Chez Luc (brèves de comptoir)

"Chez Luc", le bar où l'on peut venir bavarder ensemble à propos des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent ... Je vis près d'Avignon, en Provence. J'ai trois bons copains qui viennent au bar pour nous raconter la dernière du jour : Jack, de Belinto en Provence, Patrick, d'Audierne en Bretagne, et Philippe, de Piriac en Bretagne du sud (qu'on appelle aussi "Pays de Loire").

Les auteurs (le patron et les habitués)

Photo Luc

Luc, Avignon

Photo Padraig

Padraig, Audierne

Photo Jack

Jack, Belinto

Photo Philippe

Philippe, Piriac

vendredi 18 mai 2007

Le gouvernement Fillon

Gouvernement Fillon.jpg


Cette semaine a été riche en événements politiques.

Mercredi, la passation de pouvoir entre Chirac et Sarkozy à l'Elysée, où l'on a pu admirer une resplendissante Cécilia Sarkozy, plus affectueuse que jamais.

Jeudi, nomination de François Fillon au poste de Premier Ministre et passation de pouvoir à Matignon, où Marie-Laure de Villepin a arboré une veste pleine d'humour.

Et puis, ce vendredi, François Fillon a annoncé la composition de son gouvernement, que voici : le gouvernement compte quinze ministres dont huit hommes et sept femmes. Il compte également quatre secrétaires d'Etat et un haut commissaire.

- Alain Juppé (UMP), ministre d'Etat, ministre de l'Ecologie, du développement et de l'aménagement durables
- Jean-Louis Borloo (UMP), ministre de l'Economie, des Finances et de l'Emploi
- Michèle Alliot-Marie (UMP), ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer et des collectivités territoriales
- Bernard Kouchner, (PS) ministre des Affaires étrangères et européennes
- Brice Hortefeux, (UMP) ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Co-développement
- Rachida Dati, (UMP) garde des Sceaux, ministre de la Justice
- Xavier Bertrand (UMP), ministre du Travail, des Relations sociales et de la solidarité
- Xavier Darcos (UMP), ministre de l'Education nationale
- Valérie Pécresse (UMP), ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
- Hervé Morin (UDF), ministre de la Défense
- Roselyne Bachelot-Narquin (UMP), ministre de la Santé, de la Jeunesse et des sports
- Christine Boutin (UMP), ministre du Logement et de la Ville
- Christine Lagarde, ministre de l'Agriculture et de la Pêche
- Christine Albanel (UMP), ministre de la Culture et de la communication, porte-parole du gouvernement
- Eric Woerth (UMP), ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique

- Roger Karoutchi (UMP), secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement
- Eric Besson (PS), secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargé de la Prospective et de l'évaluation des politiques publiques
- Dominique Bussereau (UMP), secrétaire d'Etat auprès du ministre d'Etat, ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'aménagement durables, chargé des Transports
- Jean-Pierre Jouyet (PS), secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes chargé des affaires européennes
- Martin Hirsch, Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté.

Alors, que peut-on en dire ?

- Tout d'abord, il tient ses engagements vis à vis du Pacte Ecologique de Nicolas Hulot. En effet, on ne pouvait pas nommer un "vice premier ministre", vu que ce poste n'existait pas dans la V° République. Par contre, le N°2 du gouvernement, seul Ministre d'Etat, c'est le ministre de l'Ecologie, du développement et de l'aménagement durables, auquel est rattaché le secrétaire d'Etat chargé des Transports. Vu tout ce que j'ai entendu quand j'ai parlé du sujet, je suis content de voir que j'avais raison de faire confiance à Nicolas Sarkozy à ce sujet.

- Deuxièment, il réalise ce que le PS voulait faire et qu'il n'a jamais fait : un gouvernement paritaire. Sur 15 ministres, il y a 7 femmes et 8 hommes.

- Troisièmement, il applique l'ouverture prônée par François Bayrou, avec un ministre PS et un ministre UDF (plus deux secrétaires d'état PS). Evidemment, avec l'esprit de dialogue et d'ouverture qui caractérise le PS, François Hollande s'est empressé de virer Bernard Kouchner du PS, qui est juste l'homme de gauche le plus populaire, en France comme à l'étranger. Là encore, le PS a tout faux ... comme d'hab !

