Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

lundi 18 juin 2007

Résultats définitifs du second tour des législatives 2007

les-resultats-definitifs.jpg

Voici donc le résultat définitif du second tour des élections législatives 2007.

Passons en revue les principaux partis :

1. UMP et alliés : 324 sièges.

L'UMP remporte la majorité absolue avec 324 sièges sur 577, soit 56% de l'assemblée. Comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous, c'est tout simplement la plus belle victoire de toute l'histoire de la Vème République, si on exclut 2002 où la gauche avait subit une telle déroute qu'elle n'était même pas au deuxième tour de l'élection présidentielle :

Reuters OK.jpg


Alors, bien sûr, il y a quand même des revers, comme la défaite d'Alain Juppé à Bordeaux, qu'il va falloir maintenant remplacer au sein du gouvernement. Notons quand même au passage qu'il n'a manqué que 670 voix à Alain Juppé pour être élu, et remarquons aussi qu'au premier tour, le troisième larron, c'était un certain Ludovic Guinard, du MoDem, avec 3006 voix, et qu'il n'a donné aucune consigne de vote pour le second tour, ce qui a permis à Michèle Delaunay du PS de passer. Remercions chaleureusement le MoDem pour son renvoi d'ascenseur après le retrait du candidat UMP qui était face à François Bayrou !

2. PS et alliés : 207 sièges.

Le PS a fait bien mieux que prévu par les sondages, et c'est très bien. Il faut dire que, ce coup-ci les sondages se sont plantés magistralement ! En tous cas, on voit qu'aux législatives, le PS s'en sort nettement mieux qu'à la présidentielle. Ceci a fait dire à des commentateurs que, par rapport à l'équilibre gauche droite dans le pays refleté par ce nouvel hémicycle, Nicolas Sarkozy avait été un "plus" très net pour l'UMP, et Ségolène Royal avait été un "moins" tout aussi net pour le PS.

D'ailleurs, à peine les résultats annoncés, Ségolène Royal a demandé à l'AFP : «Si vous pouviez éviter, dans vos dépêches, de présenter François Hollande comme mon compagnon… Ce n’est plus le cas». C'est de cette façon que Ségolène Royal a annoncé sa rupture avec François Hollande. "J'ai proposé à François de vivre sa vie de son côté et il l'a accepté", a-t-elle déclaré ce matin sur France Inter. Comme ça, Ségolène Royal va avoir les coudées franches pour déboulonner François Hollande de la direction du PS et prendre sa place.

Il est trop fort, ce Sarkozy, quand même : il avait promis la rupture, et hop ! Ségolène Royal nous annonce sa rupture avec François Hollande !

3. MoDem : 3 sièges.

On se posait la question de savoir si Bayrou allait jouer à la belote, au tarot, à la bataille ou faire des réussites : finalement ce sera le tarot. Ils sont trois. Comme il l'a dit, il rentre en résistance, il prend le maquis. Il avait super bien joué son coup jusqu'au premier tour des présidentielles, et après, il s'est mis à flirter avec la femme fatale, et ça lui aura été fatal !

Souhaitons-lui quand même une bonne traversée du désert.

4. Les Verts : 4 sièges.

C'est bien : un siège de plus qu'en 2002. Ca fait quand même une progression de 25 % !

5. Parti Communiste : 15 sièges.

Alors que toute la gauche remonte après la débâcle de 2002, le PCF continue sa descente aux enfers. De 35 sièges (1997), il est descendu à 21 sièges (2002), et maintenant à 15 sièges, ce qui est insuffisant pour constituer un groupe à l'assemblée nationale. Ce parti archaïque devrait logiquement disparaître du devant de la scène dans les années qui viennent, pour devenir un groupuscule d'extrême gauche aux côtés de la LCR et de Lutte Ouvrière.

6. Front National : zéro siège.

Notons avec satisfaction que le Front National non seulement n'a obtenu aucun siège, mais en plus il n'a obtenu que 4,3% des voix au premier tour. Comme c'est en dessous des 5% qui donnent droit au remboursement des frais de campagne, les finances du FN vont être mises à rude épreuve, et on a vu Jean-Marie Le Pen lancer une souscription à la télévision dès dimanche soir pour essayer de sauver les meubles !

