Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

dimanche 17 février 2008

A travers la presse déchaînée ...

Cabu.jpg


Depuis que Nicolas Sarkozy est arrivé au pouvoir, les journalistes ont sombré dans l'hystérie collective, en se livrant de façon quasi quotidienne au lynchage médiatique du président qui a été élu avec 53,06% des voix, et un taux de participation record de 85%. C'est plus fort qu'eux, chaque résultat positif est passé sous silence (baisse spectaculaire du chômage encore le mois dernier, signature du traité de Lisbonne qui sort l'Europe de l'impasse, etc ...). Par contre, chaque fois qu'ils peuvent attaquer Nicolas Sarkozy, ils foncent franco, et même si c'est une info bidon, on y va.

Pour la presse d'aujourd'hui, une rumeur, c'est une info, et un démenti, c'est aussi une info. Voilà où on en est arrivés.

Vous trouvez que j'exagère ?

Pour illustrer ce que j'avance, prenons le cas exemplaire du Nouvel Observateur, hebdomadaire de centre gauche, considéré de sensibilité social-démocrate, fondé en novembre 1964. Eh bien ce journal vénérable et respecté est en train de perdre complètement les pédales. La preuve :

- En janvier, premier dérapage avec la publication en couverture d'une photo nue de Simone de Beauvoir, retouchée pour la rendre plus sexy.

- Le 12 février, ils publient sur leur site internet, le texte d'un SMS bidon "que le chef de l'Etat aurait envoyé à son ex-épouse huit jours avant son mariage". Suite à ce dérapage où le journal a franchi la ligne jaune, Jean Daniel lui-même, directeur et co-fondateur du journal, va présenter ses excuses. Il déclare : "Si j’avais eu l’information dont Airy Routier a disposé, je me serais empressé de m’en détourner."

- Le 13 février, ils annoncent sur leur site internet la mort de Salvador Dali, en lieu et place de celle d'Henri Salvador.

- le 14 février, ils publient sur leur site internet des échanges de mails entre deux traders, Jérôme Kerviel et Moussa Bakir. Sauf que "des phrases auraient été supprimées, les dialogues découpés ou «volontairement attribués » au courtier Moussa Bakir ; des «smileys» et signes «lol» faisant état du ton humoristique de la conversation ont également été supprimés pour faire prendre un caractère plus sérieux et grave à l’échange. Me Scemama dénonce même des changements dans les horaires d’envoi des messages." Une fois de plus, le Nouvel Obs est accusé d'avoir intercepté et trafiqué une communication privée.

Vous reconnaîtrez que ça commence à faire beaucoup. Je n'irai quand même pas jusqu'à approuver la phrase de Carla Bruni («Si ce genre de sites avait existé pendant la guerre, qu'en aurait-il été des dénonciations de juifs?»), mais quand même, je trouve que le dessin de Cabu qui fait la couverture de Charlie Hebdo cette semaine est assez bien vu ! Et comme l'écrit Philippe Val dans l'édito du Charlie Hebdo en question : "L'Obs vient juste d'oublier que l'agonie de la démocratie commençait avec le viol de la vie privée."

Pour en savoir plus :
1. Un hommage à Simone de Beauvoir (Chez Luc)
2. Le SMS de Sarkozy à Cécilia (Le Nouvel Obs)
3. "Une erreur ? oui" (Le Nouvel Obs)
4. Nouvelle gaffe du site internet du Nouvel Obs ! (Jean Marc Morandini)
5. Fraude à la Société Générale: le Nouvel Obs encore dans l’eau chaude (come4news)

Crédit illustration : Cabu

25 Comments:

Blogger Jack said...

"Les journalistes ont sombré dans l'hystérie collective" : ceux du nouvelobs, si je lis bien ton billet?
Tu remarqueras, Luc, que le pas sérieux et le saugrenu, juste pour faire l'intéressant n'est pas réservé aux journalistes! Il semble que ce soit dans l'air du temps, si tu vois à qui je pense?
Comme d'habitude Cabu ne fait pas dans la finesse...on saisit bien l'idée.

dimanche, 17 février, 2008  
Blogger Luc said...