- Enfin, au passage, je note qu'il y a le ministère qualifié "d'ignoble" par Ségolène Royal : le ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Co-développement. Et qu'enfin on va s'occuper comme il faut du douloureux problème de l'immigration. Quant à la dite Ségolène Royal, elle a annulé la fête qu'elle avait prévu de faire à la Courneuve, pour fêter sa victoire du second tour ("Tous ensemble ! Tous ensemble ! Tous ! Tous ! ..."), et elle est allée prendre quelques jours de vacances à Djerba ... sans François Hollande.

Pour ce premier gouvernement, moi je dis : bravo !

Pour en savoir plus :
1. La composition du nouveau Gouvernement (site officiel)
2. La composition du gouvernement Fillon (Le Nouvel Obs)
3. Hollande exclut Kouchner du PS et perd Jouyet, un ami de "30 ans" (Le Monde)
4. Comment voter pour le Pacte Ecologique de Nicolas Hulot ? (Chez Luc)

Crédit photo : AFP

38 Comments:

Blogger Patrick said...

Pour faire bref : "Jusqu'ici, tout va bien..."

vendredi, 18 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Au fait, je ne vous ai pas dit : il se trouve que j'étais à Paris le mercredi du sacre, et justement près des Champs Elysées à 14 heures. Comme les autres badauds, j'ai pu voir Nicolas 1er remonter les Champs, debout dans sa voiture décapotable, entourés de la Garde Républicaine à cheval. Ca avait fière allure. Juste au moment de son passage, nos regards se sont croisés, il a fait un salut de la main, et j'ai pu lire sur ses lèvres : Transmettez mes amitiés aux lecteurs de "Chez Luc".

Alors voilà, message transmis...

vendredi, 18 mai, 2007  
Blogger Greg2007 said...

Luc, c'est du premier ou du second degré?

Premièrement, tu ne manques pas de qualificatifs pour une femme qui n'a pas voté pour son mari, mais surtout qui l'a fait cocu plusieurs fois. ( et n'oublie pas que le petite homme avait dit que plus jamais il ne mettrait sa famille en avant!).
Quand à la fille de Villepin, franchement on s'en fout, c'est la fille d'un politicien fini bourré de pognon pas une starlette d'Hollywood.
ça me rappelle quand Boutin parlait de Villepin le Flamboyant. On l'a vu à l'oeuvre, c'était pas joli.

Je pense que le gouvernement Fion est de la poudre aux yeux.

Non, je me trompe, il y a un ministère de l'environnement, présidé par ...Alain Juppé, hahaha la bonne blague, je croyais qu'il allait se cacher après son exil au Canada suite à sa condamnation pour escroqueries.

N'empêche, j'ai eu peur quand j'ai entendu qu'il allait faire partie du gouvernement vu comment il s'est fait jeter avec ses réformes à la con et comment il a paralisé le pays.

J'ai surtout eu peur que Sarko mette Tapie à la Justice. Bah oui, on n'est plus à un criminel près.
Finalement il a mis Rachida Dati, celle qui voulait devenir ministre de la "rénovation urbaine à coup de Karcher".

http://johnpaullepers.blogs.com/john_paul_lepers_leblog/2007/04/latelelibre_sor.html

Je suis content de revoir Madame Boutin avec sa politique du "A mort les pédés", je sais qu'elle a trouvé Jésus donc je suis content pour elle, non en fait elle me dégoute toujours autant.

Bon, on verra bien ce que la bande de Fion va faire.

Qui vivra verra...

vendredi, 18 mai, 2007  
Blogger Jack said...

@Gregg 2007 : « bande de Fion » voilà ce que j’appelle un argument politique qui élève bien le débat... Bravo c’est surement la bonne manière de démontrer qu’il fallait voter autrement !

samedi, 19 mai, 2007  
Blogger apollo said...

Greg , malgré ta mauvaise volonté tu auras quand meme su faire un compliment :
confondre sa femme et sa fille, c'est sympa pour De Villepin...
Effectivement très drole cette veste...

samedi, 19 mai, 2007  
Blogger Luc said...

Nicolas Hulot s'est réjouit comme moi de ce nouveau gouvernement. Il a déclaré vendredi à France Info : "Au moins là, on est en situation de pouvoir travailler et on aborde les choses d'une manière sérieuse en mettant en relation tous les partenaires sociaux, économiques, les ONG. L'écologie, ce défi-là qui est une réalité scientifique, sort de son ghetto. Voilà au moins une démonstration que dans notre société quelque chose a bougé."