Donc tout est bien qui finit bien. Nicolas Sarkozy a une majorité confortable pour mener à bien les réformes indispensables. Le PS sauve l'honneur et, cerise sur le gâteau, il sont tellement contents qu'il vont introniser Ségolène Royal à la tête du PS, et donc c'est du tout cuit pour 2012. L'extrême gauche et l'extrême droite disparaissent des écrans radar.

Tout baigne !

Pour en savoir plus :
1. Résultats des élections législatives (Ministère de l'Intérieur)
2. Résultats définitifs du premier tour des législatives 2007 (Chez Luc)
3. 'The Rupture': A blow to France's Socialist Party (International Herald Tribune)
4. French election shock: Ségolène throws out François (Times on line)

Crédit graphiques : AFP et Reuters

Libellés :

28 Comments:

Blogger Patrick said...

Luc, je remarque ton insistance à minimiser l'éclatant succès du MoDem, qui a arraché 4 (je dis bien quatre) sièges et non pas 3 comme tu aimes à le colporter. Aurais-tu passé à la trappe le fameux Ali Abdoulatifou, glorieux vainqueur de la première circonscription de Mayotte ?

Né à Madagascar le 12 avril 1960, Ali Abdoulatifou est avocat. Adjoint au maire de Pamandzi, il se bat pour la départementalisation de Mayotte et son accession au statut de région ultrapériphérique de l'Union européenne.

Nota : les autres élus MoDem sont François Bayrou et Jean Lassale en Pyrénées-Atlantiques, et Thierry Benoît en Ille-et-Vilaine. Reste aussi Jean-Christophe Lagarde, député sortant de Seine-Saint-Denis qui lors de la campagne, s'est présenté sous l’étiquette ambiguë "MoDem-Majorité Présidentielle". Quand il se sera décidé, ça pourrait porter le nombre de députés à 5 !

lundi, 18 juin, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Mayotte ? Ah bon, j'avais oublié Mayotte ! Donc, c'est bon : Bayrou n'est plus obligé de jouer au tarot, il peut jouer à la belotte !

lundi, 18 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Ah, voilà. Justice est faite. Il est vrai que M. Abdoulatifou ne semble avoir déclaré sa flamme à François Bayrou qu'entre les deux tours des législatives, ce qui explique peut-être que cet évènement pourtant majeur soit quelque peu passé inaperçu.

Quoi qu'il en soit, l'éloignement fait craindre que M. Abdoulatifou ne soit que modérément présent dans l'hémicycle. Le tarot sera donc en effet plus indiqué pour le groupe MoDem "métropolitain"... Le temps que quelques déçus du Sarkoolisme ou du Ségolènisme viennent gonfler les rangs !

lundi, 18 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Au fait, Luc, je ne sais pas si tu as remarqué que le graphe à barres de la Reuters est faux. En effet, la barre de 2007 monte beaucoup plus haut qu'elle ne devrait... Pour 324 députés, la différence avec le niveau de 2002 devrait être à peu près le double de celui qui est présenté sur le graphe. La hauteur présentée sur le pgraphe correspond à peu près à la perte de 20 sièges, pas 41 ! Sur ce graphe, j'ai mis le niveau réel en rouge...

Quelqu'un a délibérément voulu minimiser "visuellement" la perte des 41 sièges !

lundi, 18 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Je pensais à une chose... Est-ce qe Juppé a bien rendu le vélo ministériel qui était attaché à sa fonction ? Ce serait quand même un comble que la République ait à racheter un nouveau vélo pour son successeur...

lundi, 18 juin, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : J'ai rectifié le graphique Reuters en suivant ton trait rouge. Comme ça, pas de désinformation tendancieuse !

lundi, 18 juin, 2007  
Blogger apollo said...

Malgre son passe je trouvais que Juppe etait la seule personne qui avait une personnalite suffisamment forte pour effectivement incarner un numero 1 bis dans ce gouvernement et que donc pour l'ecologie c'etait plutot bien et quand j'entends parler de Barnier je ne trouve vraiment pas qu'on va y gagner. Mais je respecte aussi l'opinion qu'en politique il serait bien d'avoir un casier judiciaire vierge pour representer les citoyens, donc bon, finalement je suis partage sur cette nouvelle.
Par contre Carignon c'est vraiment bien, lui c'est officiellement un gangster , rien a voir avec ce qu'a pu faire Juppe, c'etait assez incroyable de le retrouver la

lundi, 18 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Apollo, nous sommes (presque) d'accord.

