses
à plat et casser des liens historiques au Ps qui ne font plus de sens aujourd'hui.
C'est suite à ses plus gros gros échecs que la droite a réussi à construire l'Ump.

Ensuite je ne comprends pas très bien ta logique :pourquoi Sarkozy souhaiterait que le ps se reconstruise ? Sarkozy espère que le PS ne s'en remette pas, et pour celà le meilleur moyen n'est pas du tout de l'écrabouiller. Qui dit petite défaite dit petits changements. Or si Fabius, Royal et DSk restent à la barre ensemble tous les 3, la droite est tranquille pour un bon bout de temps.


.

dimanche, 17 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Le laminage de l'opposition tant espéré par certains ne semble pas s'être produit... Finalement, j'avais raison, il y a des français qui ont quelques neurones dans la tête et qui s'en servent ! C'est encourageant !

lundi, 18 juin, 2007  
Blogger apollo said...

Oui bravo !!
On est repartis pour un tour de cirque avec les elephants !!
A nous la vague bleue en 2012 !!

lundi, 18 juin, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home