Lundi, le premier jour de la première semaine en tant que président de la république, quel est le programme de Nicolas Sarkozy ? Le voici :

Il recevra lundi matin à l'Elysée des organisations écologistes non gouvernementales (ONG) pour préparer ce "Grenelle de l'Environnement" qu'il a promis d'organiser en septembre, et il recevra en outre lundi après-midi des scientifiques, dans la même perspective.

Pour en savoir plus : Nicolas Hulot se réjouit que l'écologie sorte de son "ghetto" (Le Monde)

samedi, 19 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

"Nicolas Hulot se réjouit que l'écologie sorte de son ghetto". Plus dure sera la chute, à mon humble avis...

samedi, 19 mai, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Ton optimisme proverbial fait plaisir à voir ... :-)

samedi, 19 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Je pense simplement faire preuve de réalisme : depuis quand un gouvernement fait-il ce qu'il a promis de faire ? Bien sûr, durant les premiers temps (le fameux état de grâce), on va dans le sens annoncé. Et puis après, la dure réalité reprend ses droits, et on gère "à vue", en oubliant les promesses... Combien nous ont promis (en vrac) la baisse des impôts, la réduction de la fracture sociale, la baisse du chômage, etc.

Pour l'écologie, j'ai surtout compris que M. Sarkozy y voyait un nouveau marché qui contriburait à la croissance si nécessaire à financer ses plans... Mme Royal avait d'ailleurs exactement la même vision. Je ne suis pas sûr que ce soit ce que M. Hulot avait en tête...

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Ce que Nicolas Hulot a dit en conclusion, c'est : "Ce qui m'importe, c'est qu'on sorte de cette confrontation avec d'un coté les dépressifs qui pensent que tout est foutu et de l'autre côté les sceptiques désabusés".

Je ne sais pas dans quelle catégorie tu te ranges, mais moi, j'aurais plutôt tendance à croire à priori à la sincérité de la démarche de Nicolas Sarkozy. Après, qu'il fasse mieux ou moins bien que prévu, tu as raison, la dure réalité va jouer son rôle. Mais je pense que, lui au moins, il l'a rentrée dans l'équation, la "dure réalité". Ce qui n'a pas été le cas, et il s'en faut de beaucoup, pour Miss Royal et le père Bayrou ...

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Luc said...

Tiens, samedi midi, j'ai rencontré un ami qui m'a raconté que, cette fois-ci il avait voté pour la première fois depuis 1981. Il a voté Sarkozy.

La campagne de diabolisation de Nicolas Sarkozy orchestrée par le PS, qui n'avait rien d'autre à proposer comme projet politique, a provoqué par réaction une mobilisation incroyable de gens qui avaient arrêté de voter depuis plus de 25 ans.

On l'a bien vu dans l'historique du taux de participation.

Etonnant ...

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Luc said...

"Pourquoi j'ai accepté", par Bernard Kouchner, paru en première page du journal Le Monde daté du 20 mai 2007 :

"Conflits sociaux en France ou engagements extérieurs : j'ai toujours été et je demeure un militant de tous ces combats qui souvent ont fait la grandeur de notre pays. Depuis 1968, au Biafra comme à l'ONU et au Kosovo, en passant par Médecins sans frontières, Médecins du monde et de nombreuses autres expressions de la société civile, j'ai agi pour la défense des mêmes idéaux de solidarité et de progrès. Ministre, je porterai haut ces valeurs de la diplomatie française.

En près de quarante ans d'action humanitaire et de batailles politiques pour les droits de l'homme, nous avons fait bouger le monde dans les domaines de la diplomatie, de la santé ou de la protection des minorités. Nous poursuivrons demain nos efforts en construisant une mondialisation plus juste, une Europe plus forte, et en retrouvant pour la France l'ambition que lui assigne son histoire.

J'ai toujours été et je demeure un homme libre, militant d'une gauche ouverte, audacieuse, moderne, en un mot social-démocrate. En acceptant aujourd'hui de travailler avec des gens qui sur bien des sujets ne pensent pas comme moi, je ne renie pas mes engagements socialistes. J'ai participé à la campagne de Ségolène Royal et j'ai voté pour elle aux deux tours de l'élection présidentielle parce qu'elle me semblait représenter une chance pour la gauche. La France a tranché : cette étape est maintenant derrière nous. Je continuerai à réfléchir et à me battre, avec tous les esprits ouverts, pour qu'existe enfin une social-démocratie française.