@ Jack : Non, ce sont tous les journalistes qui sont tombés dans l'hystérie collective. J'ai cité Le Nouvel Obs, parce c'était le cas le plus exemplaire. Mais on pourrait en dire autant de l'Express, du Point, de Libération, de France Inter, etc ...

dimanche, 17 février, 2008  
Blogger Patrick said...

Nicolas a lui-même semé la brise avec ses frasques, et, bien entendu, il récolte la tempête...

Quand Nicolas arrêtera son cirque permanent et fera le boulot pour lequel il a été élu, tout se calmera tranquillement...

dimanche, 17 février, 2008  
Blogger Patrick said...

Et aussi quand il arrêtera de prendre des décisions à l'emporte pièce, juste parce que l'idée lui en est venu la minute qui précédait... Comme de faire porter aux gosses la mémoire de la Shoah - avec cette histoire, il est même arrivé à se mettre à dos une solide supportrice, j'ai nommé Simone Viel - pour laquelle les français ont, à juste titre , le plus grand respect...

Qu'il arrête son cirque !

dimanche, 17 février, 2008  
Blogger Jack said...

Et oui Patrick, c'est bien au même que nous pensions...

dimanche, 17 février, 2008  
Blogger Greg2007 said...

@Patrick: Je pense que son idée glauque sur la Shoa lui est venue juste après les critiques contre Carla Sakozy qui assimilait les journalistes aux collabos.
Pourvu qu'elle se taise sinon on a pas fini d'en baver.
Il ferait mieux de réparer les dommages des dernières réformes scolaires qui ont rendu nos enfants limite analphabètes...

@Luc: Ne m'en veux pas et je dis ça sans méchanceté mais tu fais parti de cette hystérie en voyant tout le temps Sarko en martyr, victime des médias et diabolisé par le PS.
Lui qui donne tant d'importance á la religion; son passé et son présent le rapprochent plus d'un Judas que d'un Jésus.

lundi, 18 février, 2008  
Blogger Betty said...

J'aime beaucoup le dessin de Cabu. Regardez bien il cites des noms et c'est très bien vu.

lundi, 18 février, 2008  
Blogger Luc said...

@ Betty : Merci pour ton soutien ! :-)

Je rappelle que je parle ici des médias qui pétent les plombs, pas de Sarkozy (pour lui, lire ici). Et pour que ce soit Charlie Hebdo qui tire la sonnette d'alarme, faut vraiment qu'il y ait le feu au lac !!!

Un exemple : ce matin, opération policière à Villiers-le-Bel. Suite à une fuite (syndicale ?), dès cinq heures du mat, il y a des camions régie télé sur les lieux. Et comme ça vous avez pu prendre votre petit dèj en regardant en direct des forces de police exploser les portes des apparts de banlieue.

Et ensuite, qu'est-ce qu'elle nous dit la presse, tout au long de la journée ?

Opération policière à Villiers-le-Bel: la médiatisation critiquée !

Donc, je résume : les médias se précipitent pour faire de l'audience. (C'est bon, ça, coco !)

Et après, les mêmes médias critiquent à longueur de journée la "sur-médiatisation" de l'événement !

Tout le monde a compris, ou faut que je fasse un dessin ?

lundi, 18 février, 2008  
Blogger Patrick said...

Sauf évidemment si la fuite est "Elyséenne"...

Ce qui est un peu dans le genre de la maison, non ?

"Vous allez voir, je vais vous la karchériser, cette racaille" ! Alors, oui, on voit, dès potron-minet...

lundi, 18 février, 2008  
Blogger Luc said...

@ Patrick : La fuite à l'évidence n'est pas élyséenne. Tu te doutes bien que si elle l'avait été, les journalistes se seraient empressés de cracher le morceau !

Au lieu de cela, ils citent "des sources syndicales".

lundi, 18 février, 2008  
Blogger Betty said...

Et bien ce matin là, je monte dans ma voiture, j'allume ma radio préférée et le journaliste annonce : "je vous rappelle l'information importante de ce matin : Franck Camas abandonne dans le trophée Jules Verne...."
Et ça c'est de l'info essentielle ! Vive la radio de la mer et adieu les blabla interressants des autres stations !! Je me "dépollue" la tête

mardi, 19 février, 2008  
Blogger Patrick said...

J'espère que tu rigoles, Luc !

