Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

lundi 10 décembre 2007

En route pour les étoiles !

Klaus Buergle.jpg

Dans les années 50, on imaginait qu'en l'an 2000 on irait explorer les mondes lointains. Cela donnait lieu à des images qui faisaient rêver. Par exemple, l'image ci-dessus, de l'illustrateur Klaus Bürgle, qui date de 1965. La porte de la fusée s'ouvre sur un paysage fantastique. On devine même une cité fantomatique dans le lointain ...

Et puis, l'illustration ci-dessus, de Kurt Röschl, qui date de 1958, et où on voit une fusée survoler les formations nuageuses au dessus de Vénus. N'est-elle pas pleine de poésie, de sérénité ?

Kurt Roeschl.jpg

L'avenir, c'était un rêve, à l'époque ...

Pour en savoir plus :
1. Retro-Futurismus (site en allemand)
2. Futur antérieur : pubs Motorola (Chez Luc)

Crédit images : Klaus Bürgle et Kurt Röschl, via Dark Roasted Blend

Libellés : ,

2 Comments:

Blogger Patrick said...

Ah, tiens, justement, j'avais l'idée de faire un article sur le même sujet, à la suite du re-visionnage de l'excellent "2001, L'Odyssée de l'Espace". Ce film réalisé par le génial Stanley Kubrick est sorti en 1968.

Je me suis fait la réflexion que l'avenir dépeint par Kubrik, plausible à l'époque de la sortie du film, ne s'était pas réalisé.

C'est toujours pareil. L'avenir que nous imaginons n'est que l'extrapolation de ce nous connaissons. Il y avait des fusées en 1968, donc les fusées de l'an 2001 seront plus sophistiquées et plus performantes. Il y avait en 1968 des gros ordinateurs, donc en 2001, ils seront encore plus gros.

Nous savons extrapoler, mais nous sommes incapables d'imaginer les avancées par ruptures. Par exemple, il n'est nul trace d'Internet ou de ce qui pourrait lui ressembler dans "2001". On y voit un visiophone qui n'a jamais vraiment existé parce que le besoin n'est pas là. Pas d'ordinateurs portables non plus (mais un HAL gigantesque).

Moralité : demain, ou après demain, des ruptures scientifiques et technologiques vont bouleverser notre monde, et nous sommes incapables d'en imaginer ne serait-ce que la saveur. Mais ce qui est sûr, c'est qu'elle sont là, et qu'elles n'attendent que le moment propice pour émerger et révolutionner le monde...

Du coup, des extrapolations sur 50 ou 100 ans comme nous servent par exemple les climatologues, ça me fait bien rire !

lundi, 10 décembre, 2007  
Blogger Jack said...

J'ai regardé d'un oeil amusé un documentaire sur les mondes extrasolaires possibles sur National Geographic : les efforts d'imagination pour inventer des mondes vraiment différents du notre étaient assez pathétiques car la similitude avec notre propre monde étaient dans chaque idée.
Mais comment en serait-il autrement? Nous ne pouvons en effet que reproduire et prolonger ce que nous connaissons déjà. Le futur nous est inaccessible et c'est heureux.

mardi, 11 décembre, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home