La politique extérieure de notre pays n'est ni de droite ni de gauche. Elle défend les intérêts de la France dans un monde qui se réinvente chaque jour. Elle doit être déterminée et novatrice. En me faisant l'honneur de me proposer de diriger la diplomatie de la France, le président de la République n'a pas imaginé que je devienne sarkozyste. Certaines de mes convictions ne sont pas les siennes et réciproquement. Voilà qui annonce, j'espère, d'heureux changements de style, d'analyse et d'époque. Cela porte un beau nom: l'ouverture.

Je sais que certains de mes amis me reprochent ce nouvel engagement. A ceux-là, je réclame crédit : mes idées et ma volonté restent les mêmes. S'ils me prennent un jour en flagrant délit de renoncement, je leur demande de me réveiller. Je garantis que ce temps n'est pas venu.

N'ayons pas peur de l'avenir ; regardons au-delà des cloisons partisanes. Je fais partie d'un gouvernement réuni pour agir et être utile à la France, à l'Europe et au monde. On me jugera sur mes résultats."


Bernard Kouchner a été nommé ministre des affaires étrangères et européennes.

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Bernard Kouchner : c'est bien ce que je disais...

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Luc, tu écris encore "La campagne de diabolisation de Nicolas Sarkozy orchestrée par le PS..."

Je me demande ce qui prime chez toi : ton aversion viscérale pour le PS, ou ton admiration béate pour la personnalité de Nicolas... Notes bien, au moins, ça va dans le même sens, ce qui évite la schizophrénie - contrairement au cas plus intriguant d'une admiration béate pour Nicolas et d'un dégoût viscéral pour W ;-)

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Effectivement, je suis d'accord avec ce que tu disais : "Jusqu'ici, tout va bien..."

Par ailleurs, je n'ai pas "d'aversion viscérale pour le PS". Je pense qu'il y a des gens très bien et très courageux au PS. Par exemple le très populaire Bernard Kouchner et le très impopulaire Eric Besson. Mais j'ai trouvé que la campagne de diabolisation systématique de Nicolas Sarkozy menée par Miss Royal était particulièrement désagréable. Cette campagne, relayée massivement par les médias, aboutissait à la caricature suivante : la Madone d'un côté et le Diable de l'autre côté.

Comme, à mon avis, Miss Royal est tout sauf une Madone, et que Nicolas Sarkozy est en fait quelqu'un de très bien, et certainement pas le Diable, j'ai simplement voulu rétablir un peu la vérité.

Alors, évidemment, quand on essaye de rétablir un peu la vérité, avec la nuance tout en camaieu qui caractérise tes commentaires, ça devient "une admiration béate pour la personnalité de Nicolas".

Ben voyons ! :-)

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Tiens, je vais te rafraîchir un peu la mémoire sur la violence de la campagne menée par Ségolène Royal. Voici ce qu'elle déclarait sur RTL le vendredi 4 mai, deux jours avant les élections : "Ma responsabilité aujourd'hui, c'est à la fois de lancer une alerte par rapport aux risques de cette candidature et par rapport aux violences et aux brutalités qui se déclencheront dans le pays. Tout le monde le sait mais personne ne le dit, il y a une sorte de tabou."

Cet appel à des émeutes en cas de victoire de Nicolas Sarkozy s'est juste traduit par quelques échaufourrées par-ci par-là, du fait de quelques jeunes excités qui refusent la démocratie, et puis ça s'est calmé très vite. Il est où le "grand soir", le "nouveau mai 68" voulu et annoncé par Miss Royal ? Nulle part. Je pense que cet appel à la violence de dernière minute n'a pas contribué à donner une image très responsable de Miss Royal.

Et de toutes façons pour l'instant, ce n'est pas son problème : elle prépare les législatives à Djerba.

Pour en savoir plus :
1. Les deux candidats jettent leurs dernières forces dans la bataille (Libération)
2. Les maires de banlieue relativisent les risques de violences urbaines (Le Monde)

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Tout ça, c'est du passé. Aujourd'hui, 69% des Français sont satisfaits de la composition du gouvernement (sondage Opinionway pour le JDD du 20 mai). Qu'on se le dise. Les 31 % qui ne sont pas satisfaits n'ont rien compris au film. CQFD.