PS. : Il ne faudrait pas que nous soyons toujours d'accord, car la discussion perdrait de son mordant !

mardi, 19 juin, 2007  
Blogger apollo said...

je viens de voir que 71% des députés en sont au moins à leur 2e mandat (408). Il a du y avoir bien 10-15% de départs volontaires pour retraite ou autre(moins de 10% ca voudrait dire que chaque député reste en moyenne 10 mandats), ce qui veut dire qu'au grand maximum 15% des députés sortants on été battus.
Les français sont très versatiles en terme de vote au niveau national, mais le bon gars du coin qu'ils ont l'habitude de voir au marché le dimanche matin reste une institution !!
Bon, je n'ai rien contre les députés qui inaugurent les salles polyvalentes pendant 30 ans, mais ça serait ptet bien de limiter les mandats dans la durée pour que le vote se reconcentre sur des idées...

mardi, 19 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Apollo, j'ai vu sur le site de l'Assemblée Nationale qu'il y a eu 132 nouveaux députés.

Entre nous, je doute fort que les députés soient d'accord pour voter une loi restreignant le nombre de leurs mandats ! Un peu comme si on leur demandait de faire une loi pour supprimer leur immmunité parlementaire !

Il y a d'ailleurs une question : si on restreignait le nombre de leurs mandats à 2 par exemple, qu'est-ce qu'ils feraient après (la plupart n'ont pas de vrai métier, et même s'ils en avaient un avant, 10 ans après, la réinsertion est difficile) ?

P.S. : A cette occasion, j'ai découvert que le nouveau député de Mayotte (vous savez, "le quatrième") s'appelle non pas Aly Abdoulatifou mais Abdoulatifou Aly (Abdoulatifou, c'est son prénom). Dont acte !

mardi, 19 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Ecoutant la radio d'une oreille distraite j'ai cru entendre un socialiste dire que "dorénavant, le gauche était majoritaire en voix". Ai-je bien entendu ? Ca m'a semblé très incroyable. Quoi que, avec le découpage électoral, on fait des prodiges ! J'ai cherché à vérifier cette affirmation. Or, j'ai beau chercher, je ne trouve pas le résultat des élections législatives en nombre de voix (national). Partout on trouve la liste des députés (avec éventuellement leur score local), mais nulle part le décompte des voix au niveau national. Pourtant, sur ce site officiel, ces chiffres existent pour les législatives de 2002. Mais curieusement,sur le même site, pour 2007, pas de chiffres...

Bien sûr, on pourrait additionner toutes les voix obtenues par les différents candidats, car ces chiffres élémentaires sont connus. Mais ce serait un peu fastidieux (au bas mot 5 000 chiffres à additionner)... Quelqu'un a-t-il vu quelque part la synthèse des voix au niveau national ?

mardi, 19 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Pour ce qui concerne le glorieux Abdoulatifou Aly (le "quatrième"), il semble que le problème vient du fait qu'au premier tour, il était qualifié de "divers", et il s'est ainsi trouvé rangé dans cette catégorie malgré son spectaculaire ralliement au MoDem entre les deux tours. A noter quand même que François Bayrou avait fait le déplacement à Mayotte le 24 mars 2007 durant lequel il avait soutenu l'idée de la départementalisation de l'île... Pour sa part, Nico s'était contenté d'une belle lettre aux Mahorais dans laquelle il s’engageait lui aussi à ériger l’île en département d’outre mer dés 2008...

Comme quoi, les déplacements ne sont pas toujours stériles !

mardi, 19 juin, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Si tu veux les résultats des législatives en voix, une seule adresse : Chez Luc !

mardi, 19 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Ah, oui, en effet. Mais qu'en est-il du second tour ?

mardi, 19 juin, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : C'est curieux que tu me poses la question. Le second tour n'est qu'un second tour. Ce qui veut dire que :

(1) On ne vote plus là où les candidats sont passés au premier tour, ce qui a été le cas pour 101 candidats UMP et 1 candidat PS.