Si l'Elysée monte un coup médiatique comme ça, ils ne vont pas téléphoner à la presse en disant "Allo, c'est Nicolas, je vous préviens que demain à l'aube...".

A l'Elysée, ils sont un peu plus subtils que ça dans l'art de la manipulation, quand même !

jeudi, 21 février, 2008  
Blogger Patrick said...

Dans le Paris-Match de cette semaine, on peut admirer les policiers en grande tenue de combat forcer la porte d'un suspect à Villiers Le Bel, ou encore menoter ledit suspect dans sa chambre. Ca veut dire que le photographe de Paris Match a été invité par les policiers au coeur et au plus fort de l'action. On ne le voit pas sur les photos, mais il ne fait aucun doute pour moi que le photographe était équippé comme tous les acteurs de l'action, d'un gilet pare-balle et d'un casque fournis par la police... On voit aussi la fouille en règle de la chambre du suspect, qui a eu lieu subséquemment - le photographe était toujours là.

Si les policiers n'avaient pas eu un ordre ferme et explicite de se faire accompagner par la presse, ils leurs auraient évidemment interdit de monter dans les étages au plus fort de l'action.

Alors, Luc, n'as-tu pas l'impression d'être manipulé ? Moi, si.

dimanche, 24 février, 2008  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Evidemment qu'on se fait tous manipuler par la presse. Les photo et les infos bidon que les journalistes diffusent leur permet de vendre du papier, c'est tout. Ils se précipitent en masse à Villiers le Bel, photographient et télévisent en direct, et juste après s'offusquent : "Regardez ce qu'on nous fait faire ?" Plus faux-cul que ça, y a pas ...

Mais la question que tu poses c'est : "Est-ce que les journaleux ont été conviés à Villiers le Bel par le pouvoir ?".

Contrairement à tes certitudes, je pense que la réponse n'est pas si simple.

Ma conviction c'est que Michèle Alliot Marie n'avait aucune envie de voir son opération de 1200 policiers foirer parce qu'il y avait des journalistes partout, ce qui aurait pu mettre la puce à l'oreille de ceux qu'on voulait attraper. Il fallait traquer 35 suspects, à priori armés et dangereux. En effet, pendant les échauffourées qui ont suivi l'accident de piwi de Villiers le Bel, près de 80 policiers ont été blessés par balle !

Donc, ce genre de coup de filet n'est pas sans risque. Si on veut les attraper, et qu'il n'y ait pas de bavure, il y a intérêt à mettre les moyens. C'est ce qui a été fait.

Par contre, mobiliser 1500 policiers et espérer qu'il n'y aura pas de fuite vers la presse de la part de la police, c'est un peu illusoire.

Je pense donc, jusqu'à preuve du contraire, que Michèle Alliot-Marie voulait que cette opération soit une réussite, et qu'elle n'a donc donné aucune info préalable à la presse.

Par contre, il y a dû avoir des fuites du côté des policiers.

Moi, je vois ça comme ça.

dimanche, 24 février, 2008  
Blogger Patrick said...

Je ne suspecte aucunement Michèle Alliot-Marie d'avoir organisé la fuite. Je n'ai pas cité la Place Beauvau (Ministère de l'Intérieur) comme organisateur de la fuite. J'ai cité un autre lieu (tout proche), où réside quelqu'un qui a intérêt à médiatiser ce genre de chose...

dimanche, 24 février, 2008  
Blogger Patrick said...

Et pour dire le fond de ma pensée, n'y a-t-il pas là un coup double : "je me fais un coup de pub avec cette affaire, et je mets MAM en porte-à-faux pour mieux m'en débarasser au prochain remaniement" ! D'ou la réaction légitime de cette dernière qui a reniflé l'embrouille !

dimanche, 24 février, 2008  
Blogger Luc said...

@ Patrick : "La fuite vient-elle de l'Elysée ?", c'est LA question que tout le monde a posée au journalistes qui sont allés sur place. En effet, comme toi, tout le monde aimerait bien mettre ça sur le dos de Sarko ...

Tous les journalistes à qui on a posé la question ont démenti.

Dommage ...

dimanche, 24 février, 2008  
Blogger Patrick said...