Euh... Opinionway, voyons voir, ça me rappelle quelque chose... Ah, j'y suis, c'est l'institut de sondage qui, avec le CSA de Vincent Bolloré, nous avait appris qu'une majorité de français approuvait l'escapade Maltaise de Nicolas.

Or donc, le CSA, c'est Vincent Bolloré. Mais Opinionway, c'est plus opaque... Quelqu'un en saurait-il davantage ? En tous cas, il semble bien qu'un de leur principaux client soit le Journal du Dimanche (JDD) détenu par le Groupe Lagardère...

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger apollo said...

Patrick , tu incarnes à toi tout seul le mal français :
il y a un indicateur économique très fort qui s'appelle la confiance des ménages.
Les industriels, économistes basent une grande partie de leurs anticipations sur ce sondage.
La croissance de la France est en retard par rapport aux pays européens à cause du pessimisme des français. Le changement est craint et non espéré. Le seul changement qui fait rêver en France est le protectionnisme.
Ca pousse les gens à épargner plutôt qu'à oser et investir.
Et, à force d'avoir des réflexes pessimistes tels les tiens, à savoir "ce n'est que le début", "jusqu'ici tout va bien", ou encore tes commentateurs annonciateurs de fin du monde pendant la campagne, tu vas finir par avoir raison, mais tu seras en bonne partie responsable des problèmes que tu annonces, car effectivement rien n'est possible sans un minimum d'enthousiasme, de prise de risque et le pessimisme à outrance mène à la défaite

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger larousse said...

Eh bien, moi aussi je m'étonne de ce négativisme sans fin...

Patrick, d'apèrs un de vos post, vous nagez avec les dauphins chaque jour, ne seriez-vous pas un de ces nantis bourgeois ou pire, un assisté en pleine forme et dans la force de l'age?!?
Je me trompe peut-être, et si c'est le cas, excusez cette intervention, mais à quelle vous levez vous le matin? Si je ne ne me trompe pas...c'est deux visions de la France qui s'affrontent, ce qui veulent que rien ne changent, qui ne sont Jmais d'accord avec rien, qui sont tranquilles dans leur routine, les fameux 31%, et ceux qui ont en marre de bosser pour les autres, marre des grêves Sncf et ratp en prevention de je ne sais pas trop quoi... qui veulent une France forte économiquement et un taux de chomage proche du plein emploi (ie 5%) .

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Jack said...

Et bien Patrick, on dirait bien que les papés se font voler dans les plumes.
Les jeunes, vous avez mis dans le mille, on est juste de vieux gaulois nantis gavés aux stocks options ! En bons gaulois, nous sommes pourvus d’un solide esprit critique, qu’il ne faut pas confondre avec le pessimisme.
L’esprit critique consiste à ne pas prendre pour argent content toutes les infos qui circulent, bien identifier les sources et distinguer les faits de la propagande. Le pessimisme des anciens est du au simple fait qu’on leur a beaucoup menti.
Notez bien qu’il y a une autre catégorie d’anciens, qui eux, ont tout oublié..., je ne sais pas si les instituts de sondage les consultent ?

Je suis toujours content de rencontrer des jeunes entreprenants et optimistes, c’est bien ce qu’on attend d’eux.

Concernant ce gouvernement, la seule chose qu’il soit permis de dire est qu’il est habilement constitué au plan politique et conforme aux promesses du candidat.
Cependant, c’est aux actes que nous jugerons ce nouveau gouvernement, qui ne sera en mesure d’attaquer les réformes (trop différées), qu’avec la nouvelle chambre.
Pour réussir cette nouvelle majorité aura aussi besoin des habitants de ce pays.

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

@Apollo et Larousse. Le propre des gens qui n'ont pas d'arguments, c'est de personnaliser le débat, genre "ce qu'il dit n'a pas de valeur, car c'est un con". Je me garderai bien de critiquer les personnes de Larousse et d'Apollo, car c'est sur les idées que je débat, pas sur les individus. Ce que nous sommes n'a guère d'importance, c'est ce nous pensons qui a de l'intérêt.

