Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

samedi 16 juin 2007

Le Palais Idéal du facteur Cheval

Palais Idéal 1.jpg

Ca faisait très longtemps que je voulais aller voir le Palais idéal du Facteur Cheval, à Hauterives, dans la Drôme. Mercredi dernier, j'étais en séminaire à Albon, juste à côté d'Hauterives, j'ai donc pu faire un détour pour aller voir cette très étrange construction.

Palais Idéal 2.jpg

Tout de suite, j'ai trouvé émouvant ce palais fantastique de 26 mètres de long et de 10 mètres de haut.

Palais Idéal 3.jpg

C'est une vraie construction monumentale, et on peut se promener dedans. Ferdinand Cheval, facteur de son état a passé 33 ans de sa vie à construire son rêve entre 1879 et 1912 ...

Palais Idéal 4.jpg

Ce palais est littéralement recouvert de scupltures naïves et d'inscriptions plus touchantes les unes que les autres.

Palais Idéal 5.jpg

"Amis de la nature
Mais de naissance obscure
Ce qui rend souvent la vie dure
Je l'ai subi sans murmure."


Palais Idéal 6.jpg

J'ai été très ému pendant cette visite. Je me souviens, la dernière fois que j'ai ressenti une émotion aussi forte, c'était en visitant le Musée de l'Art Brut, à Lausanne. J'avais été très impressionné par les oeuvres qui y étaient exposées, et en ressortant, j'en avais parlé avec les dames qui étaient à l'accueil. Je leur avais demandé comment les visiteurs réagissaient. Elles m'avaient répondu que certains devaient ressortir dans la rue au bout de vingt minutes, pour se remettre de leur émotion. Puis après, ils retournaient dans le musée.

Ici, c'est une émotion de même nature.

facteurcheval.jpg


Je pense à cet homme solitaire, qui, en 1880, a donné corps à ses rêves, dans un village perdu dans la campagne, loin de tout. A l'époque, c'était l'Empire Colonial Français, avec les rivages lointains de l'Afrique ensoleillée et de l'Orient mystérieux. Le facteur devait remettre des lettres avec des timbres illustrant ses contrées lointaines ... Alors, puisqu'il ne pourra jamais les visiter en vrai, il va les visiter en rêve. Dans son Palais.

Le Palais Idéal 7.jpg

Ce n'est pas tous les jours qu'on peut se promener dans le rêve d'un autre. Mercredi dernier, j'ai visité le rêve de Ferdinand.

Le Palais idéal 8.jpg

Pour en savoir plus :
1. Ferdinand Cheval (Wikipédia)
2. Le Palais Idéal du facteur Cheval (linternaute)

Crédit photo : Luc

Libellés : ,

3 Comments:

Blogger Patrick said...

Certains pensent qu'il y a un continuum entre folie et génie. Sur un cercle, si on place la "normalité" disons en bas du cercle, on peut se déplacer vers la droite de la normalité vers le génie, et vers la gauche de la normalité vers la folie. Et en haut du cercle, génie et folie se confondent. Je pense que Ferdinand Cheval était juste en haut du cercle, là où génie et folie se confondent !

samedi, 16 juin, 2007  
Blogger Audrey H. said...

Cette histoire, la manière dont tu nous la racontes et ces illustrations choisies dressent un portrait attachant de ce monsieur.

En tous les cas il sortait du lot.

Au fait tu me sers un demi-pêche ? :) Merci.

dimanche, 17 juin, 2007  
Blogger Luc said...

@ Audrey : Bonjour Audrey, c'est gentil de venir nous voir. ca faisait un bail ...

Tiens, voilà ton demi-pêche, bien frais !

dimanche, 17 juin, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home