En effet, il n'y a certainement pas eu un coup de fil du Président disant "Alloooo, la presse ? Ici c'est Nicolas. Je vous préviens que..." Aucun journaliste n'a prétendu pareille chose, d'ailleurs.

Donc, Luc, c'est clair, tu as évidemment raison, la fuite organisée ne vient pas de l'Elysée. CQFD.

Et pour le journaliste de Paris Match complaisamment équipé par la police et emmené dans le feu et au plus près de l'action, c'est juste une faute d'appréciation des forces de l'ordre, bien entendu.

Ah, ces journalistes, rien que des vilains !

dimanche, 24 février, 2008  
Blogger Luc said...

Selon un sondage paru aujourd'hui dans le Figaro, je cite : "Pour 78 % des personnes interrogées, les médias s'intéressent trop à l'accessoire au détriment de l'essentiel quand il s'agit du président de la République, et 38 % jugent trop «agressifs» à son endroit."

Source : Sondage : les médias jugés excessifs contre Sarkozy (Le Figaro).

vendredi, 29 février, 2008  
Blogger Patrick said...

Ah ! La marionnette a dû crier grâce, donner des gages, et donc les propriétaires de médias lui donnent un peu de répit.

Les industriels de tous poils vont pouvoir cartéliser en toute quiétude, fort de la promesse de nicolas de dépénaliser la délinquance en col blanc. Ils le tiennent bien ! Le prix du porc, déjà monté à + 40 % en quelques mois, va pouvoir monter à + 100% !

Vive le Président du Pouvoir d'Achat !

vendredi, 29 février, 2008  
Blogger Luc said...

Cécilia Ciganer-Albeniz dément avoir reçu un SMS de son ex-époux (La Tribune)

Comme quoi, ca confirme : la presse c'est vraiment du n'importe quoi ...

samedi, 08 mars, 2008  
Blogger Patrick said...

En effet, la presse, c'est n'importe quoi.

Je propose donc de museler la presse, ou mieux de fermer tous les journaux, sauf un, contrôlé par l'Etat, qu'on appellerai, voyons voir, tiens : "La Vérité" par exemple (Pravda ou правда en russe), et comme ça on aurait des infos fiables tout le temps à 100 %.

Finies, les histoires stupides à propos de SMS. Fini, les scandales à propos de l'UIMM. Finis, les sondages à la gomme qui prétendent que notre bien-aimé Président est mal-aimé.

Vous êtes d'accord ?

dimanche, 09 mars, 2008  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Comme je le rappelle en bas de ce blog, afin que personne ne l'oublie, "la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme". Donc, bien évidemment je ne suis en aucun cas pour une "presse d'état" stalinienne !

Par contre, voir tous les grands journaux français de référence basculer dans la presse people, le tabloïd et la presse à scandale, c'est un spectacle assez affligeant, je trouve.

Si on veut de l'information fiable, vérifiée, analysée et expliquée, il faut aller où, maintenant ?

A part "Chez Luc", je veux dire ...

dimanche, 09 mars, 2008  
Blogger Jack said...

Le problème de la presse "libre" est de trouver des lecteurs, elle nous sert la presse qui s'achète.
La Pravda ayant l'avantage d'être financé par l'état et sans concurrence, mais doit respecter d'autres "contingences"...
D'un côté la dictature du prolétariat, de l'autre la dictature des crétins, il y a bien sûr une voie médiane, serait-ce celle que modestement on occuperait ici?

Avons-nous des blogs tel que celui-ci en Chine?

dimanche, 09 mars, 2008  
Blogger Patrick said...

Je constate que la presse déchainée est quelque peu enchaînée ces derniers temps. Comment se fait-il que l'hebdomadaire Paris-Match ait passé sous silence un évènement que d'autres magazines ont mis en couverture - un évènement qui aurait pourtant fait vendre du papier... Je parle bien entendu du mariage de Cécilia Ciganer-Albeniz (ex-Sarkozy) et de Richard Attias.

Ne me dites pas que Paris-Match pratique l'auto-censure ! Ou, pire encore, que la censure en question vient de l'Elysée !

On est pas en Union Soviétique ou dans une Dictature, ici. Si ?

Heureusement, il nous reste Voici ou VSD pour être informés !

mercredi, 16 avril, 2008  

Enregistrer un commentaire

<< Home