Par ailleurs, apprenez que vous parlez d'un électeur de Nicolas Sarkozy - mais, je le confesse, pas d'un admirateur béat privé de neurones. Serait-il donc interdit d'exercer un esprit critique au sein de la majorité Présidentielle ?

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Philippe.Piriac said...

Papy Patrick et papy Jack

Alors il y a du clapot à ce que je lis?

Bon, à mes comparses commentateurs de ce blog, je ne voudrais pas donner dans le négativisme, la défaite auto- révélée et autres caractéristiques attibuées aux opposants à la vérité officielle mais moi, qui semble avoir le droit de parler sans risque d'etre suspect puisque
-je me lève tôt et me couche très tard au delà très probablement de ce qui vous fait vilipender notre ami Patrick
-paye des impots,
-investit
- cotise sans état d'ame pour les générations qui m'ont précédé
-et pour la mienne parce que je pense que la répartition ne tiendra pas, et que les caisses de retraite sont loin d'etre aussi équilibrées qu'on me le dit

je vous le dis tout de go:

- je ne me fais pas à des discussions où tout ce qui n'est pas sarkozien est décrit en substance comme peuplé de politiques "tâches", (sauf bien entendu, les héros qui rallient le camp dominant du moment), de gatés somnolents ou de défaitistes

je pense plutôt que les députés de l'opposition,sous réserve qu'ils soient démocrates, qu'ils soient de gauche ou du centre peu importe, seront largement aussi contributifs à la qualité de la démocratie et à la performance de notre pays que ceux, en face, à qui on demande, pour l'instant de n'apporter essentiellement que leur nombre

Je ne sais pas ce que ce regime t de style présidentiel va donner comme marge de manoeuvre personnelle pour un député de l'UMP, mais je n'ai pas le sentiment que ca exulte la réflexion en conscience.

A court terme, ca ne porte pas à conséquence puisque le programme à mettre en oeuvre ( tel que demandé par les électeurs) est clair et que peu d'eau a coulé sous les ponts dans le monde entier.

Qu'en sera t il dans 2, 3, 4 ans, lorsque tout ce programmen aura été réalisé et qu'une myriade de circonstances, requerront que nous puissions débattre, via le parlement?

Il me sembre que la qualité d'une démocratie se mesure à la santé des partis d'opposition du moment.

Plus et meilleurs nous aurons de députés dans l'opposition, moins nous aurons de risques de dérive autoritaire ou monochrome.
( en fait je vous exhorte dans ce sens voter à gauche ou au centre pour vous rendre service à vous meme! :))

Je ne pense pas très sain que dans un pays, le président, le sénat, l'assemblée nationale soient controlées pendant 5 ans par un seul parti ,lui meme très discipliné.

Alors le Patrick, il ne faut pas le vilipender,il faut le féliciter. Son doute nous est salutaire

Il a compris que pour l'avenir de chacun d'entre nous, yc de Luc, il est esentiel que Fabius, Ségolène, FrançoisB, François H, soient à l'assemblée fin Juin.

Bon, Luc, un petit chouchen pour trinquer à leurs élections.
..sans compter que ca réveille ( ceux qui dorment trop)...
:))

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Luc said...

@ Philippe : T'as raison, les législatives c'est pour le 10 et le 17 juin ! Le 1er tour c'est dans 3 semaines déjà ! C'est pas tout ça, va falloir s'en occuper, hé hé hé ...

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Jack said...

ça déconne grave : "prendre pour argent comptant" c'est mieux...

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

C'est vrai que dans mon rôle du contradicteur, je suscite des critiques... Et le rôle de Cassandre n'est pas non plus sans risques... Mais, comme le disait Beaumarchais "Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur"...

Quoi qu'il en soit, Philippe a raison, la question qui importe maintenant, c'est de faire fonctionner la démocratie à travers les élections législatives. Et il est raisonnable de se poser la question d'une chambre toute acquise à un parti unique qui gouverne.

P.S. : Philippe, dans ta liste d'entités éventuellement contrôlées par un seul parti, tu as oublié le Conseil Constitutionnel, confié depuis le 23 février 2007 à Jean-Louis Debré...

dimanche, 20 mai, 2007  
Blogger apollo said...

Que Patrick s'insurge contre la présence dans l'entourage de Sarkozy de personnes qui ont eu des démélés avec la justice, je peux le comprendre et jusque-là c'est effectivement un rôle critique qui est louable.
Mais annoncer à tout bout de champ la fin de la démocratie et les "jusque ici tout va bien", "plus dure sera la chute" etc style Paco Rabanne, ce n'est plus de l'esprit critique, c'est du madame Soleil en version éclipse totale.

