Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

mercredi 7 novembre 2007

"Fleur des Champs", de Louis Janmot (1845)

"Fleur des Champs", de Louis Janmot (1845)


Comme je vous l'ai déjà dit, ce week-end, on a été à Lyon. Ca faisait longtemps que j'avais envie d'aller à Lyon, pour me régaler dans des "bouchons" et visiter les musées qu'il y avait à visiter. Et donc, nous avons visité le musée des Beaux-Arts de Lyon, place des Terreaux.

Et, dans ce musée, je suis tombé en arrêt devant le tableau "Fleur des Champs", peint en 1845 par le peintre lyonnais Louis Janmot, dont je n'avais jamais entendu parler. Il y a comme ça des "rencontres" artistiques, au détour d'une salle de musée, comme la bohémienne aux Offices à Florence.

"Fleur des Champs", de Louis Janmot (1845)

J'ai trouvé que le visage de cette jeune femme était étonnamment serein, contemplatif, et très actuel aussi. Ce visage qui a plus de cent cinquante ans n'est pas vraiment "daté". Ca pourrait être une fille d'aujourd'hui.

Si vous passez par Lyon, allez la voir de près, vous verrez comme elle dégage une paix et une sérénité infinie ...

Pour en savoir plus :
1. Louis Janmot (Wikipédia)
2. Musée des Beaux-Arts de Lyon (site officiel)
3. La bohémienne de Boccaccio Boccaccino (Chez Luc)

Crédit photos : linternaute.com et Artzari.fr

Libellés :

7 Comments:

Blogger Jack said...

Un petit tour sur le site du musée: bien foutu. Le musée aussi d'ailleurs. Quand à la fleur des champs de Louis Janmot : ça nous mets à des années lumières de la starac!
Elle est très romantique, ce qui n'est pas pour me déplaire, mais certainement pas actuelle, enfin je trouve...

jeudi, 08 novembre, 2007  
Blogger Lyse said...

Qu'est ce qu'elle est belle cette jeune femme contemplative!
(Et quelle finesse dans les détails)
Pas actuelle ?
Bof un relooking et le tour est joué !

jeudi, 08 novembre, 2007  
Blogger Patrick said...

Ill y a de l'Ingres là dedans, et une touche de préraphaélitisme... Très beau...

jeudi, 08 novembre, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : "Il y a de l'Ingres là dedans".

Bien vu ! Effectivement, Louis Janmot a été l'élève de Dominique Ingres, à Paris, puis à Rome.

jeudi, 08 novembre, 2007  
Anonymous Anonyme said...

BJR, je suis allée cette semaine musée des beaux arts lyon et comme vous, je suis restée en admiration devant ce tableau. on m'a dit qu'il s'agit de "la joconde" lyonnaise. En effet, mais beaucoup plus jolie et tres actuelle. on aperçoit des collines derrière et apparemment montagne enneigée? j'aimerais savoir où cette peinture a été réalisée, curiosité, envi d'en savoir plus...
JOCE

samedi, 10 octobre, 2009  
Anonymous Anonyme said...

Je suis en possession d'une magnifique reproduction de "La fleur des champs" de Louis Janmot extraite de la revue "Connaissance des arts" d'il y a une dizaine d'années.Cette reproduction s'arrête au portrait.
Je viens "comme les grands copistes" de l'interpréter au pastel sec.
Je suis fascinée par cette oeuvre qui me trouble. J'ai habité Lyon 40 ans et je pense que je ne suis jamais passé devant. Je dirais comme Théophile Gauthier qui s'exprimait lors du Salon de 1845 que l'on pouvait passer des dizaines de fois sans y faire attention et qu'un beau jour...on s'arrête pile devant, médusé!
Comment vous faire parvenir par e-mail mon travail?
labima555@gmail.com

samedi, 28 juillet, 2012  
Anonymous Anonyme said...

Je suis en possession d'une magnifique reproduction de "La fleur des champs" de Louis Janmot extraite de la revue "Connaissance des arts" d'il y a une dizaine d'années.Cette reproduction s'arrête au portrait.
Je viens "comme les grands copistes" de l'interpréter au pastel sec.
Je suis fascinée par cette oeuvre qui me trouble. J'ai habité Lyon 40 ans et je pense que je ne suis jamais passé devant. Je dirais comme Théophile Gauthier qui s'exprimait lors du Salon de 1845 que l'on pouvait passer des dizaines de fois sans y faire attention et qu'un beau jour...on s'arrête pile devant, médusé!
Comment vous faire parvenir par e-mail mon travail?
labima555@gmail.com

samedi, 28 juillet, 2012  

Enregistrer un commentaire

<< Home