(2) Quand on vote, on ne vote que pour ceux qui ont pu se maintenir au deuxième tour, ce qui élimine par exemple tous les votes FN (sauf dans la circonscription de Marine Le Pen).

Je pense que donc tu comprends à présent pourquoi le vote du second tour n'a aucune signification statistique au niveau national ...

mardi, 19 juin, 2007  
Blogger Jack said...

@Patrick, voilà une remarque de circonstance car j’étais moi aussi à le recherche d’une synthèse au moins départementale et bien entendu nationale, dans le but justement de vérifier cette majorité en voix et voir, si c’est le cas, les écarts en nombre d’inscrits entre la plus petite et la plus grosse circonscription. Rien de tout cela ne semble directement disponible.
Pourtant, c’est une étude intéressante, non ?
Il nous reste à compiler les chiffres circonscription par circonscription donnés par le ministère de l’intérieur, en se partageant le travail, il y en aurait pour un jour ou deux ?
@ Luc : « Pas de signification statistique au niveau national », comme tu y vas, le gros de la chambre est tout de même issu du second tour. En admettant que les votes de gauche soient comme nous l’avons entendu supérieurs aux votes de droite au second tour, cela a tout de même du sens politique ! non ? Ou alors ce sont les élections qui n’en ont pas !

Cela mettrait également le projecteur sur le découpage électoral, bidouillé, rappelons le au ministère de l’intérieur.

mardi, 19 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Ben oui, mais pour 2002, ils avaient donné tous les chiffres, 1er et 2ème tour... Pourquoi pas cette fois-ci ?

Et puis je ne suis pas d'accord avec toi. Ce serait intéressant de savoir à combien de voix correspondent les élus du PS, à combien de voix correspndent les élus de l'UMP, du PC et autres. Si c'est en proportion des sièges c'est parfait. S'il y avait une forte distorsion, on pourrait se poser des questions...

En l'occurence, au deuxième tour de 2002, il a fallu 7 482 169 voix pour porter 138 députés socialistes à la Chambre. Mais il a suffit de 10 029 669 voix pour porter 309 députés UMP... Pour un député PS il a fallu 54 218 voix, mais il a suffit de 32 458 voix pour élire un député UMP.

Si ce rapport a été conservé en 2007, alors il a fallu 206 x 54 218 = 11 168 908 voix pour élire les 206 députés PS, et 323 x 32 458 = 10 483 934 voix pour élire les 323 députés UMP.

Conclusion : Au second tour des élections législatives de 2007, il y a eu davantage de voix pour la gauche que pour la droite !

Dimanche, la France a voté majoritairement à gauche !

Je comprends mieux pourquoi les vainqueurs faisaient la gueule dimanche soir ! Et je comprends mieux que les chiffres soient censurés !

mardi, 19 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

J'ai trouvé ceci : "le deuxième tour indique une égalité de voix entre la droite et la gauche, les deux camps en cumulant chacun un peu plus de 10 millions." Bon , c'est sûr, ce n'est pas un article pro Sarko, et il n'y a pas de chiffres officiels, mais ça confirme un peu mon calcul...

Egalité ou défaite en voix, ce qui est sûr, c'est que l'état de grâce n'aura pas été long !

mercredi, 20 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Et je comprends aussi pourquoi les supporters de Sarko pensent que "le vote du second tour n'a aucune signification statistique au niveau national" ;-)

mercredi, 20 juin, 2007  
Blogger apollo said...

Jack et Patrick
pour donner un sens national au 2e tour, il faut comparer les résultats des circonscriptions qui votaient au 2e tour avec les mêmes circonscriptions au 1er tour.
Si par exemple les partisans de gauche ont pris 10% de plus au 2e qu'au premier, alors oui tu peux faire une extrapolation relative pour l'ensemble du pays. Mais le simple chiffre du nombre de voix n'a aucun sens.

mercredi, 20 juin, 2007  
Blogger apollo said...

Patrick ,
"que feraient les députés après ?"
Ok donc si je comprends bien on a 3 solutions :
- soit on les élit à vie
- soit on réserve les postes de députés aux retraités.
- soit les députés sont nommés tels les ambassadeurs.