S'il s'avère que Juppé , sa peine purgée, est l'homme de la situation par son poids politique et son intelligence qui est reconnue par tous, j'espère que nous pourrons nous en réjouir et que les pessimistes de service n'auront pas l'occasion de claironner
"je vous avais prévenu, c'était perdu d'avance"
être contre le choix de Juppé c'est de l'esprit critique, annoncer plus dure sera la chute c'est du pessimisme.

Philippe, pour ce qui est de la santé de l'opposition, effectivement elle n'est pas bonne. Je pense que tu ne reproches pas a Sarkozy de battre la gauche, donc je suis d'accord avec toi, c'est les socialistes qui donnent l'impression que la démocratie ne va pas bien en étant aussi nuls. Franchement exclure Kouchner, c'est un peu comme harakiri, et ils ne pourront s'en prendre qu'à eux-même. Mais je ne pense pas que ça va durer , pendant très longtemps on avait la droite la plus bête du monde qui arrivait à perdre les élections tout en étant majoritaire, aujourd'hui Hollande&Co postulent clairement au même titre pour la gauche.
Mais c'est une question de dirigeants, de charisme et il n'y pas de raison que la gauche ne se retrouve pas rapidement un dirigeant digne de ce nom, qui saura par exemple concentrer ses efforts sur ce qu'il a prévu de faire s'il est au pouvoir plutôt que de chercher à faire peur par des arguments type c'est dangereux d'avoir le même parti au pouvoir.
La différence n'est pas un argument suffisant pour revendiquer le pouvoir , il faut aussi avoir quelques atouts !!
Avant que la creusitude du discours de Ségolène ne perce aux mois de février-mars, on a quand même pu soupçonner un début de changement pendant la campagne interne du ps où beaucoup de personnes ( y compris moi) avaient été très agréablement surprises par son discours, qui est quand même novateur. Donc en quelque sorte elle a quand même trouvé une voie , qu'une autre personne peut etre plus compétente pourra emprunter.
Mais effectivement pour le mois de juin, le seul argument qui reste, c'est le vote socialiste par charité pour la survie des éléphants

lundi, 21 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Contradicteur, certes, mais pas viscéralement négativiste : le lecteur attentif aura noté que je n'ai fait aucun commentaire désobligeant sur aucun membre du gouvernement (sauf, il est vrai, dans un autre blog, d'avoir donné l'épithèthe "repris de justice" à l'un d'entre eux - mais il s'agit là d'un fait, pas d'une appréciation). Pour Kouchner, j'ai exprimé des craintes raisonnées, mais je l'ai accompagné de mes voeux.

Et si j'ai évoqué une chute, c'est au sujet de Nicolas Hulot, pas d'un membre du gouvernement...

Donc, je persiste : "Jusqu'ici, tout va bien..."

lundi, 21 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

@Apollo : tu écris "S'il s'avère que Juppé , sa peine purgée, est l'homme de la situation par son poids politique et son intelligence qui est reconnue par tous"...

C'est un point de vue. Le mien est autre. Par exemple, je désaprouverais une mère de famille qui confierait ses enfants à un pédophile dûment condamné qui vient de purger sa peine. Ce dernier aurait certes purgé sa peine, il n'en reste pas moins que, pour certaines fonctions, il ne serait guère recommandable, tout intelligent et serviable qu'il fut.

Lorsque, étudiant, j'ai passé certains concours, on a exigé de moi un casier judiciaire vierge. Ca ne m'a pas choqué. Eut-il été chargé, je n'aurai pas eu droit de passer le concours. Je trouve ça sain.

Mais pour un poste de ministre, apparemment, un casier judiciaire chargé, c'est pas grave. C'est vrai que la loi ne s'y oppose pas, et qu'il y a peu de chances que les députés votent une loi dans ce sens (ce serait se mettre une épée de Damoclès au-dessus de la tête). Donc je sais que je n'aurai jamais gain de cause. Mais j'ai le droit d'avoir et d'exprimer une opinion, non ?

lundi, 21 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

@Luc : "Grenelle de l'Environnement" ?

Décidément, mai '68, c'est une véritable obsession ! Tout du moins une forte source d'inspiration... J'avoue que je me perds un peu dans cette rhétorique...

lundi, 21 mai, 2007  
Blogger Betty said...

Et bien il me semblait bien qu'il y avait forte houle en ce long week-end d'ascension....
Perso, je suis plutot comme les sondés assez satisfaite du gouvernement formé. Il me semble qu'il y a là une volonté de sortir du politiquement correcte et du conformisme. J'apprécie l'arrivé de Kouchner, j'aime beaucoup ce qu'il a déclaré dans le monde. Evidement Juppé ça m'a surpris... mais effectivement il y a un ministère du développement durable c'est une bonne chose. Je suis surtout très très heureuse du poste de Martin Hirsch. Je l'écoutais ce matin sur France-inter et il m'enthousiasme.
Evidement en tant que centriste ça me reste un peu en travers de la gorge que Sarko après avoir bien tapé sur Bayrou prone finalement l'ouverture !! si il était centriste il n'avait qu'a le dire !!... mais bon...
Je souhaite que ça ne soit pas des nominations de circonstances pour endormir les électeurs en vu des législatives...
Donc je jugerais sur les actes. En attendant pour les législatives je suis 100% d'accord avec Philippe.

lundi, 21 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Je suis d'accord avec Betty. Martin Hirsh me semble être un type très bien. Il a de toute évidence oublié d'être bête... Et il a accepté une mission qui est bien dans ses cordes. J'espère qu'il réussira, là où d'autres n'ont fait que se gargariser de mots lénifiants ou de formules creuses (comme le "droit opposable")...

lundi, 21 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Ah, mais ! On ne m'avait rien dit ! J'apprend que l'épouse de François Fillon, Pénélope, est Galloise (pas Gauloise). Un homme qui épouse une Galloise, une Celte, quoi, ne peut pas être tout mauvais. Voilà encore un bon présage !

Pas vrai, Betty ?

lundi, 21 mai, 2007  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Eh oui ! Je savais bien que ça te ferais palsir !

Si tu veux en savoir plus sur Pénélope Fillon, c'est ici : Times on line.

lundi, 21 mai, 2007  
Blogger apollo said...

Patrick, si tu lis bien ce que j'ai ecrit, tu constateras que je vais dans ton sens en ce qui concerne le choix de Juppé. Je comprends tout à fait que tu puisses être contre la nomination de quelqu'un qui ait un casier judiciaire et je mettais en avant ton esprit critique.
Ce que je me permettais de commenter c'est ton pessimisme pas tes avis.

mardi, 22 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

@Apollo : Juste une remarque : pour qu'il y ait discussion, il faut quelqu'un qui défende une thèse, et quelqu'un qui défende l'anti-thèse. Sinon, c'est juste une sorte d'auto-congratulation sans intérêt. C'est donc ensuite aux observateurs de faire la part des choses. Certains vont plutôt se reconnaître dans le point de vue de la thèse, d'autre vont plutôt se reconnaître dans le point de vue de l'anti-thèse. Mieux encore, leur vision des choses va s'enrichir dans un sens ou dans un autre...

Je reconnais que, devant une thèse exagérément optimiste, l'anti-thèse peut en effet paraître fort pessimiste... D'ou ton impression...

Imagine un "Chez Luc" sans contradiction ! Ce serait d'un fade !

mardi, 22 mai, 2007  
Blogger Betty said...

@ Patrick :
Pour ce qui concerne Pénélope la Celte (c'est pas grec comme prénom ?) je confirme un Sarthois qui épouse une Celte c'est forcément tout bon. Euh..je vous ai déjà dit que mon Cher et tendre est né au Mans ?.. ;-)

Et je confirme "Chez luc" sans Patrick ?! AH CA NON ALORS !

mardi, 22 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Betty, ton appréciation pour mes efforts parfois laborieux et incompris me va droit au coeur ! Merci !

P.S. : Pénélope, c'est en effet plutôt grec, mais ça donne Penny en bon anglais, et ça, c'est très british !

mardi, 22 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

@ Betty : j'ai cru comprendre que Martin Hirsch te plaisait bien. Rien ne t'empêche de lui laisser un petit message sur son blog. Il le verra certainement, et dans sa position, des mots d'encouragement ne lui feront pas de mal... Il a peut-être déjà lu le mien...

mardi, 22 mai, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home