Un peu surprenant venant de toi !!

mercredi, 20 juin, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Comme vous insistez, voici le résultat des votes du second tour :

UMP : 9 463 408 voix
PS : 8 622 529 voix

Comme je vous l'ai déjà dit, ce n'est pas vraiment significatif, mais bon ...

Tous les chiffres se trouvent ici en cliquant sur "synthèse nationale", puis en promenant la souris sur le camembert ...

mercredi, 20 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Ah, il faut creuser loin, mais on y arrive.

A / Je trouve que des chiffres portant sur 17 millions d'électeurs, ça a un vrai sens, en tous cas infiniment plus de sens que ces sondages à la gomme portant sur "un échantillon représentatif de 1 000 personnes" qui se trompent (ou nous trompent) dans les grandes longueurs !

B / Sur cet "échantillon" de 17 023 766 électeurs, on voit que PC+PS+PRG+Div G=10 030 590 voix, alors que UMP+Div D+UDF=10 134 914 voix.

Je retire donc mon appréciation d'hier : Les 17 023 766 électeurs ont voté majoritairement à droite dimanche. Mais c'est d'un poil ! En nombre de voix, pas de tsunami, même pas une vague, tout juste un ondoiement !

En revanche, je conserve mon commentaire relatif à l'état de grâce !

P.S. : Néanmoins, le graphe que tu nous propose est encore un peu embrouillé, car il montre les voix du seul deuxième tour avec les députés élus (premier tour + deuxième tour). Ce qui donne l'information cocasse que, selon le graphe, LE député MPF a été élu avec 0 voix !

mercredi, 20 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Apollo, ne nous inquiétons pas trop pour le sort des députés "sortis". En début d'année, ils se sont discrètement voté des "indemnités de licenciement" généreuses (pas des parachutes dorés, quand même).

En l'occurrence : 5 400,32 euros bruts par mois durant les six premiers mois en cas de non retour à l’emploi d’origine. Du second au quatrième trimestre, elle sera réduite de 10 % chaque trimestre. Puis, du 24e au 60e mois, l’indemnité diminuera de 5 % tous les six mois. 5 ans après sa défaite, un député touchera ainsi 20 % de l’indemnité de base, soit 1080 euros brut mensuels.

Personnellement, je ne trouve rien à redire, car il arrive qu'un député sortant soit vraiment inemployable (sauf s'il vient de la fonction publique, auquel cas il retrouve son poste d'origine).

Finalement, ça revient un peu aux indemnités de licenciement dans la vraie vie, et je ne vois pas pourquoi nos députés seraient traités différemment !

mercredi, 20 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Décidément, Luc, ce tableau que tu nous indiques est une méga-embrouille : Pour le second tour, ils annoncent 17 millions d'électeurs, mais le total des votes est de l'ordre de 20,5 millions ! Comment expliquer ce prodige ?

mercredi, 20 juin, 2007  
Blogger Luc said...

Patrick : Je ne sais pas ... envoie un mail à TF1.

mercredi, 20 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Mouais, c'est ce que je viens de faire... On verra si ils corrigent quelque chose (j'en doute) !

jeudi, 21 juin, 2007  
Blogger Padraig said...

13 septembre 2010. Après son élection M. Sarkozy nous avait promis "une République exemplaire". On l'avait vaguement cru. Mais là, on découvre que même avant son élection, les trafics et financements occultes allaient bon train - et ne se sont pas taris après son élection. Et maintenant que les choses vont mal, il cherche à détourner notre attention en désignant des boucs émissaires en livrant à la vindicte populaire un groupe inorganisé et sans défense. Il se garde bien de s'attaquer aux vrais faiseurs de troubles contre qui il n'a jamais rien fait (autre que des menaces judiciaires aussi gesticulantes que stériles).

Combien de temps encore va-t-on laisser ce galopin faire ses simagrées ?

Moi, je dis "impeachment". Et vite.

Je sais, ça n'existe pas en France, et c'est très dommage, car il y aurait vraiment matière... Quoi que, il doit bien y avoir une façon de faire ça sans avoir recours à un coup d'état ?

Faut-il vraiment attendre encore 20 mois pour donner une raclée mémorable à ce voyou ?

Et dire que j'ai voté pour lui ! Pff...Je me suis bien fait avoir...

lundi, 13 septembre, 2010  

Enregistrer un commentaire

<< Home